Lectures du moment: Thierry Laget, Proust prix Goncourt

Un week-end assez pluvieux avec grosse toux m’ont fourni le prétexte à lire le petit essai de Thierry Laget, Proust, prix Goncourt. Une émeute littéraire (Gallimard, 2019), publié à l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à À l’ombre des jeunes filles en fleurs. L’occasion de se replonger dans l’atmosphère du Paris littéraire des années 1910 – dense et étriqué à la fois.

Organisé en courts chapitres thématiques et chronologiques, le livre, rédigé vraiment comme une chronique, resitue précisément l’événement dans son contexte. Exercice académique, sans doute, avant les années 1970, mais presque exotique pour ma génération, privée d’histoire littéraire ! Proust, pour moi, c’est d’abord une découverte éblouie, à l’adolescence, dans un vieux volume dépareillé, Un Amour de Swann – je ne sais pas à l’époque qu’il fait partie d’un ensemble, ce que je ne découvrirai qu’après le bac. Donc, avant tout, une écriture, mise tout entière au service d’une plongée dans la subtilité des émotions, des motivations, et des relations entre les humains.

Puis, quand je commence des études de Lettres, Proust devient ce monstre sacré, si intimidant qu’il décourage la lecture. Proust, mis au programme, c’est avant tout l’objet sur lequel Gérard Genette a bâti son système narratologique, qu’il faut savoir réciter faute de quoi on se fait traiter de pithécanthrope. Donc, Proust devient à nos yeux le mécanicien machiavélique dont l’œuvre ouvrirait un XXe siècle tout entier voué à la contruction-déconstruction de systèmes narratifs virtuoses et légèrement emmerdants. L’obsession post-structuraliste du texte nous prive de toute référence au contexte – mais ça ne nous manque pas, en vertu du principe que ce dont on ignore tout ne nous manque jamais.

Voici donc, en ce week-end de Pentecôte maussade, une troisième voie pour aborder Proust: celle de la petite histoire. Thierry Laget excelle à mettre en scène la fureur qui prend le milieu littéraire, au sortir de la guerre, parce que l’académie des 10 jurés du Goncourt a osé décerner son prix annuel à ce qui n’est même pas un roman, et n’est même pas écrit par un “jeune” talent – alors qu’on attendait que le prix soit attribué aux Croix de bois du méritant Roland Dorgelès, qui avait fait la guerre comme volontaire et y avait survécu comme héros.

C’est enlevé, fort documenté, édifiant parfois. On (re)découvre que les réseaux sociaux n’ont pas inventé l’animosité, acharnement, la bassesse et l’invective : tout était déjà dans la presse de ces années 1910. La lecture de ces 200 pages bien troussées invite à la modestie : combien de journalistes et d’écrivains sont totalement passés à côté du génie qui publiait son grand œuvre sous leurs yeux ! J’ai été saisie aussi par la si profonde misogynie de ce monde littéraire. Dorgelès, visant le Goncourt, avait d’abord écrit au jury (exclusivement féminin) du prix La Vie Heureuse (futur Fémina) pour refuser par avance le prix qu’il pourrait lui décerner, au motif “qu’il ne pouvait décemment accepter pour un livre de guerre un prix donné par des femmes” (p.79), ce que commente Thierry Laget en ces termes : “la goujaterie est l’autre nom de la galanterie”. Puis, alors qu’il a manqué le Goncourt, et que  La Vie Heureuse lui décerne son prix, il se confond en éloges mielleux pour le jury féminin, tandis que les journalistes hostiles à Proust se félicitent que ces dames aient “reprisé” une injustice en lui accordant le prix que l’académie Goncourt lui a refusé. On se souvient peut-être qu’en 1919, les Européennes votent déjà en Finlande, Norvège, Suède, au Danemark, aux Pays-Bas, en Allemagne, Autriche, dans les pays Baltes, en Pologne, en Belgique… mais que les Française devront attendre 1944. On comprend, quand on perçoit le mépris dans lequel les femmes sont tenues, y compris par des hommes soi-disant cultivés.

Bref : une lecture plaisante et instructive, qui rappelle à l’occasion que non, ça “n’était pas mieux avant” – ni dans la société en général, ni dans le monde littéraire. Et qui, bien évidemment, ne relève pas le prestige du fameux prix – mais donne très envie de se replonger dans la lecture de Proust.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.