La libre circulation des produits de l’esprit

Voici le troisième volet de la réflexion commencée ici et poursuivie .

Parlons un instant des taux pratiqués à ce péage. Mon université, par exemple, calcule chaque année le « bonus qualité internationale » (tiens, il n’y a pas « excellence » dans le nom ?…) de ses différents laboratoires. Ce BQI sert à attribuer une partie du budget alloué à chaque laboratoire, au terme d’une pondération qui tient compte des séjours des chercheurs à l’étranger, de leurs publications à l’international, de l’organisation de colloques accueillant des étrangers, etc. Cette part modulable de notre dotation budgétaire est supposée, selon la logique de la carotte, stimuler le rayonnement international de la recherche au sein de notre petite université de province.

Cette année, mon labo, qui est minuscule, a perçu 1000 euros au titre du BQI. Cette année, mon labo, pour doper ses actions internationales ouvrant droit au BQI, a dépensé 2000 euros pour faire traduire les travaux de ses membres, en vue de publications dans des revues étrangères. Autrement dit, le « rayonnement international » d’un laboratoire de sciences humaines, disciplines dans lesquelles la précision de la langue est si fondamentale qu’on ne peut pas se contenter de publier en « globish », coûte au laboratoire deux fois plus qu’il ne lui rapporte. Si nous avions renoncé à faire traduire nos articles, nous aurions pu dépenser 1000 euros de plus pour permettre, par exemple, à nos doctorants de se déplacer sur les lieux de leurs chantiers de recherches. Du coup, au passage, une idée pour le service des Relations Internationales : supprimez le BQI, dont le calcul mobilise les équipes pendant environ 6 semaines cauchemardesques, et ouvrez plutôt un service de traduction professionnelle à l’intérieur de l’université. C’est une démarche qui, bien plus sûrement que les infernaux tableaux excel de la base de données BQI, aidera notre université à occuper intelligemment les espaces  de publication anglophones qui sont aujourd’hui les « salons » où tout se discute.

Donc, écrire et publier en anglais nous coûte cher. Mais lire ?

Dernièrement, une collègue espagnole m’a révélé que dans son pays, les bibliothèques universitaires, lourdement affectées par la crise économique, ne pouvaient plus se permettre d’acheter les ouvrages académiques anglo-saxons, dont le coût est prohibitif. Nous n’en sommes pas là en France, mais si j’ai réussi à convaincre la BU de mon université d’acheter des ouvrages récents publiés en anglais, je veille cependant à ce que ces achats soient modérés, et je limite très scrupuleusement la liste des titres dont je demande l’acquisition. Nous ne recevons, en revanche, aucune revue académique en anglais dans mon domaine de recherches : un abonnement coûte cher, et la population intéressée par cet investissement n’est clairement pas assez abondante. Mais comment, dans ces conditions, exercer une veille scientifique digne de ce nom ? On nous répond souvent, désormais : « mais tout ça est en ligne ! » Vraiment ?

Chez Routledge, maison d’édition britannique désormais aux mains du groupe Taylor & Francis, la collection « Children’s Literature and Culture » a été fondée en 1994 par Jack Zipes, puis dirigée ces sept dernières années par Philip Nel ; elle est désormais dirigée par Elizabeth Marshall et Kenneth Kidd. Si je veux lire les derniers titres parus ce printemps, par exemple The Right Thing to Read. A History of Australian Girl-Readers, 1910-1960 de Bronwyn Lowe, il m’en coutera 92 £ ; pour Graphic Girlhoods. Visualizing Education and Violence d’Elizabeth Marshall, 84 £. Mais pour le Routledge Companion to Picturebooks dirigé par Bettina Kümmerling-Meibauer, je dois débourser 140 £, et pour The Edinburgh Companion to Children’s Literature, dirigé Clémentine Beauvais et Maria Nikolajeva, 150 £ (pour comparer : le Dictionnaire du livre de jeunesse dirigé par Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot au Cercle de la Librairie ne coûte « que » 89 €). La collection « Critical Approaches to Children’s Literature » chez Palgrave Macmillan (un éditeur du groupe Springer Nature) pratique les mêmes tarifs : Eighteenth-Century Literature and Childhood Emotions de L. Joy coûte 86,99 € ; il m’en coûtera 83,29 € si je veux acheter le volume collectif nordique Ecocritical Perspectives on Children’s Texts and Cultures. Chez John Benjamin Publishing, la récente collection « Children’s Literature, Culture, and Cognition » dirigée par Nina Christensen, Elina Druker et Bettina Kümmerling-Meibauer, n’offre pas un seul volume à moins de 95 €. Chez Bloomsbury, la collection « Bloomsbury Perspectives on Children’s Literature » n’a elle aussi qu’un seul tarif : 85 £.

