Des « imagiers » de Tana Hoban pour les bébés

Imagiers #1. Dans un récent billet consacré aux imagiers utilisés dans le cadre du programme « Parler bambin », j’ai exprimé ma déception de voir qu’une démarche adressée à de jeunes enfants en crèche faisait l’impasse totale sur les remarquables productions de l’édition pour la jeunesse contemporaine. Avec de semblables objectifs (faire parler les enfants, les inciter à pointer, nommer, échanger, juger), il me semblait qu’il aurait été très facile de procéder à une petite sélection d’ouvrages existants, présentant une même efficacité tout en offrant une évidente plus-value esthétique et poétique. Je voudrais proposer ici quelques aperçus, justement, sur certains de ces « imagiers » modernes qui ont fleuri dans l’édition enfantine depuis les années 1980, et qui sont une véritable richesse offerte aux bébés, et aux adultes qui prennent soin d’eux.

img_6677Dans le billet cité plus haut, je revenais sur la recherche graphique approfondie qui avait présidé à l’élaboration de L’Imagier du Père Castor, et qui en faisait une référence importante, à mes yeux, dans ce domaine du livre pour enfants. Si l’on y regarde de plus près, beaucoup des livres proposés comme simples imagiers se prêtent à ce genre de lecture poétique.

C’est évidemment vrai des albums photographiques de Tana Hoban, comme le très efficace Des Couleurs et des choses1 dans lequel l’agencement des quatre objets disposés sur chaque page produit un effet d’écho similaire.

img_6681

Les cadres très voyants qui isolent les représentations de cet imagier sans paroles définissent pour chaque page une tonalité, à laquelle répond celle de la page en regard, et au premier coup d’œil, c’est l’effet de masse qui domine : les objets seraient classés par couleur, ce qui est la logique annoncée par le titre.

Pourtant une observation plus attentive amène très vite à nuancer cette remarque trop rapide : seuls trois des éléments de chaque page arborent la couleur du cadre, le quatrième élément proposant une polychromie qui fait le lien d’une page à l’autre. Mais ce lien n’est évidemment pas simplement chromatique : certes, les gobelets gigognes font entrer le jaune, le bleu et le vert dans une page qui était dédiée au rouge, mais ils sont surtout une annonce formelle des poupées russes, elles aussi gigognes, qui jouxtent la case, sur la page de droite ; le glissement est donc thématique d’une page à l’autre.

On peut aller plus loin, et remarquer que Tana Hoban a disposé aux extrémités de sa double page des cases ne comportant qu’un seul objet, et a concentré au milieu les objets en nombre – et là encore selon un ordre : deux gants, trois poupées russes, quatre gobelets, une multitude de grains de raisins. Le jeune lecteur peut éventuellement remarquer que chaque objet des cases du haut pourrait contenir l’objet de la case du bas qui lui correspond : la feuille entrerait dans la boite, les gants dans un gobelet, la grenouille dans l’auto, peut-être, selon une logique très enfantine, les grains de raisin dans les poupées russes…

L’artiste a mixé des objets manufacturés et des éléments de la nature, des textures mates, grenues, brillantes ou veloutées, elle a alterné les vues en légère pongée sur des objets tournés vers la gauche, avec des vues de face très aplaties, etc. Enfin elle a pris soin d’uniformiser ces objets disparates en leur appliquant le même traitement photographique : tous sont pris en conditions de lumière extrêmement contrôlée, tous sont posés sur un fond blanc qui laisse voir une légère ombre portée, trace visible du volume qu’ils occupent dans l’espace ; tous, malgré leurs dimensions différentes dans la vie réelle, occupent à peu près la même place une fois représentés sur le papier.

img_6686On comprend dès lors que l’imagier sans mots proposé par Tana Hoban est bien autre chose qu’un simple catalogue de photographies objectives, rangées par couleur et destinées à servir de support à l’expression verbale du jeune enfant. Il s’agit déjà d’une mise en ordre du monde, qui ne cache nullement sa volonté organisatrice : en effet, les marques de cadre sont extrêmement visibles, et démentent d’emblée l’illusion d’objectivité que pourrait donner l’usage du medium photographique. Ce que semblent nous dire ces images « mises en ordre », c’est qu’il y a pour les objets mille manières de se ressembler : par la couleur, certes, mais aussi par l’usage, par l’appartenance à un règne, par les dimensions ou la texture – et que choisir une de ces « clés » de répartition nous amène immanquablement à faire apparaître les autres aussi. Loin du nominalisme simpliste qui semble à la base du fonctionnement d’un imagier, Des couleurs et des choses semble au contraire montrer à l’enfant que les objets sont moins singuliers qu’il n’y paraît, qu’ils entretiennent entre eux des parentés nombreuses et surprenantes, et que c’est le regard organisateur de l’enfant lui-même qui fait apparaître ces parentés ; en somme, qui donne sens au monde.

 hobanLa même analyse pourrait s’appliquer à bon nombre des albums de la grande photographe, par exemple au magnifique Exactement le contraire2 qui, loin de ce que laisserait un peu vite supposer son titre, ne se contente pas du tout d’illustrer en vis-à-vis deux notions contraires (« ouvert » et « fermé, semble suggérer la première double page), mais invite le lecteur à un plus large examen des relations que peuvent entretenir deux images, deux situations, deux états d’une même réalité.

hoban3

hoban2Dans la double page où des œufs sont cassés, on ne peut évacuer la question de l’agent : qui a cassé ces œufs qui sont intacts sur l’image de gauche ? Ce faisant, on réintroduit la question de l’action, donc de la temporalité ; de fait, la juxtaposition gauche-droite vaut moins comme marque de l’opposition axiologique que comme séquence, et à la réversibilité de la relation de contraire (si le chaud est le contraire du froid, alors le froid est le contraire du chaud), vient se substituer l’irréversibilité des processus inscrits dans le temps : on peut casser des œufs, mais pas reconstituer un œuf brisé.

C’est bien à un regard sur le monde qu’invite Tana Hoban, regard qui, en réintroduisant action et agent, donc temporalité et narration, invite par ricochet à une interrogation sur l’arbitraire du langage, interrogation un peu plus poussée que dans l’album précédent. Des couleurs et des choses invitait à construire, par le regard et l’action d’associer en observant, un rapport élaboré au monde matériel ; Exactement le contraire, parce qu’il laisse entendre que chaque double page serait fondée sur une opposition de deux termes, suggère cette fois une verbalisation… qui s’avère problématique, et fait surgir l’inefficacité des catégories simplistes pour dire le monde : dire « ouvert » et « fermé » pour gloser la première double page est bien pauvre. L’enfant, au contraire, observera la différence de qualité de lumière, trace du passage du temps, et en viendra évidemment à suggérer que quelqu’un a fermé cette porte – parce que c’était le soir ? On le voit, bien au-delà du nominalisme suggéré par le titre, l’album invite donc à envisager toute chose en termes de relation : des choses au langage, des choses aux êtres, du langage aux êtres.

  1. Tana Hoban, Des couleurs et des choses, Kaleidoscope, 1990 [Of Colours and things, 1989] []
  2. Tana Hoban, Exactement le contraire, Kaléidoscope, 2002 [Exactly the Opposite, 1990] []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *