Une semaine en Corée

Dans le cadre des activités de recherches de l‘équipe Intru, j’ai eu la chance de passer la semaine dernière à Séoul, une semaine partagée entre rencontres, visites et conférence à l’université Sookmyung. Que soient remerciés ici tous ceux qui ont rendu possible ce fascinant séjour : en premier lieu Kang Sanghoon, professeur invité l’année dernière au sein du laboratoire InTRu, et initiateur de cette invitation (ainsi que son épouse illustratrice Kim Yun-Ju, dont les amies illustratrices et professeures à Séoul m’ont fait si bon accueil). À Séoul, Lee Jisun, qui a organisé pour moi visites, diners et rencontres avec un dévouement et un sens de la perfection qui forcent l’admiration ; Madame le professeur Hwang Soonsun, directrice du département des Beaux-Arts de l’université féminine Sookmyung, qui m’invitait à faire une conférence devant ses étudiants ; Lee Sungyup, précieuse intermédiaire avec les étudiants et les éditeurs, puisqu’elle assurait toutes les traductions ; Jeong Soon, qui a fait une partie de ses études à l’université de Tours sous ma direction, il y a des années, et qui m’a accueillie avec chaleur et professionnalisme ; enfin Park Sunghye, qui a eu la bonne idée de m’emmener prendre un café matinal avec vue sur le beau jardin du palais Changdeokgung, en compagnie de sympathiques tigres de minhwa.

Photo Yeong Ran Kim, https://placesjournal.org/article/paju-bookcity-the-next-chapter/

Au-delà du dépaysement, ces quelques jours à Séoul ont été pour moi une expérience d’une grande richesse. Je livrerai ici et dans le prochain billet quelques-unes des réflexions que m’ont inspirées mes activités, puis je consacrerai les trois billets suivants à trois éditeurs d’albums qui nous ont reçues à Paju Book City,  sorte de ville nouvelle, “pépinière” de maisons d’édition surgie il y a une vingtaine d’année par volonté gouvernementale, à une heure au nord de Séoul. Lee Jisun avait organisé ces trois rencontres : qu’elle en soit ici remerciée. Mon programme dense m’a laissée libre, malgré tout, de visiter quelques magnifiques lieux historiques de Séoul, mais ici il ne sera question que de ce qui a trait à l’édition contemporaine d’albums.

 

J’étais logée en plein centre, ce qui m’a permis de faire dès le premier jour une descente dans l’immense librairie Kyobo – genre de Fnac à la puissance 10. Première surprise : les albums sont emballés sous plastique, donc sauf exception, on ne peut pas les feuilleter ! Deuxième constat : les livres sont présentés par tranche d’âge et niveau scolaire. Les attentes à l’égard du livre, soulignées par ce type de mise en place, sont donc on ne peut plus claires. Troisième motif d’étonnement : si les traductions abondent, il y a même un étonnant meuble contenant des albums en langue étrangère, dont on se demande bien comment ils ont pu arriver ici, tant l’assortiment est étrange !

Petit coup d’œil sur l’édition, donc, complété le lendemain dans la charmante et flambant neuve librairie Still Books. Cette fois, au lieu de l’exhaustivité façon supermarché, une présentation extrêmement soignée et une sélection thématique d’ouvrages, qui éparpille les albums à tous les étages, en fonction des thématiques. Je suis d’emblée impressionnée par un album géant des éditions Changbi – j’apprendrai plus tard que c’est en fait un format exceptionnel, fabriqué après-coup en agrandissant le format original, pour un usage en bibliothèque ! Nous passons longtemps à compulser ces albums, Sungyup me traduisant les histoires.

J’en achète peu, ne pouvant pas me charger, et faire le tri n’est pas facile ! J’aurais par exemple pu rapporter ce très sombre album en noir et blanc, qui évoque la vie des porcelets dans un élevage en batterie bientôt frappé par une épidémie qui conduit tous les cochons à mourir dans une fosse commune ! Ça s’appelle simplement “Histoire de porc” et on en trouve des images ici. À la place, je choisis plus léger, deux petits échantillons seulement.

Le premier, c’est cette jubilatoire histoire  au bain public, de Baek Hee-Na, dont on connaît bien en France le premier album à succès, Les Petits pains au nuage (Didier jeunesse, 2006), mais dont seuls deux autres titres sont traduits, alors qu’il faudrait, au minimum, publier aussi cette si amusante histoire de lune qui fond en face d’un immeuble de loups1 Je doute en revanche qu’aucun éditeur français ait le cran de publier cette histoire de bain public, dans laquelle une petite fille échappe à la surveillance de sa maman et passe un moment de complicité fantasque avec une vieille femme, avant de regagner son quotidien un peu terne. Enfin des vieux dans les albums pour enfants. Enfin des corps, enfin de la jubilation par les corps ! J’ai tellement de mal à en trouver quand j’en cherche pour mes cours adressés aux étudiants en médecine

Je choisis mon 2e album parce qu’il me paraît incarner l’une des fascinations que cette production récente manifeste à l’égard de la maison traditionnelle coréenne, mais aussi de la vie rurale. Nous connaissons déjà, en France, l’album de Kwon Yoon-Duck Ma Maison en Corée, dans lequel un enfant raconte que sa famille quitte l’exigu petit appartement familial pour aller s’installer dans la plus vaste maison traditionnelle et rurale des grands-parents, “cottage” peut-être un peu mythifié qui contraste fortement avec l’habitat standard coréen. Il faut savoir qu’en Corée comme ailleurs, on vit surtout en ville (notamment à Séoul), et que Séoul, ça ressemble à ça2 :

Dans l’album que je choisis,  mère et enfant partent pour une excursion qui les mène à la campagne, chez un couple qui, par militantisme écologique et marqué par la catastrophe de Fukushima, vit en autarcie dans une maison rurale traditionnelle, se chauffe au bois, va chercher l’eau à la rivière, cueille de quoi se nourrir… Je ne peux évidemment pas accéder au détail de l’histoire, mais il me semble lire, dans l’évolution que traduisent les doubles-pages, le glissement progressif, chez l’enfant, de l’étonnement à l’enquête, de la contemplation émue à l’exaltation d’une nouvelle utopie rurale. Publié chez Changbi, l’album s’intitule quelque chose comme “Ceux qui sont allés vivre en forêt”.

J’ai acheté un troisième album, dont je ne montrerai pas d’images ici parce que c’est un cadeau et que ça doit rester une surprise ! Je dirai juste que c’est un album de l’artiste Noh Seok-Mee, dont les peintures m’ont fascinée. On trouve sur cette page ses tableaux les plus récents sur la neige ; son compte instagram et son blog  témoignent de sa fascination pour le jardinage et la vie simple, de son énergie, et de sa fantaisie. Fascinant, troublant et rafraîchissant !

Dans le prochain billet : le “Picture Book Club” au sous-sol de la librairie Still Books

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Une semaine en Corée," in Album '50', 8 mai 2019, https://album50.hypotheses.org/2917.
  1. ajout le 9 mai 2019 : il faut tout de même préciser que Baek Hee-Na est une star de l’album en Corée ! Les lecteurs pouvaient découvrir son travail sur son blog jusque 2011, et le suivent désormais en direct sur son compte Twitter []
  2. voir la thèse très claire de Kwon Haeju sur  le “Tanji” coréen: https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01619150 []

4 réflexions sur « Une semaine en Corée »

  1. Merci, Cécile, pour ce témoignage si vivant de tes rencontres et de tes coups de cœur en Corée ! Nous avons suivi le travail de Baek Hee N’a depuis ses Petits Pains au nuage et avions effectivement regardé avec attention cette histoire étrange de loups face à la lune.
    Mais je ne connaissais pas son album sur les bains publics. Effectivement, c’est difficilement publiable en France aujourd’hui.
    La représentation des corps, voire des visages des personnes âgées pose problème . Alors qu’il semble y avoir en Corée une plus grande ouverture, un plus grand respect ?

    1. De ce qu’il m’a semblé (mais il faudrait mener une enquête moins superficielle!), il y a surtout un rapport parfois très décomplexé au corps et à ses fonctions. Ne pas oublier qu’un des livres qui a déclenché le renouveau de l’album coréen est Le Popo du chiot… dont le personnage est une crotte de chien! Le premier album que j’ai pris entre les mains, parce qu’il était mis en évidence dans la librairie dont parlera mon prochain billet, racontait la vie d’une saucisse. Dans le premier épisode, cette saucisse perdait les eaux et accouchait d’une autre saucisse… ça donne une idée du niveau de décomplexion! (l’album est signé So Young Park, alias Bonsoir Lune: http://bonsoirlune.com) J’ai été frappée de voir à quel point certains albums étaient légers, jubilatoires, à la hauteur des rires enfantins… mais parfois quasi scatologiques pour un œil français. Évidemment, je dis cela sous réserve d’une observation moins superficielle et rapide!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.