Nous, les filles – ou le retour de la petite robe

Mon université s’intéresse à l’égalité femmes-hommes. Par exemple, cette semaine, nous avons été informés de l’ouverture des candidatures pour recevoir la Prime d’encadrement doctoral et de recherche. À cette occasion, notre attention a été attirée sur la sous-représentation des maîtres de conférences et des femmes (donc, sans doute, des maîtresses de conférence, cumulardes !) dans les candidatures à cette prime. Mon université invite donc les femmes à ne pas s’auto-censurer, et à candidater – sans doute pour faire oublier l’effet déplorable de la première année de mise en œuvre de la « prime d’excellence scientifique », qui était supposée être ouverte aux maîtres de conférences : hélas, notre conseil scientifique avait classé d’un « C » infâmant tous les dossiers des maîtres de conférences, au motif qu’ils ne dirigeaient pas de thèses… Donc désormais, mon université se soucie de l’avancement de carrière des femmes, et c’est bien. Mon université fait attention aussi à la féminisation des noms désignant titres et grades, et elle a même édité une plaquette à cet effet. C’est là qu’on peut s’agacer… Quel visuel a été retenu pour attirer l’attention sur ce document réglementant la manière de s’adresser à une rectrice, à une chercheuse, une ingénieure, une doyenne ou une présidente ? Eh bien, facile : un cintre, et une petite robe légère. C’est bien connu, les bonnes femmes, ça ne s’intéresse qu’aux chiffons !

Un "nuage de mots-clés" pour habiller les silhouettes "homme" et "femme" des santitaires. Pour les hommes, les mots écrits en gros sont "auteur", "recteur", "professeur", "médecine". Pour les femmes, les mots "secrétaire", "médiatrice", "opératrice", "conseillère".
Un « nuage de mots-clés » pour habiller les silhouettes « homme » et « femme ». Pour les hommes, les mots écrits en gros sont « auteur », « recteur », « professeur », « médecin ». Pour les femmes, les mots « secrétaire », « médiatrice », « opératrice », « conseillère »…

 


4 réflexions au sujet de « Nous, les filles – ou le retour de la petite robe »

  1. Serait-ce une illusion d’optique ou est-ce que je lis bien « entrepreneuse » inscrit au sein (sic) du « bonhomme de mots » ? … trait d’humour ou économie de correcteur-trice ?

  2. Cette brochure m’avait moi aussi agacée quand on me l’a recommandée il y a quelques mois, merci Cécile de revenir sur le sujet.
    Visuels et nuages de mots-clés témoignent en effet de l’ambivalence de la démarche, il reste encore quelques mises au point à faire!
    A noter: l’emploi du terme de « maîtresse de conférences » y est d’ailleurs déconseillé… pour ma part je le revendique au contraire. Il serait peut-être bon d’ouvrir le débat sur ces questions, non?

    1. Pourquoi pas? D’une manière générale, les documents de communication de l’université, parfois très efficaces, ont une certaine tendance à reprendre allègrement les stéréotypes de genre (je me souviens d’une campagne pour stimuler la création d’entreprise…) et c’est aussi un point que nous pourrions soulever.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *