« Chanter la lecture »

Chanter la lecture #2. Les 13 et 14 septembre dernier, Xavier Bisaro a réuni pour la 3e fois les chercheurs et praticiens engagés dans l’axe 4 de son programme Cantus Scholarum. J’ai déjà présenté ce projet dans un autre billet, daté de février 2016. Le lien qu’il me permet de faire avec ma perception poétique de l’album est un des éléments les plus stimulants de ma recherche actuelle.

Cantus scholarum IV, 2e rencontre

Entretemps, en juin dernier, nous avons passé deux journées passionnantes (les 22 et 23 juin) à réfléchir aux contours que pourrait prendre une expérimentation interrogeant les liens entre la pratique du chant et l’alphabétisation, pour mettre à l’épreuve du réel les observations que faisait naître le savoir historique en cours de constitution dans les autres axes du projet. Lors de ces journées, j’ai pu faire la connaissance de Maya Gratier, dont les articles m’avaient passionnée, et qui nous a présenté de manière très vivante ses travaux sur le développement du tout-petit, et la dimension « musicale » des interactions qu’il noue avec son entourage. Nous avons pu discuter aussi avec Odile Grassin, inspectrice chargée du pôle maternelle en Indre-et-Loire, ainsi qu’avec Isabelle Grégoire et Erwan Baudoin, qui dirigent le CFMI (centre de formation des musiciens intervenants). Il s’agissait bel et bien de monter, concrètement, notre protocole d’expérimentation, pour vérifier si oui ou non (ré)introduire du chant dans les temps de classe des élèves de grande section et de CP facilitait l’entrée dans la langue écrite.

Paroles d’élèves dans l’Europe moderne

colloque2016Après ces deux journées de travail concret, certains d’entre nous ont pu assister, du 4 au 7 juillet, au LIXe Colloque international d’études humanistes, organisé cette année par Xavier Bisaro et Christine Bénévent, et intitulé Les paroles d’élèves dans l’Europe moderne. J’y ai personnellement pris un très grand plaisir comme chercheuse mais aussi comme enseignante. À entendre ces historiens rappeler la valeur accordée au chant, au jeu théâtral et à la déclamation dans les méthodes anciennes d’enseignement, j’ai perçu à quel point notre enseignement faisait peu de place à l’oralisation – et cru saisir l’une des raisons de mon insatisfaction pédagogique chronique. Les interventions de Jennifer Richards, John Gallagher, et particulièrement Perry Mills, directeur d’Edward’s Boys (King Edward VI School, Stratford-upon-Avon) m’ont particulièrement enthousiasmée, et surtout, convaincue que d’autres manières d’enseigner étaient possibles – conviction renforcée lorsque nous avons vu des étudiants de l’université de Bourgogne, dirigés par l’énergique Mathieu Ferrand, jouer en latin une pièce de 1518 rebaptisée pour notre plus grand plaisir Qui veut la peau de Pragmatique Sanction ? Il n’en fallait pas davantage pour confirmer mon envie de mettre en cohérence mes recherches sur le rythme et la musicalité, et mes interrogations sur le rôle du rythme et de la musicalité dans la pratique pédagogique.

Une journée de formation continue pour les maîtres

espeIsabelle Magnan, conseillère pédagogique Musique en Indre-et-Loire, avait réussi à arracher, dans les derniers jours de juin, la possibilité d’offrir un stage d’une journée à des enseignants de grande section et de CP volontaires pour s’engager dans l’expérimentation. Le vendredi 2 septembre, le lendemain de la rentrée, nous avons donc réuni à l’Espé de Tours-Fondettes 16 professeurs des écoles en poste dans diverses écoles de quartiers « prioritaires », équitablement répartis entre GS et CP, qui ont accepté de s’engager, pour deux années, dans cette aventure. La journée était consacrée aux comptines : d’où sortent-elles? à quoi servent-elles ? quel rapport avec l’entrée dans l’écrit ? Mon intervention, le matin, visait à souligner la dimension universelle de la culture orale « traditionnelle » de l’enfance, première « littérature » aux dimensions très musicales. J’avais pris soin de prendre mes exemples dans des cultures et aires linguistiques très variées, pour insister sur la dimension d’invariant anthropologique de ce bagage linguistique et musical familial.

