Livres d’hier: une journée d’études à revivre!

Le mardi 4 octobre s’est tenue à l’ENSSIB et en partenariat avec le CNLJ une journée d’études intitulée Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui: quelles rencontres ? Je ne pouvais pas y être, alors que le sujet m’intéresse – dans ce même établissement, j’avais fait en janvier dernier une intervention sur le sujet,  « Patrimonialiser le livre pour enfants : un défi ? », dans le cadre d’une autre journée d’études intitulée La fabrique du patrimoine écrit : objets, acteurs, usages sociaux (actes à paraître). Mais l’ENSSIB a enregistré toutes les interventions, donc tout le monde peut en profiter dès maintenant !

L’intervention de Jacques Desse, en demi-teinte, pose avec beaucoup d’exigence les cadres concrets du débat sur le livre ancien pour enfants. C’est passionnant. La réflexion à deux voix de Christine Morault (MeMo) et Loïc Boyer (« cligne cligne » chez Didier Jeunesse) invite à découvrir différentes manières de rééditer des livres du passé pour les enfants d’aujourd’hui. L’ensemble des interventions pose la question, pas résolue de manière convaincante par les institutions publiques, du destinataire de ces livres qu’on fait « revivre ».

À mes yeux, les réponses des professionnels appartenant au secteur privé sont plus claires, plus assumées : un éditeur réédite un livre ancien, mais c’est pour en faire un livre neuf, qui sera mis entre les mains de tous les enfants sans injonction à prendre garde, ou à vénérer une œuvre du passé. Si on réédite l’album, c’est qu’il reste accessible, sans médiation ou mise en garde particulière, à l’enfant d’aujourd’hui – qui veut du papier neuf, des couleurs vives, une belle odeur d’encre fraîche ! Quant au libraire de livres anciens, il sait à qui il vend ses livres : non pas à des enfants, mais à des amoureux de l’objet, des passionnés de l’édition, du livre, du papier, de la créativité-sur-codex.

Rappellera-t-on assez que les plus belles collections de livres pour enfants anciens ne sont pas toujours dans les bibliothèques publiques, mais bien souvent chez les collectionneurs privés, les clients, précisément, de ces professionnels ? Pendant longtemps, les institutions publiques se sont désintéressées du livre pour enfants du passé, et les ensembles réunis par de prestigieux collectionneurs étaient dispersés. Gumuchian, qui quitte la France dans les années 1930, vendra sa collection aux États-Unis sans que la puissance publique s’en émeuve. La collection de Paul Gavault est vendue à Drouot au printemps 1951, celle de Roger Castaing en juin 1977 : l’État ne préempte pas, le livre pour enfants est quantité négligeable, et on ne prend pas en compte la plus-value extraordinaire produite par la réunion érudite de ces livres au sein de collections cohérentes (les catalogues de ces ventes sont pourtant devenus, paradoxalement, une source importante pour les collectionneurs, vendeurs… et chercheurs actuels).

Aujourd’hui, entreprendre une recherche sur le livre pour enfants nécessite souvent d’entretenir de bonnes relations avec les collectionneurs privés qui, seuls, ont à la fois méticuleusement amassé les livres du passé, avec une maniaquerie dévote qui n’a d’égale que la maniaquerie du chercheur lui-même, mais aussi réuni un savoir précieux sur ces livres. Je me permets de rappeler ici que la BnF ne peut par exemple pas permettre l’accès aux premiers tirages des Petits Livres d’or, qui après diverses tribulations, sont conservés à Bussy dans des entrepôts de grande hauteur d’où ils risquent de ne jamais sortir – il m’a donc fallu recourir au savoir accumulé par plusieurs collectionneurs, qui avaient, eux, soigneusement réuni non pas seulement les premières éditions, mais les premiers tirages de la première édition. C’est grâce aux mentions figurant sur leurs exemplaires (qu’ils soient tous une nouvelle fois remerciés!) que j’ai pu vérifier mon hypothèse: les Petits Livres d’or de la société Cocorico avaient bel et bien été imprimés en août 1949, quelques semaines après le vote de la loi du 16 juillet, et ce, alors même que la société éditrice elle-même n’était pas encore créée (elle ne le serait qu’en septembre).

Je me réjouis donc que cette journée d’études ait permis de réunir à la fois des éditeurs, à la fois des conservateurs, et à la fois un libraire de livres anciens. Cela ouvre peut-être une période où travailler en bonne intelligence va devenir la norme et non l’exception.

 

[source de l’image: André Hellé, Films pour les tout-petits, Paris, Librairie Garnier frères, 1924. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8595072t]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.