Chanter la lecture

Thomas Brooks, The New Pupil, 1854.
Thomas Brooks, The New Pupil, 1854.

Chanter la lecture #1. Les 14 et 15 janvier dernier, j’ai eu la chance de participer à l’un des séminaires organisés par mon collègue musicologue Xavier Bisaro dans le cadre de son projet Cantus Scholarum. Le chant scolaire dans l’Europe moderne. Connu des musicologues, Xavier Bisaro l’est sans doute moins des lecteurs de ce ‘carnet de recherches’ consacré à l’album:  deux mots de présentation devraient y remédier. Ses travaux portent sur l’histoire de la musique, et en particulier du chant, à l’époque moderne (sa thèse était consacrée à l’abbé Jean Lebeuf (1687-1760), personnage clé pour comprendre la liturgie au XVIIIe siècle), et il s’est signalé en 2010 par un ouvrage intitulé Chanter toujours. Plain-chant et religion villageoise dans la France moderne (XVIe-XIXe siècle) dont un compte-rendu très clair a été rédigé par Anne-Marie Chartier dans la revue Histoire de l’éducation; je lui emprunte ce paragraphe, qui donnera envie d’aller lire plus en détail l’ouvrage que Xavier Bisaro consacré aux très mal connus chantres de villages :

« Il y avait là un objet historique non identifié : le plain-chant rural, qui fut pourtant « partout et pour tous », n’a été considéré ni par l’historiographie scolaire, polarisée sur le lire écrire compter, ni par les folkloristes cantonnés aux chants populaires profanes, ni par les musicologues liturgistes, méprisant le « chantre meuglant ou aboyant ». À la suite d’études pionnières (Hameline, Cheyronnaud), X. Bisaro déconstruit toute la tradition bibliographique fustigeant ce « fascinant musée des horreurs ». L’enquête commence dans la dynamique du concile de Trente, quand « la volonté tant laïque que cléricale favorise un couplage étroit entre enseignement scolaire et vie paroissiale ». À l’arrivée, un livre passionnant pour les historiens de l’éducation, puisque le plain-chant touche l’instruction religieuse, les apprentissages scolaires et la socialisation rurale1. »

Ce qui a intéressé Anne-Marie Chartier, à la fois historienne de l’apprentissage de la lecture, et pédagogue exerçant en école normale puis IUFM, c’est la double fonction du chantre sous l’Ancien Régime : il est à la fois celui qui chante et fait chanter à l’église, et celui qui apprend à lire. Y aurait-il « contamination » d’une pratique par l’autre ? Et, de manière symétrique, aurait-on perdu quelque chose lorsque la méthode d’apprentissage de la lecture aux enfants s’est peu à peu détournée des supports (prières surtout) connus par cœur (et psalmodiés, et chantés parfois) par les enfants avant l’étape de l’alphabétisation, pour valoriser un apprentissage « à blanc » sur des textes au contenu ignoré des élèves ? C’est une des questions qu’Anne-Marie Chartier pose par ailleurs dans un autre texte, son ouvrage L’École et la lecture obligatoire (éditions Retz, 2007).

Le projet Cantus Scholarum (ce qui signifie « le chant des écoles ») de Xavier Bisaro vise à approfondir la connaissance sur la pratique du chant en milieu scolaire à l’époque moderne. Il est divisé en 4 axes ; j’ai eu le plaisir d’assister à une des journées de l’axe 2, en avril 2015 : il y était question des chantres dans les écoles de l’Ancien régime, et de la place du chant dans les apprentissages scolaires. L’axe 4, dont les réflexions ont commencé seulement en janvier, est le moins historique, et le plus axé sur la pratique contemporaine. Voilà comment Xavier Bisaro le décrit lui-même :

