Construire un livre

Presque 7 mois se sont écoulés depuis le démarrage officiel de ma délégation CNRS : c’est un bon moment pour faire un nouveau bilan d’étape. Si la première partie de l’année a beaucoup été consacrée au bouclage de projets engagés avant la délégation (l’exposition et la journée d’études autour des albums coréens ; le montage du numéro “La littérature avant la lettre. L’album devant la théorie littéraire” de Fabula LHT, qui malheureusement paraîtra avec beaucoup de retard, à la fin de l’été 2024), et à d’assez nombreuses présentations orales, depuis janvier je me suis nettement orientée vers la formulation des résultats obtenus dans les deux programmes de lectures d’albums à des bébés en milieu de soin, “Lisons aux nourrissons” (néonatologie) et “lire aux bébés” (psy-périnatalité). Ayant en effet décidé de ne pas re-monter tout de suite de candidature ANR, j’avais pris la décision de poser d’abord clairement les bases de ce que nous savions déjà, à partir de nos données d’observation, puis de partir de ces “résultats préliminaires” (ça, c’est le vocabulaire des appels à projet) pour construire un ou plusieurs éventuels nouveaux projets, d’amplitude plus réduite. Les lectures engagées depuis le début de l’été 2023 m’ont en effet permis d’avoir une assise solide pour entamer ce projet de mise à plat. Il prendra la forme d’un livre : ce billet expose à quoi ressemble le chantier de “construction” d’un projet de livre.

Continuer la lecture de Construire un livre

#6 Lire aux bébés en unité néonatale (2/2)

Ce 6e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? termine le tour d’horizon international (surtout américain, à vrai dire) des lectures adressées aux bébés en néonatologie. Je signalais, en terminant le précédent billet, que les études existantes portant sur les lectures aux bébés prématurés étaient particulièrement prometteuses dans deux directions : le développement des capacités langagières futures du bébé ; et les effets des lectures sur le lien mère-enfant, envisagé en termes de synchronie. C’est donc de cela qu’on va parler ici.

Continuer la lecture de #6 Lire aux bébés en unité néonatale (2/2)

Pourquoi j’aime Tom-Tom et Nana

Au moment où je rédige ce billet, la bibliothèque municipale de Tours accueille Bernadette Després, l’illustratrice des célébrissimes Tom-Tom et Nana, pour un entretien avec Christophe Meunier, mon complice de l’InTRu – mais la foule est si dense en ce début de samedi après-midi que nous sommes plusieurs dizaines à ne pas pouvoir entrer dans la salle ! À défaut, la plupart des familles se replient vers l’exposition qui se tient jusqu’au 2 mars. Quand j’entre, un garçonnet de 6 ou 7 ans, le cou cassé en arrière, déchiffre les planches originales en lisant à haute voix, très concentré. Un autre, vraiment triste de ne pas avoir pu entrer, repart entre les deux parents, un recueil d’histoires à la main en guise de lot de consolation… Le succès de cette série ne se dément pas. Qu’est-ce qui séduit tant les enfants de cet âge dans les aventures de Tomtom et sa petite sœur ? Pour comprendre, j’ai visité l’exposition en essayant de me replonger dans mes sensations de petite fille.

Continuer la lecture de Pourquoi j’aime Tom-Tom et Nana

#5 Lire aux bébés en unité néonatale (1/2)

Pour ce 5e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ?, je vais enfin aborder la question des lectures en néonatologie. C’est logique : on s’est d’abord intéressé à l’intérêt de proposer des actions centrées sur la famille, puis on a découvert les effets que produisait la musique sur parents et bébés, et de là, on a affiné les connaissances sur les effets de la voix (chantée, parlée). Or la lecture est une intervention facile à monter, elle est centrée sur la famille, elle fait usage de la voix parlée, et en particulier celle des parents. Dons le monde n’a pas attendu notre programme “Lisons aux nourrissons” pour proposer des lectures d’albums aux bébés prématurés. Petit passage en revue de ce qu’on en dit ici ou là – en fait, surtout aux USA.

Continuer la lecture de #5 Lire aux bébés en unité néonatale (1/2)

Amour et ignorance des lectures de l’enfance. À propos d’un cours au Collège de France

William Marx, titulaire de la chaire de littératures comparées au Collège de France, a intitulé cette année son cours “Comment lire?”. D’une manière générale, ses cours et séminaires sont très intéressants, mais le sujet de cette année m’attire plus particulièrement encore, donc dès que les vidéos sont en ligne sur YouTube, je me fais un plaisir de les écouter. La 2e séance de cours, le 16 janvier, s’intitulait “Le goût de lire“. William Marx avait choisi de commencer par une série de statistiques sur la lecture en France, sur un ton de déploration bien connu – il l’a lui-même analysé avec finesse dans L’adieu à la littérature (2005). On ne lit plus, les jeunes ne lisent plus autant, etc. Il s’interroge donc : qu’est-ce qu’on aime, quand on aime lire? Et d’où ça vient ? Sans surprise, sa réflexion le mène… à l’enfance. C’est là que ça m’intéresse.

Continuer la lecture de Amour et ignorance des lectures de l’enfance. À propos d’un cours au Collège de France

#4 Le bébé prématuré et la voix maternelle

4e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ?, mon exposé des bases sur lesquelles s’est établi le programme ‘Lisons aux nourrissons’, lectures d’albums en néonatologie. Cette fois-ci, après la musique, on va parler de la voix, en particulier celle de la mère. Tous les bébés aiment entendre la voix de leur mère, on a même prouvé que les bébés à terme la “préfèrent” aux autres voix. On s’est donc demandé si ça marchait aussi pour les préma…

Continuer la lecture de #4 Le bébé prématuré et la voix maternelle

#3 La musique en unité néonatale

3e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ?, mon exposé des bases sur lesquelles s’est établi le programme ‘Lisons aux nourrissons’, lectures d’albums en néonatologie.

Continuer la lecture de #3 La musique en unité néonatale

Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #2 Les programmes centrés sur la famille

Je poursuis ici mon exposé des bases sur lesquelles s’est établi le programme “Lisons aux nourrissons”, lectures d’albums en néonatologie, entamé dans un premier billet.

Continuer la lecture de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #2 Les programmes centrés sur la famille

Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #1

J’entame avec ce billet une série qui promet d’être assez longue. Mon objectif, alors que je suis désormais en “délégation CNRS” (c’est-à-dire en congé pour recherches) depuis presque 5 mois, c’est de rédiger un copieux bilan d’étape des lectures que nous faisons en néonatologie, avec l’association Livre passerelle et la BM de Tours, dans le cadre du projet ‘Lisons aux nourrissons‘. On peut considérer ce billet, et ceux de la même série qui vont se succéder, comme le brouillon d’un livre en train de se construire. Aujourd’hui, le début du début…

Continuer la lecture de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #1

Un sociologue et mille poussins (3/3) : danser pour aimer lire

Pourquoi avoir eu envie de croiser mes réflexions sur “le métier d’enfant” de Chamboredon et les impressions nées de l’observation d’atelier de danse avec des élèves de petite section ? Parce qu’il plane au-dessus de ces deux expériences, sans rapport autre que le fait que je les ai vécues la même semaine, une ombre intrigante, autour de l’album comme instrument de socialisation – l’album comme porteur de représentations, certaines positives et d’autres négatives, et comme vecteur de comportements, certains licites et d’autres proscrits. Plus exactement, l’album de Claude Ponti.

Continuer la lecture de Un sociologue et mille poussins (3/3) : danser pour aimer lire

Un sociologue et mille poussins (1/3) : le sociologue

Cette série de 3 billets croise des réflexions inspirées par mon quotidien qui n’ont à première vue pas de rapport entre elles. Je vais pourtant essayer de montrer en quoi ces deux expériences s’articulent, pour moi et dans le cadre de la réflexion que j’essaie de conduire cette année. D’un côté, une émission de radio, à écouter en podcast, consacrée au sociologue Jean-Claude Chamboredon ; de l’autre, un atelier proposé à des enfants de petite section de maternelle par la danseuse et chorégraphe Anne-Laure Rouxel autour de l’album de Claude Ponti Mille secrets de poussins. Et puisque [plus] personne ne surveille la manière dont je construis ma réflexion (avantage d’être prof et pas étudiant), je vais faire exactement ce qu’on dit aux étudiants de ne pas faire lorsqu’ils essaient de rapprocher ou de comparer deux artefacts : je vais d’abord parler du podcast et de Chamboredon, puis de Danser les mille secrets de poussins, et seulement enfin, j’essaierai de dire pourquoi je me sens autorisée à rapprocher ces deux sujets. Premier épisode, donc.

Continuer la lecture de Un sociologue et mille poussins (1/3) : le sociologue