Ponti depuis le début

Mea culpa : il y a un peu plus d’un an, j’avais un peu rapidement laissé entendre que puisqu’il existait déjà plusieurs livres consacrés à l’œuvre de Claude Ponti1, il était probablement inutile d’en publier un de plus. Erreur : les excellentes éditions du Poisson soluble publient le 2e volume de la collection La Fabrique, dans lequel Adèle de Boucherville fait la preuve que tout n’avait pas été dit !

L’intérêt majeur de La Fabrique de Claude Ponti réside dans la manière dont Adèle de Boucherville poursuit opiniâtrement le projet qu’elle s’est donné avec cette collection : interroger les dessous de la « fabrication » (évidemment, créative) d’une œuvre. Cela la conduit, pour ce volume consacré à Claude Ponti, à dépasser les discours déjà beaucoup lus qui analysent les albums, l’invention verbale ou plastique manifestée dans leurs pages par l’artiste. Elle fait en effet le choix de remonter en amont de ces albums, pour interroger la source de l’imaginaire qui se déploie dans les albums familiers des amateurs de littérature pour enfants. Autre démarche inédite et qui porte ses fruits : Adèle de Boucherville ne se limite pas à œuvre plastique de Ponti, mais intègre à sa démarche les trois romans de l’auteur, publiés aux éditions de l’Olivier2.

img_7281De sorte que la réflexion qui nous est donnée à lire dans ce volume abondamment illustré croise de manière acrobatique et réussie une enquête plastique avec une enquête thématique. C’est en interrogeant les souvenirs de l’artiste, déjà transformés par la mise en roman, qu’elle débusque la source des péripéties qui jalonnent tous les grands albums de Ponti – leur source, mais aussi et surtout leur ressort. C’est ce qui lui fait réaffirmer, à plusieurs reprises, que Ponti écrit pour les enfants : pour UN enfant, dans un premier temps, sa propre fille Adèle, pour qui est créé le premier de tous les albums, L’Album d’Adèle. Et par extension, pour les enfants, tous les enfants qui lisent ses livres, et parfois lui écrivent pour témoigner à leur manière de ce que ces livres ont changé dans leur vie. Cette constance dans l’adresse, les raisons biographiques profondes qui fondent ce désir de s’adresser à l’enfant, et de lui parler des épreuves que la vie peut hélas lui réserver, sont parfaitement mises en lumière dans le livre d’Adèle de Boucherville. On ne peut qu’être convaincu par ce fil tendu entre deux pôles de la création : celui du roman, qui invite à remanier le matériau biographique pour mettre en fiction les événements, mais aussi les émotions et les énergies qui permettent d’y survivre ; et celui de l’album, animé par sa propre pulsion graphique.

C’est sur ce second sujet que le livre révèle tout son intérêt. Issu l’un long travail d’entretiens avec Claude Ponti, l’ouvrage d’Adèle de Boucherville présente uneimg_7282 iconographie abondante et totalement nouvelle, qui nous fait découvrir l’œuvre de « Ponti avant Ponti » : ses dessins d’étudiant aux Beaux-Arts, les peintures et gravures de ses premières années parisiennes, ses dessins de presse, les sculptures qui peuplent son atelier. Le lecteur peut alors percevoir tout ce travail, lent et hasardeux, qui nourrit ce que nous connaissons aujourd’hui du « style Ponti ». Adèle de Boucherville, par les sélections qu’elle a opérées dans cet abondant matériau iconographique, par les choix de mise en page qui construisent d’intéressant parallèles, réussit à dégager cette ligne incertaine mais passionnante qui conduit des dessins de jeunesse inquiets, surréalistes cruels parfois3, aux bestioles humanoïdes qui surmontent les obstacles et terrassent les monstres de ses albums pour enfants. C’est efficace, documenté, passionnant, et écrit dans une langue agréable et claire : voilà de quoi bien commencer l’année !

Références:

Adèle de Boucherville , La Fabrique de Claude Ponti, Le Puy-en-Velay, L’atelier du poisson soluble, 2016, 207 p. ISBN 978-2-35871-059-6. 32 €
Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Ponti depuis le début," in Album '50', 11 janvier 2017, https://album50.hypotheses.org/1812.
  1. Sophie Van der Linden, Claude Ponti, Être, 2000 ; Yvanne Chenouf , Lire Claude Ponti : encore et encore, Être, 2006 ; Catherine Renaud Buscall , Les « incroyabilicieux » mondes de Ponti : une étude du double lectorat dans l’oeuvre de Claude Ponti, Uppsala Universitet, 2007. []
  2. Les Pieds bleus, 1995 ; Est-ce qu’hier n’est pas fini ? 1999 ; Le Monde, et inversement, 2006 []
  3. à la manière du Ungerer des années 1970 ((Thérèse Willer et alli, Tomi Ungerer et ses maîtres : inspirations et dialogues, Musées de la ville de Strasbourg, 2011 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *