Un nouveau cours en gestation

Alors que la fin du semestre s’annonce (avec son avalanche de copies), entre une séance du programme « Iconotextes » et une séquence du MOOC « Se former pour enseigner dans le supérieur » démarré il y a 10 jours, je tente laborieusement de monter un nouveau cours pour le second semestre.

Le cours s’intitule « Littérature pour la jeunesse 3 : récits brefs & premières lectures ». Pourquoi 3 ? Parce qu’il est le troisième cours de littérature pour la jeunesse au sein d’un ensemble plus large, un « module » thématique de 60 heures par semestre que les étudiants de la faculté de Lettres & langues peuvent choisir pour composer leur licence (chaque étudiant doit suivre au moins 3 modules dans sa discipline d’inscription, le 4e pouvant être pris dans une autre licence disciplinaire, ou bien sous la forme d’un module à thème). Notre module s’intitule « Langues et éducation » et comme son nom l’indique, il s’adresse à ceux des étudiants de notre faculté qui, parce qu’ils étudient les langues vivantes, les lettres ou les sciences du langage, ont le projet d’enseigner. Au premier semestre, je proposais déjà un cours dans ce module (« Littérature pour la jeunesse 1 : littérature orale & album pour enfant ») ; au second semestre, ces mêmes étudiants de première année pourront poursuivre leur immersion avec ma collègue qui assure « littérature pour la jeunesse 2 » et leur parlera d’albums espagnols et de la possibilité d’appuyer l’apprentissage d’une langue étrangère sur la littérature jeunesse. Durant ce même second semestre, j’acceuillerai pour ma part des étudiants de 2e année, pour le 3e volet de cette exploration du livre pour enfants – sauf que, puisque c’est l’année de rodage, mes L2 de cette année n’auront pas suivi les chapitres 1 et 2 en première année : petite difficulté complémentaire…

Le module « langues et éducation »

Donc nous sommes le 29 novembre, tout ce que le petit monde du livre pour enfants compte d’esprit dynamiques s’affaire à Montreuil, comme en témoignent les réseaux sociaux, et moi je suis rivée à mon bureau, en essayant de bâtir ce cours incroyablement difficile. Pourquoi difficile ? Parce que le module « Langues et éducation » a rencontré à la rentrée un tel succès que nous sommes dépassés par les effectifs. Mon cours du premier semestre avait été prévu comme un TD – c’est-à-dire, dans la novlangue des universités françaises, qui ne mettent jamais sur la table l’argent qu’il faudrait pour former convenablement la jeunesse de ce pays, un cours dont l’effectif étudiant avoisine en général les 50. Mais à la rentrée, ils étaient 130. En quelques jours, il a fallu revoir nos plans, et inventer, dans l’improvisation totale, une manière de transformer une pédagogie de petit groupe en cours d’amphi. Ma collègue M.H. a réussi le prodige de lancer un atelier d’écriture… depuis un amphi, en utilisant un micro sans fil pour que les étudiants lisent à haute voix ce qu’ils produisaient pendant la séance ! De mon côté, j’ai tant bien que mal transformé mon TD en CM, en m’appuyant énormément sur les ressources de notre environnement numérique de travail, mais avec un retour mitigé, du moins de ma part.

Anticipant le fait que je n’allais pas pouvoir bien connaître mes étudiants, donc que le suivi de leurs progrès serait difficile, j’ai mis en place, sur l’environnement numérique de travail, un dispositif assez coercitif, à base de vidéos à visionner en complément au cours, et d’articles à lire et à synthétiser. L’un de mes objectifs a été rempli : ils ont tous travaillé, régulièrement, et beaucoup. Mais je crois que je leur ai demandé trop d’efforts. Pour certains, la somme a pu paraître décourageante. Ce ne sont que des L1, qui découvrent l’université pour leur premier semestre : ils ont beaucoup de difficultés à surmonter, et si on charge trop la barque, on peut la faire chavirer. J’attends les évaluations étudiantes de fin de semestre, mais je pense que sans surprise elles diront que je les ai assommés de travail. Mon souci, en fait, c’est qu’il n’est pas certain que le gain général soit à la hauteur des efforts nécessités par ces exercices hebdomadaires : mais comment le mesurer à l’avance ?

