Peste ou choléra ?

Comme il faisait un temps splendide, j’ai passé mon après-midi en réunion (selon la loi qui veut qu’il pleuve le week-end). Je suis membre du bureau d’une école doctorale, au sein de mon université. Nous nous réunissons à intervalles réguliers pour des discussions souvent fastidieuses, toujours intéressantes, concernant les thèses menées et soutenues dans notre université, la formation que nous donnons à nos doctorants, la manière dont ils s’insèrent dans nos équipes de recherches. C’est l’occasion, car l’école est pluridisciplinaire, de faire une nouvelle fois le constat de la disparité des pratiques, des attentes, des implicites. Nous ne sommes, en général, d’accord sur rien : ni sur la durée des thèses, ni sur les modalités de l’encadrement, ni sur notre rôle dans la professionnalisation des doctorants. Ce ne sont pas des désaccords de fond, mais l’expression de différences culturelles, lies à des histoires disciplinaires distinctes, à des conditions matérielles très différentes selon les facultés, à des perspectives professionnelles qui n’ont rien de similaire selon les branches. Bref : c’est toujours épuisant, et en même temps, par certains côtés, rafraîchissant.

Mais cet après-midi, malgré le beau temps, j’ai pris en pleine figure la violence contradictoire des injonctions qui nous sont faites. Non, c’est mal dit. Ce ne sont pas des injonctions, mais plutôt un faisceau de contraintes, toutes aussi prégnantes les unes que les autres, qui ne nous sont pas forcément imposées par une autorité dirigiste, mais qui relèvent de notre adaptation (fataliste ?) à un contexte devenu absurde. Je vais prendre des exemples, ce sera plus clair. Au cours de l’après-midi, et au gré de l’ordre du jour, voilà de quoi on a discuté :

– l’instance d’évaluation des universités, l’HCERES, a reproché à notre école doctorale de ne pas utiliser tout le « vivier » constitué par les 174 professeurs et maîtres de conférences habilités à diriger des recherches : seuls 74 dirigent effectivement une ou plusieurs thèses. Autrement dit, si notre école « stimulait » un peu mieux ses profs, elle enregistrerait plus de thèses.

– en rédigeant le règlement intérieur de l’école doctorale, nous nous sommes beaucoup questionnés sur les conditions de vie des doctorants. Certains d’entre nous souhaitaient qu’il soit écrit noir sur blanc que le directeur de thèse devait se soucier des conditions de vie matérielle de ses doctorants ; d’autres soutenaient que puisque nous n’avions pas de moyens permettant d’agir sur ces conditions de vie, nous devions nous contenter de diriger les travaux intellectuels de nos étudiants (ce qui n’est déjà pas si mal). Il a beaucoup été discuté de ce que nous « offrions » comme conditions de travail. Certains chercheurs considéraient qu’il était scandaleux que nous n’offrions pas une place dans un bureau, avec un ordinateur, à un doctorant dont nous inscrivons la thèse. Il a fallu rappeler que dans certaines disciplines, nous n’avons même pas un bureau pour chaque enseignant titulaire. Dans le local de l’équipe à laquelle j’appartiens, il y a trois chaises.

– lorsqu’il a été question des auditions, assez proches désormais, pour les bourses doctorales, nous avons discuté une nouvelle fois des règles de participation au concours, certains chercheurs se plaignant que les équipes ne puissent pas présenter au concours pour ces bourses autant de bons candidats qu’ils en avaient. En effet, lors d’une précédente session, nous avions abouti à un ratio de candidats par équipe, afin que les auditions ne s’étalent pas sur trois jours. Le résultat de ce ratio, c’est que certaines équipes, qui ont « droit » à un candidat, n’en présentent pas cette année (parce qu’aucun étudiant ne s’est manifesté), tandis que d’autres, qui ont beaucoup de bons candidats, ont dû procéder à une sélection interne pour décider lesquels auraient le droit de participer à la course… Toute décision a ses inconvénients, mais nos directeurs ont aussi rappelé que ces règles drastiques venaient tout simplement du fait que le nombre de bourses de thèses attribuées à notre école doctorale pour fonctionner avait, tout simplement, beaucoup baissé.

