Lectures du moment: Véronique Decker, Pour une école publique émancipatrice

Troisième billet de mes “lectures de saison”, Pour une école publique émancipatrice est un petit livre (vert) publié chez Libertalia dans la collection “N’autre école”. Pourquoi est-ce que je le choisis dans le coin de table “sciences sociales / politiques” de ma librairie? Sans doute attirée par sa couleur, sans doute aussi par la dimension clairement affirmative de son titre, qui tranche sur le verbiage lénifiant que nous inflige actuellement l’université en régime “PIA3” en matière de réflexion pédagogique. Sans doute aussi parce que, lorsque je l’achète, on s’achemine vers la fin du semestre et que je ne suis pas très satisfaite du nouveau cours que j’ai expérimenté depuis janvier (j’en parle – avant – et – après). Ce que je cherche en effet, c’est réussir un enseignement qui soit pleinement émancipateur pour mes étudiants – et ce, d’autant plus que cette fournée-là se destine à enseigner à son tour. Et je le souhaite parce que je continue de croire, plus que jamais, à la nécessité d’un enseignement public de qualité, de la maternelle à l’université. Je ne connais pas alors les éditions Libertalia, mais je découvre vite que la collection à laquelle appartient ce titre, “N’autre école”, porte le nom d’une revue pédagogique de la CNT, revue partenaire du site Questions de classe(s) que je lis régulièrement. Je suis donc en terrain familier.

Le volume est organisé de manière assez lâche autour de 33 notules aux titres simples: “la fracture pédagogique”, “les pizzas”, “l’accompagnement éducatif”. On y entre facilement, parce qu’il ne s’agit pas d’un essai ou d’un manifeste : le livre se présente tout d’abord comme un simple recueil d’anecdotes d’une directrice d’école qui termine sa carrière à Bobigny. Chemin faisant, et sans le moindre effet de manche, Véronique Decker, institutrice, directrice et militante Freinet, ne cesse de réaffirmer avec simplicité sa foi dans la pédagogie coopérative, pour des raisons bien évidemment politiques – au sens noble du terme.

Un chapitre, au tout début du livre, pose d’emblée les limites du rôle que peut jouer l’école, et c’est salutaire. Véronique Decker y évoque une petite cérémonie en hommage à une fillette d’origine bulgare morte dans l’incendie d’un bidonville à Bobigny. L’enseignante ne parvient pas à prononcer la fin de son discours:

“Je parviens à balbutier un “je suis désolée” qui n’a pas de sens. Année après année, je sens toujours cette désolation. Intacte. Avec le goût des larmes au fond de ma gorge”. (p.17)

Je lui sais gré de cette anecdote. Elle souligne l’humilité qui doit être celle de l’enseignant – mais aussi de tout travailleur social, des mouvements d’éducation populaire et de ceux qui y militent. Je me méfie des grands récits de conversion et du débordement d’émotion, lorsqu’on s’attarde un peu trop sur les bienfaits que telle ou telle action répand autour d’elle. J’y sens toujours un relent de “bienfaisance” XIXe. Rien de cela ici : le livre est concret, il dit ce qu’on peut espérer faire, il rappelle aussi avec honnêteté ce qu’on ne peut pas toujours changer, à son échelle.

J’ai aimé la ténacité de l’enseignante, qui appelle chacune des familles ayant retiré son enfant de l’école sur la foi de rumeurs propagées par des milieux fondamentalistes. J’ai aimé qu’elle se dise “jamais face aux élèves, toujours à leurs côtés”. Qu’elle pense chaque détail pédagogique (comme la disposition des tables dans la classe) par rapport à son idéal politique – de coopération et d’émancipation – et qu’elle renvoie les injonctions ministérielles ou à la mode à ce qu’elles sont : l’irruption d’une logique et d’un vocabulaire managériaux dans un lieu où ils ne devraient pas avoir droit de cité. J’ai aimé que, chemin faisant, la succession des anecdotes (re)dessine une sorte de memento des valeurs de l’école:

“La solidarité, c’est important de la vivre pour pouvoir la mettre en œuvre dans les écoles. Lorsque chacun ne se préoccupe que de lui-même, il fait violence à celui qui aurait besoin d’aide et ne la trouve pas.” (p.30)

“On ne le répètera jamais assez: l’école doit rester obligatoire pour tous les enfants vivant sur le sol français et même pour ceux qui ne peuvent pas remplir toutes les cases du logiciel d’inscription. Cela doit être la réalité humaine – et non les structures prédéfinies par des informaticiens qui se cachent derrière des algorithmes – qui guide les décisions concernant les humains.” (p.34)

Elle rappelle à la “jeune enseignante” fictive qui débute que “la grève c’est un travail, et si on le fait bien, il porte ses fruits.” (p.39)

Elle raille la désorganisation des projets dits “d’accompagnement éducatif”, qui me rappellent les travers de l’organisation de la recherche:

“la hiérarchie travaille de plus en plus “en temps réel”, en “flux tendu” et les conseillers pédagogiques passent davantage de temps à remplir des interfaces dans le portail Arena et des fichiers Excel qu’à travailler avec les équipes pédagogiques sur le terrain. Au bénéfice de qui? Pour construire quoi? Plus personne ne semble en avoir vision, le numérique appelle d’autres interfaces, qui permettent d’accéder à de nouveaux portails qui tournent en manège entre eux” (p.52).

Elle rappelle constamment, anecdote après anecdote, qu’on ne peut pas séparer les progrès scolaires d’un enfant et les conditions matérielles et de santé dans lesquelles il grandit. Ça fait écho pour moi au discours passionnant qu’a tenu Jean-Michel Lucas en octobre dernier lors du colloque des 20 ans de l’association Livre Passerelle, qui portait sur les droits culturels, inséparables des autres droits humains fondamentaux : se loger, se soigner, se déplacer, s’exprimer librement…

Elle ne cesse de remettre l’humain au cœur de la relation pédagogique, et c’est ce à quoi je crois profondément, à l’heure même où mon université reçoit 8 millions d’euros pour dématérialiser 100% de l’offre pédagogique:

“La recherche incessante des économies d’échelle, qui a fait croire qu’on pouvait renoncer aux interactions humaines pour construire des parcours de formation virtualisés, trouve aujourd’hui ses limites. Enseigner est un acte d’humanité qui ne peut être engagé que dans le cadre de relations humaines”. (p.120)

Je termine ce billet par un long extrait de la notule n°62, qui s’intitule “Défendre l’école publique, non pas pour ce qu’elle est, mais pour ce qu’on voudrait qu’elle soit”:

“Enseigner, ce n’est pas transmettre une compilation de savoirs techniques. Enseigner, ce n’est pas maîtriser les neurosciences pour comprendre comment les enfants acquièrent les connaissances.

Enseigner, c’est un métier qui se compose des gestes professionnels, des techniques acquises par tous, des savoirs didactiques propres à son exercice. Rien de tout cela n’a de sens si on ne s’interroge pas sur les finalités sociales et politiques qui portent notre travail.

Enseigner, c’est un geste politique, qui réfléchit au monde à venir et à ce qu’il faut transmettre à la génération qui nous suivra et qui nous aura à charge lorsque nous serons devenus vieux et dépendants. La manière dont nous nous serons occupés d’eux, lorsque enfants ils étaient dépendants de nous, est décisive pour transmettre les valeurs qui font société.

Ce n’est pas une collection de paroles creuses, mais des actes qui étayent les discours, les choix de textes, les temps de réflexion. Car former les jeunes, c’est un acte social.” (p.121)

Véronique Decker me met au baume au cœur: merci, madame la directrice.

Vous en voulez encore un peu? Voici un lien vers une interview tonique de Véronique Decker!

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lectures du moment: Véronique Decker, Pour une école publique émancipatrice," in Album '50', 12 juin 2019, https://album50.hypotheses.org/3159.

2 réflexions sur « Lectures du moment: Véronique Decker, Pour une école publique émancipatrice »

  1. Merci Cécile, c’est un bon billet, utile. Ce qui n’enlève rien à vos billets sur la littérature, bien au contraire. François Jacquesson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.