Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés?

En 1989, deux pédiatres et une éducatrice de jeunes enfants de l’hôpital de Boston (Massachusetts) imaginent un dispositif inédit pour lutter contre les problèmes croissants d’accès à la culture écrite et d’illettrisme, notamment dans les familles pauvres. Barry Zuckerman, Robert Needlman et Kathleen Fitzgerald-Rice inventent donc Reach Out and Read, un dispositif d’accompagnement des soins pédiatriques donnés aux moins de 5 ans. Il s’agit de coupler prévention et suivi médical d’un côté, acculturation au livre et à l’écrit de l’autre, tout au long du suivi pédiatrique des jeunes enfants accompagnés de leurs parents. Le dispositif est assez simple. On cherche à inciter les jeunes parents à lire à haute voix à leurs bébés, en tenant compte du fait que la chose ne va pas de soi. On va donc:

  • informer les parents de l’intérêt de lire des albums à leur bébé, tout en leur expliquant les comportements naturels des enfants pendant cette activité, selon leur âge – par exemple, il est normal qu’à six mois le bébé ait très envie de mordre le livre, il est fréquent qu’à deux ans il ait envie de bouger et de se déplacer pendant la lecture.
  • proposer des modèles de posture de lecteurs, en invitant des bénévoles à lire des albums à haute voix dans les salles d’attente des consultations pédiatriques, mais aussi en invitant le pédiatre à lire lui-même à haute voix au bébé pendant la consultation.
  • offrir des livres, pendant la consultation, aux bébés, pendant toute la durée du suivi pédiatrique. Il est rappelé tout au long de l’historie du dispositif qu’il est important que le livre soit offert par le pédiatre lui-même : cela renforce le lien d’attachement de l’enfant et de sa famille à la figure du médecin, et cela donne un poids d’autorité aux conseils de lecture qui accompagnent le cadeau.

Le programme est lancé en 1989, il vient donc de fêter ses 30 ans. Au jour d’aujourd’hui, les États-Unis comptent 6200 lieux d’implantation de Reach Out and Read ; 7 millions d’albums ont été distribués gratuitement à plus de 4,8 millions d’enfants…

C’est à peu près à la même époque qu’est créée l’association ACCES, Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations. Le contexte est aussi celui de la prise en compte, par la France effarée, du problème de l’illettrisme. En 1979 se tient, sous l’égide du Ministère de l’Éducation nationale, un colloque consacré à l’apprentissage de la lecture à l’école, à l’issue duquel trois psychiatres et psychanalystes, René Diatkine, Tony Lainé et Marie Bonnafé, décident de passer du constat aux actes. En effet, ils constatent que les difficultés des enfants qu’ils reçoivent en thérapie sont notamment liées à un déficit d’histoires entendues : les enfants ne disposent pas de la “langue du récit” qui permet de se repérer dans une histoire, puis de se raconter soi-même, enfin d’entrer dans les apprentissages et dans la lecture. Il leur semble indispensable d’aller sur le terrain, auprès des plus jeunes, raconter des histoires dès le  plus jeune âge. Les animatrices lecture d’ACCES arrivent donc dès 1982 dans les PMI, dans les squares et les cours d’immeuble, avec leurs albums, et s’installent pour raconter, dans l’espoir que germent dans les familles des pratiques du livre facilitant l’entrée dans l’écrit. Tandis que le film de Tony Lainé et Bernard Martino, Le Bébé est une personne, séduit les téléspectateurs de 1984, Marie Bonnafé vulgarise les principe de l’association dans un livre grand public paru en 1993 et toujours disponible depuis, Les Livres, c’est bon pour les bébés. Tout semble donc indiquer que de part et d’autre de l’Atlantique, le constat est similaire, et les actions imaginées, comparables. Il n’en est cependant rien, et la suite va le montrer.

Est-ce que c’est la même chose?

