Séminaire, séance du 18 novembre

Jung-Tae Lee, Kim Dong-Seong, En attendant Maman, Didier Jeunesse, 2007

La séance du 18 novembre nous offre sur un remarquable exposé de Soon Jeong, étudiante coréenne venue en France apprendre la langue dans un premier temps, dans le but surtout de mieux connaître les albums français; elle a exercé dans l’édition en Corée, et doit tout découvrir en France langue et culture, édition pour la jeunesse… mais aussi la spécificité d’un cursus classiques de lettres!

Elle commence par présenter longuement le contexte dans lequel fut élaboré le texte à l’origine de cet album, en pleine occupation de la Corée par les Japonais; l’auteur lui-même, qui disparaîtra en 1956, sans doute éliminé par le régime nord-coréen, est orphelin de mère depuis l’âge de huit ans, ce qui peut aussi expliquer la force de ce texte bref. L’élaboration complexe de l’album que nous avons sous les yeux est ainsi très bien mise en perspective par S.J.: la rédaction d’un texte pour enfants, dans les années 1930, sur fond l’occupation étrangère et de privations; le choix d’un illustrateur, plus de 50 années après, de faire revivre ce texte en lui donnant des images; la traduction française enfant, qui est en fait adaptation.

Jung-Tae Lee, Kim Dong-Seong, En attendant Maman, Didier Jeunesse, 2007

L’exposé apporte au groupe un regard inestimable sur cet album étranger. Dans un premier temps, Soon Jeong explique que les choix techniques et stylistiques de l’illustrateur Kim Dong-Seong ont tous pour but de faire revivre la sensibilité de la Corée ancienne: papier de riz, encre de Chine sepia, tonalités évoquant l’automne, cette saison si importante pour la culture coréenne, puisque s’y déroulent la plupart des fêtes familiales traditionnelles. Les images sont finement analysées, ainsi que la progression du récit, et la manière dont l’atmosphère se noue, le tout étant scandé par trois grandes images à la tonalité onirique.

Jung-Tae Lee, Kim Dong-Seong, En attendant Maman, Didier Jeunesse, 2007

Soon Jeong parvient à montrer comment ce récit très peu bavard traduit de manière très délicate la sensibilité du petit garçon qui attend vainement sa mère à l’arrêt de tram, et comment s’élabore une réflexion en images sur la solitude et l’isolement. Une nouvelle fois, la culture coréenne de Soon Jeong offre à l’ensemble du groupe une vision passionnante sur ce livre: selon elle, l’histoire est celle d’un petit garçon qui apprend à vaincre sa peur, et l’alternance entre des pages au fond très blanc, et les quelques scansions oniriques saturées de couleurs denses, dynamisent le message de l’auteur Jung-Tae Lee: dans le contexte coréen des années 1930, il importe d’apprendre à se libérer de toute domination, de toute oppression, pour reconquérir et retrouver la mère-patrie — la maman dont ce petit garçon attend le retour, c’est aussi l’image de la patrie dont les Coréens opprimés sont privés par l’occupation japonaise. La répétition de l’attente, dans ce récit, sert un message finalement optimiste: il ne sert à rien de s’inquiéter, il faut apprendre à contrôler ses angoisses, car les mamans reviennent en temps voulu. La séparation à l’horizon de cet album est constitutive de notre humanité: la naissance elle-même est séparation; il faut se battre, dès la prime enfance, contre la souffrance qu’elle nous cause.

Le texte de Jung-Tae Lee est dur, implacable, jusque dans sa fin ouverte; l’illustrateur a alors fait le choix de rajouter trois images muettes, après la fin du texte, pour ouvrir une perspective à l’enfant lecteur, nous dit Soon Jeong qui a contacté l’artiste. Dans la dernière de ces images, l’enfant chemine près d’une femme, au loin dans une ruelle. Ouverture qui ne rassurait malgré tout pas assez les lecteurs français, puisque l’éditeur, Didier Jeunesse, a choisi d’ajouter un bref texte sur cette dernière image, texte qui n’est donc pas de Jung-Tae Lee. L’exposé a l’immense mérite, à travers une analyse très au point techniquement, de donner à voir les réalités de la réception d’un album étranger: méconnaissance du contexte de création, différences de culture éducative produisent des lectures différentes, voire divergentes d’une même œuvre.

