Iconotextes #1: origines historiques du programme

Sous l’intitulé « Iconotextes », Album50 va accueillir, à partir de novembre 2018, les comptes-rendus des séances d’un programme de recherche mené conjointement par Cécile Boulaire et par Laurent Gerbier (en attendant que ce programme dispose éventuellement de son propre espace de publication). Pour expliquer ce qu’est le programme de recherche Iconotextes, il faut commencer par raconter son histoire, dont le point de départ est un étrange livre pour enfants : le Rôti-Cochon.

 

 

À l’origine du programme Iconotextes, il y a la rencontre, par hasard, du Rôti-Cochon. Imprimé à Dijon par Claude Michard, entre 1658 et 17041, le Rôti-Cochon n’est pas un livre de cuisine, mais un surprenant manuel, conçu pour apprendre à lire aux enfants – du moins est-ce ce que prétend sa page de titre. Il s’inscrit ainsi dans la tradition des « rudiments », ces manuels conçus pour enseigner les fondements de la lecture en français et en latin, ainsi que les bases de la grammaire. À ce titre, il est fréquemment cité dans les histoires de la pédagogie, des manuels scolaires classiques, ou de l’image didactique2.

Or ce drôle de manuel présente une manière de mêler les textes et les images qui laisse le lecteur perplexe : comment comprendre le choix des illustrations ? D’où viennent-elles, et quels rapports entretiennent-elles avec le texte ? Comment leur assemblage hétéroclite est-il censé permettre d’enseigner la lecture ? Carrefour de questions intrigantes, la rencontre du Rôti-Cochon a produit une série d’enquêtes que nous avons menées ensemble ou séparément, et qui nous ont conduit de découvertes en bifurcations et d’hypothèses en cul-de-sac, en nous obligeant constamment à des remises en cause qui faisaient écho aux interrogations que nous partagions déjà sur les formes de rencontre entre le texte et l’image dans l’histoire de l’imprimé.

Venus de deux domaines différents (l’album pour enfants et la bande dessinée), et aussi de deux champs disciplinaires différents (les études littéraires et les études philosophiques), nous avons saisi dans le Rôti-Cochon un objet qui pouvait nous permettre de cristalliser ces problèmes, et de mettre en forme les questionnements que nous nourrissions sur ces hybrides de texte et d’image auxquels appartenaient nos objets, albums pour enfants ou bandes dessinées, et qui nous semblaient devoir être compris au sein d’un écosystème culturel plus large : celui des iconotextes.

Les iconotextes, objets de pratiques pédagogiques et scientifiques         

On appelle « iconotextes » toutes les formes d’imprimé qui mêlent le texte et l’image (sans s’interdire de prendre en compte d’une part leurs rencontres manuscrites, et d’autres part leurs hybridations numériques). Ces iconotextes, nous ne les avons pas identifiés à partir de la lecture du Rôti-Cochon : ils nous étaient communs depuis longtemps, et nous les avons d’abord rencontrés dans le cadre de pratiques pédagogiques largement partagées. Après avoir animé ensemble un cours sur les images narratives en 2009 et 2010, nous avons eu l’occasion de co-diriger pendant trois ans un master professionnel sur le patrimoine écrit et l’édition numérique, tout en participant aux séminaires de recherche du laboratoire InTRu dont, sous notre impulsion, un axe est consacré aux Iconotextes depuis 2010.

Nos travaux sur l’histoire et l’esthétique de l’album pour enfants (Cécile Boulaire) ou de la bande dessinée (Laurent Gerbier) ont été d’abord structurés par ces cours et ces séminaires, à l’Université ou ailleurs (par exemple à l’EESI d’Angoulême, pour la bande dessinée, depuis 2013 ; ou sous la forme d’un cours en ligne ouvert depuis 2016, pour l’album pour enfants), mais nous les avons aussi investis dans d’autres types d’actions, relevant de la médiation culturelle et de l’éducation populaire (collaboration de Cécile Boulaire avec l’association Livre-Passerelle à Tours), de l’exposition, de l’accueil d’artistes en résidence (Marc-Antoine Mathieu en 2010-2011), mais aussi des expertises ou des conférences prononcées ensemble ou séparément à la demande d’institutions culturelles ou universitaires (bibliothèques, musées, écoles d’arts, universités ou laboratoires en France ou à l’Étranger). Outre nos publications individuelles sur ces sujets, ces travaux communs nous ont conduit à créer en 2011 une collection que nous co-dirigeons aux Presses Universitaires François-Rabelais, et que nous avons évidemment nommée « Iconotextes » : le treizième volume de cette collection est actuellement sous presse.

