Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Chez Sakyejul Publishing où j’ai eu la chance d’être accueillie lors de ma visite de Paju Book City, nous sommes reçus par Madame Kim Jin, qui nous présente un échantillonnage de la production récente – surtout des créations, même si on y trouve aussi la traduction de l’album allemand Hundert, dont la couverture coréenne est infiniment plus graphique que l’édition originale. Initialement, Sakyejul est un éditeur de sciences humaines né en 1987. C’est dans un second temps que la maison a développé un secteur dédié à la jeunesse, aujourd’hui florissant.

Sakyejul publie une quinzaine d’albums chaque année, dont deux ou trois traductions. Ces dernières sont choisies pour s’adresser plutôt à des adultes car, aux dires de Madame Kim, les artistes coréens ne seraient pas encore prêts à créer des albums destinés aux adultes – or il semblerait qu’il existe une frange de Coréens adultes, parfois sans enfants, qui soient désormais un véritable public pour les albums. À rebours du discours dominant qui oppose souvent le livre et les médias numériques, Madame Kim souligne le rôle central d’internet et des réseaux sociaux pour son travail d’éditrice d’albums. Selon elle, ce sont eux qui ont rendu les adultes familiers des images au point de les pousser à s’intéresser, pour eux-mêmes, aux créations dans le domaine de l’album. Tous les auteurs ont désormais des comptes sur les réseaux sociaux ; beaucoup de librairies indépendantes se servent d’internet pour des “vitrines” numériques. La prise de contact entre l’éditeur et ses auteurs se fait donc le plus souvent via ces présences sur internet. En revanche, après la publication des albums, c’est en chair et en os que le public peut découvrir les auteurs. En effet, après la parution d’un livre, l’éditeur organise des rencontres publiques gratuites entre les lecteurs et les auteurs. Les librairies indépendantes, elles, le font aussi, mais en tenant une billetterie.

Je suis frappée par la manière dont se distribue le corpus de livres que Madame Kim a mis à notre disposition. D’un côté, des livres manifestant une joie débridée et irrévérencieuse. De l’autre, des albums au ton grave, développant des thématiques toujours aussi douloureuses pour l’identité coréenne.

Commençons par les premiers. Les éditions de la Pastèque, montréalaises, ont traduit en français deux albums de Seo Hyeon, Un Océan de larmes et Géant ! Dans ces livres se déploie une fantaisie débridée, même si le point de départ est toujours une inquiétude ou une souffrance enfantines. Positifs et enjoués, ces albums au graphisme fantasque invitent à prendre la vie du bon côté. On retrouve aussi chez Sakyejul les albums colorés et d’une grande sensualité de Noh Seok Mee : l’un s’attarde sur la préparation du pain (mais c’est un chat qui boulange), un autre sur l’amour fusionnel qui lie souvent les jeunes enfants et les animaux.

 

 

 

 

 

 

 

J’aime l’énergie de ces illustrateurs qui n’hésitent pas à renoncer au trait, et travaillent directement à l’encre ou à la peinture, comme Jeon Mi Hwa (전미화) dans Gouttes de pluie (remarqué à Bologne en 2015).

Mais j’apprécie aussi l’efficacité narrative d’artistes au trait plus sobre. L’album Baies rouges (빨간 열매)  de Lee Ji-Eun raconte tout en délicatesse la longue ascension d’un arbre par un jeune ours intrigué par une baie tombée sur sa tête. Une construction magistrale, qui fait se succéder tous les états d’esprit d’un enfant [ours] curieux et plein de détermination :  étonnement, enquête puis quête, découvertes, contemplation, exaltation, chute, réassurance… et on recommence. L’artiste alterne très astucieusement ses points de vue et cadrages, nous faisant tantôt éprouver l’étonnement de l’ourson, tantôt nous émerveiller de son audace à grimper.

Tout est parfait dans la construction, jusqu’au champ/contrechamp qui couronne l’ascension, véritable révélation pour l’ourson… et jusqu’à la chute vertigineuse dont je ne dévoilerai pas le dénouement ! (il se dit qu’un éditeur français est sur les rangs pour le traduire).

Moins enfantin et plus contemplatif, j’ai aussi beaucoup aimé Silent night (조용한 밤) de Han Seongmin. L’album au format inhabituel évoque une paisible nuit africaine, les animaux se tolérant (plus ou moins) mutuellement autour d’un point d’eau. De format très vertical, l’album se lit latéralement, en relevant les pages vers le haut. De la sorte, l’image, qui occupe la page du bas, se voit prolongée d’une page noire qui fait office de ciel nocturne, et sur laquelle s’inscrit une sobre ligne de texte en brun. L’effet est superbe. Les images, en papier découpé, évoquent André Hellé. L’ajout de cette page noire “tampon” est une suggestion de l’éditeur. Belle trouvaille : cela  apaise encore le rythme de l’album, donnant une belle respiration à cette nuit pacifique.

