2e Assises de la littérature jeunesse

Ce lundi 7 octobre se sont tenues à la BnF les 2e Assises de la littérature jeunesse, à l’initiative du SNE et avec le soutien du CNLJ. Je tenais à y être, car, contrairement à ce qui se produit souvent dans les colloques interprofessionnels (et en particulier quand ils se tiennent à la BnF), la première édition avait été animée, et avait donné lieu à des débats et prises de position vindicatives, dont avaient rendu compte Mathilde Lévêque et Bérénice Waty sur le Magasin des enfants

La journée avait en effet été l’occasion pour une partie de la “chaîne du livre”, en l’occurrence auteurs et illustrateurs, d’engager un rapport de force avec les éditeurs, mettant à mal l’image d’Epinal du “couple” éditeur/illustrateur parfois complaisamment mis en récit dans ce genre de manifestation. Depuis ces premières Assises, les auteurs en général, les auteurs pour la jeunesse en particulier, portés notamment par la Charte, ont continué à mener une campagne très visible pour alerter sur leurs conditions de rémunération – on se souvient du hashtag “Paye ton auteur” sur les réseaux sociaux, ou de la campagne d’affiches puis de vidéos “Dans la peau d’un auteur jeunesse”. J’attendais donc avec plaisir ces 2e Assises, espérant qu’on puisse enfin voir se fissurer la gangue des discours figés sur la littérature et l’édition pour la jeunesse. Hélas : il faudra sans doute attendre les 3e Assises…

Faire autorité

On peut s’étonner que les organisateurs aient ressenti le besoin d’ouvrir la journée par une “grande conférence inaugurale” demandée à une figure forte des politiques éducatives, Philippe Meirieu. Les travaux antérieurs de Philippe Meirieu n’ont en effet pas porté spécifiquement sur la littérature pour la jeunesse – ou quand ils l’ont fait, c’était appliqués au cadre strict de l’école, qui est tout de même assez décalé par rapport aux enjeux de la journée. La conférence, parfaitement menée évidemment, a rencontré un grand succès, et a été saluée par des applaudissements nourris et chaleureux. On aurait pourtant pu s’étonner d’y retrouver un discours déjà… beaucoup entendu en trente, voire quarante ou cinquante ans de politiques en faveur de la littérature en milieu éducatif. Gadamer, Bernard Stiegler, Alian Badiou,  Matthew Crawford, Martha Nussbaum, Jerome Bruner, Paul Ricoeur, Vladimir Jankélévitch et bien sûr Adorno donnaient leur poids d’autorité à un discours parfaitement rodé qui nous expliquait, en trois temps, que la littérature accompagnait le jeune enfant dans son processus d’individuation, que le récit était un instrument de la construction de soi, enfin que la littérature était l’outil qui permettait de construire le commun par la culture.

D’une ouverture nous rappelant, avec Ferdinand Buisson, que lire permet “d’échapper à toutes les formes de cléricature” à une dernière diapositive exigeant, avec Adorno, que l’éducation vise à ce que “la barbarie ne se reproduise plus”, le discours évidemment faisait mouche : qui aurait pu ne pas être d’accord? Plus encore : qui ne se sentirait pas ragaillardi, qu’il soit auteur, éditeur, médiateur, enseignant, par un discours mettent en exergue la noblesse de sa mission et la hauteur de ses responsabilités ?! Nous avons tous envie que notre activité quotidienne, professionnelle, vise à permettre à chaque enfant de devenir lui-même et de faire société ; nous ne pouvons qu’être flattés qu’on nous rappelle que nos missions sont aussi un rempart contre “toutes les cléricatures” et contre les risques d’éclatement de la société qui nous inquiètent tant aujourd’hui. Les applaudissements n’allaient donc pas seulement à la facture irréprochable du discours de Philippe Meirieu : ils étaient aussi la manifestation de la gratitude d’une salle composée de professionnels du livre, chahutés parfois par la société qui ne les paie pas assez ou déconsidère leur mission, à qui on venait rappeler, en ouverture de journée, qu’ils étaient de bonnes personnes. Donc je retire ma question rhétorique de début de paragraphe : on ne s’étonnera pas que les organisateurs aient demandé à Philippe Meirieu de venir brosser dans le sens du poil une communauté que beaucoup d’enjeux divisent. Réconcilier auteurs et éditeurs, producteurs et prescripteurs autour de la noblesse – j’allais écrire: “de la sainteté”… – d’une mission, voilà qui garantissait une session moins houleuse que celle de 2017…

Littérature ou “bonne” littérature?

Notons cependant avec un peu d’humeur que le seul texte “pour enfants” auquel Philippe Meirieu aura fait allusion dans toute son intervention est Le Petit Poucet – un peu vexant de choisir un texte de 1697 quand on s’adresse à une salle pleine d’auteurs peinant à joindre les deux bouts ?

Notons aussi, avec plus d’humeur encore, que planait un sous-texte autour duquel on s’est bien gardé de revenir roder durant la journée : il allait de soi que quand Philippe Meirieu parlait de “littérature”, il voulait dire “littérature de qualité“. D’ailleurs, à plusieurs reprises, ses expressions ont révélé le fond de sa pensée, ou plus exactement, son “fonds de commerce” à lui : il nous a parlé du moment où l’enfant rencontre une “véritable œuvre“, un “beau livre“, un “bon manga“, enfin une “œuvre littéraire de très haut niveau“. J’aurais évidemment apprécié qu’il nous explique ce qu’est une fausse œuvre, ce qu’est un livre “pas très beau”, un mauvais manga, une œuvre littéraire de bas étage. Certes, tout le monde applaudissait à tout rompre – mais y compris des auteurs jeunesse qui, pour vivre, se résolvent à accepter des commandes d’éditeurs pour lesquelles ils ont au fond peu d’estime ? Des textes que Philippe Meirieu ne considérerait évidemment pas comme “une véritable œuvre”, des livres avec lesquels on ne cherche peut-être pas tant à “aider l’enfant dans son processus d’individuation” mais davantage à augmenter le montant des droits versés en fin d’exercice  ? Il est possible que certains auteurs, dans la salle, aient eu au fond d’eux-mêmes le sentiment inconfortable d’écrire parfois des textes entrant dans la catégorie honnie des “produits de la surproduction” générés par le “capitalisme pulsionnel” que dénonçait Philippe Meirieu… Et de cela, nous n’avons pudiquement pas parlé. N’étions-nous pourtant pas là pour ça, précisément ?

Haro sur les super-héros

Allez, une dernière petite remarque. Philippe Meirieu nous a rappelé à la distinction entre “héros” et “super héros”. Le héros c’est ce personnage de la fiction, un fort dont la faiblesse pourtant finit par transparaître, qui montre à l’enfant lecteur la voie de sa propre humanité. Contrairement, n’est-ce pas, au “super-héros”, objet du mépris car lui n’a pas de faille. Pouah, les super-héros ! Ils sont manifestement du côté des “déterminismes”, de la “fatalité”, des “certitudes enkystées”. Je me suis beaucoup amusée de ce discours de vindicte très ancien à l’encontre des super-héros : très précisément, celui qui a présidé au vote de la fameuse loi de 1949, qu’une magnifique exposition rappelle en ce moment à la BnF. Et j’ai eu plaisir, en sortant de ces Assises, à retrouver dans l’exposition ces super-héros brocardés dans des termes finalement pas si éloignés de ceux de Philippe Meirieu… Rien de vraiment nouveau sous le soleil.

Des outils pour penser à neuf

Rien de neuf ? Ce n’est pas tout à fait vrai : ces Assises nous ont en effet apporté du neuf, ou en tout cas, les moyens de faire du neuf, et de penser à neuf les questions que la journée elle-même s’efforçait d’esquiver. Deux interventions en particulier ont montré que nous avions désormais à notre disposition des outils et des données pour réfléchir à nouveaux frais, sans l’armature de discours idéologique dont la superstructure remonte à Paul Hazard, la question du livre pour enfants et de ses usages réels. Car certes, Philippe Meirieu en appelle aux “beaux livres” et aux “bons mangas”, mais les entrées du dépôt légal chantent une autre chanson. Les trois auteurs emportant le titre de “plus gros déposant”, dans le domaine de l’édition pour la jeunesse, sont actuellement Elisabeth Barféty, Clémentine Baron, Orianne Lallemand, respectivement autrices de novélisations, de portraits de personnages célèbres, d’albums sériels à grand succès – c’est-à-dire des livres situés très précisément aux antipodes des “œuvres littéraires de très haut niveau” qu’appelait de ses vœux la première intervention.

Et cela, nous le savons grâce à l’Observatoire du dépôt légal qu’est venue nous présenter la conservatrice Alice Laforêt, dans une passionnante intervention. Nous avons ainsi appris que la BnF met à disposition de tous les données issues de cette activité de dépôt légal. Cela peut prendre  la forme de synthèses annuelles publiées sur l’Observatoire du dépôt légal, sommes de statistiques agrémentées d’un “focus” sur un domaine spécifique – en 2018, c’était justement la jeunesse. Mais nous pouvons aussi y accéder de manière plus brute, dans le cadre des nouvelles politiques d’accès aux données publiques. Ainsi, sur l’observatoire lui-même comme sur le site data.gouv.fr, il est possible de télécharger des tableaux excel permettant d’accéder à toutes les données du dépôt légal.

Quelle richesse pour les chercheurs, journalistes, analystes qui voudraient précisément sortir des discours tout faits et se pencher sur la réalité de l’édition pour la jeunesse actuelle ! Voilà du concret sur lequel s’appuyer – pour détecter, par exemple, la profondeur du hiatus entre les discours tenus par et dans l’école, et les pratiques du livre vécues dans les familles, comme le fait Stéphane Bonnéry1 depuis des années, comme le montrent aussi Bernard Lahire et son équipe dans le récent Enfances de classe, notamment autour du plébiscite dont est l’objet Claude Ponti dans les familles de la classe moyenne supérieure. Pour réfléchir, peut-être, à la difficulté que rencontrent les enseignants, notamment les jeunes, pour faire correspondre les discours qui ont cours sur leurs lieux de formation professionnelle, et l’offre éditoriale qu’ils et elles peuvent découvrir en librairie. Pour essayer de penser la tension entre les leitmotivs des politiques du livre et la pression du marché…

L’après-midi, une intervention d’un autre professionnel a apporté de l’eau au même moulin. Christophe Evans est sociologue et chargé d’études à la BPI. Dans un exposé d’une parfaite clarté, précis tout en restant modeste, il a mis en lumière l’existence d’un grand nombre d’enquêtes qui pourraient permettre de nous renseigner sur les pratiques réelles de lecture des enfants et des adolescents. Loin de nous asséner ces données, il a pris grand soin de les contextualiser, insistant sur la “matrice sociale” qui permet (ou pas) à un enfant de devenir lecteur. Lui aussi mettait à la disposition des participants des ressources permettant de parler de l’édition jeunesse et de la lecture des jeunes à partir de données réellement observées – par exemple, les enquêtes menées par Olivier Donnat pour le Ministère de la culture, ou la thèse d’Elodie Hommel sur les lecteurs de “littératures de l’imaginaire”. Bref : de quoi remplacer le consensus ronronnant ou les vieilles scies d’institutions peinant à faire leur examen de conscience – car si la lecture d’albums permettait de réduire la fracture sociale, je pense que nous l’aurions observé depuis un moment…

