Benoît Peeters au séminaire de l’InTRu

urbicandeMardi 10 mai, l’équipe InTRu à laquelle j’appartiens accueillait, en guise de dernière séance de son séminaire de méthode annuel, le scénariste de bande dessinée et théoricien de la BD Benoît Peeters. La séance fut l’occasion d’une fascinante plongée dans la “fabrique” des Cités Obscures, ce cycle de bandes dessinée avec lesquelles j’ai grandi, avant de découvrir que son scénariste était aussi l’auteur de Case, planche, récit qui m’a aidée à faire mes premières armes dans l’analyse d’album (et qui est vendu désormais en poche sous le titre Lire la bande dessinée). Autant cet ouvrage m’avait, au caseplancherecitmoment de sa parution (1991), aide à entrer dans un raisonnement fonctionnel au sujet du récit en images propre à l’album, et avait de ce fait lancé ma réflexion dans des directions pragmatiques, autant cette conférence fut, pour nous tous, l’occasion de revenir à un autre des éléments de la fascination exercée par les récits en image: le goût du trait.

Le débat, lancé puis animé par Pierre Fresnault-Deruelle, qui nous fait l’honneur d’être membre de l’InTRu et dont bon nombre de chercheurs ont tout appris dans ses ouvrages, a en effet touché à plusieurs reprises à des questions de dessin, de style, sous un angle qui rejoint mes préoccupations les plus récentes au sujet du dessin d’album. Benoit Peeters, revenant sur son rôle de scénariste dans le duo qu’il compose depuis des décennies avec François Schuiten, a beaucoup insisté sur la nécessité de ne pas construire un scénario fermé, qu’il ne resterait plus qu’à dessiner – on dirait, dans le domaine du livre pour enfants, “à illustrer”. Au contraire, a-t-il dit, il est “à la recherche de cet accident heureux qui redonne tout son sens à la pulsion graphique” (c’est moi qui souligne”). Il faut préserver, pour son partenaire, l’envie de dessiner, et le plaisir à le faire. C’est une formulation essentielle pour moi, car elle résout les querelles interminables sur l’iconotextualité ou la primauté de l’auteur sur l’illustrateur, ou inversement. Par cette formule Peeters reconnaît qu’il y a une jouissance du dessin, un plaisir du trait, il parle un peu plus tard d’une “corporéité dans le dessin” – il me semble que la jouissance parallèle du lecteur est intimement liée à ce qui se noue dans cette “corporéité”.

Mais Benoit Peeters rappelle un élément fondamental: ce que le dessinateur produit dans le secret de son atelier est destiné à être reproduit à des milliers d’exemplaires, par le truchement d’une technique d’impression. C’est là que l’histoire matérielle du livre intervient: parfois, en effet, le résultat est décevant, car les techniques disponibles sur le moment ne sont pas adaptées à la nature du trait que le dessinateur a eu le désir de produire. N’en déplaise aux fétichistes, les premières éditions de La Tour (1987) sont bien moins satisfaisantes que les tirages plus récents, obtenus sur des machines plus subtiles dans le rendu du tracé extrêmement serré de Schuiten pour cet album dont l’esprit est inspiré des Prisons de Piranese: “la technique nous a donné raison”. La même attention à la matérialité et aux industries graphiques se perçoit dans l’astuce de réalisation de La Théorie du grain de sable, et à ses éléments d’un blanc qui paraît surnaturel. Peeters rappelle ici ce que j’avais déjà relevé, sur ce blog, dans une interview de Joëlle Jolivet et dans un livre d’Elzbieta:un livre, c’est fait pour être reproduit…

Cette rencontre, suivie d’un pot amical au local de l’InTRu, est venue clore en beauté un séminaire de méthode consacré cette année aux imaginaires de la ville. L’exposé passionnant, la gentillesse de l’orateur, l’attention aux questions qui lui étaient posées et la précision des réflexions qu’il nous livrait, tout a fait de ce moment un magnifique point d’orgue à l’année qui vient de s’écouler.

Dernier rendez-vous de l’année, dans le cadre des activités récurrentes de l’équipe: mardi 17, l’atelier lecture de planches, au cours duquel Laurent Gerbier parlera de la bande dessinée documentaire et journalistique, autour de la Revue dessinée.

(photos: France Nerlich)


1 réflexion sur « Benoît Peeters au séminaire de l’InTRu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.