Un « club d’albums » à Séoul

Grâce aux contacts pris pour moi par Lee Jisun (dont on peut voir un peu du travail sur son compte instagram), j’ai pu visiter le « Picture Book Club » installé dans le sous-sol de la librairie Still Books, dont j’ai déjà parlé dans le billet précédent. Quelques mots sur cet endroit totalement fascinant.

D’abord, une précision : j’ai pris des photos à la volée, avec mon téléphone. Elles  sont médiocres et elles montrent des petits lecteurs qui n’avaient pas forcément envie d’être pris en photo. Alors presque toutes les images qui illustrent ce billet sont prises sur le compte insta-stalker de Still Books : ce sont soit des images postées soit par la librairie elle-même, soit des images publiées sur le même réseau social par des usagers (des mamans !) qui ont choisi de partager leur expérience, souvent à l’intention d’autres mamans. Elles sont de meilleure qualité que mes propres images, et elles montrent le lieu en train de vivre à hauteur d’enfant.

Qu’est-ce que c’est, ce « club d’albums »?… Il faut d’abord savoir qu’on croise dans Séoul énormément de « books cafés » et de coffee shops où on peut s’installer longuement pour lire, voire pour travailler. Ils ressemblent beaucoup moins à nos cafés traditionnels à qu’à des cafeterias lumineuses et confortables, un peu impersonnelles parfois, mais où il doit faire bon s’installer pour quelques heures – d’autant que les logements sont exigus. C’est une sorte d’hybride entre un café-salon de thé (mais avec des livres), une librairie, et une bibliothèque (mais où on aurait le droit de manger !). L’immeuble Still Books mixte tout ça : on ne mange pas dans les livres, mais sur le même lieu on trouve une librairie pour adultes, une petite cafeteria sympathique, et ce club d’albums. En quoi c’est intéressant ? Eh bien, je me souviens que, jeune maman élevant mes enfants en ville, je me posais toujours d’insondables questions au moment de tenter une sortie qui ne soit pas, comme d’habitude, descendre-au-parc-qui-est-au-pied-de-l’immeuble. Allions-nous réussir à accéder au lieu avec une poussette ou un landau ? Y aurait-il un endroit pour changer le bébé, pour l’allaiter ? Pourrions-nous faire, à un moment, une pause pour l’indispensable goûter ? Les mamans qui postent leur sortie au « club d’album » sur les réseaux sociaux semblent avoir trouvé très pratique qu’on offre, dans le même lieu, un espace pour aller lire des livres et s’amuser, et un autre où on peut s’asseoir et prendre une collation. C’est tout simple, hein – et je sais que les bibliothécaires sont obsédées par le fait qu’il n’y ait pas de nourriture dans un lieu consacré à la culture écrite – mais ça me paraît être la vie, tout simplement : on a envie de lire, et besoin de manger (dédicace à E.R.W et ses crêpes !).

Une fois qu’on entre dans le club lui-même, deux petites surprises: d’abord, il faut payer, un peu comme à la piscine – ou alors, on a un abonnement. On peut même acheter un « pack famille » le week-end, deux entrée pour les parents et une pour l’enfant, et le brunch pour toute la famille ! C’est, à mes yeux, très cher : le pass pour la journée est à 13000 won, c’est-à-dire à peu près 10 euros. Une fois qu’on a payé, on dépose ses affaires dans un petit casier fermé à clé, très pratique, et… on retire ses chaussures, parce qu’en Corée, à peu près partout, on se déchausse. On m’a prêté de petites pantoufles ! Ensuite, le lieu s’organise en plusieurs grands espaces magnifiques. Le premier en entrant est consacré au thème qui change tous les deux mois, autour duquel les animatrices ont réalisé une copieuse sélection d’albums récents et classiques. Ce mois-ci, c’était « la famille ». Puis viennent les rayonnages et espaces réservés aux albums du « fonds », organisés en trois grandes thématiques pérennes. Une partie des albums de la sélection est prise dans ces trois grandes familles d’albums, et une autre partie est achetée pour l’occasion, et vient ensuite enrichir les trois grands fonds pérennes. Enfin d’autres rayons sont consacrés à la mise en valeur de certains livres : la « sélection du club » ; le coin des « artistes », c’est-à-dire un espace où les albums sont mis en valeur auteur par auteur ; l’étagère des éditeurs, qui met en valeur, par expositions tournantes, un ou deux éditeurs particuliers ;  le coin des livres au format extravagant, etc.