La journée était donc vraiment intéressante. D’une part, parce qu’elle mettait en exergue, dans le contraste entre “discours de valeurs” et “accès aux données”, la tension entre deux générations, deux styles, deux démarches. D’un côté, de grands discours, généreux et optimistes, appuyés sur des pensées construites, mais de toute évidence, impuissants à dépasser leur propre aporie, et à tirer des leçons de l’expérience – je dirais, le discours des professions et des institutions : l’école, les bibliothèques, l’édition. De l’autre, des chiffres, des données, des statistiques : certes, tout ça un peu froid, un peu vaste, un peu effrayant, mais représentant aussi la “condition de la liberté de penser” (pour citer P.Meirieu), la capacité à “susciter l’interrogation réciproque des convictions et des connaissances”. Un appel à se saisir de ces informations qui sont à notre disposition, et que nous devons empoigner pour tenter de comprendre ce qui se passe devant nous, et parfois malgré nous, dans ces circulations de livres mais aussi dans les entraves à leur circulation, dans les phénomènes de hiérarchies et d’exclusions, dans l’émergence des préférences (les fameuses “littératures de l’imaginaire” dont il a été question tout au long de la journée) tout autant que dans la possibilité effarante que le marché nous impose, en définitive, ce que nous devons préférer.

Tables rondes

La journée faisait alterner interventions individuelles et tables rondes réunissant des professionnels venus des différents secteurs. La première de ces tables rondes ambitionnait d’interroger la “vitalité éditoriale”, présentée, selon les formules toujours incisives de Marie Lallouet, tantôt comme une “surproduction”, tantôt comme une preuve réjouissante de “bibliodiversité”. La deuxième, animée par Mathilde Lévêque, interrogeait la place de la formation à la littérature jeunesse dans les différents maillons de la chaîne du livre. La troisième, qui promettait d’être la plus polémique, abordait enfin la question de la valeur et de la reconnaissance – c’est-à-dire, s’imaginait-on, des sous.

J’avais joué la veille avec mon jeune filleul à “Tic-tac-boum”, un jeu de société dans lequel les joueurs se passent de main en main une bombe factice, programmée pour exploser sans qu’on sache à quel délai, le but étant évidemment de produire des bonnes réponses le plus vite possible afin qu’elle explose dans les mains d’un autre. J’ai eu un peu l’impression de revivre une partie au cours de cette journée d’Assises : à quel moment la bombe allait-elle exploser ? Ça a bien failli être le matin, au moment des questions suivant immédiatement la première table ronde. Quelqu’un dans la salle a posé ingénument la question : et si la solution à la fameuse crise de la surproduction consistait tout simplement à payer davantage les auteurs, ce qui aurait pour effet mécanique de produire un reflux des publications ?…

Fausse alerte. On a gentiment demandé à cette personne de reposer la question plutôt l’après-midi, à l’issue de la table ronde sur les valeurs… Les éléments étaient pourtant là pour générer un vrai débat, dès la première table ronde. Marie Lallouet avait introduit celle-ci en reprenant à Pierre Lungheretti, dans son Rapport sur la bande dessinée (2019), les facteurs explicatifs de la surabondance de production2 : la littérature jeunesse, comme l’édition de BD, est une industrie de prototypes reposant sur la logique de l’offre ;  la segmentation est très marquée ; les évolutions technologiques facilitent production et diffusion ; la hausse générale du niveau de scolarisation est favorable à cette partie de l’édition ; enfin le besoin de trésorerie des éditeurs incite manifestement à produire toujours plus. Le cinquième point était là évidemment pour créer les conditions du débat, mais à la question provocatrice de Marie Lallouet, “est-ce que l’édition jeunesse actuelle, ça consiste à publier 10 livres pour qu’il y en ait un qui marche?”, tout le monde a consensuellement répondu que pas du tout, l’éditeur digne de ce nom (sans doute celui qui publie des “bons livres” et des “mangas de qualité”?…) porte avec énergie et équité chacun des 10 livres qu’il produit. Même le représentant d’Harmonia Mundi, qui aurait pu être invité pour jouer le rôle du méchant, a rappelé que dans la chaîne du livre, ce n’est pas lui qui aspire l’argent – celui qui ne va pas dans la poche des auteurs –, c’est le… transporteur, celui qui a tout intérêt, in fine, aux déplacements de livres dont se plaignent tant les libraires, entre arrivées massives d’offices et retours tout aussi massifs d’invendus.

Et comme on n’avait pas pensé du tout à inviter un transporteur à la table ronde, le débat a fait flop. D’autant qu’on n’avait pas non plus dans la salle de ces éditeurs dont on ne cessait de dénoncer les mauvaises pratiques, non pas ceux qui publient 10 livres pour n’en défendre qu’un mais ceux qu’on soupçonne d’être les causes de la surproduction : les éditeurs qui ne publient pas 10 mais 20 ou 30 livres et n’ont pas besoin de les défendre parce qu’ils se vendent tout seuls, y compris (surtout) dans les supermarchés ; et les éditeurs généralistes qui, parce que le marché général se ralentit, se lancent dans l’édition jeunesse, venant grignoter des parts de marché… Ce n’est pas que les organisateurs n’avaient pas pensé à les inviter, non : c’est juste qu’ils n’avaient pas du tout, du tout envie d’être là. Autrement dit, on se retrouvait, pour cette 2e édition des Assises de l’édition jeunesse, à évoquer des problèmes sur lesquels tout le monde était d’accord (les méchants, c’est les autres), mais sans la moindre marge de manœuvre, au fond, pour faire avancer les débats.

En fait, la bombe – une bombinette, soyons honnêtes – a explosé là où on ne l’attendait pas du tout : pendant la table ronde sur la formation. Certes, ce n’était au fond pas le cœur thématique de cette journée. Mais au moins, le consensus un peu mou s’est fissuré. À cette table, que ma collègue Mathilde Lévêque avait accepté de modérer, avaient été réunis trois jeunes professionnels issus de trois branches de ce vaste monde du livre pour la jeunesse : une jeune professeur des écoles, une jeune libraire, un jeune bibliothécaire et ex-animateur et directeur de centre de loisirs, à qui on demandait quelle formation à la littérature jeunesse ils avaient reçue. Pour dire le vrai, ils n’ont rien dit de très nouveau (on sait bien par exemple que dans le monde enseignant la formation est indigente), mais ils ont eu le mérite de le dire tous ensemble, et à peu près dans les mêmes termes. Des termes qui ont fait bondir dans la salle. Pensez donc : la journée était co-organisée par le Centre national de littérature pour la jeunesse, qui depuis plus de 50 ans, d’abord sous le nom de Joie par les livres, organise des formations et publie la Revue des livres pour enfants, et voilà que trois blanc-becs expliquaient avec candeur qu’au cours de leur formation initiale, ils n’avaient pas été formés à la littérature pour la jeunesse, et que, faisant contre fortune bon cœur, depuis leur prise de fonction, ils bricolaient, se formaient sur le tas et au contact des anciens, en piochant au hasard d’internet (le MOOC de l’université de Liège semble à cet égard avoir véritablement atteint son objectif). Aucun ne citant le CNLJ comme la ressource évidente vers laquelle ils se seraient spontanément tournés pour recevoir l’information dont ils manquaient. Aucun n’évoquant la fonction de formation assurée sur tout le territoire par les Bibliothèques départementales de prêt. Aucun ne faisant la moindre allusion à l’existence des centres régionaux du livre, qui ont ces missions dans leur feuille de route. Aucun ne mentionnant son institution ou son employeur comme un appui naturel pour financer, voire seulement pour signaler les ressources de formation pourtant nombreuses.

