Iconotextes #3: causons bouquins (la collection)

C’est la sixième séance de travail du projet « Iconotextes ». L’ordre du jour est chargé. Mais très vite on ne le suit plus : c’est l’heure de faire le bilan du SoBD, le salon des ouvrages sur la bande dessinée qui s’est déroulé du 7 au 9 décembre dernier à la Halle des Blancs manteaux à Paris, et où notre collection « Iconotextes » était présentée par les Presses universitaires François-Rabelais.

Le salon a été l’occasion de confirmer la visibilité croissante de la collection, née en 2012 avec l’Hergéologie de Pierre Fresnault-Deruelle, et dont le 13e volume célébrant le 40e anniversaire de la création de (À Suivre) est dans les bacs depuis jeudi dernier. En trois jours, l’équipe éditoriale a multiplié contacts, rencontres et discussions avec des lecteurs, des auteurs, des éditeurs et même des distributeurs. Ça fait chaud au cœur, et ça confirme que la collection a désormais une place reconnue sur ce marché très spécifique des études iconotextuelles. L’équipe éditoriale (4 membres des Pufr, quand même, en plus de Laurent Gerbier pour la direction de la collection !) a été mobilisée pendant 4 jours, avec à ses côtés plusieurs auteurs « maison » venus signer leur livre : Julien Baudry pour Cases Pixels sorti en octobre dernier (une étude sur la BD numérique en France), Sylvain Lesage et Gert Meesters pour le volume (À Suivre), Claire Latxague pour Lire Quino.

Au moment où on se lance dans la préparation des prochains volumes (une étude sur l’oralité dans la bande dessinée, qui sort en mars 2019 ;  puis un essai sur le passage de la presse à l’album dans la BD d’après-guerre, et une douzaine d’autres volumes à des degrés divers de préparation), il est bon de savoir que nos livres sont attendus et appréciés. Plusieurs de nos interlocuteurs (organisateurs du salon, éditeurs ou exposants) nous ont tout naturellement donné rendez-vous à Angoulême en janvier 2019, considérant implicitement que nous ne pouvions pas ne pas y être présents. À soi seul, c’est un signe de reconnaissance du milieu, qui après 7 années d’existence de la collection, confirme qu’on a bien travaillé !

Reste pour nous à veiller à ce que la reconnaissance venue du monde de la BD ne nous fasse pas perdre de vue notre projet d’origine, qui dépasse ce champ et vise la publication de volumes consacrés à l’illustration (François Fièvre, Le Conte et l’image), à l’album (Cécile Boulaire, Les Petits Livres d’or), au roman (Viviane Alary, Filles de la mémoire), au théâtre et au cinéma (Valérie Vignaux et Marion Chénetier, Le Texte critique), aux images politiques, et à l’ensemble des « hybridations » du texte et de l’image.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.