En guise de conclusion

Mon premier billet commençait en interrogeant les conditions d’un véritable partage du savoir et de la réflexion au sein d’une hypothétique « communauté » mondiale des chercheurs en littérature pour la jeunesse. M’appuyant sur la conviction qu’il était toujours plus intéressant de dialoguer plutôt que de se refermer sur ses pratiques nationales, j’interrogeais naïvement les conditions de possibilité de ce dialogue, avec l’idée que nous pouvons nous enrichir de nos différences. Si maintenant j’essaie de tirer un bilan des réflexions développées dans ce billet et les suivants, et de les orienter vers l’action, j’arrive à quoi ?

Notions-clés

Au constat que nous ne mettons pas tous les mêmes réalités derrière les mots, et que nous nous voyons souvent imposer des couples réalités/notions anglo-saxonnes en inadéquation avec celles avec lesquelles il nous faut agir au quotidien, je ne vois qu’un antidote : proposer à notre tour, en publiant dans la lingua franca, des pratiques épistémologiques, des corpus, des références théoriques qui ouvriront le champ de la réflexion, au lieu de le refermer sur les mêmes auteurs inlassablement ressassés. Non que nos auteurs et nos corpus soient plus intéressants que les autres : mais plus nous partagerons, plus facilement les jeunes chercheurs trouveront, dans les brèches ouvertes par nos travaux, à se constituer leurs propres bagages intellectuels, au croisement des cultures plutôt qu’à une source unique. J’en suis d’autant plus convaincue que je forme, au niveau licence et master mais aussi en doctorat, des étudiants venus d’horizons larges (de l’Europe et la Turquie au Maghreb mais aussi à l’Asie du sud-est et la Chine), qui arrivent avec leur culture littéraire, éducative et graphique, trois univers contextuels qui reconfigurent chaque fois l’approche qu’on peut faire des « iconotextes » adressés aux enfants.

La langue mondiale

De mon deuxième constat, qu’on pourrait intituler « diagnostic d’une insécurité linguistique », je tire deux postures possibles :

  1. Il faut imposer à tous les chercheurs internationaux de se mettre au français
  2. Je dois me (re)mettre sérieusement à l’anglais

La solution a) apparaissant comme passablement imbécile, je choisis b), évidemment. D’ailleurs, la décision a précédé ce billet : dès la rentrée, je prends (à mes frais : à la question « dispensez-vous des cours d’anglais académiques aux titulaires qui en ont besoin pour leur recherche », le service Formation de mon université m’a répondu… rien du tout, sans doute en vertu de l’adage qu’une absence de réponse à un mail évite bien des emmerdements) des cours particulier d’anglais, auprès d’une doctorante qui m’a été recommandée par une collègue angliciste.

Ça ne m’empêche pas, cependant, de garder dans un coin de la tête une solution c). Entre « ne rien comprendre » et « maîtriser », il y a une zone intermédiaire, à la fois inconfortable et vitale entre deux langues : la zone de l’intercompréhension. Je ne parle pas un mot d’italien, mais j’ai lu avec beaucoup de plaisir le livre d’Anna Castagnoli sur l’art de l’illustration. Je ne pourrais ni le traduire, ni l’oraliser, mais l’italien et le français étant des langues proches, j’ai pu le lire et le comprendre. De sorte que j’ai pu vérifier qu’il existait bel et bien des franges linguistiques sur lesquelles peuvent s’ébaucher des communautés intellectuelles qui n’auraient pas forcément à passer par l’anglais, chacun s’exprimant dans la langue dans laquelle il pense le mieux. Peut-être ne faut-il pas passer à côté des « langues intermédiaires » et des langues intercompréhensibles. Peut-être ne faut-il pas non plus oublier que le français est aussi, dans certaines aires culturelles, une langue-carrefour. Après tout, on m’a demandé des conférences sur l’album en Corée, et alors que j’ai proposé de les faire en anglais, on m’a répondu qu’il était tout aussi simple de me traduire directement du français… De la même façon, je vais adapter un de mes cours en ligne en espagnol, parce que passer par l’anglais serait une perte de temps pour moi comme pour les étudiants qui suivront le cours. Autour de la « langue mondiale », il reste de la place pour la pluralité des langues…

Les lieux du partage

Reste le trivial problème des finances. Mes petits calculs de boutiquière m’ont amusée, mais le problème est en réalité extrêmement sérieux. Nous ne pouvons pas être désinvoltes : les canaux par lesquels nous faisons circuler, « rayonner » les fruits de notre travail intellectuel ne sont pas neutres. Ceux qui sont dans une position dominante (parce qu’ils dirigent les revues les plus anciennes, les collections les plus connues) devraient avoir le devoir moral de se soucier de la manière dont ceux qui se trouvent dans les situations dominées (à l’étranger, dans une institution à faibles moyens, sans rattachement académique…) peuvent eux aussi bénéficier des fruits de leurs réflexions. La recherche et le travail intellectuel ne sont pas des marchandises : ce sont des biens communs.

