Anatomie d’une image

L’école Estienne propose actuellement (et jusqu’au 6 juillet) une passionnante exposition intitulée Anatomie d’une image et consacrée à la fonction didactique de l’image, notamment en médecine et botanique.

L’exposition permet un retour historique sur les manières de transmettre un savoir scientifique par l’image; des livres de médecine et de chirurgie ainsi que des panneaux extrêmement bien réalisés permettent en peu de temps d’en apprendre beaucoup non seulement sur les manières de faire mais aussi et surtout sur la pensée qui préside à cet “enseignement par l’image”.

La plus grande partie des panneaux est consacrée aux travaux d’illustrateurs contemporains dans le domaine de l’information scientifique et médicale. Là encore, c’est passionnant: les travaux intermédiaires et retranscriptions d’échanges entre l’illustrateur et le commanditaire permettent de se faire une idée précise des attentes et des méthodes. Les techniques choisies par ces illustrateurs sont extrêmement variées, les styles graphiques produits le sont tout autant, qu’il s’agisse d’enseigner l’anatomie de l’œil, de détailler les modalités d’usage d’un matériel de chirurgie orthopédique, ou d’expliquer en termes clairs mais néanmoins pudiques les étapes de la chirurgie plastique transsexuelle.

Conçue au départ pour accompagner le 23e congrès de l’Association Européenne des illustrateurs médicaux et scientifiques (AEIMS), Du réel à l’image, qui s’est tenu à Strasbourg en novembre 2011, l’exposition a été montée par Olivier Poncer, enseignant au sein de l’atelier de didactique visuelle, un des trois ateliers de l’option communication à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. C’est elle-même une magnifique démonstration de la puissance didactique du visuel, puisqu’en parcourant ces quelques dizaines de panneaux, on apprend énormément de choses!

Il me semble par ailleurs extrêmement important, dans l’analyse des albums pour enfants, de ne pas écarter des observations théoriques le domaine des livres didactiques et documentaires, de même qu’il me paraît artificiel de séparer les illustrateurs selon qu’ils œuvrent dans le domaine de la fiction ou de l’image didactique. Leurs formations ont souvent été communes, les outils et techniques qu’ils utilisent sont en partie les mêmes, et des observations croisées permettraient sans doute d’affiner notre regard sur les fonctions purement narratives de l’image de fiction.

Télécharger le dossier de presse de l’exposition


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.