Ce qui frappe le visiteur, évidemment, en entrant, c’est l’élégance de l’installation. Les rayonnages, de larges grilles de bois clair, se prolongent en une sorte de charpente enveloppante. Le lieu est clair, pas trop grand, chaleureux, les espaces sont bien pensés pour que les enfants ne se gênent pas. C’est bien « designé », un peu sobre sans doute pour le goût français,  mais vraiment apaisant… ce qui n’est pas anecdotique pour une grande ville comme Séoul.

Bien séparé des espaces de lecture, mais ouvert sur eux, il y a aussi un petit atelier d’arts plastiques, signalé par une exposition, à hauteur d’enfants, de livres sur l’art.

Plusieurs des séances de lecture évoquées sur les réseaux sociaux montrent des enfants qui jouent avec des peluches à l’effigie des personnages des albums populaires. En effet, dans les rayons, les livres cohabitent avec des doudous représentant les personnages, et les petits lecteurs sont invités à jouer avec, ce dont ils ne se privent pas.

Bref, je trouve que l’espace et son usage sont bien pensés pour de jeunes enfants.  Les rayonnages sont bas, des éclairages intégrés mettent en lumière les albums sans éblouir les lecteurs. Près des rayonnages, des tables à hauteur d’enfant permettent de poser les albums pour les ouvrir tout en restant debout, ce que les enfants aiment faire, eux qui ne séparent pas naturellement les activités motrices et celle qui sont liées à la contemplation. Mais on peut aussi s’asseoir directement sur la moquette ou sur des coussins ronds, poser les livres sur une chaise, se nicher dans une petite cachette ou s’agglutiner à plusieurs dans un coin de pièce… enfin tout ce qu’on fait dans une bibliothèque !

Mais évidemment, ce qui m’a intéressée le plus, en tant qu’adulte, c’est la richesse et la valeur des collections. En nombre finalement assez restreint (si on compare à une bibliothèque municipale de ville moyenne, comme à Tours, où le fonds doit être très important pour permettre la rotation des emprunts), les albums sont récents, en excellent état ; ils ont été choisis avec un grand discernement, pour leur caractère « indispensable » au fonds permanent ou leur cohérence avec le thème mis en avant ; ils sont mis en valeur avec art. En effet, la mise en place des albums relève plus de l’art de la vente, en librairie, que de la disposition classique d’une bibliothèque, où les maîtres mots sont gain de place et rationalité du classement. Ici, comme dans un lieu de vente, ce qui importe c’est de mettre en valeur chacun des livres choisis, pour allécher le lecteur. Les visiteurs sont donc accueillis par la table du thème en cours (sur cette photo, la musique). Peu de livres, mais ils sont bien mis en valeur sur la table ou les présentoirs verticaux.

Le coin « artistes » sélectionne un nombre certes récents d’auteurs-illustrateurs, mais ils sont mis en avant comme des personnalités singulières : une case par artiste, avec une notice de présentation, et la réunion de ses livres, quel que soit l’âge visé ou le type d’album. Il y a ici une authentique reconnaissance de l’auctorialité et de la dimension artistique de chaque créateur.

Ce qui m’a fait évidemment plaisir, c’est de trouver dans cette partie de la pièce un grand nombre d’artistes français : Anne Bertier (livres, mais aussi jeux aux éditions MeMo), Hervé Tullet, Anne Herbauts, Blexbolex, Jean Jullien, Philippe Corentin – mais aussi, parmi les Anglais, quelques-uns de mes préférés, comme évidemment John Burningham mais aussi, plus surprenant tant il est jeune, William Grill. J’y ai retrouvé avec plaisir, bien mise en valeur, Noh Seokmee, et j’ai découvert l’existence de la Japonaise Kaya Doi et ses personnages Chirri et Chirra, ainsi que la fantaisie de Yoshitake Shinsuke (en France, il est publié chez Kaleidoscope, Glénat et Nobi Nobi).

Comme les enfants ne viennent pas seuls dans ce genre d’endroit, il y a aussi un petit rayon de livres destinés à des adultes, et plusieurs revues consacrées aux livres pour enfants :  par exemple la « Revue de littérature jeunesse » intitulée Les Enfants et publiée par l’éditeur Changbi ; et la « Revue des bibliothèque scolaires« , deux revues que j’aurais aimé savoir déchiffrer !. En conclusion, le lieu est évidemment fascinant pour qui veut se faire une idée, dans un endroit confortable, de la production récente d’albums en Corée : on y trouve aussi bien les créations coréennes que de très nombreuses traductions. Je me serais bien laissée enfermer ! On se prend à rêver d’un tel lieu en France, qui mettrait en valeur la remarquable vitalité de l’édition d’albums, dans un cadre magnifique et bien pensé. Mais, au-delà de la fascination, quelques questions évidemment : l’existence de ce lieu tient-elle à une lacune dans l’offre de bibliothèques publiques ? Et quelles familles sont prêtes à payer, ou à prendre un abonnement payant, pour simplement passer quelques heures à lire des albums, sans jamais pouvoir les emporter à la maison ?…


2 réflexions sur « Un « club d’albums » à Séoul »

  1. Chère Cécile,

    Je viens de lire votre passionnante description du « club d’albums ». J’ai, comme vous du reste, des questions. (1) Le « club », où l’on ne fait que consulter sur place, est installé dans l’immeuble d’une librairie. Y a-t-il dans la librairie un endroit où l’on retrouve certains des albums mis en valeur au « club » ?