Là encore, j’enfonce des portes ouvertes : c’est en 2008 qu’Aaron Swartz a publié le Manifeste pour une guérilla de l’Open Access. Olivier Ertzscheid le rappelle avec énergie, drôlerie et gros mots dans un article de son passionnant blog Affordances, repris sur Rue89 en mai 2016 :

« en acceptant de publier dans des revues scientifiques sans systématiquement déposer son texte dans une archive ouverte et/ou avec une licence d’attribution non-commerciale, [le chercheur] ignore, ou feint d’ignorer, sa part de responsabilité dans la situation catastrophique de privatisation de la connaissance que mettent en œuvre quelques grands groupes éditoriaux à l’échelle de la planète »

Les universitaire français ont la chance immense (si, si, je l’ai encore vérifié en échangeant avec des collègues étrangers lors d’un colloque le mois dernier : c’est une chance immense) d’être des fonctionnaires de l’État. Ce statut nous protège, dans tous les sens du terme. Mais nous ne devons jamais oublier qu’il nous crée des devoirs et des responsabilités : celle, au minimum, de rendre au public quelque chose de l’effort collectif qui est fait pour nous garantir notre statut, c’est-à-dire la liberté de nous instruire et de consacrer l’essentiel de notre temps à réfléchir. Nos travaux doivent être accessibles. Nos articles doivent être publiés dans des revues en Open Access intégral, ou à défaut, être déposés sur des archives ouvertes accessibles gratuitement. Nos livres doivent être publiés à des tarifs abordables, et lorsque le temps de leur commercialisation est échu, ils doivent être accessibles en ligne gratuitement – comme le font de plus en plus d’éditeurs universitaires avec OpenEdition Books.

Quand j’aurai enfin acquis un niveau d’anglais qui me permette de tenir une conversation pointue avec des chercheurs étrangers, quand j’aurai réussi à convaincre mon université de créer un « bureau des traductions », quand j’aurai sillonné les colloques internationaux pour observer ce qui se fait, se pense et s’écrit chez ceux qui ne font pas [encore] beaucoup de bruit, il sera temps d’ouvrir un chantier d’envergure. Il existe déjà des revues qui publient, dans un contexte national, des travaux de recherche internationaux : nous essayons de le faire dans Strenæ ; à l’université de Wrocław, la revue Filoteknos publie en polonais, en anglais, et parfois dans quelques autres langues ; à la rentrée paraîtra le premier numéro de la revue Journal of Literary Education, dirigée, depuis València, par Xavier Mínguez-López et Tzina Kalogirou ; est déjà paru un numéro de la revue Ondina/Ondine, Revista de Literatura Comparada Infantil y Juvenil, basée à Zaragoza ; La revue History of Education & Children’s Literature (HECL), publiée à Macerata (Italie), en est à son n°13. Les comité éditoriaux de ces revues me paraissent révélateurs d’une nouvelle géopolitique de la recherche. Il faut aller un peu plus loin et publier aussi des livres. Pour faire pièce à Routledge, Palgrave Macmillan, John Benjamin, Bloomsbury, il faut créer des structures éditoriales low cost et y publier la recherche internationale, dans les langues internationales (j’y inclus l’espagnol), à « prix coûtant » – en nous souvenant que dans une collection universitaire, l’essentiel du travail, intellectuel, est fait par des universitaires qui ne sont pas rémunérés par l’éditeur. Ces livres doivent être accessibles de partout, sous forme papier à un prix proportionné aux moyens des universitaires (il n’est pas le même à Berlin et à Caracas), et sous forme numérique selon des modalités adaptées à l’idéal universitaire d’émancipation par le partage du savoir.

Voilà un programme de travail pour quelques années. Et maintenant, je peux partir en vacances…

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "En guise de conclusion," in Album '50', 31 juillet 2018, https://album50.hypotheses.org/2383.

Une réflexion au sujet de « En guise de conclusion »

  1. Chère Cécile,

    Il est très rare, je crois, de trouver un(e) universitaire qui réfléchit publiquement sur son métier avec tant d’honnêteté et de persévérance. Persévérance il y a : votre aventure réflexive sur le sujet, si je ne me trompe pas, commence :

    Le 20 juillet avec l’Album n’est pas un objet magique où vous analysez scrupuleusement un article que vous avez apprécié. Vous expliquez, à travers l’article qui est votre objet-medium, comment ces auteurs, tous anglo-américains, dissertent sur leurs théories contradictoires : la marge de manœuvre qu’on laisse aux enfants, notamment « entre » texte et images, sert-elle à les rendre libres ou à les opprimer ?? Cela sonne de façon un brin comique, évidemment, à nos oreilles.

