Étudier les livres pour enfants en fac de médecine

Depuis 2012, j’enseigne la littérature pour la jeunesse au sein des Unités d’Enseignement et de Recherche en Sciences Humaines (UERSH) proposées au sein de la Faculté de médecine. Le dispositif UERSH fait pendant aux UERB, unités consacrées à la biologie permettant aux étudiants de médecine qui le souhaitent d’interrompre leur scolarité pendant un an le temps de faire un master de biologie. Sur le même modèle, les étudiants ayant suivi plusieurs cours au sein des modules de l’UERSH peuvent ensuite, s’ils réalisent un stage, postuler pour un master 2 dans une discipline de sciences humaines, en complément à leur cursus médical. Le module au sein duquel j’interviens s’intitule « Humanités en médecine ». J’y coordonne un cours partagé avec une collègue, que nous avons baptisé « Dire la maladie, penser le soin : enjeux du récit ».

Le cours s’est révélé difficile pour moi cette année. D’une part, pour des questions purement matérielles : salle mal équipée et mal disposée, horaire très contraignant et mal adapté à ma progression pédagogique, groupe plus nombreux que d’habitude (20 étudiants, c’est peu, mais pour un contenu si éloigné du cursus principal, c’est déjà beaucoup), enfin étudiants aux niveaux très divers (de la 2e à la 6e année de médecine, autrement dit des étudiants qui sortaient juste de PACES et d’autres qui étaient déjà externes). D’autre part, j’étais tendue en abordant cet enseignement, parce que pour la première fois la question du lien entre pratique médicale professionnelle et soin de l’enfance me touchait directement, à titre personnel. Et pourtant, jamais ce cours ne s’est aussi bien déroulé.

J’attribue la richesse des interactions à deux facteurs : d’une part le mélange entre des étudiants très avancés aux réflexions pleines d’acuité et d’autres très jeunes et pleins de fraîcheur ; d’autre part le hasard qui a fait que sur cette promotion de 20 jeunes adultes, je ne comptais presque que d’anciens gros lecteurs ou en tout cas d’anciens enfants et adolescents amateurs de livres, certains d’entre eux restant même, malgré la lourdeur des études de médecine, des lecteurs de fiction. C’est d’ailleurs la première fois qu’un étudiant de ce dispositif fait le choix, comme cela leur est proposé, de réaliser en plus de l’examen un dossier personnel portant sur le contenu du cours. De fait, la première séance, au cours de laquelle traditionnellement nous posons les bases de leur représentation de la littérature, les souvenirs de lectures d’enfances ont été particulièrement riches, nombreux, variés et surtout marqués par la valeur positive accordée au livre et à la lecture. C’est sur cette base d’emblée très constructive que nous avons donc pu déployer une réflexion portant sur les romans et les albums pour enfants, interrogés à la fois comme porteurs de représentations (qui peuvent intéresser les soignants) et comme objets d’une performance à partager (qui peut concerner les soignants).

Les séances, riches et animées, ont permis de faire émerger des représentations, puis de les mettre en question, voire de leur substituer de nouveaux paradigmes. Elles ont parfois fait affleurer des doutes, des étonnements, permis de verbaliser une forme d’embarras devant la contradiction entre le message diffusé par des fictions (auquel ils adhéraient sans problème) et celui qu’enseigne la faculté (auquel ils adhèrent aussi bien entendu). Le cours est trop bref pour permettre d’aller au-delà de quelques prises de conscience ponctuelles. Mais c’est la première fois que, passé ce moment d’initiation, je regrette sincèrement que nous n’ayons pas la possibilité de prolonger la réflexion, avec quelques étudiants motivés. En effet, la lecture et la correction des copies d’examens a confirmé que ce cours avait touché juste. Contrairement aux années précédentes, les étudiants sont restés pendant toute la durée de l’épreuve, rédigeant jusqu’à la dernière minute de longues réponses parfois très personnelles. De belle qualité aussi bien formelle qu’intellectuelle, les réponses à mes deux questions ont engagé des réflexions chaque fois singulières sur le degré de vérité porté par la fiction littéraire et sur la tension entre divers régimes de discours, en l’occurrence celui d’un roman best seller et celui des études médicales.

