Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés?

En 1989, deux pédiatres et une éducatrice de jeunes enfants de l’hôpital de Boston (Massachusetts) imaginent un dispositif inédit pour lutter contre les problèmes croissants d’accès à la culture écrite et d’illettrisme, notamment dans les familles pauvres. Barry Zuckerman, Robert Needlman et Kathleen Fitzgerald-Rice inventent donc Reach Out and Read, un dispositif d’accompagnement des soins pédiatriques donnés aux moins de 5 ans. Il s’agit de coupler prévention et suivi médical d’un côté, acculturation au livre et à l’écrit de l’autre, tout au long du suivi pédiatrique des jeunes enfants accompagnés de leurs parents. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés?

Lecture du moment: Nathalie Parain

Les éditions MeMo sont fidèles. Dès 2006, dans la collection alors dirigée par les Trois Ourses, elles entreprennent de rééditer des albums illustrés dans les années 1930 par Nathalie Parain. Ce sera Mon Chat d’André Beucler (2006), suivi par Châtaigne (2009), Baba Yaga (2010), Faites votre marché (2012), Je Découpe (2013), Jeux en images (2014). Ces rééditions complètent celles qui sont réalisées par l’Association des Amis du Père Castor. Mais le projet de MeMo va au-delà. Il s’agit en effet, dans cette entreprise de réévaluation du patrimoine du livre, de donner à voir la profonde modernité des livres du passé – pas de nostalgie donc : ces livres sont pour les enfants du temps présent. Seront alors réédités, ou parfois même édités pour la première fois sous cette forme, Quand la poésie jonglait avec l’image de Marchak et Lebedev (2005), Animaux à mimer de Tretiakov et Rodtchenko (2010), Les Deux Carrés d’El Lissitsky (2013). Les lecteurs d’aujourd’hui peuvent ainsi avoir un aperçu de la créativité extraordinaire des avant-gardes russes dans les années 1910-1930, en matière de livres pour enfants. Ce processus est parachevé par la parution, cette semaine, d’une monographie consacrée à Nathalie Parain, magnifiquement illustrée et mise en page. Continuer la lecture de Lecture du moment: Nathalie Parain

Rencontrer

Il y a quelques mois, à l’issue d’une année éprouvante sur le plan personnel, j’ai pris la décision de m’accorder, en 2020, une “année blanche”, entendre sans engagement à l’extérieur, sans projet autre que ceux que j’avais envie de porter moi-même, ici, là où je vis. Cette décision était dictée d’abord par une fatigue immense qui exigeait de réduire le rythme de mes déplacements et engagements, mais aussi, et peut-être surtout, par la nécessité interne de me recentrer sur des actions qui avaient profondément du sens, et donc, d’en faire moins, mais mieux. Ou plus modestement : d’en faire moins, avec l’espoir de faire moins mal. Continuer la lecture de Rencontrer

La tentation Lobel (3)

Il y a quelques mois, j’ai commencé à lister les albums qui, de mon point de vue, manifestaient la rémanence, dans l’esprit des artistes contemporains, des albums si parfaits d’Arnold Lobel (c’est et ). Je partais de la parution récente du premier volume des aventures de Taupe et Mulot (Henri Meunier et Benjamin Chaud), et j’évoquais au passage Ramona descu, Toon Tellegen, Kitty Crowther, Mélanie Rutten. J’avais sciemment évité de parler de La Galette et la Grande Ourse, paru en 2009 chez Casterman, que son auteur, Anne Herbauts, dédiait précisément à Lobel et aux souvenirs des lectures qui lui avaient été faites de ses albums. Il m’avait semblé en effet que, malgré le talent absolument indéniable d’Anne Herbauts, son geste ne parvenait alors pas à atteindre la forme de perfection que réalisait Lobel, notamment en termes de simplicité.

Dix ans ont passé. Anne Herbauts publie ce mois-ci, chez Pastel, ce qui semble le premier volume des aventures de Matin Minet, le chat, et de son acolyte le charançon Hadek. Et cette fois, tout y est! C’est à la fois très simple et très poétique – comme Anne Herbauts sait si bien y faire.  Le chat et le charançon partent en quête du Point du jour. Ils croisent notamment Pastouro le vrai ours,  un tigre en peluche nommé Doudoumir, le roitelet Michka… et peuvent se coucher sereins, parce que leur désir a été satisfait. Avant cela, ils auront fait des tumuli de miettes et  laissé leurs traces dans “le frais cresson bleu”. Le texte est fait pour être partagé à l’oral : on imagine les accents terribles de Pomme de pin le péremptoire,  du Gendarme et du Carabinier, de l’âne ou du chat Mystère, on anticipe le plaisir un peu inquiet du petit enfant à qui le texte est offert, qui observe ces deux personnages tourner autour du “point”, ce point-du-jour qui, pour nous adultes, est l’aurore, ce qui ne va pas de soi…  Les lecteurs vont attendre avec impatience la suite des aventures de Matin Minet et Hadek le charançon : fantasques, tendres, sérieuses et délicates !