Il y a d’abord une différence fondamentale entre les deux initiatives, qui va avoir une conséquence importante sur la suite. Le constat américain émane de pédiatres qui exercent dans des hôpitaux, et assurent le suivi ordinaire des jeunes enfants. L’initiative française vient de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, qui plus est, de sa branche désaliéniste (post-Guattari et Deligny) imprégnée de psychanalyse. L’initiative américaine s’adressera à des pédiatres et prendra pour cadre des dispositifs de suivi médical du jeune enfant qui existent déjà : il s’agira simplement de leur ajouter une composante. L’expérimentation française nécessitera l’intervention d’animatrices au statut associatif, sans blouse blanche ni stéthoscope, qui devront se faire une place dans des lieux et au sein de dispositifs où on ne les attend pas : tout est à inventer.

Un programme institutionnel, à vocation nationale et internationale

Le programme Reach Out and Read a d’emblée pour cadre un service pédiatrique dans un hôpital universitaire. Dès 1991 paraît dans l’American Journal of Diseases in Children le premier article scientifique témoignant de l’expérimentation, “Clinic-Based Intervention to Promote Literacy – A Pilot Study” par le Dr. Robert Needlman. Au bout de 5 ans, l’expérimentation s’est étendue à 34 lieux de soin, répartis dans 9 États d’Amérique ; au bout de 10 ans, ce seront près de 800 implantations, et un million d’albums auront été distribués aux enfants. En 1998, l’American Academy of Pediatrics annonce qu’elle soutient officiellement le projet, et fait paraître régulièrement dans sa revue, Pediatrics, des comptes rendus d’études scientifiques mesurant le bien-fondé de ces démarches. Le programme obtient en 2007 l’un des prix Confucius pour l’alphabétisation décernés par l’UNESCO. Dans sa brochure annuelle, l’organisation internationale présente le dispositif en ces termes : “Reach Out and Read : un lien entre l’alphabétisation et la santé“. C’est bien ce lien étroit entre suivi pédiatrique “ordinaire” et alphabétisation qui est au cœur du programme, un lien souligné par une abondante production scientifique, internationalement consultée.1

Les éléments probants que réclament alors la science et les politiques publiques (“Evidence Based Medicine“) convainquent d’autres pays d’imiter le programme: c’est le début de l’internationalisation de Reach Out and Read. J’en retrace rapidement les étapes, mais une étude plus poussée devrait sans doute corriger dates et liens de successivité.

1992: Bookstart (UK)

Dès 1992, le Royaume-Uni s’inspire de ROR. À Birmingham, l’organisation caritative de promotion de la lecture BookTrust (fondée en 1921) lance un projet expérimental concernant 300 bébés, avec le soutien de la bibliothèque universitaire et des services de santé. Les résultats révèlent que l’entrée en lecture de ces enfants s’en trouve considérablement facilitée. Le programme se développe : il s’appelle BookStart. Dans les années 1990, il reçoit le soutien de fonds européens (c’était avant que les Britanniques décrètent que l’Europe ne leur servait à rien…) et vise principalement les enfants des zones défavorisées. Au tournant du siècle, la chaîne de supermarchés Sainsbury en devient le mécène, ce qui décide visiblement les pouvoirs publics à soutenir les initiatives locales. Les ministères de la culture, puis de l’éducation soutiennent brièvement le projet, puis des éditeurs privés s’en rapprochent. C’est aujourd’hui un “partenariat public-privé”, qui distribue un livre lors de deux étapes-clés du suivi pédiatrique de chaque enfant, ainsi que des brochures de conseils relatifs à la lecture à haute voix2.

