Trois grands messieurs à Libr’enfant

La librairie Libr’enfant avait donné « carte blanche » à l’artiste et éditeur Olivier Douzou pour trois rencontres avec le public. Trois rendez-vous drôles et passionnants avec lui et deux complices : Benoît Jacques et François Place.

Vendredi après-midi, la médiathèque de Joué-lès-Tours proposait une rencontre à deux voix, mais Michel Galvin ayant été empêché, l’après-midi a été consacrée au seul Olivier Douzou, et c’était très, très bien. Il est rare d’entendre un éditeur défendre une conception si pointue du livre avec des termes aussi clairs et simples. C’est évidemment dû au fait que cet éditeur est aussi un auteur et un auteur-illustrateur lui-même. Le parcours d’Olivier Douzou est remarquable : la parution de Jojo la mache en 1993 signe à la fois la création d’un département « jeunesse » aux éditions du Rouergue, et le début d’un renouvellement profond de la créativité de l’album en France. Après une interruption de 10 ans, consacrée à son œuvre comme auteur, Olivier Douzou redevient éditeur au Rouergue : commenter réinventer ce qu’on a contribué à créer avant de souhaiter s’en détacher ? Le contexte éditorial a changé, les éditions du Rouergue ont été absorbées par Actes Sud, les auteurs du catalogue initial se sont dispersés, c’est donc bien un pari à relever. À chacune des étapes, le goût du jeu, du défi, de la contrainte librement inventée semblent les clés de la créativité. Être éditeur quand on est aussi auteur, c’est sans doute accorder plus d’importance à la relation avec l’artiste, être plus attentif à la perfection matérielle du livre auquel aboutit tout projet d’édition, travailler davantage avec le créateur. On comprend pourquoi les albums du Rouergue ne ressemblent pas aux autres, au point sans doute de dérouter parfois : c’est une maison où on défend haut et fort l’importance de l’invention.

La soirée, à la librairie, réunissait cette fois autour d’Olivier Douzou l’artiste et auto-éditeur Benoît Jacques, et l’illustrateur François Place. On m’avait demandé d’animer la discussion, ce qui fut à peu près inutile parce que les propos s’échangeaient spontanément. Passionnantes discussions sur  la créativité, sur l’acte d’éditer, sur l’importance du livre comme objet matériel – discussions qui se sont prolongées ensuite autour d’un buffet offert par la librairie, et encore ce matin lors d’une séance de dédicaces croisées d’une grande drôlerie… D’ordinaire, je renâcle un peu quand on me demande d’animer une rencontre : je crois n’être pas très bonne à cet exercice, et quoi qu’il en soit je ne l’aime pas. Les créateurs m’intimident, j’admire leur œuvre mais je ne sais pas très bien exprimer cette admiration, et les conditions artificielles de cet exercice ruinent toute possibilité d’échange un peu vrai. Là, c’était juste simple et agréable – parce que ce sont trois artistes d’une grande finesse, d’agréable compagnie, et pleins d’humour ! Merci à eux, et à Libr’enfant, pour ces moments.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *