Edward Gorey

Florence Parry Heide, Edward Gorey, Théophile a rétréci, L'Ecole des loisirs, 1979.

Pour son dernier numéro de 2011, le journal Libération consacre deux doubles-pages à l’œuvre du fascinant et génial Edward Gorey, à l’occasion notamment de la parution, aux éditions Attila, de nouvelles traductions de ses livres, qu’il faut saluer comme elles le méritent. L’article de Frédérique Roussel commet cependant une erreur de taille en prétendant qu’avant Attila, seules les éditions du Promeneur ont publié des livres de Gorey en France. Si le talent de l’artiste américain est en effet méconnu chez nous, il faut cependant saluer les initiatives répétées de plusieurs éditeurs, souvent spécialisés dans la littérature pour la jeunesse, qui ont fait connaître son humour grinçant et son trait incisif. Harlin Quist publie ainsi, dès 1978, Il était là, il attendait, mystérieuse histoire de l’adoption d’une famille par un chien, un texte de Rhoda Levine traduit ici par Anne Cornu, dont les illustrations sont de délicates aquarelles aux tons passés. La patience de ce chien rappelle, dans une autre tonalité, la Courabou de Tove Jansson…

Rhoda Levine, Edward Gorey, Il était là, il attendait, Encore un livre Harlin Quist, 1978

En 1979, l’École des Loisirs commence une série de traductions des albums de Florence Parry Heide illustrés par Gorey, où Treehorn est rebaptisé Théophile: Théophile a rétréci (traduction Anna Solal), puis Le Trésor de Théophile (1982, traduction Michèle Poslaniec). Puis quelques autres titres suivent, certains dans la collection Renard Poche, une des premières collections de poche pour enfants: Le Château des toiles d’araignées, de Jan Wahl (1979), Sucreries de quat’sous d’Edward Fenton (1980, traduction Catherine Chaine), Le Petit Chaperon Rouge (1981, texte mis en vers par Christian Poslaniec d’après Grimm), Gargouilligouilla (1983, texte mis en vers par Christian Poslaniec d’après Grimm).

Edward Fenton, Edward Gorey, Sucreries de quat'sous, L'Ecole des Loisirs, 1980.

Dans les années 1990, ce sont en effet les éditions du Promeneur qui, dans leur collection “Le Cabinet des Lettrés”, offrent une belle série des titres majeurs d’Edward Gorey, dont plusieurs sont aujourd’hui indisponibles. En 2007, les éditions Le Serpent à Plumes publient une traduction de The Very Fine Clock de Mureil Spark sous le titre Ticky la très jolie pendule.

Mureil Spark, Edward Gorey, Ticky la très jolie pendule, Le Serpent à Plumes, 2007

Il faut se réjouir de l’édition entreprise par Attila; souhaitons que d’autres titres suivent les cinq déjà parus. En attendant, on peut évidemment se régaler des éditions originales (difficiles hélas à partager avec des enfants non anglophones) et approfondir sa connaissance d’Edward Gorey avec le livre de Clifford Ross et Karen Wilkin, The World of Edward Gorey (Abrams, 1996).

Clifford Ross, Karen Wilkin, The World of Edward Gorey, Abrams, 1996

Les amateurs plus passionnés, eux,  se plongeront avec délices dans Elephant house, or The Home of Edward Gorey (Pomegranate, 2003), magnifique album de photographies de Kevin McDermott qui a rendu avec talent l’esprit de la maison où vivait Gorey.

Kevin MdDermott, Elephant House, or The Home of Edward Gorey, Pomegranate, 2002

4 réflexions sur « Edward Gorey »

  1. Chère Cécile Boulaire,

    Vous avez tout à fait raison de rappeler l’existence de ces livres ! Mais je pense que, dans l’idée, Frédérique Roussel voulait parler des innombrable livres dont Edward Gorey est à la fois l’auteur et l’illustrateur et qui sont difficilement réductibles (voire assimilables) à des livres pour enfants. Gorey avait certes eu droit à des éditions françaises avant le travail éditorial mené par Le Promeneur, mais toutes ces éditions concernaient des collaborations avec des auteurs de livres destinés à la jeunesse. De façon quasi inexplicable, toute son œuvre faite en solo, imposante (comme vous le savez sans doute, elle comprend plus d’une centaine de titres), était restée complètement ignorée. Seul exception à ma connaissance : des planches publiées par Moebius au début des années 90 dans un recueil collectif publié chez Casterman et intitulé Silence on rêve…

    1. Vous avez entièrement raison. Ces lacunes éditoriales soulèvent un problème plus large, d’ailleurs: l’absence de place, dans le domaine français, pour l’édition de livres illustrés qui ne soient pas destinés à l’enfance… Votre initiative est donc doublement pertinente!

  2. Rien sur Charles Addams, qui sort de mes centres d’intérêt: d’une part le dessin d’illustration plus que le dessin de presse ou la bande dessinée; d ‘autre part, un public spécifiquement enfantin (ce qu’est en partie le public de Gorey).

  3. Je commençais justement ces temps derniers à m’intéresser au travail de Gorey (j’aime beaucoup notamment ses Gashlycrumb Tinies), il faudra que tu me prêtes tes bouquins! Tu as des choses également sur Charles Addams?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.