Par ailleurs, j’avais fait le choix, au lieu de poser une question abstraite dite « de cours », d’interroger les étudiants en leur demandant au préalable de se choisir une posture fictive – ils avaient le choix de penser une situation problème soit en tant que médecin généraliste installé dans son propre cabinet en ville, soit comme médecin de PMI exerçant en milieu rural, soit comme pédiatre exerçant en milieu hospitalier. Cette fiction ludique, libérant leur esprit du souci de « donner la bonne réponse », semble les avoir engagés à réfléchir à leurs propres valeurs mais aussi leurs capacités et leurs convictions. De fait, leurs réponses sont beaucoup plus variées que les années précédentes. Les étudiants se sont manifestement sentis moins contraints à produire la réponse qu’ils pensaient que j’attendais, et plus libres de développer leur propre argumentation. Chacun est allé chercher dans les séances ce qui confirmait ses convictions et ses préférences, tout en tenant compte des acquis que nous avions sans doute pris soin (mieux que les années précédentes) de consolider en les reformulant à leur manière. Selon leurs habitudes familiales, leurs représentations culturelles, mais aussi leur degré d’avancement dans les études de médecine et leur approche de la pratique clinique, ils ont multiplié les remarques extrêmement pertinentes et bien argumentées concernant la présence d’albums pour enfants dans les lieux médicaux accueillant des enfants, sur les critères de choix devant présider à leur sélection, sur les manières d’utiliser ou de faire utiliser ces ouvrages, enfin sur le bénéfice que chacun, patients et soignants, pouvait tirer de ces albums. Loin de refléter mes propres convictions, leurs réponses dessinent un large panel de possibilités. Elles sont autant d’arguments militant pour la présence accrue du livre dans les lieux médicaux recevant des enfants !

Selon leur âge, leur genre, leur caractère, leur année d’études, ces étudiants ont insisté

  • soit sur la performance de la lecture d’un album à un petit patient, soulignant de manière fine, chaque fois personnelle, le bénéfice à attendre de ce moment d’échange – nul doute que dans la qualité de ces réponses, il entrait du souvenir d’intenses expériences enfantines de la lecture ;
  • soir sur la tonalité des albums choisis pour « habiller » ces lieux de soin, en revenant sur le plaisir pris à des livres drôles, décrispant l’atmosphère, établissant autour du rire une relation de complicité non feinte avec le soignant ;
  • soit sur les thématiques de ces livres, reprenant à leur compte (à mon grand plaisir) mais avec leurs propres termes le travail que je leur avais fait mener autour des livres évoquant les sensations corporelles et les émotions ;
  • soir sur les implications cognitives de cet échange autour des livres, allant même jusqu’à réclamer de réaliser eux-mêmes des albums expliquant les processus médicaux.

À de rares exceptions près, ces réponses ne reprenaient pas les convictions que je suis amenée à formuler lors de mes cours, mais entrelaçaient quelques-unes de mes suggestions avec les représentations initiales qu’ils avaient apportées dans le cours ainsi qu’avec les réflexions que nous avions collectivement développées autour d’échantillons que j’avais soumis à leur examen critique, aussi bien autour de la persistance des stéréotypes de représentation1 que dans les essais de transmission didactique de savoirs sur les maladies.

Nous avions ensemble examiné un panel d’albums prétendant expliquer à l’enfant un dispositif médical, une procédure de soin ou une maladie, certains de ces albums s’intégrant dans des collections commerciales et d’autres (notamment canadiens) émanant de structures médicales ou d’associations de patients. Constatant le caractère très insatisfaisant de cette production, les étudiants sont toutefois revenus sur la nécessité, à leurs yeux, de disposer d’albums exposant aux enfants, dans un langage (textuel et pictural) clair, ce dont ils souffraient et ce qui les attendait en termes de soins. Leurs remarques quant à la nécessité de ces livres tiennent compte de tout le travail que nous avons fait ensemble sur une production d’albums plus « qualitative ». Elles m’incitent à désirer poursuivre, avec ces étudiants peut-être, mais aussi avec des médecins, des illustrateurs, des éditeurs – et pourquoi pas des sociologues ou des psychologues, une réflexion plus approfondie sur l’album comme véhicule entre adultes et enfants, notamment dans un cadre de soins.

À l’instar de la plupart des « spécialistes » de l’album pour enfants, dans leur grande majorité issus de formations littéraires (donc très élitistes et attachées à la dimension esthétique de l’expérience livresque), je n’ai jamais eu beaucoup d’égards pour ces productions mi-didactiques mi-commerciales. Mais ces étudiants de médecine, qui ont très spontanément montré leur attachement à des univers artistiques rencontrés avec les albums de leur enfance, et qui se sont aussi montrés très réceptifs aux albums esthétiques et que je leur ai fait découvrir pendant ce cours, m’ont malgré moi obligée à revenir sur mes préventions : ils m’ont convaincue qu’en tant que futurs médecins ils avaient besoin que de tels albums existent, et qu’ils avaient pour ces albums de hautes ambitions, aussi bien en termes de tonalité que sous l’angle didactique et esthétique. Leur engagement, leur conviction, leur réceptivité à des démarches attentives à la sensibilité des jeunes patients méritent sans doute amplement que ce chantier soit ouvert.

 

  1. à cet égard, ils ont souligné que seul l’ouvrage de Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée consacré aux Urgences, chez Gallimard offrait des illustrations échappant au stéréotype du médecin de famille homme-vieux-gros-en costume-à lunettes : j’ai donc choisi cette image comme en-tête de ce billet, elle est due à Frédérick Mansot []

2 réflexions sur « Étudier les livres pour enfants en fac de médecine »

  1. Bonjour! Merci pour cet artricle très intéressant.
    D’où la première image est-elle tirée?
    Merci
    Antoinette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.