Lire des albums en crèche à Barcelone

Dans le cadre de la création d’un nouvel échange Erasmus, j’ai eu la chance de passer quelques jours à l’Universitat Autònoma de Barcelona. Une occasion idéale, en cette semaine d’élections européennes, de confirmer l’importance des échanges, pour s’ouvrir, s’enrichir et construire concrètement l’idée d’Europe. À mon avis, les échanges Erasmus devraient concerner non seulement étudiants et universitaires, mais toutes les professions, pour comprendre comment font les autres afin de réinterroger ses manières de faire, comparer pour être content de ce qui va bien, identifier les ressemblances pour prendre conscience que l’Europe n’est pas une utopie, mais qu’elle correspond à des valeurs communes.

Je n’aurai pas l’ambition de dire ici tout ce que ce séjour m’a apporté, pour énumérer les rencontres importantes, encore moins pour lister toutes les idées que ce séjour a fait naître. Je ne vais rendre compte que d’une des nombreuses découvertes qu’il m’a été donné de faire à Barcelone, grâce à l’enthousiasme et l’efficacité sans failles de Cristina Correro qui m’accueillait et m’avait préparé un programme dense et passionnant.

L’un des centres d’intérêt que nous avons en commun, Cristina et moi, concerne les très jeunes enfants, et le rôle que peut jouer l’album dans leur socialisation. Cet intérêt se manifeste notamment par un cours que nous avons co-construit pour le Master Internacional en Libros y Literatura Infantil y Juvenil piloté par l’équipe de recherche Gretel – qui propose aussi un autre master, semi-présentiel celui-là, intitulé Biblioteca escolar i promoció de la lectura. L’articulation de ces deux masters (présentiel/distanciel, professionnel/thématique, Espagne/Amérique du Sud) me semble un modèle dont il faut s’inspirer.

Sur la base de cet intérêt commun, Cristina m’a emmenée découvrir une crèche qui, sur l’impulsion de sa directrice, construit toute sa politique d’accueil des jeunes enfants autour de la littérature en albums, l’Escola Bressol Can Caralleu. L’expression “escola bressol” désigne un lieu qui, pour l’âge des enfants accueillis (4mois-3 ans) correspond à nos crèches, mais pour le fonctionnement, a des ressemblances avec nos écoles maternelles. Tout le programme éducatif est celui d’une crèche, mais revendiquer le terme “escola” permet aux professionnels de souligner, précisément, l’existence d’un authentique programme éducatif – qui différencie ces établissement des simples “garderies”. L’effet légèrement pervers, à mon sens, de ce modèle “scolaire” est  l’organisation en classes. Les enfants, en effet, ne sont accueillis qu’une fois dans l’année, en septembre – quid des bébés qui naissent à l’automne, et qui doivent attendre près d’une année qu’on puisse les accueillir ?… Une fois entré à l’Escola bressol, l’enfant passe trois années successives dans trois “classes” accueillant des enfants dont le niveau de développement est environ le même. L’avantage est bien évidemment la quasi simultanéité des stades de développement. Par exemple, dans la classe des enfants de moins d’un an, les lits sont disposés, en début d’année, dans la pièce elle-même, et seront progressivement relégués, à mesure du développement des enfants, vers le petit dortoir qui jouxte la salle, afin de laisser plus de place au développement moteur. On perçoit donc d’emblée les inconvénients (surtout sociaux) et les avantages (surtout éducatifs) d’une telle organisation.

 

 

 

 

 

 

Ce qui m’intéressait, dans cette crèche, était le travail autour des albums. Dans chaque classe, en effet, pendant une période d’environ deux mois, toute l’activité se concentre autour de l’univers (thématique, narratif, plastique) d’un album pour enfants. Le livre est présenté et lu aux enfants, bien sûr, mais, selon leur âge, il leur est offert de (re)vivre l’histoire de manière active tout au long de la période. Pour cela, le décor et les personnages de l’album sont reproduits en grande taille selon des techniques chaque fois différentes, et vont permettre aux enfants, de manière libre ou plus guidée, individuelle ou collective, de s’emparer de l’histoire pour la jouer ou s’en approprier le contenu. Par exemple, les protagonistes de Alors? de Kitty Crowther sont disponibles sous la forme de personnages de papier rigidifié et plastifié, qui peuvent venir s’ajouter au décor par un simple accrochage par scratch. Mais les enfants peuvent aussi rejouer l’histoire avec des personnages de laine et de tissu.

Les enfants manipulent les albums et les personnages pendant leur journée à la crèche, mais ils emportent aussi chez eux, à tour de rôle, un sac contenant l’album ainsi qu’un cahier qui témoigne, à l’intention des parents, des activités menées à la crèche avec ce livre, et en retour, de la part des parents, de ce qui s’est passé à la maison autour de cette lecture, s’ils le souhaitent.

