Iconotextes #1bis : structure institutionnelle du programme

De nombreux lecteurs du premier billet iconotextes nous ont demandé dans quel cadre institutionnel s’inscrivait notre programme de recherche : Iconotextes, est-ce une APR, une ANR, une ERC ? Est-ce un projet exploratoire, innovant, disruptif ? S’inscrit-il dans le programme H2020 ? Avons-nous défini un calendrier, des livrables, des retombées mesurables en terme d’activité socio-économique ? Comporte-t-il un volet valorisation ? Adopte-t-il un usage résolument transdisciplinaire des TICE ? Débouchera-t-il sur un partenariat public-privé ? A-t-il obtenu un grant, dispose-t-il de moyens, fera-t-il des petits ? Toutes ces questions sont tout à fait légitimes : il nous semble normal d’y répondre.

Iconotextes est un PÉPOUZE : Programme d’Études Personnel à Objectif Unique Zéro Emmerdements. Le dossier, monté entre août et septembre 2018 par Cécile Boulaire et Laurent Gerbier, a été soumis à une commission d’experts de haut niveau composé de Gerbier Laurent et de Boulaire Cécile, qui lui a attribué la note de A++ rouge foncé avec palmes, et lui accordé un financement spécifique. Ce financement par crédits mensuels reconductibles comprend :
— pas mal de papier
— plusieurs crayons
— 3.7 cafés par chercheur titulaire engagé sur le projet et par journée de travail
— la faramineuse puissance de calcul de deux ordinateurs personnels
— un chat (un programme de recherche qui comporte un chat est toujours plus disruptif que les autres)

Iconotextes, en accord avec la charte des bonnes pratiques signée par les déposants, se soumet chaque mois à une évaluation intermédiaire qui prend en compte l’adéquation objectifs / moyens, le degré d’avancement de la production des livrables, l’évolution du rayonnement régional, national et international, ainsi que le taux de consommation des crédits ouverts (qui ne doit jamais être inférieur à 93 %, sauf pour le chat). L’évaluation est réalisée en double myope par deux experts indépendants (Boulaire Cécile et Gerbier Laurent), qui décident ou non de reconduire programme et financement en fonction de l’avancement des travaux. Lorsqu’il y a doute ou incertitude sur la pertinence des bilans intermédiaires, les porteurs du projet peuvent être auditionnés par les experts, conformément à la procédure APÉRO (Audition sur Programme d’Études et de Recherche Ouvert).

Une commission d’éthique, composée de C. Boulaire et L. Gerbier, évalue à la fin de chaque demi-semestre les conditions sociales, morales et environnementales dans lesquelles le projet est mené, et vérifie qu’aucun enseignant-chercheur, aucun Biatss, aucun étudiant, aucun chat n’a subi de mauvais traitement dans le cadre de la mise en œuvre du programme.

Au terme des trois premiers de mois de fonctionnement, les porteurs du projet sont particulièrement fiers de pouvoir annoncer à la communauté scientifique internationale qu’ils n’ont pas perdu une seule heure de travail à remplir un tableau excel, qu’ils n’ont pas gaspillé une seule soirée de leur vie privée à relire un dossier de 27 pages en times 10, qu’ils n’ont consacré aucune fraction de leur potentiel de recherche à préparer laborieusement une demande de financement qui leur aurait été refusée au terme d’une procédure parfaitement labyrinthique.

Enfin, disruptio disruptionum, Iconotextes est un programme de recherche qui vise à conduire une recherche, c’est-à-dire un truc dont on se doute qu’il pourrait bien être intéressant mais dont on ne sait pas d’avance ce qu’il va donner, ni où il va nous conduire, ni ce sur quoi il va finalement déboucher, ce qui est tout même extrêmement excitant et justifie pleinement les 3.7 cafés par chercheur / jour. Et le chat.

Pour citer cet article : Laurent Gerbier, "Iconotextes #1bis : structure institutionnelle du programme," in Album '50', 17 novembre 2018, https://album50.hypotheses.org/2586.

2 réflexions au sujet de « Iconotextes #1bis : structure institutionnelle du programme »

  1. Merci beaucoup de ces éclaircissements! J’aurais quand même une question supplémentaire, qui a une pure valeur heuristique et propédeutique, bien entendu, notamment dans le cas d’une recherche transdisciplinaire: le chat sera-t-il rémunéré en tant qu’IGE ou IGR? C’est pour savoir si des excédents budgétaires pourront être remontés en centrale afin de financer des frais de mission à l’étranger dont les bénéfices pourront être comptabilisés en BQI. Et pour savoir aussi s’il sera possible d’avoir des petits fours à un moment ou un autre, parce que bon, le rôti-cochon c’est bien en images, mais…

    1. Rémunéré ? Mais mon ami vous ne seriez pas un tout petit peu un collectiviste de l’ancien monde ? Ce n’est pas en rémunérant les gens qu’on va faire avancer la science, produire des applicables innovants et disrupter l’économie de la connaissance, enfin ! Non, non, pas de rémunération : le chat est élu au conseil de programme en tant que personnalité extérieure issue de la société civile. Il nous apporte son expertise et son regard neuf. D’ailleurs, il s’appelle Chtartoupe (il n’arrive pas à prononcer les « s »).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.