Inauguration du Centre Patrice Wolf: où en sont les médias avec la littérature pour la jeunesse?

Ce samedi 18 novembre 2017 s’est tenue, à la BM de Tours, une journée consacrée aux relations entre médias et littérature pour la jeunesse, à l’occasion de l’inauguration du Centre Patrice Wolf. Pour mémoire, Patrice Wolf, qui a co-animé avec Denis Cheissoux, pendant 21 ans, l’émission « L’as-tu lu mon p’tit loup? » sur France Inter, a cédé à la BM de Tours un ensemble constitué de ses archives et des livres reçus dans le cadre de cette émission. C’est cette collection qui, ajoutée au fonds professionnel que la section jeunesse possédait déjà, est devenue le Centre Patrice Wolf. Une superbe plaquette, réalisée par le service communication de la ville de Tours à partir des dessins de de Bruno Heitz, dit tout ce qu’il faut savoir sur ce centre de ressources.

On m’avait demandé d’ouvrir la journée en présentant l’émission, puisque j’avais déjà eu l’occasion de faire ce travail à la demande de Francis Marcoin pour les Cahiers Robinson. Les deux animateurs « historiques » de l’émission ont eu la gentillesse de bien vouloir me prêter leurs voix : lorsque, pour les besoins de l’analyse, j’utilisais une citation extraite des enregistrements de l’émission, c’est eux qui la disaient – au point que, bien vite, les participants à cette journée d’études ont eu l’impression que le duo radiophonique était reconstitué !

Le journaliste Cyrille Ardaud a ensuite interviewé longuement l’ex-duo. Tout au long de la matinée, Bruno Heitz, complice de longue date de Patrice Wolf, commentait en direct et en images les propos des deux animateurs, et c’était très drôle.

L’auditorium qui coiffe la BM de Tours était plein : beau succès pour l’équipe de la BM qui organisait l’événement ! Tout ce que Tours compte d’amateurs et de professionnels de la littérature pour la jeunesse était là, semble-t-il, et c’était très agréable, bien que frustrant puisqu’il n’était pas possible de mener toutes les discussions qui s’ouvraient en même temps. Libraires, bibliothécaires, animateurs, élus, journalistes, blogueurs, étudiants et doctorants (et même David Gayraud !), c’était un vrai carrefour.

L’après-midi a débuté par une visite de l’exposition imaginée par les éditions MeMo, Avant et maintenant, une très intelligente et très belle mise en scène du dialogue entre les artistes du livre par-delà les années. De grands panneaux reproduisant des images d’albums de MeMo sont appariés deux à deux, ce qui fait apparaître des rencontres formelles, esthétiques, thématiques, parfois évidentes, d’autres fois surprenantes. On est d’abord frappé par l’esthétique de l’ensemble, qui rend même intéressant (!) le lino rayé jaune et vert de cette partie non-refaite de la BM. La visite était passionnante, j’ai regretté que mes étudiants de première année ne soient pas là, parce qu’on y retrouvait, rendus vivants par cette mise en scène, beaucoup des épisodes éditoriaux que nous avons étudiés ce semestre. Je vais leur proposer une visite, avec présentation du centre de ressources… L’expo est en place jusqu’au 6 janvier 2018, il faut absolument aller la voir ! Par ailleurs, dans le vestibule qui mène à la section jeunesse, deux jolies petites bibliothèques de bois patiné offrent en lecture la totalité du catalogue de MeMo, on peut s’installer dans les fauteuils et lire en attendant l’ascenseur.

Après cette visite, l’après-midi était consacrée à une table ronde intitulée Médias et littérature jeunesse : quelles critiques pour quels publics ?, et réunissant, autour d’Anne Clerc, Lucie Cauwe, Françoise Dargent et Jeanne Beutter. Lucie Cauwe, toute la communauté du livre pour la jeunesse la connaît : après avoir été journaliste littéraire au Soir de Bruxelles pendant de longues années, elle anime désormais le blog LUcie&co sur lequel elle poursuit son activité de critique avec la même rigueur et la même profonde familiarité avec l’univers du livre pour enfants. Françoise Dargent, auteur de quelques fictions, est surtout journaliste littéraire au Figaro, où elle chronique régulièrement (mais pas exclusivement) des livres pour la jeunesse. Jeanne Beutter est une journaliste indépendante qui s’efforce de « placer » des articles consacrés à la littérature pour la jeunesse.

Le débat a été passionnant – même dans sa dimension inachevée. Il faisait écho aux discussions du matin, au cours desquelles Patrice Wolf, avec sa détermination calme, avait invité à ne pas enjoliver le passé, et se souvenir que personne n’avait fait de place à la littérature pour enfants : cette place, il avait fallu la conquérir, et d’abord, en inventant et en proposant quelque chose. Aux nouvelles énergies, aux nouvelles personnes, en 2017, d’imaginer ce qui pouvait être fait. Dans ce sens, André Delobel, pour le CRILJ d’Orléans, a rappelé l’aventure de « Lire à belles dents » : pendant 14 ans, le journal La République du centre avait accepté (et payé !) une chronique hebdomadaire consacrée au livre pour enfants [avis aux étudiants en mal de sujet de master: les archives sont à leur disposition! ]. Ce qui était possible autrefois ne le serait plus aujourd’hui ? Certes, la presse papier est désormais un média en difficulté, les conditions de travail, la pratique du métier ont changé. Mais de nouveaux médias apparaissent : serait-ce à eux de prendre le relais ?

C’est là que le débat est devenu franchement intéressant, même s’il n’a pas pu aller à son terme (ce qui pourrait souffler l’idée de faire une « saison 2 » !). Les trois journalistes interrogées ont manifesté leur réticence à l’égard des « blogueuses », une expression d’emblée perçue comme péjorative. Ce terme de « blogueuses », si l’on en croit Lucie Cauwe, renverrait à cette nébuleuse de jeunes femmes, lectrices de littérature pour la jeunesse (et, peut-être, seulement de littérature pour la jeunesse…), passionnées par les livres qu’elles lisent, parfois mères de jeunes enfants, qui semblent considérer que ces trois conditions suffisent à rendre légitimes leurs avis sur les livres pour enfants, exprimés sur leurs blogs personnels. Lucie Cauwe, qui est une des administratrices du groupe « Autour de la littérature jeunesse » sur Facebook (environ 13000 membres à ce jour), a expliqué qu’elle désignait par ce terme de « blogueuses » toutes les personnes qui demandaient à ce que leurs publications soient notamment relayées sur ce groupe, et à qui le groupe répondait non, parce que leurs critiques n’étaient que l’expression non-argumentée d’une préférence personnelle, sans plus-value. Elle a un peu raillé le ton lénifiant de certaines de ces publications, qu’on connaît bien… Françoise Dargent a renchéri, expliquant que le travail de journaliste littéraire, assez mal considéré même au sein de la presse, demandait un temps considérable, notamment pour être en mesure de proposer une sélection (sélectionner, ça veut dire lire beaucoup, beaucoup pour proposer très peu…), et qu’il n’avait pas grand chose à voir avec la simple rédaction de ses préférences de lecture – activité qui peut cependant avoir son intérêt, à condition qu’on ne mélange pas tout. Jeanne Beuter, quant à elle, a rappelé que « journaliste », ce n’était pas simplement une compétence et une déontologie, c’est aussi un métier, au sens le plus élémentaire du terme, c’est-à-dire une activité professionnelle qui doit permettre qu’on en vive. Or actuellement, on lui rétorque souvent qu’on ne souhaite pas lui payer une pige, parce que dans le même temps une blogueuse ou un blogueur offre de réaliser le « même » travail gratuitement. Enfin est venu sur le tapis la question des « partenariats » avec des éditeurs, terme extrêmement vague qui permet notamment à des marques de fournir à des blogueurs/blogueuses (ou youtubeurs/youtubeuses) des produits gratuits, dans l’intention qu’ils soient ensuite évoqués dans les chroniques publiées. La question a agité (mais pas assez !) la communauté Facebook des amateurs de livre pour enfants, la semaine dernière, à propos des pratiques très douteuses d’une nouvelle maison, qui recrutait explicitement des « blogueurs partenaires » pour faire sa promotion gratuitement.

Tous les ingrédients d’un passionnant débat étaient là :

  • la question de la déontologie, et de la nécessaire indépendance du critique à l’égard de ce qu’il critique
  • la question du professionnalisme du journaliste, et celle de l’exercice concret de son travail, notamment en termes de temps
  • la question de l' »ubérisation » de ce métier (terme employé par Jeanne Beutter), et de la concurrence déloyale que constituent ces blogs

mais aussi :

  • la question de la légitimité de la parole « d’en bas », celle qui s’exerce librement, sans le contrôle de la moindre institution, et qui bouscule les hiérarchies (merci Bourdieu, merci Michel de Certeau !)
  • la question de l’inaptitude réciproque des jeunes et des vieilles générations à comprendre les médias de l’autre, et l’usage qui peut en être fait (en gros : les moins de 35 ans ne lisent plus de journaux / les vieux de plus de 45 ans ne comprennent rien à YouTube)

Les interventions dans le public ont en effet fait apparaître des désirs d’expression, venus de professionnel(le)s qui, au cours de leur parcours, ont ressenti le besoin de se former et qui, à l’issue de leur formation, ont très logiquement souhaité faire partager au-delà de leur petit cercle de connaissance les propos critiques qu’ils et elles se sentaient désormais en mesure d’argumenter. Ici, j’aimerais pouvoir citer la bibliothécaire qui a apporté son témoignage et qui, une dizaine de minutes plus tard, a dit « c’est vrai que je n’avais pas du tout vu les choses sous cet angle », apportant la preuve concrète que cette après-midi de débat avait fait avancer la réflexion – si un lecteur de ce billet peut me mettre en rapport avec elle, j’ajouterai l’adresse du blog qu’elle a créé avec d’autres « anciens » du master LIJE  du Mans ! [mise à jour à 21h : il s’agit de l’Ouvre-Livres !] Ces interventions ont aussi permis de mener le débat sur le terrain de la légitimité de la parole, une intervenante (restée hélas anonyme : serait-ce l’auteur de Between the books ?) ayant pris la parole comme « blogueuse », mais aussi comme « professeur agrégée de Lettres classiques » – une autre manière de revendiquer, au-delà de la profession de journaliste, une compétence « certifiée » donnant à la parole publiée une légitimité réelle, supérieure ou au moins équivalente à celle, plus traditionnelle, du critique journalistique. C’est elle qui a rappelé que la communauté des blogueurs et blogueuses s’est notamment constituée parce que, dans la presse officielle elle-même, il est de moins en moins rare de lire un soi-disant « article » qui se contente de reprendre le communiqué de presse fourni par l’éditeur en même temps que les exemplaires gratuits du livre (qu’on peut acheter, la semaine suivante, dans les rayons « occasion » des magasins Gibert du quartier latin…). Les blogueuses, une alternative aux dérives d’une presse qui ne remplirait plus ses missions ?

Bref : c’était passionnant, parce qu’un peu conflictuel. Et ça donne envie de poursuivre la réflexion, sinon le débat : pourquoi pas faire un bilan dans un an, en invitant blogueurs et blogueuses à rencontrer journalistes et critiques professionnels ? Une des nombreuses idées qui ont jailli, au cours de cette journée, et qui prouvent que le Centre Patrice Wolf est bien parti pour fédérer les initiatives autour du livre pour enfants !


14 réflexions au sujet de « Inauguration du Centre Patrice Wolf: où en sont les médias avec la littérature pour la jeunesse? »

  1. Je vous remercie beaucoup d’avoir pris le temps de nous offrir ce compte rendu détaillé de cette journée qui avait l’air tout à fait passionnante. La question de la légitimité de la critique littéraire et son articulation avec la réalité du terrain avec les enfants sont au coeur de la démarche de l’association Breadcrumb, le livre d’images en jeu, préoccupation hélas pas toujours partagée par certains éditeurs et médias…
    On peut espérer que sur le long terme le distingo entre blogs professionnels et blog amateurs se fera plus aisément…

  2. Merci Cécile pour toutes ces précieuses informations et pour tes réflexions qui nourrissent les nôtres et ouvrent sans cesse des horizons nouveaux. Amitié. Joëlle

  3. Je viens de lire cet article très intéressant et je regrette d’entendre des propos aussi peu repecteux à propos des blogs en littérature de jeunesse . De temps’en Temps il serait bon que les journalistes spécialisés descendent sur le terrain avec les enfants et s’paerçoivent Que ce qu ils apprécient ne sont pas ceux que les enfants et enseignants ont dns leur classe ..un peu de modestie et de savoir à propos de la lecture et du niveau des enfants . Il y a deux mondes , celui des journalistes et celui de la réalité .
    Je suis la première à dire qu il faut ouvrir le monde aux enfants et leur appétit de savoir et de découvrir … de plus ceux qui se disent spécialistes ont aussi tendance à promouvoir certains livres et certaines maisons d’editions 😱 . Et pour finir ce débat je pense ( et je suis dans les vieilles de plus de 60ans ) qu’ il faudrait aussi accepter les nouveaux médias afin de parler à tout le monde et non qu’à un petit groupe élitiste.

    1. Chère Madame, si je comprends bien votre formulation, vous n’avez pas assisté à la journée du 18 novembre: vous n’avez donc pas à proprement parler « entendu » des « propos […] peut respectueux », vous les inférez de mon compte-rendu, et je m’en désole. Cette journée d’études du 18 novembre s’est en effet caractérisée par la très grande ouverture dont ont fait preuve les participants, aussi bien les intervenants que les personnes venues assister aux débats et qui ont choisi de prendre la parole. Il n’y avait pas non plus de tension entre de soi-disant « spécialistes » et d’autres qui auraient contesté leurs prises de parole; pas non plus d’immodestie des uns ou des autres. Le compte rendu que j’ai rédigé avait précisément pour objectif de souligner à quel point cette journée avait été intéressante, parce qu’elle avait permis de faire émerger des points de vue différents, et parfois divergents, sur les médias. A mon sens, c’est ce qui a rendu les échanges aussi constructifs. Je suis donc désolée de vous avoir donné l’impression du contraire. Cordialement,
      Cécile Boulaire

  4. L’intervenante anonyme que je suis, et donc aussi rédactrice du blog Between the books (en Touraine) est ravie d’un compte-rendu aussi précis et nuancé. Je vous remercie pour ce point de vue sur une table-ronde qui, par son aspect un peu conflictuel, a posé les bonnes questions et promet des réflexions de qualité sur les médias autour de la littérature pour la jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *