Des images hypnotiques du 68 des enfants

C’est une exposition enthousiasmante qui clôt (presque) le programme de recherches imaginé par Sophie Heywood autour du 1968 des enfants. Pour mémoire, le programme a notamment déjà donné matière à un colloque international, organisé par Sophie à l’université de Tours en octobre 2017, « 1968 and the boundaries of childhood », et à une publication copieuse dans le n°13 de la revue Strenæ, paru… mardi dernier! Cette fois, l’exposition était organisée par la médiathèque Françoise Sagan, avec, au commissariat d’expo, Sophie Heywood et Cécile Vergez-Sans.

J’ai eu la chance de la visiter au cours de la journée d’études du 17 mai, intitulée « Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage? » et co-organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF. Une journée passionnante, mais je n’en dirai rien ici, me contentant de renvoyer au compte-rendu parfait qu’en fait Loïc Boyer sur son blog.

C’est de l’exposition que je voudrais dire deux mots. Je croyais connaître tous les albums exposés pour cette occasion. En fait, j’en connaissais un bon nombre, mais pas forcément tous : l’équipe de l’Heure Joyeuse (fond patrimonial de livres pour enfants) a sorti tout un tas d’albums issus de petites maisons d’édition sur lesquelles très peu a été écrit.

On peut donc découvrir certains des premiers livres d’Yvan Pommaux, des petits livres des éditions d’Au ou des éditions d’Utovie, des albums de Léon Faure. On peut suivre la polémique déclenchée en 1972 autour des albums d’Harlin Quist par Françoise Dolto, et surtout, admirer le matériel extraordinaire de ces éditions dirigées par l’américain Harlin Quist et son partenaire français François Ruy-Vidal, qui a donné ses archives à la bibliothèque de l’heure Joyeuse (fonds patrimonial de livre pour enfants, conservé au sein de la médiathèque Sagan). « Matériel », pour cet éditeur qui aimait qu’on parle de lui, ça signifie catalogues et brochures, affiches revendiquant les partis-pris éditoriaux (par exemple, l’affiche « la littérature en couleurs », que je n’ai pas photographiée), posters d’une splendeur à couper le souffler mettant en avant le talent remarquable des artistes qui travaillaient pour la maison.

Il y aurait encore énormément de bien à dire de cette exposition : elle est très pédagogique ; elle est remarquablement scénarisée (le graphisme est signé Loïc Boyer, qui fait corps avec son sujet !), elle inclut des albums étrangers, dont le très étonnant Fünf Finger sind eine Faust (Cinq doigts forment un poing), placé au sein d’une vitrine consacrée aux personnages en révolte.

Mais ce qui m’a le plus éblouie, ce sont les originaux de Nicole Claveloux, ceux de Alala les télémorphoses, ceux des deux albums de Gertrude (Gertrude et la sirène et L’Enfant de Gertrude), ceux, surtout, du Chat de Simulombula imaginé par Jacqueline, qui avait enchanté mon enfance mais dans une version différente, sans ces images hypnotiques, dans lesquelles l’inventivité surréaliste croise l’énergie fantastique propre à cette époque. Rien que pour ces images, il faut aller à la Médiathèque Sagan! (exposition jusqu’au 28 juillet)

Merci à la médiatèque Françoise Sagan pour certains des clichés proposés ici. Comme toute bonne chercheuse, j’avais pris avec moi l’appareil photo de mon laboratoire… mais pas la batterie. Mes propres images sont d’une qualité réduite, j’espère qu’elles sont suffisantes pour donner aux lecteurs l’envie d’aller se rendre compte de leurs propres yeux!)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.