Le lien avec Cantus Scholarum ?… Les travaux d’Anne-Marie Chartier et de Xavier Bisaro ont montré, chacun dans leur aire, que sous l’Ancien Régime (comme encore au XXe siècle en Afrique et dans le monde arabe), les enfants apprennent à lire non pas des textes inconnus, mais des textes qu’ils ont, les années précédentes, appris par cœur et qu’ils psalmodient, chantent et récitent. Il n’est pas question de revenir, bien entendu, à la psalmodie de prières, mais nous avons souligné qu’avec les comptines, l’enseignant dispose lui aussi d’un corpus de formules linguistiques que les jeunes enfants connaissent par cœur, chantent et récitent avec plaisir, et transportent sans peine de l’école à la maison et vice-versa : pourquoi ne pas s’appuyer davantage sur ce bagage, à la fois linguistique et musical ? L’après-midi, Isabelle Magnan a présenté aux enseignants un vaste corpus de comptines (répertoires et enregistrements), classés selon les usages possibles, pour que les enseignants repartent avec des ressources faciles à utiliser. Puis nous avons tous terminé l’après-midi dans la salle de motricité bien fraîche du château de Bel-Air, à mettre en espace et en corps quelques comptines à compter et décompter – Sophie Heywood nous rappelant à cette occasion à quel point le recours à la gestuelle importe, dans ces circonstances, pour comprendre puis mémoriser la formule, lorsqu’on n’est pas de langue maternelle française !

Cantus scholarum IV, 3e rencontre

photo18Les 13 et 14 septembre, il s’agissait donc pour nous de faire le bilan de cette première journée de rencontre avec les enseignants du 1er degré, et d’en envisager les suites. Réunis au CESR, nous avons repris notre travail sur les « consignes chantées », afin de pouvoir offrir aux enseignants du projet diverses modalités d’interventions plus ou moins mélodiques, plus ou moins rythmées, plus ou moins parlées, dans le quotidien de la classe. Puis nous avons réfléchi, avec les responsables du CFMI, à la manière dont des étudiants de master préparant le diplôme de musicien intervenant pouvaient intervenir dans le projet, avec leurs compétences propres en matière de création musicale. L’idée est de renforcer les compétences de chacun : celles des futurs musiciens intervenants, en leur apportant des connaissances sur l’entrée de l’enfant dans le langage, l’entrée de l’élève dans l’écrit ; celles des professeurs des écoles, en leur montrant ce que la pratique de la musique peut apporter à leur projet de classe dans sa globalité. D’ici une dizaine de jours, nous enregistrerons notre corpus de « consignes chantées », qui seront communiquées aux classes. En février, nous retrouverons les enseignants pour une après-midi de bilan à mi-parcours, surtout pour les classes de grande section, qui s’engagent cette année dans le projet avec l’idée que les petits élèves « offriront » ces comptines à leurs maîtres de CP à la rentrée prochaine. Fin février, nous nous retrouvons tous pour deux nouvelles journées de travail, et mi-mai de nouveau, cette fois avec des visites dans les classes participantes.

Notre conviction commune que la pratique orale et en particulier celle, musicale, du chant, renforce les compétences des enfants au moment d’entrer dans l’écrit, ne semble pas totalement incongrue, bien que pour nous elle ait pris le chemin d’une enquête avant tout historique. C’est en effet le sujet avec lequel l’an dernier Aude Sappey-Marinier (étudiante à l’ESPE de l’académie de Créteil) a remporté le premier prix du concours Mon master MEEF en 180 secondes, à partir de son mémoire intitulé Entraînement musical et lecture à haute voix. La musique au secours des apprentissages (sous la direction d’Aline Frey), mémoire téléchargeable ici).


[source de l’illustration du bandeau: http://kidzmusic.com/10-ways-to-make-music-with-your-kids/]


4 réflexions au sujet de « « Chanter la lecture » »

  1. Ces journées ont dû être passionnantes ! Je partage votre point de vue et j’ai à plusieurs reprises constaté le pouvoir des mots par le biais de la chanson en intervenant auprès d’enfants en SESAD et IME (je suis bibliothécaire en charge pendant longtemps de la médiation autour du livre).

  2. Je suis orthophoniste et complètement en accord avec votre article . Cela fait 30 ans que j’utilise les comptines et chansons pour rééduquer les enfants porteurs de retards de langage et les amener à la lecture : bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *