La tentation Lobel

À intervalles régulier, un auteur ou une paire auteur-illustrateur tente d’atteindre le niveau de perfection absolue incarné par la série Ranelot et Bufolet (Frog & Toad) d’Arnold Lobel. Cette fois, c’est le duo Henri Meunier & Benjamin Chaud qui s’y colle, avec Taupe et Mulot(Hélium, 2019).

Certains livres d’enfance, malgré le silence des académies, ont aujourd’hui atteint, dans la conscience des artistes, le statut de chef d’œuvres absolus, auxquels on se réfère sans jamais véritablement oser se mesurer. Il y a quelques années, Ramona descu, avec Aurore Callias, tentait ce qui m’a paru un double hommage, à travers Le Bal d’automne et Tristesse et Chèvrefeuille (Albin Michel, 2010) – on se souvient que Ramona est la complice de Benjamin Chaud pour la magnifique série Pomelo (depuis 2002, Albin Michel).

Dans ces deux petits volume joliment présentés sous coffret en papier toilé, il était déjà question de bestioles: Taupe, Écureuil, Hérisson.Comme chez Lobel, on s’écrit des lettres…

Si Les personnages avaient la délicatesse sobre et tendre des animaux imaginés par Arnold Lobel – le crapaud et la grenouille, donc, mais aussi Hulul la chouette, Sauterelle, Porculus, et tout un tas de souris –, l’univers imaginé par Ramona descu célébrait aussi, de manière parfaitement assumée, l’œuvre romanesque et graphique de Tove Jansson, créatrice de Moumine le troll. La maquette même de ces livres était un hommage à celle dans laquelle les petits Français purent découvrir Moumine, plus de 20 ans après sa création, grâce à la magnifique collection “Bibliothèque internationale” dirigée par Isabelle Jan chez Nathan.

Hommage double donc, à deux “monstres sacrés” de la littérature pour enfants, Lobel et Jansson, tous deux artistes de la plume et du crayon.

Chez Meunier & Chaud, la référence est plus explicitement le seul univers d’Arnold Lobel, et ses histoires à épisodes publiées dans la fameuse collection “I can read” dirigée par Ursula Nordtrom chez Harper1. Dans la première des trois histoires, comme en hommage, leurs deux adorables personnages rejouent avec malice les aventures des deux batraciens imaginés par Arnold Lobel. Mulot vient secouer Taupe qui se complait dans l’obscurité de sa chambre : il ouvre ses rideaux d’autorité, pour l’inviter à venir savourer le printemps, comme le faisait Ranelot inquiet de voir Bufolet continuer à hiberner en négligeant la beauté stimulante du monde extérieur.

Une fois tiré hors du lit par le plus dégourdi des deux, l’animal plus timoré est complaisamment invité à ouvrir son cœur à la lumière et à l’énergie du printemps revenu.

La première aventure se termine sur l’image de Mulot couvant des yeux le tableau peint par Taupe, en savourant, dans son fauteuil, une tasse de thé – l’image n’est pas sans évoquer le profond fauteuil dans lequel Hulul clot la plupart de ses aventures, une tasse fumante à la main…

Ursula Nordstrom exigeait des illustrateurs de sa série “I can read” qu’ils ne laissent pas l’image prendre trop de place. En bichromie, elle ne devait pas occuper tout l’espace, ni dispenser l’enfant de la lecture autonome du texte, ni capturer son attention. Exigences que les deux artistes ont, eux, laissées de côté : les aventures de Taupe et Mulot se lisent tout autant dans l’image (polychrome) que dans le texte, pour le plus grand régal des lecteurs… moins jeunes et moins débutants que ceux de Lobel, à mon sens. Le jeu iconotextuel est délicieux, les personnages bien campés, la mise en page est parfaite: Taupe & Mulot. Les beaux jours est un régal.

Néanmoins, il me semble que nul n’a approché la délicatesse pleine d’esprit d’Arnold Lobel comme Toon Tellegen dans les Lettres de l’écureuil à la fourni illustrées par Axel Scheffler (Albin Michel, 2000). Un autre volume des aventures de l’écureuil paraît deux ans plus tard, illustré par Kitty Crowther, mais elle me semble y introduire une gravité absente du volume illustré par Scheffler, que je préfère donc, pour sa joie non dénuée de tendresse. Albin Michel, qui a publié en 2013 N’y a-t-il personne pour se mettre en colère du même Tellegen (avec des images de Marc Boutavant), ne juge cependant pas nécessaire de garder à son catalogue les merveilleuses Lettres de l’écureuil à la fourmi. Quel dommage, quand tant de livres inutiles encombrent les tables, de ne pas pouvoir offrir ces Lettres à tous les petits enfants qui, autour de nous, apprennent à lire et écrire, et vont découvrir le plaisir d’envoyer et de recevoir des lettres…

 

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "La tentation Lobel," in Album '50', 15 juin 2019, https://album50.hypotheses.org/3179.
  1. Rebekah Fitzsimmons, « Creating and Marketing Early Reader Picture Books », dans MISKEC Jennifer et WANNAMAKER Annette (dirs.), The Early Reader in Children’s Literature and Culture: Theorizing Books for Beginning Readers,  New York ; London, Routledge, 2015, 256 p. []

2 réflexions sur « La tentation Lobel »

  1. grâce à Pierre Bergounioux
    j’ai découvert ” Album 50″ !!!
    grand-mère de 3 petits enfants vos commentaires sur livres jeunesse vont me servir de guide pour les prochains achats
    Grand merci pour la qualité de vos interventions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.