    Le 23 juillet, dans Exception culturelle ou réflexe de colonisé ? vous exposez un remords. Il vous semble que vous devez expliquer que la lecture précédente a aussi produit une gêne étrange : l’article anglais que vous avez analysé ne s’occupe que d’albums anglais, que de théories et contre-théories anglaises. Il est intéressant de voir ce que pensent ces gens, bien sûr, mais on en retire l’impression embarrassante qu’ils ne pensent qu’à eux. Or, remarquez-vous, les albums français sont différents et posent donc des problèmes différents. Les théories développées par nos collègues en anglais non seulement occultent cette différence ; ils l’ignorent.

    Le 27 juillet, avec Parlons-nous de la même chose ? votre irritation polie prend une dimension différente. Vous montrez que le fait de s’exprimer en anglais ne transforme personne en penseur mondial ; il rend même souvent myope. On croit que le modèle anglo-saxon, c’est chic parce qu’il va tout penser ; mais force est de constater que, très souvent dans les débats universitaires, il ne pense que les objets anglo-saxons qui sont à la mode chez les Anglo-saxons. De ce fait, si vous voulez participer à leurs débats, vous devez abandonner vos objets.

    Le 30 juillet, dans Je ne pense bien que dans ma langue, vous exposez avec une grande honnêteté, augmentée d’un doigt d’effet pédagogique (parce que je sais qu’en fait vous lisez très bien l’anglais) que l’anglais ne va de soi que pour les anglophones. Ceux-ci, dès qu’ils s’imaginent qu’on doit publier en anglais pour être « mundial » (pardon, le mot m’est venu en espagnol), se comportent exactement comme les colonisateurs qui, arrivant en Afrique ou en Asie, estiment que les petits Noirs ou Jaunes deviendront plus intelligents dès qu’ils parleront la langue du Blanc. Ce n’est donc pas tellement la langue elle-même, qui est en cause, que l’attitude finalement provinciale de celles et ceux qui pensent que les autres langues pensent moins bien ; ou que les vrais problèmes, ce sont les leurs : n’est-ce pas comme la définition du provincialisme ?

    Le 30 juillet (encore !), dans La libre circulation des produits de l’esprit, vous ajoutez à la tournure concrète qu’a prise votre enquête, dans l’optique du désenclavement qu’elle réclame, de nombreux renseignements sur le coût de l’anglais. Vous comparez, avec des exemples percutants, le coût des publications (papier et en ligne) en anglais et en français. Il en ressort que l’anglais, c’est un marché très juteux : on comprend que certains s’efforcent d’y pousser. Vous donnez quelques indications pratiques.

    Le 31 juillet, vous nous donnez une conclusion. Vous décidez que vous allez améliorer votre anglais parlé, pour pouvoir mieux comprendre vos collègues anglophones, et aussi, de manière plus combative, pour faire mieux comprendre vos idées. Vos idées, dites-vous, sont en partie le résultat d’une confrontation longue et passionnée avec un corpus d’ouvrages différents, un corpus qui de l’avis général est riche, d’excellente qualité, très dynamique. Pourquoi, par nombrilisme, nos collègues anglo-saxons se priveraient-ils d’une occasion aussi importante de s’instruire, et de mieux comprendre, peut-être, leur propre microcosme ?

    Chère Cécile, pardonnez-moi ce résumé, qui a l’inconvénient de faire l’impasse sur tous les exemples vivants que vous produisez, et aussi de réduire en peau de chagrin le ton que vous employez, fin, doucement pugnace, pour nous décrire tout cela. L’avantage peut-être est de faire ressortir la trajectoire d’ensemble, que vos lecteurs (dont moi) avons découvert comme un étonnant feuilleton de l’été !

    Je ne suis pas un spécialiste de l’album pour enfant, vous le savez, mais un linguiste qui s’occupe de langues dites « rares » et de problèmes de linguistique générale et – disons – de sémiotique. Votre blog me passionne parce qu’il est rédigé de façon compréhensible et humaine, ce qui n’exclut nullement la précision des références et des idées. Au contraire, ce sont les idées confuses qui engendrent le charabia. C’est la connivence de la langue « d’entre soi » qui engendre les théories sans critique, et vous nous expliquez que même les langues de « grande diffusion » (comme le chinois, l’espagnol, le hindi, l’anglais) peuvent se rendre coupables de ce grave défaut. En fait, bien entendu, les langues n’y peuvent rien : c’est l’usage que les communautés en font qui est en cause.

    Ce « feuilleton intellectuel de l’été » m’a paru pouvoir passionner bien des gens, au-delà du cercle certainement immense ! des spécialistes de l’album pour enfant : la piste qu’il poursuit, les obstacles qu’il dénonce, la sincérité informée qui l’anime, sont un modèle pour tout le monde.

    François Jacquesson, Vincennes, le 5 août 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.