À côté de ces albums graphiques et poétiques, enjoués et positifs, Sakyejul développe aussi une collection très particulière autour de la Paix. L’idée de cette collection revient à un petit collectif d’illustrateurs japonais qui avaient envie de se servir du médium “album” pour explorer la mémoire commune aux trois pays voisins que sont la Chine, le Japon et la Corée – mémoire commune qui est plutôt celle de guerres, de colonisations et d’exactions. Il s’agit donc ici de faire œuvre de paix et de réconciliation à travers des livres illustrés. Changement de ton radical avec cette collection, donc, puisque les thèmes sont lourds, et les graphismes plus torturés.

Le premier album de cette collection “Peace Picture Books” donne le ton : Intitulé Grand-Mère fleur (꽃할머니), il évoque le sort d’une adolescente de 13 ans devenue “femme de réconfort” pour l’armée japonaise. Le sujet reste brûlant : mon hôtel à Séoul jouxtait l’ambassade du Japon, devant laquelle une petite tente accueillait nuit et jour des militantes exigeant que le Japon reconnaisse ce système de prostitution forcée à grande échelle imposé en Asie et surtout en Corée dans les années 1930 et surtout pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’album inaugure donc une collection qui se veut œuvre de mémoire, mais aussi de repentance, et de réconciliation.  Les illustrateurs japonais qui sont à l’initiative du projet ont en effet pensé qu’une coopération entre artistes de trois pays voisins impliqués dans des tensions terribles au cours du XXe siècle permettrait, pour les jeunes générations, de tirer enfin des leçons du passé. L’idée est aussi, hélas, de mettre en garde contre la répétition de telles violences – le déchainement de violences sexuelles infligées aux femmes et aux fillettes semble démarrer avec la prise de Nankin, mais fut aussi le quotidien de la guerre en Bosnie à la fin du XXe siècle, avant d’être d’actualité aujourd’hui dans de nombreux pays d’Afrique en guerre. L’album s’appuie sur un témoignage réel et, à travers la métaphore de la fleur, développe un propos extrêmement documenté sur le contexte, sur l’organisation rigoureuse du dispositif d’esclavage sexuel massif, et sur le difficile retour à la vie de ces femmes martyrisées, après la guerre.L’objectif de cette collection est de croiser des regards artistiques différents sur des thématiques historiques communes. Chaque collectif d’artistes produit 4 albums, la collection ayant presque atteint son objectif de 12 titres. Une fois terminé, chaque album est publié dans les trois langues, dans les trois pays – mais l’album sur les “femmes de réconfort” n’a trouvé au Japon qu’un minuscule éditeur indépendant pour le publier en 2018…

Le 2e titre de la collection évoque l’immense zone démilitarisée qui sépare les deux Corées – zone menaçante, mais au sein de laquelle, paradoxalement, s’est développé un biotope totalement préservé de l’influence humaine. Le quatrième volume, chinois, évoque l’imminence de l’attaque de Nanjin par les Japonais, sur fond d’opéra de Pékin. Le 5e volume, dû à des artistes japonais, évoque de manière plus abstraite la détestation de la guerre et l’aspiration au pacifisme. D’une manière générale, nous explique Madame Kim, les artistes japonais qui ont accepté de coopérer à ce projet de collection ont créé des albums s’adressant à des enfants très jeunes, et évoquant plutôt des concepts comme l’enfance, la guerre, la paix. Les Chinois ont produit, quant à eux, des narrations très historiques, poétiques et de haute tenue littéraire, tandis que les Coréens, principales victimes de guerre, se sont concentrés sur les faits, c’est-à-dire les souffrances des civils. Le Maïs, de  Kwon Jeong Saeng et Kim Hwan Young évoque ainsi dans des gouaches épaisses et expressives une enfance bucolique fracassée par la guerre,  l’exil, l’effroi et la faim liés au statut de réfugié. Rien que de très actuel, une fois encore…

Ces albums, pour l’instant, s’ils circulent entre les trois pays à l’origine de leur création, sont peu traduits ailleurs dans le monde. Ne pourrait-on cependant pas traduire en France Le Maïs?, histoire malheureusement intemporelle du tort que la guerre fait à toute enfance ?

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul," in Album '50', 5 juin 2019, https://album50.hypotheses.org/3110.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.