 

1999: Nati per Leggere (Italie)

Quelques années plus tard, en Italie, c’est au tour du programme Nati per Leggere, inauguré en 1999. L’initiative en revient au Pr. Tamburlini, qui dirige le Centro per la Salute del Bambino ONLUS (Centre for Child Health and Development) à Trieste. Le programme est alors monté en partenariat avec l’Associazione Italiana Biblioteche – AIB et l’ Associazione Culturale Pediatri – ACP. Le modèle est clairement celui de Boston, sans passer par la case anglaise. Le programme a désormais 20 ans, et s’est enrichi d’une nouvelle branche, consacrée au plurilinguisme. Mamma Lingua, dont la présentation se fait dans une large gamme des langues de l’émigration (l’Albanais, l’Arabe, le Chinois, le Français, l’Anglais, le Roumain et l’Espagnol), incite les parents à lire à haute voix dans leur propre langue, à partir de corpus d’albums disponibles dans les locaux du programme Nati per Leggere. Il s’appuie sur tous les travaux de cette dernière décennie insistant sur la nécessité, pour les enfants de l’immigration, d’avoir une pratique langagière riche et soutenue à la maison, la maîtrise de la langue maternelle conditionnant la qualité de l’acquisition de la langue du pays d’accueil. L’ensemble du programme s’adresse aux professionnels du secteur sanitaire, mais aussi aux professions sociales et éducatives; il s’appuie aussi sur des bénévoles. Les actions sont financées par le Centre du livre et de la lecture, les régions, les provinces et les municipalités participantes.

Dans cette version italienne, les coffrets de livres ne sont pas gratuits (je suppose que les municipalités peuvent choisir de les financer), en revanche la formation des participants, qu’ils soient professionnels ou bénévoles, est assurée selon un programme très construit. Par ailleurs, les résultats de ces 20 ans de pratique font régulièrement l’objet de publications scientifiques et professionnelles3.

Le consortium EUread

Il me  semble que ces deux modèles européens, Bookstart en Angleterre et Nati per Leggere en Italie, sont les deux matrices desquelles naissent progressivement, dans l’ensemble de l’Europe, des initiatives similaires. Car, au tournant du XXIe siècle, il semble se dessiner un consensus en faveur d’une politique d’exposition précoce à la lecture, soutenu par l’Union Européenne. Le consortium EUread est créé en 2000. La responsabilité en est reprise en 2014 par la Stiftung Lesen, fondation allemande. Le réseau comprend des organisations d’importance nationale, européenne et internationale telles que Booktrust (porteur de Bookstart) et Beanstalk (un équivalent anglais de l’association française Lire et faire lire) à Londres, Stichting Lezen à Anvers, Stichting Lezen à Amsterdam et Stichting Lezen et Schrijven (une association de lutte contre l’illettrisme, rappelant les valeurs de l’ANLCI) à la Haye, Leseforum Südtirol à Bolzano, Buchklub der Jugend à Vienne, Plano Nacional Die Leitura à Lisbonne, Foreningen !les à Oslo, Svět Knihy à Prague et l’Institut suisse des médias pour l’enfance et la jeunesse à Zurich. Les organisations membres se réunissent régulièrement pour échanger des idées, initier de nouveaux projets et se soutenir mutuellement dans le développement de leurs réseaux politiques, économiques et démographiques. Parmi leurs projets, le développement des programmes de lectures destinés aux bébés.

Un modèle qui essaime

Les modèles Bookstart et Nati per Leggere sont à l’origine de nombreuses initiatives nationales.

2002: en Catalogne se crée Nascuts per llegir, directement inspiré du modèle italien. Il est porté par l’association des bibliothécaires, et repose sur la participation active des personnels médicaux dans les centres pédiatriques équivalents à  nos PMI.

2005: En Belgique flamande, Boekbaby’s devenu Boekstart est porté par l’association Stichting Lezen (Anvers) dans le cadre de son action « Iedereen Leest » (« tout le monde lit »). Initialement, l’expérimentation est soutenue par la Province de Flandre occidentale et la Province du Limbourg. En 2017, le ministre de la Culture, de la jeunesse et des médias décide de le soutenir pour que chaque municipalité puisse y participer.

