Éditions Bandal: des albums artistiques

Dernier de mes billets consacrés à des éditeurs coréens! J’ai en effet eu le très grand privilège d’être reçue aux éditions Bandal, une toute petite structure qui publie des albums étonnants.

 

Nous sommes reçues par monsieur Sangchul-Joung, directeur artistique. Nous tombons bien, dit-il : les caisses revenues de Bologne n’ont pas encore été rangées – et il pose sur la table un nombre incroyable d’albums, tous plus magnifiques les uns que les autres, qui ont dû faire l’admiration des visiteurs de la Bologna Children’s Book Fair.

Toute jeune, la maison Bandal a 6 ans. Elle publie environ 6 albums par an, uniquement des créations. Mais elle est couplée avec le label Kinderland, qui permet de publier des traductions (plus faciles à vendre) ainsi que des ouvrages de création moins exigeants. Attention, pas des albums standards pour autant ! Kinderland publie ainsi Planting beans(콩 심기) de Shin Bo-reum (신보름), un très malin petit leporello qui évoque le quotidien d’une grand-mère vu par les yeux de sa petite fille – et cette grand-mère cultive des haricots (de soja). La forme tout en longueur du leporello permet ainsi d’insister sur la successivité des tâches de jardinage – la lenteur, la patience qui vont avec – et, au verso, d’évoquer la croissance de la plante.

Un format élégant et maniable, une impression très soignée qui rend justice aux très jolies linogravures, une couverture d’un blanc texturé sur lequel l’impression se détache dans une encre noire profonde : on sent le goût de la belle ouvrage !

Mais ce n’est rien encore à côté des expérimentations menées chez Bandal, qui s’autorise toutes les audaces. Comme celle consistant à publier un album absolument géant, dont le titre est une onomatopée: 호로록 쩝쩝! , c’est-à-dire, apparemment, le bruit que font les ciseaux du coiffeur en faisant tomber nos cheveux. L’album, totalement énigmatique, est uniquement illustré au rouleau. L’image acquiert ainsi une force graphique redoublée par la typo rouge sombre, on a l’impression d’une version légèrement dadaïste (ou sous acide?…) des expérimentations constructivistes russes.

Le responsable éditorial de Bandal gère aussi une petite école-atelier, au sein de laquelle on incite les étudiants à créer des albums. Sans cela, nous dit Sangchul-Joung, il est difficile de trouver de nouveaux talents (le plus célèbre des ateliers existants a fermé). On comprend dès lors la dimension créative et même très expérimentale de la production. Dans le travail sur le format, déjà.

Colorful penguins (알록달록 펭귄) de Sujin Kim est un album très allongé, serti dans un emboitage de carton évoquant la gueule ouverte d’un monstre marin, prêt à dévorer un pingouin – tandis que Tree, dancing (나무, 춤춘다) de Yoo-jung Bae, spectaculaire leporello vertical, n’est pas sans rappeler la Prose du Transsibérien de Cendrars et Delaunay. L’album a gagné un prix “New Horizons” à Bologne en 2018. Mais le travail formel ne porte pas sur le seul format : je suis impressionnée aussi par la fabrication, tout simplement. Bandal tire à 2000 exemplaires, ce qui est peu, mais, nous dit son directeur artistique, ça suffit: le compte est à son équilibre, car il existe un public suffisant, en Corée mais aussi sur les foires internationales, pour écouler une production avant-gardiste et haut-de-gamme dans le domaine de l’album. Les livres sont imprimés en Corée, au plus près, parce qu’il faut être là, sur les machines, quand on a ce niveau d’exigence et ce goût de l’expérimentation – et cela se sent. Il suffit pour cela de comparer un album original et sa traduction française, pour constater que dans la manipulation il a perdu l’essentiel de ce qui faisait son charme : la densité parfaite des couleurs en tons directs, le brillant délicat du papier, l’élégance de la typographie, l’adéquation du format…C’est bien sûr aussi dans le graphisme que se distingue la maison Bandal. Tantôt on nous offre des peintures d’une grande expressivité, comme celles de Woo-yeon Lee dans 빌린 책을 돌려주러 갑니다 , qu’on pourrait traduire par “aller rendre un livre emprunté”; tantôt c’est un travail méticuleux sur le signe, qui place à égalités les mille et une feuilles d’une forêt, les dessins des innombrables fenêtres des gratte-ciels, et les signes graphiques, à la manière de calligrammes modernes, comme dans Cigale (맴) de Hyun-jung Jang.

Le travail tout en épure de Hyun-joo Song dans Cache cache (꼭꼭 숨바꼭질) ou dans Pluie de printemps (꼭꼭 봄바람) rappelle un peu les graphismes d’Emilie Vast aux éditions MeMo.