Anne Herbauts, Matin Minet – le Point du Jour, Pastel, 2019.
Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "La tentation Lobel (3)," in Album '50', 18 octobre 2019, https://album50.hypotheses.org/3367.

2e Assises de la littérature jeunesse

Ce lundi 7 octobre se sont tenues à la BnF les 2e Assises de la littérature jeunesse, à l’initiative du SNE et avec le soutien du CNLJ. Je tenais à y être, car, contrairement à ce qui se produit souvent dans les colloques interprofessionnels (et en particulier quand ils se tiennent à la BnF), la première édition avait été animée, et avait donné lieu à des débats et prises de position vindicatives, dont avaient rendu compte Mathilde Lévêque et Bérénice Waty sur le Magasin des enfantsContinuer la lecture de 2e Assises de la littérature jeunesse

Lecture du moment: Romain Bertrand, Le Détail du monde

Si Le Détail du monde, sous-titré L’art perdu de la description de la nature (Seuil, 2019), a attiré mon attention à la librairie, c’est probablement à la faveur d’un malentendu, d’une méprise – d’une astuce de marketing ? Le titre énigmatique doublé d’un sous-titre propre à séduire une littéraire, la délicate illustration, un peu bucolique, se détachant sur le blanc mat de la couverture, le texte de 4e de couverture qui fait référence à des écrivains (Goethe, Ponge, Rilke) et à des objets et activités littéraires (« les mots nous manquent », « faire le portrait », « à court de phrases », « récit », « dictionnaire »), tout composait ce fameux « horizon d’attente » du lecteur qui rend possible la lecture.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Romain Bertrand, Le Détail du monde

Lecture du moment: Jens Andersen, Astrid Lindgren, une Fifi Brindacier dans le siècle

Les éditions Gaïa ont publié en février dernier une traduction française de la biographie rédigée par le Danois Jens Andersen en 2014. Sous le titre Astrid Lindgren. Une Fifi Brindacier dans le siècle [Denne dag, et liv – En Astrid Lindgren-biografi], l’ouvrage va enfin permettre aux lecteurs français de découvrir dans sa plénitude une autrice dont l’œuvre a été bien souvent maltraitée1.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Jens Andersen, Astrid Lindgren, une Fifi Brindacier dans le siècle

  1. Un compte-rendu de cet ouvrage, plus informé que le mien, va être publié à l’automne prochaine dans la revue Strenæ (de même que paraîtra, dans le même numéro, un compte-rendu de l’ouvrage de Wilfried Lignier rédigé par une sociologue). Je ne me livre, sur ce carnet de recherches, qu’à des notes de lecture très personnelles, qui assument leurs limites et leur partialité. C’est tout le plaisir qu’il y a, je crois, à tenir un « journal de recherche » personnel, qui permet de témoigner d’une pratique de lecture réelle, c’est-à-dire pas toujours spécialisée, souvent buissonnière, prélevant ce qui l’intéresse et négligeant ce qui lui échappe. []

Lecture du moment: Wilfried Lignier, Prendre

Je viens de terminer la lecture très stimulante de l’ouvrage du sociologue Wilfried Lignier intitulé Prendre et sous-titré Naissance d’une pratique sociale élémentaire (Seuil, 2019). Ce que le titre n’indique pas : il s’agit d’une recherche fondée sur l’observation du geste de « prendre » au sein d’une crèche, plus précisément d’une section des « grands ». Phénomène assez rare, donc, dans la sociologie de l’enfance : Lignier s’intéresse à la sociologie des enfants de moins de trois ans. L’ouvrage est très dense en observations, et ouvre des perspectives très intéressantes bien au-delà des seuls sociologues.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Wilfried Lignier, Prendre

Lecture du moment: Tove Jansson, Fair-play

Les éditions La Peuplade, à Chicoutimi (Canada) viennent de publier la traduction française d’un petit recueil de nouvelles pour adultes de Tove Jansson, sous le titre Fair-play (titre original: Rent spel). Traduites par Agneta Segol, ces nouvelles révèlent une autre Tove Jansson que celle des Moumine… quoique.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Tove Jansson, Fair-play

La tentation Lobel (2)

Il y a quelques jours je m’étais amusée, à l’occasion de la parution de Taupe et Mulot d’Henri Meunier et Benjamin Chaud, à dresser la liste des auteurs et illustrateurs qui, à mes yeux du moins, s’étaient mesurés au grand artiste qu’est Arnold Lobel, et avaient essayé, dans leurs albums, s’insuffler quelque chose de la poésie profonde et douce de ses livres. Je me rends compte avec effroi que j’ai oublié deux auteurs importants: correctif aujourd’hui. Ces deux auteurs sont deux autrices, Kitty Crowther et Mélanie Rutten.

Continuer la lecture de La tentation Lobel (2)

Une année pleine

L’année se termine. Il est d’usage de dire qu’on en sort fatigué. Je suis, pour ma part, épuisée. Rien qu’une enfilade de bonnes nuits de sommeil, quelques semaines sans mail et un peu de repos ne finisse par soigner, bien sûr. Mais je ressens le besoin de faire retour sur ce qui est cause de cet épuisement: un bilan de l’année écoulée. Continuer la lecture de Une année pleine