Pendant notre visite, les enfants étaient très soucieux de commenter pour nous le cahier, mais aussi de nous montrer le livre et les personnages.

Évidemment, la barrière de la langue ne m’a pas permis de saisir ce qui se disait dans ces moments. S’agissait-il de simple reconnaissance, de quelle nature était l’intégration, par les enfants, de la trame de l’histoire, la manipulation des protagonistes en trois dimensions leur permet-elle d’exprimer une perception affective de ce qui se joue dans l’album ? Voilà des questions qui me restent – j’aimerais pouvoir mener une observation dans une crèche française qui explorerait une démarche similaire1.

Ce qui réjouit, dans cette crèche, c’est la place accordée au livre, aussi bien dans les “classes” où les enfants passent la journée, que dans le couloir qui permet l’accueil le matin (et sert aussi, en journée, à tout un tas de choses). Au sol , des petits paniers mettent des albums à hauteur d’enfant, près des coussins et fauteuils où on se déchausse. Au mur, à hauteur de parents, une réglette présente des idées d’albums à partager avec les enfants, albums qui font aussi l’objet de lectures dans la journée.

La crèche est neuve, elle est équipée avec beaucoup de goût et… elle accueille des enfants de milieu très homogène, favorisé socialement. L’ensemble donne le sentiment d’un lieu merveilleusement favorable à l’épanouissement des enfants. J’aurais aimé avoir le temps de comparer avec une autre crèche, dont nous avons beaucoup parlé avec Cristina, qui se trouve dans le quartier de la résidence pour chercheurs invités, et accueille 24h sur 24 des enfants de mères isolées et en détresse. Lors d’un prochain séjour, j’aimerais aussi aller dans une école maternelle, où semble-t-il l’atmosphère devient d’emblée beaucoup plus scolaire…

Voilà donc l’une des innombrables découvertes de ces journées barcelonaises. Je garde les autres pour les ruminer. Il n’aura pas échappé aux lecteurs assidus de ce carnet que je n’ai pas encore rédigé les billets promis sur les maisons d’édition coréenne ! Mon planning a été un peu bousculé, cette année, et des voyages qui auraient dû se répartir sur la totalité de l’année se retrouvent un peu tassés en cette fin de printemps. Mais patience, dès que les jurys d’année se seront réunis, je pourrai rattraper mon retard de billets…

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lire des albums en crèche à Barcelone," in Album '50', 29 mai 2019, https://album50.hypotheses.org/3075.
  1. je sais par ailleurs qu’il existe des classes de maternelle qui mènent ce genre de démarche []

3 réflexions sur « Lire des albums en crèche à Barcelone »

  1. Merci pour cet article et le partage de ces idées intéressantes !

    La manipulation des personnages aide certainement les enfants à mieux appréhender l’histoire et à se l’approprier.

    J’imagine que, même si le projet a été impulsé par la directrice, toute l’équipe doit s’investir considérablement (ne serait-ce que pour la création et la confection des personnages en tissu..). Savez-vous si le personnel de cette crèche travaille en lien avec des bibliothécaires ? Est-ce que l’équipe a suivi des formations particulières en littérature de jeunesse et médiation ?

    Je trouve que l’idée du sac et du cahier emmenés à la maison est vraiment très bonne. Cela me fait penser aux “sacs à albums” utilisés par de nombreux enseignants en maternelle, tout en allant plus loin sur le lien crèche-maison, avec une vraie volonté, apparemment, que les parents prennent connaissance des albums lus, partagent et s’investissent dans cette activité à la maison.
    Je note toutes ces idées pour en faire part aux professionnelles que je rencontre, même si la mise en place du cahier avec certaines familles peu investies dans la vie de leurs enfants me semble compliqué.
    Merci encore !

    1. Toute l’équipe est très impliquée, et formée à la littérature jeunesse. Par ailleurs, la crèche se fait parfois aider pour la fabrication. Par exemple, le prochain projet porte sur de petits albums de comptines traditionnelles espagnoles et catalanes, et un artisan a été chargé de confectionner des formes en papier mâché (une lune, une chaussure, etc…) qui vont accompagner la manipulation des livres. Par ailleurs, cette crèche travaille de manière très particulière et appuyée la relation aux familles, et leur implication. Les parents sont incités à rester le plus longtemps possible dans la crèche, surtout le matin. Un lien très fort est fait avec la maison: les enfants disposent sur les murs de la crèche, sur des cubes en cartons servant à jouer, etc… de nombreuses photos de leurs familles, de la maison, des fratries etc. Particularité espagnole? La question de la famille et de la place que l’enfant occupe dans le monde et au sein de cette famille semble être centrale pour le projet d’accueil de cette structure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.