Lectures du moment: Jacques Lin, La Vie de radeau

J’inaugure avec ce billet une série de notes de lecture. Il faut entendre “du moment” dans un sens un peu flottant : ce ne sont pas forcément les lectures que je fais “en ce moment”, mais bien celle qui se sont accumulées ces dernières semaines ou ces derniers mois – cette dernière saison, devrais-je dire – et qui imprègnent ma pensée du moment.

Je commence par La Vie de radeau de Jacques Lin, publié chez Le Mot et le reste en mars 2019 (une précédente édition était parue en 2007, la première date de 1996). Le titre et la couverture de ce livre ont arrêté mon regard, dans la librairie que je fréquente le plus souvent. Je ne savais rien de Jacques Lin. Mais rien non plus de Deligny, mentionné pourtant dans le sous-titre, “Le réseau Deligny au quotidien”. Est-ce étrange de ne pas connaître Fernand Deligny ? Je ne sais pas. C’est progressivement – puisque je suis issue d’une formation littéraire qui n’avait aucune raison de les mentionner – que j’ai découvert le travail de Célestin Freinet, puis, par ricochet, celui de Fernand Oury. Donc, par proximité, j’aurais pu creuser du côté de Fernand Deligny, lié, via la clinique de la Borde, à Jean Oury, le frère de Fernand Oury – mais ça ne s’est pas fait. Jusqu’à ce samedi matin où je repars de la librairie avec La Vie de radeau, dévoré dans l’avion qui me mène de Paris à Séoul.

Le livre, terminé dans le fracas automobile du Séoul nocturne (jet-lag aidant), m’a marquée par la profondeur et l’authenticité de l’engagement dont il témoigne. Jacques Lin évoque avec simplicité et sans pathos l’entrée dans l’âge adulte d’un jeune homme de milieu ouvrier, dont le seul horizon devait être l’usine, et le départ, parce que ce sont les années 1960, pour un “lieu”, qui se révèle être la ferme-abbaye-magnanerie de Gourgas où Fernand Deligny, dans les Cévènnes, inaugure une manière radicale de vivre avec les enfants autistes. Gourgas a été acheté en 1967 par Félix Guattari, mais le livre n’en dit rien. Fidèle à une forme d’austérité humble, il n’évoque que les faits et les gestes. Jacques Lin, qui devait être de passage avant des vacances en Yougoslavie puis le retour à l’usine, reste à Gourgas, puis prend ses distances, avec quelques enfants, pour entamer avec eux une vie “de radeau”, proche du dénuement. Une vie faite de gestes simples et nécessaires (aller chercher de l’eau ; entretenir le feu ; préparer le pain) et surtout de rituels. Une vie où la parole n’aurait pas toute la place, puisqu’elle fait défaut à ces enfants mutiques.

Je suis touchée par la sincérité de ce témoignage qui ne dissimule rien de la rigueur des conditions matérielles, qui se garde de tout satisfecit même si les enfants accueillis dans ces séjours “de rupture” semblent aller mieux que dans les institutions qui les accueillent ordinairement. Touchée aussi par l’accord profond qui semble régner entre les principes de Jacques Lin, et leur mise en œuvre concrète, sans fanfaronnade, sans artillerie théorique ni verbiage. Une simplicité et un sens du concret sans détour que l’on retrouve dans cet extrait où il fait retour sur cette expérience, et sur les fameuses cartes aux “lignes d’erre” qui ont fait couler tant d’encre. Une sincérité qui survit à ces années du retour à la terre, de l’expérience communautaire – expériences fondatrices qui ont pourtant mené bien de leurs acteurs à incarner, aujourd’hui, le néo-libéralisme le plus décomplexé –, puisque Jacques Lin et sa compagne Gisèle Durand-Lin ont accompagné au quotidien des adultes autistes au sein d’un “lieu de vie” à Monoblet qui, s’il n’avait pas la rudesse primitive de la “vie de radeau”, en conservait les principes fondateurs.

Pourquoi retenir, pour ces billets-notes de lecture, ce témoignage de Jacques Lin? Parce qu’en ces temps où règne la novlangue de ceux qui disent le contraire de ce qu’ils savent vouloir faire, c’est un guide qui suscite le respect. Non que j’aie la moindre idée de ce qui est “bon” ou “mauvais” pour l’accueil des enfants autistes. Mais parce que livre évoque l’engagement plein de quelqu’un qui a cru à des hypothèses au point de les mettre en pratique dans la totalité de sa vie, et ce, par égard pour l’humanité de ceux qui ne pouvaient pourtant pas la revendiquer par la parole. Son livre donne à penser. Il donne surtout à agir.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lectures du moment: Jacques Lin, La Vie de radeau," in Album '50', 8 juin 2019, https://album50.hypotheses.org/3152.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.