Grognements dans la salle : mais enfin, comment prétendre que la formation n’est pas accessible, alors même qu’il existe tant de lieux, de publications, d’institution qui lui sont dédiés, alors même que nous sommes précisément au cœur de l’une d’entre elles ? On comprend l’exaspération de ceux qui, depuis la salle, sont intervenus pour dire que pourtant, eux faisaient des efforts, des efforts infinis, depuis des années, contre toutes formes d’adversité, afin qu’existe dans tel ou tel secteur professionnel des instances de formation. Mais il faut admettre les choses lorsqu’on les a sous les yeux – il faut accepter que les “données” du réel “suscitent l’interrogation réciproque des convictions et des connaissances”, pour reprendre encore les termes de l’opposition sur laquelle j’ai ouvert ce billet. Oui, la Revue des livres pour enfants existe depuis 54 ans – mais on peut être un jeune libraire en 2019, et ignorer son existence. Oui, le CNLJ propose des formations à tous les professionnels – mais si l’on est en province, si l’on n’est pas bibliothécaire, si l’on a pour employeur une institution pauvre, il est très probable qu’on ne soit même pas au courant de l’existence de ces formations, ou qu’on n’y ait jamais accès. Oui, l’Éducation Nationale fait, de manière sporadique, de remarquables efforts, sur un territoire, pour accompagner ses membres dans la découverte puis l’usage de la littérature pour la jeunesse – mais on forme chaque année des milliers de jeunes enseignants (cette année, 10600 admis au concours de professeur des écoles), et sur ces milliers, très peu reçoivent une formation à la littérature pour la jeunesse qui dépasse les 3 ou 6 heures, pour ne rien dire de la formation continue qui a quasiment disparu. Ce que les échanges houleux de cette fin de table ronde faisaient apparaître, c’est que ce n’est pas parce qu’une institution existe qu’on sait qu’elle existe, ce n’est pas parce qu’elle est là depuis 50 ans qu’un jeune qui, lui, débute, découvre facilement son existence, ce n’est pas parce qu’on produit d’excellents contenus (de formation, ou d’information – sous la forme de revues comme La revue des livres pour enfants ou même Strenæ) que ces excellents contenus rencontrent ceux qui en auraient besoin.

Ce que cette table ronde faisait apparaître de manière criante, c’est que le travail est toujours à reprendre. Si un jeune libraire ou un jeune enseignant ne connaît pas ce que le CNLJ a à lui apporter, la seule conclusion à en tirer est qu’il faut reprendre à zéro le travail d’information et de communication autour de l’offre. Si un jeune animateur considère que le compagnonnage est une manière suffisante de se former, ce n’est pas lui, mais son institution qu’il s’agit de convaincre qu’au contraire, le compagnonnage n’a de prix qu’appuyé sur une solide formation initiale aux questions de lecture enfantine. Comment fait-on ? Si je le savais, je serais ministre. Mais il va de soi que nous devons, collectivement, tenir compte de l’émoi que cette brève table ronde a fait naître: non, la “chaîne du livre” n’est pas une merveilleuse petite famille et les Assises une réunion de famille gentillette. Il y a aussi des cousins éloignés qui veulent qu’on leur fasse place à table. Tout le monde ne se connaît pas, tout le monde n’a pas la même histoire ni même la conscience qu’il y aurait une histoire commune : il faut peut-être prendre le temps de s’arrêter pour  écouter les petits nouveaux ! Ils n’ont pas trouvé l’information ? C’est qu’elle n’est pas suffisamment visible. Ils ont cherché de l’aide sur internet ? Alors c’est sur internet qu’il faut disposer la formation. Ils pensent qu’un vernis superficiel leur suffit ? Il faut imaginer les dispositifs qui les convaincront du gain considérable qu’une formation approfondie apportera à l’exercice de leurs missions de terrain. Que faut-il, pour réussir tout cela ? De l’imagination surtout. Ce dont, manifestement, ces Assises, malgré toutes leurs qualités, ont quand même un tout petit peu manqué…

[L’image d’en-tête de ce billet est un nuage de mots présenté par Alice Laforêt: une manière de tirer des informations des données du dépôt légal…]

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "2e Assises de la littérature jeunesse," in Album '50', 8 octobre 2019, https://album50.hypotheses.org/3328.
  1. Bonnéry, Stéphane, et Christophe Joigneaux. « Des littératies familiales inégalement rentables scolairement », Le français aujourd’hui, vol. 190, no. 3, 2015, pp. 23-34 ; Bonnéry, Stéphane. « Les livres et les manières de lire à l’école et dans les familles : Réflexions à l’occasion de la parution de la liste officielle « maternelle » », Le français aujourd’hui, vol. 185, no. 2, 2014, pp. 47-57 []
  2. page 26 de cet excellent rapport dont je recommande la lecture []

1 réflexion sur « 2e Assises de la littérature jeunesse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.