Remarquons que je n’ai pas trouvé d’équivalent pour la Belgique francophone – dont l’activité de soutien à la littérature pour la jeunesse, via le service du livre de la fédération Wallonie-Bruxelles, est connue pour sa qualité. Notons la qualité du logo de Boekstart.be, dont je n’ai pas réussi à trouver l’auteur. Ce visuel se décline en réalité en d’innombrables versions, qui ont le mérite rare de pouvoir s’adapter à toutes les formes locales de l’opération, de manière remarquablement inclusive.

2007: la province autonome du Sud-Tyrol (Haut-Adige), région limitrophe au plurilinguisme affirmé, lance Bookstart/Leseforum.

2007: Buchstart démarre en Allemagne, d’abord à Hambourg. Le programme se répand dans les différents Länder, et en 2019, il devient national sous le nom de Lesestart 1-2-3. A Hambourg, les pédiatres remettent un sac à livre à tous les enfants d’un an dans le cadre du programme de suivi pédiatrique. Le sac contient deux albums (qui changent chaque année), un bon d’achat pour une librairie, et des conseils pour les parents. Dans cette version du programme, on insiste de manière importante sur la médiation par le corps médical, ainsi que cette image de communication, plaçant le stéthoscope rouge au centre de l’image, le souligne explicitement.

© Stiftung Lesen/BMBF/Tessa Thesing

2008: Aux Pays-Bas, ce sera BoekStart, programme de la fondation Stichting Lezen, soutenu par le Ministère de l’Éducation, de la Culture et des Sciences. Le programme est plutôt porté par les bibliothèques, en coopération avec les permanences municipales de soins, les crèches, les soins maternels et les librairies. Lorsque le bébé a 3 mois, les parents reçoivent un bulletin d’inscription gratuite à la bibliothèque municipale (presque toutes sont participantes) ; lors de leur première visite, ils reçoivent une petite mallette gratuite, contenant 2 livres. Le programme est développé aussi dans les crèches, depuis 2011. Les parents disposent d’un site, les professionnels d’un autre.

Un développement ultérieur du projet, baptisé BoekStartcoach, vise particulièrement les familles où la pratique de l’écrit paraît faible. Celles-ci sont spécifiquement désignées au « coach » de lecture dans la salle d’attente de la consultation médicale. Dans ce cas, il y a une coopération particulière entre le service médical municipal et les services de la bibliothèque afin d’offrir un accompagnement spécial à ces familles. Le coach a notamment pour fonction de donner des conseils aux parents sur la lecture à haute voix, et sur l’usage de leur langue maternelle au cours de cette activité. Un programme spécial propose même que des bénévoles interviennent au domicile des familles, pendant 20 semaines, pour des séances de lecture à haute voix « sur mesure » adressées à des enfants de 2 à 8 ans, afin d’aider les parents à stimuler convenablement l’activité langagière de leurs enfants.

2008: le programme Né pour lire/Buchstart/Nati per Leggere est lancé en Suisse, avec le soutien d’institutions diverses selon les cantons. Pour la Suisse romande, c’est notamment l‘Institut suisse jeunesse et média que nous connaissons bien pour la (défunte mais excellente) revue Parole, et pour l’administration du site internet Ricochet. Le titre quadrilingue souligne la double origine du programme, puisque la version allemande reprend le titre initialement lancé par Bookstart tandis que les trois versions romanes s’inspirent du titre de l’opération italienne. Reflet de ce multculturalisme suisse, le programme lui-même est un mixte de toutes les versions observées sur le territoire européen. En effet, de 2008 à 2014, les maternités publiques des hôpitaux de Suisse romande ont soutenu le projet en distribuant le coffret de naissance, contenant le dépliant “Né pour lire” en 16 langues et deux livres d’éditeurs suisses. Puis, pour des raisons de coût mais aussi pour inciter les parents à adhérer au projet, la distribution se fait dans les bibliothèques publiques. Le projet insiste sur le fait que maternités, centres de pédiatrie et bibliothèques doivent s’unir pour promouvoir cet intérêt commun pour la lecture aux bébés. Le matériel de documentation, simple et efficace, est mis à la disposition de toutes ces institutions afin que les parents et jeunes enfants retrouvent la même identité visuelle du centre de vaccination aux bibliothèques de quartier. En Suisse alémanique, le coffret de livres Né pour lire est distribué par les pédiatres et en Suisse italophone, par les communes.

