Lecture du moment: Wilfried Lignier, Prendre

Je viens de terminer la lecture très stimulante de l’ouvrage du sociologue Wilfried Lignier intitulé Prendre et sous-titré Naissance d’une pratique sociale élémentaire (Seuil, 2019). Ce que le titre n’indique pas : il s’agit d’une recherche fondée sur l’observation du geste de « prendre » au sein d’une crèche, plus précisément d’une section des « grands ». Phénomène assez rare, donc, dans la sociologie de l’enfance : Lignier s’intéresse à la sociologie des enfants de moins de trois ans. L’ouvrage est très dense en observations, et ouvre des perspectives très intéressantes bien au-delà des seuls sociologues.

Wilfried Lignier, dans un long premier chapitre, justifie son choix d’une enquête au sein d’une crèche. Le geste de « prendre » est en effet très largement considéré comme « premier », « fondateur », « fondamental », quelle que soit la discipline qui l’étudie, et quels que soient les courants. Mais Lignier revendique ici la légitimité d’une approche sociologique appuyée sur une enquête ethnographique poussée, par opposition aux travaux très répandus qui isolent le geste de prendre, s’intéressant aux seuls indicateurs neurologiques, ou isolant les enfants étudiés du contexte social dans lequel on « prend ». Lignier ne cessera au contraire, tout au long de son livre, de nous démontrer qu’un tout-petit ne prend jamais quoi que ce soit hors d’un contexte social, qui rend certains objets “prenables” et en place d’autres hors de prise, qui rend certaines choses désirables (et donc susceptibles de prises) et certaines manières de prendre acceptables (quand d’autres sont répréhensibles).

Son long préambule prend donc le temps de démonter les études antérieures qui ne lui paraissent pas convaincantes, parce qu’elles occultent la dimension socialement différenciée de certains comportements. J’en retiens un exemple, qui m’a particulièrement arrêtée. Dans une étude de 1997, Georges Butterworth et alii tentent d’étudier des compétences motrices de préhension comme le power grip et le precision grip, en montant une expérience dans laquelle intervient la différence sexuée, autour de l’hypothèse que la taille de la main (différente chez les filles et garçons du même âge) joue un rôle dans la précision de la prise. Or les résultats de cette étude contredisent les hypothèses des chercheurs: alors que les garçons ont une main plus longue, ils se révèlent moins compétents en saisie précise… Alors que ces chercheurs hasardent une hypothèse neuromusculaire qui paraît un peu fumeuse, le sociologue, lui, suggère une autre piste : et si, dès ce jeune âge (l’expérience engage des enfants de 6 à 20 mois), intervenait le contexte social? Il formule ainsi une hypothèse qui semble cohérente :

« N’est-il pas possible que les filles apprennent davantage que les garçons – et très tôt – à se saisir des choses délicatement, du bout des doigts? Cette hypothèse simple est tout à fait cohérente avec ce que l’on sait, de façon générale, des logiques de genre (c’est-à-dire de la façon qu’ont les sociétés de se fonder sur la différence des sexes, et partant de lui imposer un contenu social singulier), et plus précisément de l’usage différentiel des gestes chez les hommes et les femmes. » (p.37)

Toute la démarche développée dans ce livre vise donc à contextualiser socialement les observations des enfants, en les rapportant à des différences de genre, de provenance sociale, de rapport à la migration, etc. Le résultat est passionnant.

Lignier commence par une minutieuse mise en contexte de l’univers de la crèche, qui souligne certaines tensions (les valeurs défendues par l’institution entrant parfois en conflit avec les valeurs personnelles défendues à leur domicile par les actrices elles-mêmes, auxiliaires puéricultrices). La crèche, nous dit le sociologue, « n’est pas qu’un espace physique, mais aussi un espace dominé par des conceptions de l’enfance particulières. Ces conceptions sont celles du ‘monde de la petite enfance’ en général » (p.75), à savoir un attachement à « une psychologie de l’enfant plus ou moins vulgarisée, et en particulier l’idée rousseauiste que la prise en charge de l’enfant doit dans l’idéal partir de lui, de ses envies, de ses désirs, de ses tendances spontanées » (p.76). Les innombrables tensions autour des prises enfantines seront donc toujours régulées par les adultes présentes en référence à deux principes: d’une part cette nécessité de faire place à la spontanéité de l’enfant, d’autre part l’attachement à une éducation non-violente, qui valorise la médiation langagière et bannit la violence physique.