    (2) Vous « traduisez » le prix d’entrée par 10 euros, au taux du change je suppose. Mais quel somme réelle cela représente-t-il, en fonction des revenus ou des prix en Corée ? On pourrait poser les mêmes questions (ce que vous ferez peut-être ensuite ?) pour les prix des albums eux-mêmes.

    (3) Les nombreuses photos que vous mettez dans votre billet sont à la fois importantes et alléchantes. Vous expliquez que ce ne sont pas « vos photos » (c’est bien dommage) mais des photos « maison ». En un sens c’est intéressant, ces photos prises par les mamans coréennes ; mais dans un autre sens cela risque de donner une vision « bon chic bon genre » du lieu. Les photos donnent-elles finalement une idée suffisante de l’endroit ?

    (4) Y a-t-il de la musique d’ambiance ou pas ? Vous souvenez-vous des horaires d’ouverture et auriez-vous des commentaires à faire à cet égard ?

    (5) Dans les photos, on ne voit pratiquement pas les parents. Or vous soulignez que ce n’est pas un endroit où les enfants viennent tout seuls. On se demande donc comment se fait, dans la réalité, l’interaction entre le personnel du « club », les parents, et les enfants. L’image qu’en donnent les photos paraît finalement tronquée.

    Surtout, ne voyez pas ces questions comme des critiques à l’égard de votre billet. C’est le contraire : votre billet est riche et passionnant. Il incite donc à poser de nombreuses questions !

    Merci, François Jacquesson

    1. Merci de cette lecture attentive! Je vais essayer de répondre point par point, et d’apporter quelques éclairages quand je le peux – tout en laissant des zones d’ombre parce qu’il reste pour moi aussi beaucoup d’inconnues!
      1) le club est en effet situé sous la librairie; près de l’entrée dans le club lui-même, il y a un tout petit coin « librairie » où on peut acheter certains albums et quelques éléments de papeterie, mais c’est minimal. Aux étages supérieurs, on peut acheter des albums, mais ils sont dispersés, sauf dans un petit coin « littérature pour enfants », qui représente à peu près 1/100e des livres offerts à la contemplation dans le club. Le club ne me paraît donc pas un « produit d’appel » ou une vitrine de la librairie. Je crois même qu’il est sous-employé, sous cet angle!
      2) pour les prix, je dois reconnaître mes limites. Je peux juste dire que l’entrée pour un pass à la journée, 13 000 wons, correspond à peu près au prix d’un album qui, au taux de change officiel, est à peu près au même prix qu’en France. Toute proportions gardées, c’est ce qui m’a fait dire que l’entrée était chère – deux ou trois fois le prix de la piscine, en France, si on compare un loisir enfantin à un autre!
      3) excellente remarque sur les photos, bien sûr. D’une part, elles « héroïsent » chaque enfant – car chaque maman nourrit son compte avec des images qui célèbrent l’excellent de l’offre éducative dont bénéficie son enfant! D’autre part, elles sont soignées (pas les miennes). Mais d’une manière générale, j’ai trouvé l’atmosphère très paisible dans ce club, et ces images m’en ont semblé assez fidèles à l’impression que j’avais ressentie sur place. Mais il faut bien sûr garder de la mesure: je ne suis restée qu’une petite heure…
      4) je ne me souviens pas de musique! et je n’ai pas eu l’idée de regarder les horaires… Quelle observation lacunaire!
      5) Sur les images, en effet, pas de parents, puisque ces images ont été faites par… les parents. Dans la réalité, bien sûr, les parents sont là. Les animatrices du lieu portent des blouses oranges. Nous avons été reçues par l’une d’entre elles, qui nous a expliqué la provenance professionnelle de ces animatrices: la moitié sont permanentes, l’autre vacataires. Elles ont des compétences diverses: certaines sont plutôt des spécialistes de l’illustration et de l’album, d’autres plutôt de puériculture. En revanche, il m’a semblé ne pas entendre le mot « bibliothécaire »!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.