Borim Press: éditer et traduire

La première des maisons d’édition dans lesquelles j’ai été reçue est Borim, dont je vais dire quelque mots ici. Le 2 mai 2019, j’ai d’abord présenté aux étudiants des Beaux-arts de l’université féminine Sookmyung un exposé sur l’histoire et l’esthétique de l’album en France. Les textes apparaissant à l’écran avaient été traduit en coréen par Kang Sanghoon (merci à lui) ; quant aux interactions avec les étudiants, elles bénéficiaient de la très efficace traduction simultanée de Lee Sungyup, que je remercie encore. Pourquoi très efficace ? Parce que Sungyup, en plus d’être une traductrice extrêmement précise, connaît bien le domaine de l’album pour enfants : elle y a précisément consacré sa thèse, réalisée à Paris et intitulée “Le rapport texte-image dans la traduction des albums pour enfants“. On ne peut pas accéder en ligne au texte de la thèse (il est toujours possible de la faire venir en prêt entre bibliothèques), mais pour avoir une idée du travail que mène Sungyup, on peut lire par exemple un de ses articles consacré à l’intertextualité dans la traduction d’albums1, mais aussi plusieurs traductions d’albums coréens parues chez Sarbacane ou MeMo. C’est aussi en partie grâce à elle que j’ai quelques notions de l’histoire de l’édition pour enfants, car elle avait contribué au numéro de la Revue des livres pour enfants consacré à la Corée, en 2010. Ses traductions étaient donc non seulement fidèles, mais aussi et surtout, très fines ! C’est une chance inestimable que d’avoir pu partager ces moments avec elle.

Après cet exposé et le déjeuner pris en compagnie des membres de l’université (attention : se méfier des petits légumes marinés disposés çà et là sur la table, et dans lesquels chacun pioche avec ses baguettes, certains sont assez redoutables pour un œsophage d’Européen, et on m’a gentiment mise en garde contre deux ou trois d’entre eux…), nous sommes partis pour Paju Book City où Lee Jisun avait organisé pour moi trois rencontres. La première d’entre elles, donc, était chez Borim Press.

Les éditions Borim ont d’abord construit leur catalogue jeunesse en vendant des albums par séries, une modalité commerciale tout à fait typique de l’histoire de l’édition enfantine en Corée. Introduite après la guerre sur un modèle américain de démarchage au porte-à-porte, la vente de livres par collection, avec paiement échelonné, a longtemps été la principale modalité d’acquisition de livres pour les enfants dans les familles. Les modifications politiques, sociales et économiques du début des années 1990 ont permis le développement de la vente de livres à l’unité et en librairie. À partir de 1995, Borim investit donc ce secteur de la vente à l’unité et produit des albums de belle qualité esthétique.

Lorsqu’on entre dans leur immeuble, on a d’abord la surprise de découvrir que le rez-de-chaussée est occupé par une librairie-café très agréable. C’est l’occasion d’avoir un aperçu large sur leur production ! On parle un peu, pour commencer, de leur localisation à Paju, cette “cité du livre” à l’écart de Séoul, construite à grands renfort d’architectes – spectaculaire, plaisante par sa verdure, un peu vide et artificielle cependant. L’intérêt, pour les éditeurs, est de trouver réunis sur un même lieu à la fois de l’espace pour des bureaux et des industries graphiques de pointe, comme l’évoque sur son blog l’auteur Chris Haughton en 2010. Mais Paju, c’est loin de Séoul, et, aux dire des deux éditrices qui me font l’honneur de nous accueillir grâce à l’entremise de Lee Jisun, c’est un grand inconvénient, car… les auteurs ne se déplacent pas jusqu’à Paju, il faut, pour les rencontrer, se rendre à Séoul ! L’avantage, pour Borim, c’est qu’en échappant à la pression immobilière de la capitale, on a pu réunir sur le même lieu le service éditorial, mais aussi une galerie et un théâtre pour enfants. En semaine, ils sont fréquentés en majorité par les écoles, et le week-end on essaie de faire venir les familles – entretenir un tel lieu est coûteux, mais la maison semble y tenir. J’aurais aimé avoir le temps de voir fonctionner ces lieux.

Nous sommes très aimablement reçues par Mme Park Eun-duk, éditrice en chef, et Mme Park Sun-joo, éditrice.

Nous parlons surtout du catalogue. En arrivant dans la librairie, le regard est tout de suite attiré par un large présentoir intitulé “The Collection”, qui réunit un grand nombre de titres qui me sont familiers, parce que français ou traduits aussi en français :  on voit sur cette image Le Ruban d’Adrien Parlange, 10 et l’ABC3D de Marion Bataille, La forêt du paresseux  et Océanodu duo Rigaud/Boisrobert, Rapido dans la ville de Joëlle Jolivet, Jim Curious de Matthias Picard, Le Petit théâtre de Rebecca Dautremer… mais aussi les Wimmerlbücher de Rotraut Suzanne Berner, Roberto Innocenti,  La Vie nocturne des arbres de Durga Bai et le Bestiaire du Gange de Rambharos Jha.Je pose donc spontanément la question du choix de ces traductions : qu’est-ce qui détermine la décision d’importer et faire traduire un album ? Dans un premier temps, la réponse me déçoit un peu : on m’explique en effet que tout se fait via des agents, qui repèrent les livres sur internet ou dans les foires. La priorité déterminante dans le choix de négocier un achat revient à la possibilité, au-delà du premier achat, d’avoir une priorité sur l’album suivant. Parfois aussi, quand il s’agit d’un album dont la réalisation est chère, on m’explique que la négociation se fait sur maquette, à Bologne – sans doute pour privilégier une co-édition ? Quoi qu’il en soit, les albums de cette collection peuvent être chers – jusqu’à 30 euros pour les albums indiens, publiés initialement par Tara Books, et réalisés de manière en partie artisanale. Mais mes interlocutrices expliquent que Borim a découvert qu’il existait un public pour ce genre d’albums sophistiqués – certes, un petit public, mais sans doute un public qui apporte une plus-value en terme d’image.