Au terme de presque dix années de travail partagé, le programme de recherche Iconotextes correspond pour nous à la nécessité de prendre le temps de formaliser cet horizon commun. Les objets iconotextuels sont en effet centraux dans l’ensemble de ces travaux, qu’il relèvent de la pédagogie, de la recherche, de la médiation culturelle ou de l’engagement associatif. C’est cette centralité que le Rôti-Cochon nous permet de remettre en chantier, de trois manières : d’abord, il noue un faisceau de questions qui traversent toute l’histoire de l’imprimé illustré ; ensuite, il met l’accent sur le lien problématique entre les iconotextes et l’enfance ; enfin, il nous contraint à radicaliser l’empirisme de notre approche des iconotextes.

Trois questions sur les iconotextes

Premièrement, le Rôti-Cochon soulève de manière exemplaire et radicale trois questions qui sont en réalité communes à toute l’histoire des iconotextes :

  • Tout d’abord, les iconotextes qui nous intéressent sont pris dans une histoire générale des imprimés qui, au carrefour du texte et de l’image, rend très problématique la délimitation précise de leur « périmètre », tant du point de vue de la constitution des corpus que du point de vue des définitions notionnelles qu’ils obligent à produire. Première question, donc : les iconotextes, comment ça se définit ?
  • Ensuite, on ne peut étudier les iconotextes qu’en les saisissant dans une histoire matérielle de l’imprimé qui attire constamment l’attention sur les conditions techniques et concrètes de production, de mise en circulation et de réception de ces objets culturels hybrides. Deuxième question : les iconotextes, comment ça se produit ?
  • Enfin, notre intérêt pour les iconotextes est toujours pris dans une pratique de la description et de l’analyse concrète de pages et de planches précises : ce travail d’interprétation se conçoit toujours en lien étroit avec les questions concrètes que sont amenés à nous poser étudiants ou professionnels. La troisième question, sans cesse remise sur le métier, est ainsi : un iconotextes, comment ça se lit ?

Iconotextes et culture de l’enfance

Deuxièmement, le Rôti-Cochon a aussi eu pour nous l’intérêt d’inscrire immédiatement cet ensemble de questions dans une perspective particulière, celle de l’enfance, qui ne cesse de croiser l’histoire des iconotextes imprimés, sous des formes différentes :

  • iconotextes adressés aux enfants (avec les variations importantes que la catégorie même de « l’enfance » peut connaître au long de l’histoire de l’imprimé, et les variations connexes de l’intention qui guide cette adresse : didactique, esthétique, morale, divertissante ?) ;
  • iconotextes amenés à les concerner (ou à parler d’eux), et participant donc à la construction culturelle d’un discours sur l’enfance et sur son rapport aux médias textuels et visuels ;
  • iconotextes susceptibles d’être lus par les enfants sans nécessairement leur être adressés, soit qu’ils y aient accès au prix d’une transgression remettant en cause leur identification à une classe d’âge, soit qu’ils soient pris dans un public plus large qui les inclut tacitement ;
  • iconotextes construisant un dispositif général à visée didactique ou encyclopédique qui place celui qui les lit en position de découvrir, d’apprendre ou de s’émerveiller, de sorte que la catégorie de l’enfance finit par être pensable comme une posture de lecture et non plus comme une simple « tranche d’âge ».

Il y a là des enjeux importants, qui tendent à impliquer d’une part des problèmes relevant de la production sociale de la catégorie de l’enfance et de ses sous-catégories, d’autre part des problèmes relevant des enjeux cognitifs, didactiques et rhétoriques des iconotextes, enfin des problèmes relevant plus largement des cultures de l’enfance dans leurs enjeux symboliques comme dans leurs enjeux matériels.