La suite des chapitres analyse successivement toutes les dimensions de ces « prises » enfantines: après une présentation critique du lieu et des valeurs qui y règnent vient une étude des conditions de vie domestique de chacun des enfants observés, qui met en évidence les inégales dispositions des enfants selon qu’ils jouissent, à la maison, d’espaces et de biens identifiés comme « à eux », ou que, grandissant dans une grande précarité matérielle, ils voient tous les objets susceptibles de disparition ou d’appropriation par autrui. Ces derniers, écrira Lignier dans sa conclusion, « n’hésitent pas à s’approprier toute chose n’étant pas actuellement en possession d’autrui, et s’attendent à ce que les autres agissent de façon similaire » (p.306). La suite des chapitres montrera précisément ces enfants dans diverses situations de « déviation » par rapport aux règles tacites ou explicites de la crèche, comme si grandir dans le dénuement et la précarité matérielle les exposait, bien avant trois ans, à développer des conduites sociales qui les dirigent toujours peu ou prou vers la marge…

Lignier aborde aussi les différences de genre, et la manière dont les lieux, mais aussi les conduites des adultes, interagissent en permanence avec l’émergence de dispositions enfantines. L’enquête est passionnante, perpétuellement appuyée sur les observations des enfants, mises en relations avec la formulation d’hypothèses.

J’ai beau regretter que seuls quelques passages évoquent l’attitude des enfants et des adultes à l’égard des livres (p.85, p.151 sq., p. 223), je dois avouer que le livre m’a constamment stimulée, notamment dans tous les passages qui analysent l’avantage que peut donner à un enfant une maîtrise langagière même élémentaire. Par exemple, dans le chapitre intitulé « Comment prendre par soi-même quand on est tout petit? », Lignier analyse une situation de distribution de nourriture, au moment du repas, et souligne le contraste entre une petite fille de milieu social favorisé et une autre issue d’une famille très populaire :

« Bien qu’on ait affaire à deux filles d’âge similaire, on voit bien comment leur maîtrise socialement inégale du langage fait ici des différences: Garance, par des interventions claires, faites dans un timing efficace (dès avant même le service, pour la première d’entre elles, par exemple), ne cesse de moduler les attributions spontanées de l’adulte, qui sont donc, en ce qui la concerne, moins imposées, plus négocies, choisies; à l’inverse, Ibtissam manque de clarté, sauf lorsqu’elle dit « Non! », mais elle mobilise alors un instrument symbolique beaucoup plus générique, et donc incertain, que ceux utilisés par sa camarade – au final, elle est (au mieux) réduite à accepter ou refuser ce qu’on lui donne, elle n’est pas en position d’initier des attributions originales. » (p.205)

Ce même chapitre aborde l’usage, par les enfants, de la force: la violence physique, clairement disqualifiée par les règles de la crèche (et pourtant, utilisée à de nombreuses reprises par deux enfants, notamment, dont la petite Ibtissam évoquée ci-dessus), mais aussi la « force symbolique » que donne notamment l’utilisation du langage, et que quelques enfants, issus des milieux les plus favorisés, savent déjà tourner à leur avantage. De manière très dérangeante, le sociologue observe que si toute forme de violence physique est systématiquement réprimée par les professionnelles de la crèche, « cela n’empêche pas de noter que, à l’inverse, les formes, certes émergentes, de violence symbolique ne sont quasiment jamais limitées par les auxiliaires » (p.246)