Mais d’autres sont pour nous plus déroutants, plus radicaux dans leurs choix sans complaisance envers les habitudes éditoriales. Ce ne sont pourtant pas ceux que j’ai retenus, je me suis laissée davantage toucher par le lyrisme de Yumi Shin dans 너는 소리 (“vous êtes le soleil”) dont on a un exemple dans ce petit montage vidéo:

Ou encore par les images éclatantes et sensuelles de Yoon-kyung Kim pour La fleur, la pomme (꽃.사과), qui a définitivement rompu avec la sobriété de Iela et Enzo Mari dans La Pomme et le papillon, bien que le propos soit assez similaire.

Ou encore, par la légèreté grisante des silhouettes bondissantes de Qui es-tu? (너는 누굴까) de Hyo-lim An…

 

…et par les paysages psychédéliques de Chung Hoi-yoon pour Lac salé (소금 호수) .

Mon admiration va aux images : l’absence de maîtrise du coréen m’empêche de déterminer si les textes, et les histoires, me plairaient. Mais je suis sidérée que quelque part dans le monde, un éditeur ait l’audace de publier de tels albums, sans se soucier des attentes des prescripteurs spécialistes de l’enfance – de fait, le lectorat de Bandal est bien plus large. La rareté de la critique de littérature jeunesse en Corée fait que leurs livres ne suscitent pas beaucoup de réactions… sauf dans le monde professionnel où éditeurs et artistes scrutent leur production ! Les acheteurs des livres de Bandal se situent aux alentours du milieu de l’édition et de l’art : des personnes qui ont  toutes les raisons de comprendre pourquoi ces livres sont un peu chers, et ce que ces sommes rémunèrent. Ces albums forment le goût du lectorat, et à leur tour, libèrent une créativité qui s’exprimera peut-être dans d’autres maisons d’édition. Je ne sais pas s’il faut souhaiter les voir traduire : qui aurait en France l’exigence nécessaire à une fabrication respectant les standards qualitatifs de l’éditeur d’origine ?…

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Éditions Bandal: des albums artistiques," in Album '50', 26 juin 2019, https://album50.hypotheses.org/3220.

 


2 réflexions sur « Éditions Bandal: des albums artistiques »

  1. merci pour cette découverte
    Ici je manque un peu de nourriture aussi internet et les salons du livre Montreuil et StPaul trois Châteaux ( celui-ci depuis une vingtaine d’années) palient un peu à ce manque d’albums.
    je suis depuis quelques mois votre journal
    je suis à l’agence quand les livres relient depuis 2005
    je vous ai écouté de nombreuses fois en conférence
    je suis arrivée sur les années 50 car petite, il y avait très peu de livres à la maison ( je suis né en 57 dans une famille d’ouvriers) et je suis rentrée dans la lecture avec un ouvrage qui est resté comme talisman les aventures du petit indien de M.Wise Brown et Richard Scarry .Il n’y a pas si longtemps que j’ai découvert qu’il n’y avait pas de hazard ….
    J’ai été aussi une fervente lectrice d’Alice détective; le club des cinq ne m’intéressait nullement
    A l’époque, j’avais essayé d’emprunter des livres à la “bibliothèque” de Marseille mais entreprise sans chance de succès quand vous ne connaissez pas les livres et qu’il fallaitt donner un titre et un auteur à la gentille bibliothécaire.
    Je passais des heures dans la grande librairie Flammarion de Marseille sur la Canebière. Je pouvais lire sans acheter
    Puis choc visuel émotionnel et définitif avec deux albums présentés par mon professeur de décoration dans la section d’arts appliqués où je préparais un brevet de technicien en Arts Appliqués : Julie qui avait une ombre de garçon et Petit petit rouge
    Puis Paris, l’école Boulle et la culture s’offre à moi grâce à un ami d’école qui m’ouvre les yeux …. par la suite j’adhère , fais venir à Vire en Normandie à l’ARPLE avec françoise de Chalonge et Anne Sophie Zuber et crée avec la bibliothécaire de la section jeunesse un coin bébé lecteur ……Je lis à l’inauguration Nage petit poisson de Altan à l’Ecole des loisirs
    Je suis un pur produit de l’école et du développement de la lecture un peu partout sur le territoire et dans les têtes
    Merci de me lire
    Cordialement
    monique L

    1. Merci Monique pour ce témoignage vivant! Pouvez-vous me dire comme les Aventures du petit Indien sont arrivées entre vos mains: un cadeau? un achat dans une librairie? à l’école?… Je suis très curieuse de découvrir la “vraie” vie des “petits livres d’or” une fois qu’ils étaient sortis de chez leur imprimeur. Beaucoup de familles modeste, à cette époque, n’achetaient pas de livres, or le projet de cette collection était précisément de toucher ce public, et de transformer ces familles en acheteurs de livres d’enfants. Seuls des témoignages me permettraient d’en savoir plus! Merci à vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.