Ce sont des sommes considérables, rapportées à nos budgets individuels – le tarif moyen d’un ouvrage académique publié en France avoisine les 25 €. Mes deux derniers achats de critique littéraire m’ont en effet coûté assez peu cher, en comparaison : Le Romanesque des lettres, de Michel Murat, chez Corti, est à 23 €, et Composition de Michel Charles au Seuil, coûte 26 €.

Je peux choisir de lire plutôt des articles, un mode de publication plus réactif. Pour ce qui est des revues françaises, c’est pour moi une pratique quasi quotidienne. Entre les revues accessibles gratuitement depuis la plateforme Revues.org (devenue OpenEdition Journals), et celles qui me sont accessibles sur la plateforme Cairn depuis une connexion à mon compte personnel sur le site de la bibliothèque universitaire, je peux avoir en temps réel une vue large sur les publications dans les revues qui concernent mon domaine de recherches. Rien de luxueux là-dedans (même si je sais que tout ceci coûte beaucoup d’argent public !) ; je ne fais que mon travail, celui pour lequel on me paie : me tenir au courant des publications des universitaires de mon niveau, dans mon domaine de recherches. Ah, tiens… alors que le « rayonnement international » est prétendument une priorité de mon université, les choses se corsent dès que je veux lire en anglais.

Si je veux lire « The Metafictive Nature of Postmodern Picturebooks », un article de Sylvia Pantaleo paru dans Reading Teacher en février 2014, je peux y accéder depuis le catalogue de ma BU, car nous payons un abonnement à une base de données (Psychology and Behavioral Sciences Collection) qui contient ce titre. En revanche, si je suis intéressée par « Revisiting the Multimodal Nature of Children’s Literature » de Frank Serafini, Danielle Kachorsky et Stephanie Reid, paru en mai dernier dans Language Arts, c’est plus compliqué : le catalogue me donne accès à la référence bibliographique, mais me laisse me débrouiller pour trouver le texte lui-même. Un petit tour sur le net, et j’ai la solution : il suffit que je supplie ma bibliothèque de prendre un abonnement à ProQuest.

Autre tentative : j’aimerais lire « Welcome to the New Home Country Germany: Intercultural Projects of the International Youth Library with Refugee Children and Young Adults » de Christiane Raabe et Nikola von Merveldt, un article en anglais mais qui me permettrait d’accéder à des analyses allemandes. L’article est paru dans la dernière livraison de Bookbird, la plus ancienne revue américaine consacrée au livre pour enfants.  On y accède par la plateforme Project Muse de l’université Johns Hopkins, qui affiche son ambition :

« Project MUSE promotes the creation and dissemination of essential humanities and social science resources through collaboration with libraries, publishers, and scholars worldwide. Forged from a partnership between a university press and a library, Project MUSE is a trusted part of the academic and scholarly community it serves. »

Je lis « dissemination », je lis « collaboration », je lis « partnership »… mais je ne peux pas entrer. Ma fac n’a pas payé d’abonnement. Jadis, un collègue du CNRS avait la gentillesse de me télécharger un papier de temps en temps, parce que le CNRS avait, lui, un accès à Project Muse, mais c’est beaucoup trop cher pour une fac de province… Quel dommage : l’idéal d’internet, ce réseau fondé par des universitaires, était de mettre le savoir en réseau… mais je constate que ce sont surtout des « comptes utilisateurs » qui sont mis en réseau.