Iconotextes et séries culturelles

Troisièmement, le premier démêlage du chantier du Rôti-Cochon a eu la vertu de nous indiquer, très empiriquement, une méthode : cet objet est en effet si singulier et si énigmatique qu’il était impossible de reconstruire sa signification au moyen d’une lecture purement interne. Il fallait au contraire constamment le réinscrire dans des séries d’objets culturels avec lesquelles s’esquissaient des porosités intéressantes : il fallait, par exemple, le replacer dans l’histoire de l’édition savante ou populaire, mais aussi le rapporter au monde social et aux pratiques professionnelles des pédagogues ou des imprimeurs de l’époque moderne, ou encore le comprendre à partir des diffusions et des circulations d’autres livres ou imprimés illustrés qui pouvaient permettre de comprendre sa singularité.

En d’autres termes, nos enquêtes nous conduisaient à cartographier des ensembles d’objets, d’acteurs, de pratiques ou d’institutions, en décrivant des « boucles » chronologiques et culturelles parfois inattendues, au fil desquelles le Rôti-Cochon devenait pièce d’un réseau, élément d’une série, ou plutôt carrefour de plusieurs séries. Ces séries, et c’est un point essentiel de la méthode à laquelle le Rôti-Cochon nous contraint, n’existent pas par elles-mêmes : elles sont littéralement exigées par l’objet qui nous intéresse, elles n’ont pas d’autre sens que d’être nécessaires pour rendre compte de son intelligibilité. Il n’est pas question de les hypostasier : il faut au contraire les assumer comme choix de chercheurs, comme outils heuristiques féconds, ce qui est la stricte définition de la notion de « série culturelle », sur laquelle on reviendra3.

Album pour enfants et bande dessinée

Cependant le Rôti-Cochon n’est, du point de vue du programme, qu’un point de départ : il nous permet de prendre en vue l’ensemble des iconotextes, qui a jusqu’ici toujours servi de toile de fond à nos travaux, et d’affronter l’ensemble des questions que nous venons de résumer et qui nous semblent le structurer. Une dernière clause de méthode s’avère alors essentielle : pour aborder l’étude des iconotextes, il est tentant de commencer par en définir le corpus. Or, au moment de constituer un corpus, la difficulté est de ne pas recomposer, par la délimitation d’une « classe » d’œuvres entrant dans le périmètre de l’étude, un objet faussement réifié ou essentialisé, alors qu’il n’est en réalité obtenu dans un premier temps que par addition de cas.

Pour éviter ce problème, qui est celui de toute constitution de corpus dans les objets sériels, nous disposons d’une bonne solution, maintes fois éprouvée dans les pratiques du laboratoire où nos travaux voisinent, l’InTRu. Cette solution consiste à croiser deux champs (deux domaines de compétences, deux formations disciplinaires, deux faisceaux de questions, deux corpus), et cela signifie plus précisément ici : croiser une approche dont le pôle est l’album pour enfant et une approche dont le pôle est la bande dessinée.

Pourquoi « pôles » ? Parce que précisément, dans leur croisement même, ils interdisent d’essentialiser l’objet de l’étude, puisque ce qu’on rencontre d’abord, dans ce carrefour, c’est la nécessité d’une critique de l’essentialisation. C’est cette nécessité qui fera l’objet de notre prochain billet.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Iconotextes #1: origines historiques du programme," in Album '50', 14 novembre 2018, https://album50.hypotheses.org/2501.
  1. L’exemplaire unique, conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal, ne porte pas de date : 1658 et 1704 sont les dates de début et de fin de l’activité de Michard à Dijon []
  2. Voir par exemple Annie Renonciat (dir.), Voir/Savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, du xvie au xxe siècle, Futuroscope, Scéren/CNDP, 2011 []
  3. Notion définie par André Gaudreault, Cinéma et attraction. Pour une autre histoire du cinématographe, Paris, CNRS, 2008. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.