Un faisceau de contraintes

Je dois donc composer mon nouveau cours en tenant compte de pas mal de contraintes :

– le sujet nécessiterait beaucoup de lectures en cours, de manipulations de livres et de débats, mais ce sera un cours magistral en amphi, avec un effectif de plus d’une centaine d’étudiants ;

– l’environnement numérique de travail me permet de mettre à la disposition des étudiants beaucoup de ressources, et de proposer pas mal de modalités d’utilisation de ces ressources, me permettant un suivi très régulier de leurs progrès, mais je dois veiller à ne pas me laisser griser par ces possibilités, et doser la quantite de travail que chacun est raisonnablement en mesure de produire chaque semaine ;

– le MOOC m’a confortée dans ma conviction qu’une pédagogie active était à la fois plus stimulante et plus efficace pour les étudiants, mais il ne va pas être simple d’imaginer suffisamment de « cas » pratiques susceptibles de fournir à chacun de mes 100 étudiants, aux projets et motivations variés, à la fois un stimulant et un support d’apprentissage réel ;

– je vais devoir une fois de plus combiner des exigences purement pédagogiques (notamment le fameux alignement pédagogique entre les objectifs, les activités et l’évaluation) avec des contraintes matérielles, logistiques et réglementaires (le cours doit être évalué encontrôle continu ; je ne peux pas corriger d’une semaine sur l’autre la totalité des travaux de la totalité des étudiants à plusieurs reprises au cours de la période comprise entre la 1ère et la 10e séance ; l’effectif et le dispositif « amphi » m’interdisent les évaluations à l’oral).

Rien que de très classique, en vérité. Mais d’ordinaire, la contrainte pédagogique et logistique s’exerce seule, car je fais cours sur un objet que je connais très bien, et pour lequel mes méthodologies sont rodées, tandis que pour cette fois, l’objet lui-même est relativement nouveau pour moi: je n’ai jamais fait cours sur les « premières lectures », jamais écrit non plus dans un contexte de recherche. C’est donc très stimulant… et carrément stressant puisque, compte tenu de cette série de contraintes, je suis déjà très en retard dans ma préparation !

Coopérer

Ajoutons à ça que j’ai souhaité, pour ce cours, coopérer d’une manière différente avec les ressources « du monde réel ». Concrètement, ici, je pense à la bibliothèque municipale de Tours. D’ordinaire, je prépare mes cours, et quand je sais que mes étudiants vont avoir besoin de consulter de la documentation professionnelle (donc plutôt dans le Centre Patrice Wolf), de feuilleter des albums ou d’emprunter des romans pour ados (plutôt dans les sections jeunesse des bibliothèques du réseau), je préviens les bibliothécaires, qui se mettent en quatre pour les accueillir – oui, bon, sauf quand j’oublie de les prévenir, et que 130 étudiants ne trouvent rien de mieux que de débarquer un… samedi après-midi au milieu de la section jeunesse !

Pour cette fois, j’ai eu envie d’un autre type de collaboration, en m’appuyant davantage, en amont du cours, sur l’expertise des bibliothécaires, sur leur fonds, sur leurs manières d’aborder les questions, et en proposant de leur faire part de l’avancée de ma réflexion à mesure que le cours se construira. Mon idée est que les étudiants puissent s’appuyer sur un réseau de professionnels, s’ils ont des questions en parallèle à ce cours ; mais aussi que le travail que nous menons en cours puisse en retour aussi bénéficier à la bibliothèque, d’une manière ou d’une autre. C’est peut-être un peu présomptueux… Mais je suis toujours à la recherche de circonstances qui permettent le « don » et le « contre-don », pour reprendre la formule préférée de Geneviève G., autrefois bibliothécaire dans l’agglomération, de qui j’ai le sentiment d’avoir beaucoup appris.

Bref : pendant que tout ce que le petit monde du livre pour enfants compte d’esprit dynamiques s’agite à Montreuil, je lis, je note, je biffe, je corrige, je construis des tableaux, je dresse des listes, j’ébauche des plannings, je m’enthousiasme pour des propos d’auteurs, je découvre des pans entiers de bibliographie totalement nouvelle, et j’essaie de ne jamais oublier que les « premières lectures devraient pouvoir donner, aux enfants de CP et de CE1, le genre de plaisir que prenaient, ce mercredi soir à la BM de Tours, deux petits lecteurs rencognés sous le teepee dans le coin des albums…

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Un nouveau cours en gestation," in Album '50', 30 novembre 2018, https://album50.hypotheses.org/2664.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.