« L’ultime volet de ce programme est censé engager une réflexion sur la nature et les effets des processus pédagogiques environnant le chant scolaire. Il s’agira de rechercher les conséquences de l’apprentissage concomitant de la lecture et du chant, dans le but de mieux comprendre les ressorts socio-linguistiques et musicaux des usages mêlant lecture et oralité à l’époque moderne. Cet axe ambitionne également de concevoir de possibles exploitations contemporaines du chant comme outil pédagogique au service de l’acquisition de la lecture, à l’heure où les méthodes d’enseignement tendent à se diversifier pour mieux répondre à la pluralité culturelle des publics scolaires. »

Les journées de janvier avaient pour fonction de commencer à réfléchir à cette question ; pour cela, Xavier Bisaro avait sollicité la coopération de plusieurs collaborateurs : Raymond Mesple, ancien professeur d’éducation musicale en écoles normales puis IUFM ; Philippe Bazin, inspecteur d’éducation musicale et chant choral dans l’académie de Poitiers récemment retraité ; Isabelle Magnan, conseillère départementale en éducation musicale en Indre-et-Loire. J’y participais aussi, moins pour mes compétences directes (qui sont quasi inexistantes) que pour mon intérêt actuel pour les liens entre perception de la littérature de la première enfance et perception musicale.

Il s’agissait vraiment de journées préparatoires, qui ont été principalement consacrées au partage des connaissances nécessaires à la réflexion que Xavier Bisaro se propose d’orchestrer. En effet, le projet nécessite de croiser une connaissance historique sur l’apprentissage du chant et sur l’apprentissage de la lecture, une connaissance pragmatique des conditions contemporaines de l’enseignement et de la pratique musicale dans les écoles, enfin une réflexion sur les conditions et les démarches de l’apprentissage scolaire de la lecture. Or aucun des participants ne maîtrisait la totalité de ces champs: il a donc fallu échanger, et ce n’est pas le moindre mérite de ces journées organisées dans le cadre de Cantus Scholarum : il est possible de prendre son temps, d’échanger, de partager, de se mettre à l’écoute des autres et de leurs champs de spécialité. Loin de ces colloques au rythme effréné, loin de ces « fausses » journées d’études où l’on n’étudie pas, mais où l’on se contente d’écouter divers spécialistes venus présenter le résultat très condensé de travaux déjà bouclés, il s’agit ici de se donner un terrain commun, des outils partagés, et d’essayer de répondre collectivement, en mutualisant les compétences, à un problème pratique né d’une réflexion intellectuelle historique et théorique : serait-il possible de faciliter l’entrée dans l’apprentissage scolaire de la lecture si, comme cela se pratiquait sous l’Ancien régime, et comme cela s’observe dans de nombreuses cultures encore aujourd’hui, on associait plus étroitement l’enseignement du code et la pratique du chant ? Serait-il imaginable que ces chants-là, appris et chantés dans les petites classes (au cycle 1), puissent devenir l’un des supports à partir desquels s’enseigne la maîtrise du code écrit ?

Stimulante question, qui a donné lieu à des échanges passionnants. Nous avons prévu de nous retrouver en juin, pour approfondir la connaissance des liens entre théories éducatives et pratique du chant ; puis en septembre, pour réfléchir de manière plus concrète à un protocole d’expérimentation qui pourrait être testé dans des classes de maternelle et de CP. Pour moi, ce sont de nouvelles pistes me permettant de relancer ma réflexion sur la proximité entre le chant et la poésie dans l’expérience précoce de la littérature, et sur la prééminence du rythme dans la première rencontre entre l’enfant et la langue littéraire, celle dont la fonction première n’est pas utilitaire.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Chanter la lecture," in Album '50', 16 février 2016, https://album50.hypotheses.org/1138.

  1. Anne-Marie Chartier, « Bisaro (Xavier). Chanter toujours. Plain-chant et religion villageoise dans la France moderne (XVIe-XIXe siècle) », Histoire de l’éducation, 137 | 2013, 136-139. []

1 réflexion sur « Chanter la lecture »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.