La collection a cependant démarré avec deux albums coréens, tous deux primés à la Biennale de Bratislava, et publiés en France chez MeMo : Un Jour (어느 날 ) de Yoo Ju Yeon (Pomme d’or à la Biennale de l’Illustration de Bratislava en 2011) ; et Run Run Run, Toto!, paru en France sous le titre La Course, de Cho Eun Young (Grand Prix à la BIB la même année) , respectivement n°1 et 2 de “The Collection”. La reconnaissance décernée par ces prix internationaux donne alors à l’éditeur l’impulsion pour une collection d’albums plus audacieux et créatifs. Cela signifie que ce sont malgré tout des créations locales qui donnent l’impulsion, et que les traductions arrivent dans un second temps. Pour mes deux interlocutrices, les traductions d’albums étrangers forment une sorte de terreau, sur lequel on peut faire émerger de nouvelles créations.

D’ailleurs, quand on y regarde de plus près, le catalogue de Borim n’avait pas attendu 2011 pour faire place à la création coréenne. C’est par exemple chez Borim qu’est paru l’album En attendant Maman (엄마 마중, publié chez Didier jeunesse mais hélas plus au catalogue aujourd’hui) de Lee Tae-jun et Kim Dong-Sung, à propos duquel en 2011 Soon Jeong, alors étudiante à Tours, avait fait un si remarquable exposé dans un séminaire de master. 

Nous échangeons un peu sur les équilibres au sein du catalogue. Les beaux livres de “The Collection”, un peu chers, ne se vendent évidemment pas par palettes, alors je demande à voir un exemple des albums qui partent comme des petits pains, et puis aussi, s’ils acceptent, un exemple de création coréenne qui n’obtient pas le succès que ses éditeurs avaient imaginé. Pas de surprise : les albums “vendeurs” qu’on me montre (et qui sont d’ailleurs des traductions du japonais) sont des petits livres d’éveil et de distraction pour les très jeunes enfants, joyeux et bien équilibrés. On les vendrait sans doute tout aussi bien en France. Puis, c’est avec du regret que les éditrices me tendent un livre auquel elles croient, mais qui pour l’instant n’a rencontré pas le succès escompté. Il est intitulé Mon été et signé Shin Hye Won. C’est un album extraordinaire, tout en couleurs éclatantes et en vitalité ! Par petites touches poétiques, l’artiste évoque les sensations d’un été chaud passé au jardin, à hauteur d’enfant. C’est à la fois onirique et sensuel, et surtout, débordant d’énergie vitale. Je ne résiste pas au plaisir de publier ici trois images prises sur le site de l’éditeur – on en trouve d’autres sur le blog de quelqu’un qui, comme moi, a beaucoup aimé le livre. Mais attention : ces images numériques ne rendent compte que très imparfaitement de la splendeur de cet album éclatant. Il faut l’avoir entre les mains, apprécier le toucher légèrement toilé de la couverture aux puissants contrastes verts et jaunes, plonger dans les images à fond perdu superbement imprimées. On parle souvent des albums qui initient les enfants à l’art, et je suis toujours dubitative à l’idée qu’on puisse éveiller la sensibilité de l’enfant via une reproduction de Monet façon timbre poste. Voilà la solution : offrir, dans toutes les écoles maternelles, un exemplaire de Mon été, avec cette qualité d’impression et de fabrication, et laisser les enfants savourer ces perceptions si vibrantes de la nature ! Ça, c’est un clin d’œil à Nina Goga et ses travaux sur les arbres et l’approche “éco-critique” des livres pour enfants…

Comme je montre mon goût pour cet album, les éditrices me l’offrent. Je suis peut-être une des seules Françaises aujourd’hui à avoir ce livre entre les mains, et je voudrais tellement pouvoir le partager ! Il est tellement solaire…

J’aurais aimé parler plus longuement du catalogue très riche de Borim, des albums destinés aux petits et qui me paraissent très “tactiles” dans l’esprit (non pas des albums “à toucher”, mais des albums dans lesquels on montre des êtres vivants en interaction avec le sensible et les corps), mais aussi des albums plus réalistes, et pour moi passionnants, de Lee Haeran (이혜란 : Lee Hye Ran me suggère plutôt Google…), mais ce sera une autre fois, car je veux aussi parler des deux autres éditeurs que j’ai rencontrés,  Sakyejul et Bandal !

Ma Famille
Les “quartiers arrière” (?)

 

 

 

 

 

 

 

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Borim Press: éditer et traduire," in Album '50', 17 mai 2019, https://album50.hypotheses.org/3030.
  1. Lee, Sungyup. « Intertextualité dans la traduction des albums de type « double lectorat ». » Meta, volume 60, numéro 1, avril 2015, p. 53–70. https://doi.org/10.7202/1032411ar []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.