Les Rhumes

 

Robert Delpire vient de rééditer le désopilant petit album imaginé en 1966 par André François pour les laboratoires Beaufour , Les Rhumes.

Dans le même esprit étiologique que Les Larmes de crocodile, paru en 1955, celui-ci prétend expliquer pourquoi, de toute les calamités qui ont peuplé la terre depuis la nuit des temps, seul le Rhume a subsisté. La mise en page est incroyablement simple: seule la page de droite est utilisée; le dessin, grossier, est tracé au pinceau et à l’encre noire, le texte simplement graphié au feutre rouge, brun ou vert. L’ensemble est, comme toujours chez André François, doté d’une force graphique incontestable: c’est drôle, simple, impertinent, terriblement efficace, comme dans cette page où, après avoir dressé une irréfutable typologie des Rhumes (il y a les bons, et les mauvais), l’artiste donne un exemple:

En quelques dessins enfantins dans leur facture, André François souligne avec malice les facilités du français comme on le parle, et le sourire nous vient: sourire parce qu’il est malin; sourire parce qu’il nous (re)fait aimer cette langue imagée, dans ses raccourcis et ses absurdités, sa pauvreté relative qui en devient poétique.

Annie Renonciat et moi-même avions consacré un colloque à « Robert Delpire éditeur d’albums » en 2006; les actes ont été publiés dans Strenæ. La plupart des albums qu’il avait contribué à faire connaître en France ont depuis été repris par d’autres éditeurs, mais certains sont de nouveau indisponibles. Robert Delpire a une fidélité à la mémoire d’André François qui explique la parution des Rhumes, mais on se plaît à espérer qu’un jour, peut-être, Hans Fischer…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *