Archives pour la catégorie Démarches, théories & réflexions personnelles

Nous, les filles – ou le retour de la petite robe

Mon université s’intéresse à l’égalité femmes-hommes. Par exemple, cette semaine, nous avons été informés de l’ouverture des candidatures pour recevoir la Prime d’encadrement doctoral et de recherche. À cette occasion, notre attention a été attirée sur la sous-représentation des maîtres de conférences et des femmes (donc, sans doute, des maîtresses de conférence, cumulardes !) dans les candidatures à cette prime. Continuer la lecture de Nous, les filles – ou le retour de la petite robe 

Lire à voix haute

Ce vendredi 27 janvier, grâce au service culturel de l’université, j’ai pu accueillir Christian Sterne, comédien de la compagnie Les Fous de Bassan, et Dominique Veaute, animatrice lecture à Livre Passerelle, pour une journée de formation « lecture d’albums à haute voix » offerte à une dizaine d’étudiantes, dans le cadre d’un projet que nous avons intitulé « Bibliothèque de rue étudiante ». Continuer la lecture de Lire à voix haute 

Formation à distance: un bilan pièces en main

Cours en ligne #14. Ça y est, le semestre d’enseignement à distance est terminé : les étudiants ont eu jusque début décembre pour consulter tous les modules et ils se sont retrouvés le 8 décembre sous ma surveillance pour composer pendant deux heures, c’est-à-dire pour rédiger l’analyse d’un album qui leur était distribué – analyse que je viens de finir de corriger. Continuer la lecture de Formation à distance: un bilan pièces en main 

Écouter

J’aurais pu choisir une autre « image à la une », pour illustrer ce billet consacré à l’expérience menée au sein de l’atelier passerelle en collaboration avec les Mille Univers, mais cette vue des voies de chemin de fer depuis la passerelle Fournier encapsule, pour moi, l’émotion de ce moment où Loïc Guénin nous a, en quelques minutes, appris à écouter… Continuer la lecture de Écouter 

Une émission de radio sur les livres pour enfants : L’as-tu lu mon p’tit loup ?

Ce billet est la reprise d’un article  qui vient de paraître dans le dernier numéro des Cahiers Robinson intitulé « Une radio pour la jeunesse ». Je le reproduis ici avec l’aimable autorisation de son directeur, Francis Marcoin, que je remercie.
Continuer la lecture de Une émission de radio sur les livres pour enfants : L’as-tu lu mon p’tit loup ? 

« Ma » librairie

Début décembre l’équipe de l’émission La Grande Librairie sur France 5, préparant un numéro sur le livre pour enfants, est venue tourner à la librairie Libr’enfant, rue Colbert à Tours. La librairie a été fondée en mars 1980 par Alain Fievez. À son départ à la retraite, elle a été reprise par deux des libraires, Hélène et Danièle, qui salarient une troisième libraire, Rachel. C’est Rachel qui a été interviewée pour La Grande Librairie, dans l’extrait ci-dessous. J’habite à deux pas de Libr’enfant. Cette librairie, c’est un peu ma deuxième maison. Continuer la lecture de « Ma » librairie 

Nouveau semestre, nouveaux programmes

Le semestre est terminé, les copies ne sont pas encore corrigées, mais il faut déjà annoncer le programme du semestre suivant, qui débute mi-janvier. En attendant que les nouvelles « maquettes » de notre université bousculent tout ce que nous avons mis des années à construire, il est encore possible de suivre des cours de littérature pour la jeunesse à chacune des années du cursus de Lettres de l’université de Tours. Cette année, c’est le programme du séminaire de master qui change du tout au tout: plongée dans la littérature pour adolescents la plus contemporaine…

l2l3m1

Corriger des copies virtuelles

Cours en ligne #12. Ce week-end, c’est copies. Ou plutôt, correction en ligne d’exercices réalisés en ligne par mes étudiants. Passons sur ceux qui ne les ont pas faits ( je ne sais pas pourquoi), ou pas à temps, parce qu’ils n’avaient pas noté la date limite / n’avaient pas sous la main un ordinateur et un réseau internet assez costaud / avaient commencé en pensant y revenir pour peaufiner, sans réaliser que c’était cette fois un quiz à tentative unique. Faire cours à distance consiste, au fond comme un cours classique, à gérer autant de cas particuliers qu’il y a d’étudiants — donc, en l’occurrence, à ouvrir des dérogations individuelles à peu près à chaque séquence pédagogique. Mais jusque là, rien d’anormal : enseigner, c’est faire face à des humains, et les humains, heureusement, ne se plient jamais totalement à des modèles théoriques. Continuer la lecture de Corriger des copies virtuelles 

Des livres anciens pour les bambins

Si les imagiers sont souvent les premiers livres des bébés, les autcouvplo-boulaire-webeurs et les éditeurs pour la jeunesse ont très tôt aussi accordé une grande importance aux albums qui racontent une histoire adaptée à de très, très jeunes enfants. Dans mon livre Les Petits Livres d’or. Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide, tout un chapitre est consacré aux albums qui, au sein de cette collection créée aux États-Unis en 1942, s’adressent avec jovialité aux enfants les plus jeunes. Le texte qui suit est extrait du chapitre 1, « Une collection de ‘grands’ livres pour les bambins ». Continuer la lecture de Des livres anciens pour les bambins 

Tout toute seule

tutto-da-me_ing3Imagiers #4. Plus cérébral est l’album de William Wondriska, Tout toute seule, paru initialement en 1963. Dans ses albums, Wondriska expérimente les rapports du dessin et de la typographie ; c’est le cas notamment dans le magnifique Puff publié en 1960 par Pantheon (NY) – Barbara Bader rappelle que Wondriska est élève à la School of Design de Yale au moment où Josef Albers est à sa tête. Il y est condisciple de Paul Rand, et les deux artistes mettent en œuvre, dans leurs albums pour enfants, les propositions graphiques héritées du Bauhaus. Continuer la lecture de Tout toute seule 

Gilberto et le vent, un « imagier » sensuel

Imagiers #3. Je poursuis mon exploration de quelques livres qui, à mes yeux, fonctionnent à la manière des « imagiers », c’est-à-dire qu’ils « imagent » certaines des expériences du jeune enfant, sans jamais s’abandonner à la facilité, ni glisser vers des représentation conventionnelles dépourvues de saveur ou de densité. Continuer la lecture de Gilberto et le vent, un « imagier » sensuel 

Encore des imagiers

Imagiers #2. Je poursuis ici ma réflexion engagée sur les « imagiers », ces albums destinés à de tout jeunes enfants qui « montrent » le monde et invitent à « parler dessus ». Si j’ai commencé avec L’Imagier du Père Castor (1952) et poursuivi avec des « classiques » de Tana Hoban, datant des années 1980, c’est pour montrer que la dimension subversive des imagiers n’est pas l’apanage des albums récents, avant-gardistes ou post-modernes, qui se présentent parfois explicitement comme des « imagiers pour enfants modernes » (titre d’une collection des éditions Passage Piétons), mais qu’il est au fondement même du projet d’imagier. Continuer la lecture de Encore des imagiers