Essayons de trouver une revue qui pratique l’Open Access. La New Review of Children’s Literature and Librarianship affiche, sur sa page web, le petit logo jaune représentant un cadenas ouvert, signalant des articles en libre accès. Mais, curieusement, quand je veux lire « Gender pedagogy in Finnish First books published in the 1980s and 2000s », un article de Pirjo Suvilehto paru dans le dernier numéro de 2018, on me renvoie vers un encart de facturation : rien moins que 36 € pour un accès de 24h, et si je veux tout le numéro, il m’en coûtera tout simplement… 193 € pour un accès de 30 jours seulement ! Ça n’est pas loin d’être du racket… À titre de comparaison, si je prends un abonnement numérique à Bookbird, c’est 90 € pour un abonnement à deux années de parution, et si j’achète un numéro entier, sous format PDF, de la revue Children’s Literature Association Quarterly (toujours via The Johns Hopkins University Press), je paie 20$ et le fichier est définitivement à moi.

Mais alors, où est l’Open Access ici ? Je finis par découvrir le pot-aux-roses. C’est simple : si un chercheur veut que son article soit accessible en Open Access… c’est à lui de payer ! L’article suivra le même protocole de publication qu’un article ordinaire (double expertise anonyme, etc.), mais au moment de la publication, on lui demandera… 2275 €. Ah, mais j’avais oublié de mentionner LE détail important : cette plateforme, c’est celle de Taylor & Francis. Bien connus pour être des philanthropes.

Que retenir de ce petit marathon de « veille scientifique » ? Que lire des livres récents publiés par des éditeurs anglais et américains me coûte trois à quatre fois plus cher que lire un livre en français – et qu’on ne vienne pas me dire que ces ouvrages sont onéreux à produire : l’iconographie est en général indigente, voire totalement absente. Et que lire des articles m’expose à un problème économique similaire, à ceci près qu’il se joue à un autre niveau : ce n’est pas à moi de payer (je ne peux pas acheter un unique article sur Project Muse), mais tout m’incite à faire pression sur mon institution pour qu’elle prenne un abonnement. Je ne reviens pas ici sur la situation d’étranglement des bibliothèques universitaires rackettées par les éditeurs scientifiques, notamment en sciences dures, ni sur le bras de fer qui continue à opposer le consortium Couperin (gérant les négociations financières de l’ensemble des BU françaises avec les éditeurs les plus agressifs) à l’éditeur américain Springer. Je fais juste le constat que ça fonctionne aussi pour les SHS : même si certaines communautés de chercheurs, selon les disciplines et les champs de recherches, semblent plus enclines à offrir un front de refus à ces pratiques1, il reste des domaines (et hélas, le mien) dans lesquels les chercheurs internationaux n’ont semblent-ils pas encore pris la mesure des choses.

Donc si je résume : je dois payer cher si je veux lire des livres publiés en anglais dans mon domaine de recherches, et je suis prisonnière des logiques économiques libérales imposées par les éditeurs scientifiques américains si je veux me tenir au courant des publications périodiques. Lire coûte. Si je veux qu’on me lise, je paie aussi, parce que je dois faire traduire mes textes. Sacré préalable au dialogue, non ?…

[la conclusion, dans mon prochain billet]

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "La libre circulation des produits de l’esprit," in Album '50', 30 juillet 2018, https://album50.hypotheses.org/2358.

  1. Voir par exemple l’Histoire : Patrick Fridenson, « En France, au cœur de la révolution numérique internationale », Revue d’histoire moderne & contemporaine 2015/5 (n° 62-4 bis), p. 83-99. DOI 10.3917/rhmc.625.0083 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.