Le chapitre consacré à « l’appropriation des autres », quant à lui, analyse l’émergence de relations interpersonnelles au sein du groupe d’enfants. Quand il constate que les petites filles ne nouent des relations qu’avec d’autres petites filles, et les garçons avec d’autres garçons, Lignier évite tout naturalisme et cherche à analyse si des dispositifs en place dans la crèche pourraient expliquer ces préférences – ce qu’il trouve, dans l’analyse des lieux et de leurs usages, prédisposant d’une part à une forte sexuation des alliances, mais déterminant aussi la nature de ces alliances (relations « triangulaires » pour les filles, contre relations duelles pour les garçons). En somme, le lieu lui-même, dans son organisation, prédispose les enfants à construire prioritairement des liens de sociabilité avec des enfants du même sexe: « l’homogamie sexuelle précoce attestée par l’analyse de réseau repose avant tout sur une relative homogénéité sexuelle des espaces locaux de l’action, elle-même résultante d’une sexuation des préférences, des habitus. » Or les lieux investis par les filles, souvent clos, protégés, favorisent les regroupement stables des mêmes enfants, qui sont dès lors prédisposées à nouer des relations plus régulières, plus structurées, tandis que les lieux investis prioritairement par les garçons, plus ouverts et génériques, privilégient des rapprochement plus incertains, deux à deux, autour d’un même objet (voiture, ballon). Dans sa conclusion, Wilfried Lignier se garde bien de tirer de ses observations la moindre préconisation:

« Concernant les enjeux moraux et politiques, je me garderai d’une traduction directement normative des descriptions et des interprétations que j’ai pu faire. Ce genre de « conclusion morale », à mes yeux, appartient non pas à l’auteur mais au lecteur, qui pourra, s’il le souhaite, s’interroger sur les conséquences qui pourraient être tirées de mon propos, du point de vue de l’éducation et de la socialisation des jeunes enfants, du point de vue du regard que l’on gagnerait à porter sur leurs pratiques ou encore du point de vue, plus précis, des manières d’organiser un espace social singulier comme une crèche. » (p.311)

Au titre de lectrice, et tout en n’étant pas directement concernée, professionnellement, par l’accueil des jeunes enfants, j’ai été très touchée par ce que le livre de Wilfried Lignier met en évidence autour des questions de genre et de classe sociale. De toute évidence, le projet éducatif mis en œuvre au sein de la crèche est très éloigné des pratiques qui ont cours dans certains milieux populaires, et on peut s’interroger sur la relative disqualification qui semble frapper, si jeunes, certains enfants manifestement rétifs à cet ordre social. Ces questions sont bien connues concernant l’école maternelle, mais ce livre souligne que la prise en charge collective de la petite enfance pose déjà ces questions.

Cette question sociale se double d’une interrogation sur la manière dont les espaces, les logiques et les activités de la crèche pourraient sinon contrarier, du moins rééquilibrer des constructions genrées qui, certes, pré-existent à la crèche, mais que la crèche devrait avoir à cœur d’interroger de manière critique – pour le bien des petites filles, et en particulier des petites filles de milieu populaire, mais aussi, de toute évidence, pour le bien des petits garçons.

Enfin, à l’occasion d’un développement passionnant sur le recours, par certains enfants, à la violence physique (p.211 sq), Wilfried Lignier fait pour la première fois référence aux conditions extérieures de la vie de ces enfants, à titre de possible explication de leur comportement irritable, conduisant à des explosions de brutalité: logés tous deux de façons précaire, les enfants ne jouissent pas d’un espace personnel qui leur permettrait de bénéficier d’un sommeil réparateur, et sont, de ce fait, perpétuellement excités. Ce bref excursus hors de l’observation ethnographique rappelle ce que Jean-Michel Lucas soulignait, lors du colloque célébrant les 20 ans de l’association Livre Passerelle, en octobre 2018: il n’y a pas de « droits culturels » sans droits sociaux, autrement dit, on ne peut s’intéresser aux conditions d’éducation et de socialisation (notamment genrée, mais aussi  culturelle, livresque, etc.) sans se poser la question des simples conditions de vie. Comme l’écrit aussi Véronique Decker, pour qu’un enfant apprenne bien, il faut déjà qu’il dorme bien, qu’il mange bien, et qu’il soit bien soigné… Quelques évidences qu’il faut pourtant constamment rappeler, parce qu’elles conditionnent tout le reste.

[image d’en-tête: iStock.com/olesiabilkei]

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lecture du moment: Wilfried Lignier, Prendre," in Album '50', 12 juillet 2019, https://album50.hypotheses.org/3305.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.