Séminaire, séance du 25 novembre

Ruth Kraus, Jose Aruego, Léo, L’Ecole des Loisirs, 1973.

La séance est consacrée à une étude de l’album de Ruth Krauss et Jose Aruego, Leo, par A.P., qui a la bonne idée de faire référence au titre original, The late bloomer. Avec un peu de naïveté, A.P. suggère que l’album s’adresse autant à de jeunes enfants, éventuellement concernés par cette lente et tardive éclosion qui affecte Leo, qu’à des parents anxieux… Je ne suis pas entièrement d’accord avec sa proposition, qui consiste à interpréter certaines pages comme des clins d’œil adressés aux adultes seulement, par-dessus l’épaule des enfants: à mon sens les jeunes lecteurs, même très petits, perçoivent parfaitement l’ironie douce de cette page où le texte nous dit “Le père de Leo essaya d’oublier son fils et regarda la télévision”, tandis que l’image révèle son incapacité à laisser son fils grandir sereinement.

Ruth Kraus, Jose Aruego, Léo, L’Ecole des Loisirs, 1973.

A.P., dont l’analyse s’est nourrie des exposés des étudiants de l’an dernier,  poursuit par une réflexion sur le nom du personnage, et le “pouvoir d’essentialisation” que Roland Barthes attribue au nom1 — mais elle le fait sans voir que Leo s’appelle justement du nom qui désigne l’espèce noble des félins dont il est! L’analyse texte-image est soigneusement menée, et A.P. arrive tout naturellement à l’idée d’un livre qui met en scène, à destination du jeune lecteur, sa propre démarche d’apprentissage de la lecture et de l’écriture: l’apprentissage est long, et longtemps le petit élève reste “celui qui ne sait pas”… jusqu’au jour où, de manière quasi miraculeuse, il prend conscience qu’il sait. Cette absence de progression visible est rendue avec force dans l’album, dont la temporalité est traitée de manière brutale: nulle transition du “pas encore au “je sais faire tout seul”; l’alternance entre pages très blanches et pages saturées de fleurs et de couleurs dit bien ce mystère de la maturation des acquisitions. Et tout l’album est tendu vers l’idée du développement de soi pour soi: savoir parler, c’est savoir pousser “son” cri, celui de sa propre espèce; savoir écrire, c’est savoir écrire “son” nom, avec sa graphie spécifique. Message individualiste au bon sens du terme que celui de cet album: grandir, ce n’est pas se caler sur des rythmes d’apprentissage fixés par autrui, serait-ce un parent… grandir, c’est plus subtilement parvenir à la conscience qu’on sait faire, et le dire.

  1. Le Degré zéro de l’écriture, Seuil, 1953 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.