Elzbieta, Où vont les bébés, Pastel, 1997

K.K. est aussi étudiante étrangère, et propose de lire Où vont les bébés d’Elzbieta. Elle interroge d’abord la question des noms, qui reviendra comme un leit-motiv dans la séance du 25 novembre: “Grosbert” et “Petit Pote” sont des noms qui désignent des fonctions, et établissent la hiérarchie entre les deux protagonistes; elle montre aussi comment, avec une délicate discrétion, Elzbieta se sert du dialogue entre l’ours “qui sait” et l’ours “qui s’interroge” pour s’adresser en fait à son jeune lecteur. Là où peut-être K.K. manque un peu d’expérience auprès des enfants, c’est quand elle imagine assez rudimentairement que l’enfant-lecteur adopte spontanément le point de vue de Petit-Pote. En fait, à mon sens, on est ici devant un processus qu’utilise très abondamment Arnold Lobel dans la série Ranelot et Bufolet: lorsque l’un des deux protagonistes se montre trop ouvertement enfantin, naïf dans ses comportements et ses interrogations, le lecteur enfant est invité justement à prendre de la hauteur, et à se penser supérieur au personnage, plus mature — d’où le plaisir jubilatoire d’être “celui qui sait”, celui qui a compris, qui anticipe mieux, qui interprète de manière plus adroite. Le jeu dans cet album est subtil entre les moments où Petit Pote est le porte-parole des questionnements enfantins (sur la mémoire, sur le devenir des bébés) et les moments où sa puérilité donne à l’enfant lecteur la possibilité d’exprimer, lui, son propre point de vue, moins immature, sur les questions soulevées.

Elzbieta, Où vont les bébés, Pastel, 1997.

K.K. montre bien que tout, depuis les formes simplistes du dessin (la silhouette de la maison, par exemple) jusqu’aux dialogues eux-mêmes enfantins, cherche à “mimer” l’esprit d’enfance, pour être au plus près du petit lecteur. Je pense qu’on peut aller au-delà: Elzbieta cherche, dans tous ses albums, à atteindre la possibilité d’éveiller chez l’enfant l’exercice de la pensée spéculative. Ici, si l’image est “presque inutile” au déroulement du récit, comme le remarque K.K., elle a en fait pour fonction de donner à voir, sans sa fragilité, sa maladresse et sa puérilité (dans la brume imprécise qui imprègne ses images, faites de superpositions), l’action-même de penser. “Comment appelles-tu ces choses auxquelles on pense avant de s’endormir et qui rendent un peu triste?” demande au début de l’album Petit Pote; “ce sont des souvenirs”, répond Grosbert, ouvrant avec l’album une réflexion sur le temps qui passe, la manière dont il affecte les êtres, ce que nous pouvons retenir de ce passage fugace — et ce sont de simples traces cérébrales, les “souvenirs” – et le devenir précaire des liens entre les êtres, distendus par cette fuite du temps. Elzbieta mène ici une réflexion sur le souvenir et le changement, mais ce faisant, elle essaie de montrer à l’enfant que grandir consiste non pas seulement à se laisser pousser une “mouchetasse”, mais aussi à se laisser envahir par “ces choses auxquelles on pense” et qui dérangent, parfois, un peu.


1 réflexion sur « Séminaire, séance du 18 novembre »

  1. A propos de l’album “En attendant maman”, il existe une édition bilingue coréen/allemand. La traduction allemande s’intitule “Wann kommt Mama?” (2007) et la couverture est différente de celle de Didier Jeunesse. L’éditeur est la maison Nord/Süd Verlag, maison d’édition suisse (Zurich) qui publie de nombreux albums en version bilingue. Il pourrait être intéressant de comparer ces différentes traductions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.