– nous avons abordé le point concernant les doctorants en situation économique très précaire, qui ont demandé à pouvoir bénéficier d’une aide financière. L’instance ad-hoc a examiné les demandes. Seules trois, semble-t-il, ont été jugées recevables (donc une quinzaine restent sur le carreau). Sur les trois recevables, il est possible que deux demandes soient finalement honorées, compte tenu des moyens limités de la fondation.

Ce n’est qu’un échantillon de nos discussions, et il est possible que mon humeur soit légèrement ternie par l’atmosphère que la mise en place de Parcoursup fait régner dans mon propre foyer. Mais cette réunion m’a laissé un goût très amer. Si je résume, on nous dit que nous ne dirigeons pas assez de thèses (faites plus) et que nous devons être plus investis dans notre attention aux conditions matérielles et financières dans lesquelles nos étudiants réalisent ces thèses (faites mieux), mais que l’accès à une bourse convenable pour réaliser une thèse ne va cesser de se réduire (démerdez-vous) et que les étudiants que cette absence de bourse réduira à la misère ne devront compter que sur eux-mêmes (id.). Soit je ne m’y connais pas, soit c’est ce qu’on appelle de la double contrainte. Nous l’intériorisons.

En réunion, nous réfléchissons bien sagement à la manière dont nous pouvons régler les problèmes, mais les uns après les autres. De sorte que nous devenons, à mesure que se déroule l’ordre du jour, totalement schizophrènes – reprochant par exemple à une étudiante de n’avoir pas terminé sa thèse dans les délais prévus par notre règlement, alors que si elle a mis du temps à réaliser ses travaux, c’était précisément parce que nous ne lui avions pas accordé de bourse (que nous n’avions pas), et qu’elle avait dû saccager ses propres conditions de recherches pour assurer sa subsistance. Elle est victime, mais nous en faisons une coupable. Pourquoi ? Parce que les candidats qui mettent 7 ou 8 ans à terminer une thèse plombent les statistiques de durée moyenne des doctorats qui servent à évaluer notre école doctorale. Nous pénalisons donc une jeune chercheuse, parce que nous sommes soumis à des critères quantitatifs supposés évaluer la performance de notre « école », et parce que nous sommes victimes du sous-financement endémique de l’université française. Mais parfois, nous oublions que nous sommes nous-mêmes soumis et victimes. Nous croyons que nous pensons que nous devons agir avec rigueur, qu’il faut imposer des délais, etc. Je crois que c’est cela qui me rend amère. Non pas de devoir gérer la pénurie. Mais d’oublier, parfois, que c’est précisément cela que nous faisons, et de feindre (trop souvent) de croire que nous sommes libres, responsables, et pleinement aux commandes. Non, nous ne sommes ni libres, ni pleinement responsables, nous subissons des pressions contradictoires, qui nous amènent à assumer des décisions que nous n’aurions, en conscience, pas voulu prendre. En être consciente ne me rend pas joyeuse. Mais en être consciente est la seule position qui ne me désespère pas.

Il faut aller lire l’excellent article de Jérémy Sinigaglia , « « Mes enfants l’heure est grave : il va falloir faire des économies ». La faillibilité comme mode de gouvernement des universités », Actes de la recherche en sciences sociales, 2018/1 (N° 221-222), p. 20-37.

L’image choisie pour illustrer ce billet est un labyrinthe dessiné par la fantastique France de Ranchin. Je l’ai emprunté à une affiche d’exposition qu’elle a publiée sur son site.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Peste ou choléra ?," in Album '50', 24 mai 2018, https://album50.hypotheses.org/2207.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.