Une année pleine

L’année se termine. Il est d’usage de dire qu’on en sort fatigué. Je suis, pour ma part, épuisée. Rien qu’une enfilade de bonnes nuits de sommeil, quelques semaines sans mail et un peu de repos ne finisse par soigner, bien sûr. Mais je ressens le besoin de faire retour sur ce qui est cause de cet épuisement: un bilan de l’année écoulée.

Sur le plan de la recherche, ce fut une année… calme. J’ai publié un livre, le 16 septembre – fruit du travail des années écoulées – deux articles1, un compte rendu. J’ai coordonné la publication d’un numéro de la revue Strenæ, mais laissé mon comparse Laurent Gerbier éditer seul les 4 volumes de notre collection “Iconotextes” parus cette année. J’ai fait environ 8 conférences (je n’en ai même plus le décompte exact…), fréquenté des universités à Padoue, Séoul, Barcelone, mais je n’ai pas engagé de nouveau chantier.

Sur le plan pédagogique, en revanche, c’était une année dense, puisque année de renouvellement de la maquette de licence, dont j’ai actuellement la charge. J’ai assuré 9 cours différents (dont 3 entièrement nouveaux), dans le cadre de 6 formations différentes. Avec des bonheurs divers (voir mais aussi ), mais toujours énormément de plaisir et d’engagement. J’ai corrigé plusieurs centaines de copies ; accordé 65 rendez-vous à des étudiants de tous niveaux ; fait soutenir 4 mémoires de master et une thèse ; répondu à plusieurs milliers de mails ; présidé 4 jurys.

Mon agenda se souvient en outre de près de 50 rendez-vous avec des collègues – mais je renonce à compter les mails de gestion pédagogique et administrative (400 rien que pour la secrétaire du département…). J’ai fait des budgets, des projets, des demandes de subvention, des profils de poste, des demandes de modifications de maquettes, des compte-rendus de réunions. J’ai subi plus de 50 réunions – j’en ai présidé 5. Avec fatigue, accablement parfois.

Je me souviens aussi, Y.-M., que nous sommes allés plus de 75 fois à l’hôpital. Je sais ce que nous devons aux médecins, infirmier(e)s, aide-soignant(e)s qui t’ont accompagné – à Élodie, l’art-thérapeute qui t’a appris à dessiner des ratons-laveurs, à Julie, la psychologue qui t’a encouragé à refaire des projets, aux infirmières à domicile et en particulier Carine qui certains matins n’a pas hésité à rester une demi-heure pour voir si tu accepterais de sourire, à ta kiné qui a toujours trouvé un créneau pour toi dans son planning surchargé. Merci à l’hôpital public, merci au système de santé français, qui t’a permis d’être si bien soigné – sans que nous ayons à payer ni les examens, ni  les hospitalisations  ni, au retour, les sacs de médicaments. Je mesure pleinement la chance que nous avons eue – la chance que nous avons, et que nous devons conserver, d’avoir un système de santé efficace et équitable, un système de santé publique, comme nous avons un système d’enseignement public, de la maternelle à l’université. Je tiens à ces institutions, parce qu’elles incarnent des valeurs : le savoir, mais seulement s’il est ouvert à tous, le progrès, mais seulement s’il est accessible à chacun. Je termine l’année fatiguée, mais plus que jamais déterminée à me battre pour défendre ce modèle de société contre les prédateurs néolibéraux, qui étranglent l’hôpital public et voudraient  bien transformer l’enseignement supérieur en un marché. Fatiguée, donc, épuisée même, mais pas abattue.

  1. avec Loïc Boyer, « Quand la presse catholique fait pop ! Révolution par les bandes dans le magazine Okapi », NeuvièmeArt 2.0, septembre 2018 ; « Susciter le désir de parler, entre vrais livres et fausses images », dans Patrick Ben Soussan et Sylvie Rayna (dir.), Le programme « Parler bambin »: enjeux et controverses, Toulouse, ERES, 2018, collection « 1001 BB ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.