Lecture du moment: Nathalie Parain

Les éditions MeMo sont fidèles. Dès 2006, dans la collection alors dirigée par les Trois Ourses, elles entreprennent de rééditer des albums illustrés dans les années 1930 par Nathalie Parain. Ce sera Mon Chat d’André Beucler (2006), suivi par Châtaigne (2009), Baba Yaga (2010), Faites votre marché (2012), Je Découpe (2013), Jeux en images (2014). Ces rééditions complètent celles qui sont réalisées par l’Association des Amis du Père Castor. Mais le projet de MeMo va au-delà. Il s’agit en effet, dans cette entreprise de réévaluation du patrimoine du livre, de donner à voir la profonde modernité des livres du passé – pas de nostalgie donc : ces livres sont pour les enfants du temps présent. Seront alors réédités, ou parfois même édités pour la première fois sous cette forme, Quand la poésie jonglait avec l’image de Marchak et Lebedev (2005), Animaux à mimer de Tretiakov et Rodtchenko (2010), Les Deux Carrés d’El Lissitsky (2013). Les lecteurs d’aujourd’hui peuvent ainsi avoir un aperçu de la créativité extraordinaire des avant-gardes russes dans les années 1910-1930, en matière de livres pour enfants. Ce processus est parachevé par la parution, cette semaine, d’une monographie consacrée à Nathalie Parain, magnifiquement illustrée et mise en page.

C’est en effet, comme toujours chez MeMo, un ouvrage réalisé avec un soin méticuleux. Par exemple, une bibliographie exhaustive, très soigneusement établie, termine l’ouvrage. L’éditeur lui-même expose ses choix de réédition, notamment en termes techniques (qualité de l’impression “restituée”). Ce pourrait donc être un ouvrage scientifique de très bonne tenue, et pourtant, c’est aussi un “beau livre”, qu’on va feuilleter pour le plaisir et l’émerveillement.

Ont en effet été reproduites de très nombreuses planches originales issues des archives de la famille, dans une superbe qualité visuelle (photogravure, impression, papier). Elles restituent l’énergie et la rigueur du travail artistique de Nathalie Parain. Deux longs textes inédits de Tatiana Mailliard-Parain et de Michel Defourny éclairent l’œuvre, suivis par la réédition d’un article fondateur de Claude-Anne Parmegiani qui a contribué à attirer l’attention des contemporains sur cette importante figure artistique du passé. Tatiana Mailliard-Parain, interrogée par Michèle Cochet qui fut elle aussi une des pionnières de cette redécouverte, livre des souvenirs précieux de son enfance au Plessis-Robinson où s’étaient installés nombre d’artistes russes expatriés. Elle nous apprend de quelle manière travaillait sa mère, quelles étaient ses relations avec auteurs et éditeurs – on y sent une femme peut-être plus intéressée par son art que par sa propre fille, elle qui a pourtant si attentivement dessiné les enfants dans ses albums. À la suite de ce témoignage, Michel Defourny revient longuement sur tous les albums réalisés pour le Père Castor. Comme à son habitude, il est parfaitement érudit, et pourtant remarquablement clair et pédagogue. Ses phrases ont l’art de nous faire voir dans l’image ce que nous avions simplement survolé sans y prêter attention. C’est juste parfait. Claude-Anne Parmegiani revient sur la longue aventure des Contes du chat perché de Marcel Aymé, que Nathalie Parain illustrera, au grand bonheur de l’auteur, de 1937 à 1950. L’efficacité sobre de ces images n’a pas fini de hanter nos imaginaires – comme en témoigne parfois, bien qu’elle s’en défende, le travail de Marine Rivoal, par exemple. On sort de cette lecture enrichi, mais aussi émerveillé et comme “rafraîchi” par la simplicité dynamique de cet art de l’image pour enfants.

Un livre indispensable aux étudiants – qu’ils se préparent à la médiation du livre ou à l’illustration. Et un livre à glisser sous le sapin pour tous les amateurs de belles choses !

Michèle Cochet, Michel Defourny et Claude-Anne Parmegiani, Nathalie Parain, Nantes, Editions MeMo, 2019.

(je précise que j’achète les livres dont je parle sur ce carnet : je n’ai aucun lien d’intérêt avec les éditeurs dont j’évoque les livres, et je ne reçois pas de livre en “office”. Mes commentaires reflètent donc mes choix, et ceux de mon porte-monnaie forcément limité!)

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lecture du moment: Nathalie Parain," in Album '50', 25 novembre 2019, https://album50.hypotheses.org/3439.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.