2009-2016: Bogstart est lancé au Danemark en 2009 pour une expérimentation de trois ans, prolongée jusque 2016 devant le succès de l’opération. Des membres du programme distribuaient à domicile des livres adaptés à l’âge des bébés, à 6 mois et à un an. À 18 mois, le livre était offert à la bibliothèque. En 2014, un séminaire a réuni des membres du programme de l’ensemble des pays nordiques mais aussi d’Allemagne et du Royaume-Uni Au cours de ce séminaire, la question posée était celle de la pertinence d’une distribution par les professionnels médicaux : certes, cela permettrait de toucher avec certitude la totalité des enfants, mais on perdrait la qualification spécifique des bibliothécaires.

2014: c’est en Andorre que se crée Nascuts Per Llegir, inspiré des modèles anglais et italien.

2019: Bokstart en Norvège s’inspire directement du modèle anglais; il est porté par l’association de promotion de la lecture Foreningen !les. Il s’agit de nouer une relation positive avec les bibliothèques, en s’appuyant sur les professionnels de santé qui distribueront les livres au cours de la première année de suivi pédiatrique du bébé.Le projet a commencé par un colloque à Oslo en avril 2019.

Ajoutons à cette liste de programmes européens celui qui se développe au Québec au début du XXIe siècle. En 2001 en effet, l’Association des Bibliothèques Publiques du Québec étend à l’ensemble de la province une initiative née dans la capitale.  Une naissance un livre consiste à offrir une “trousse du parfait bébé lecteur” à chaque bébé qu’on viendra inscrire dans une bibliothèque publique. L’opération est une coopération entre l’association de bibliothécaires, des éditeurs et une école universitaire d’orthophonie. Un auteur chaque année est invité à créer l’album – en 2019, c’est Marianne Dubuc. Le site, remarquablement clair et facile d’usage pour de jeunes parents, est par ailleurs pourvu d’une bibliographie scientifique de très bon niveau.

Et pendant ce temps-là en France…

Cette énumération incomplète fait apparaître, par-delà la diversité des initiatives, un très large consensus sur deux points:

  • favoriser une pratique très précoce de la lecture aux jeunes enfants est une priorité de tous les pays développés, parce qu’on a fait le constat d’une meilleure insertion sociale et scolaire des enfants bercés par la littérature. Loin de reposer sur une intuition, cette conviction s’appuie sur des résultats chiffrés d’études scientifiques menées avec rigueur et publiées dans des revues médicales dignes de foi.
  • les initiatives visant à convaincre les parents, mais aussi à les former et à leur fournir le matériau nécessaire à cette acculturation au livre doivent être portées conjointement par les professionnels de la pédiatrie, chargés du suivi des bébés dans le cadre des politiques de santé publique, et par les professionnels de l’éveil culturel que sont les bibliothécaires. Selon les pays, on s’interroge sur les moyens d’une efficacité optimale, et les modalités de coopération entre médecine et bibliothèques sont très variées et inventives.

On peut dès lors s’interroger sur le fait que la France n’a jamais développé de programme d’envergure nationale similaire à ceux-ci. Pourtant, il y a des initiatives dans ce sens en France.

J’ai en effet dit plus haut que l’association ACCES naissait en 1982 – ce qui en fait une initiative très précoce comparée aux programmes décrits dans ce billet. Dès les années 1980, cette association confie à des animatrices professionnelles le soin d’aller lire aux enfants dans les milieux qu’on a toutes sortes de raisons de penser éloignés de l’écrit. Les comptes-rendus des actions de l’association sont méticuleusement compilés et analysés dans les Cahiers ACCES, qui constituent de formidables outils de formation pour les professionnels intéressés par ces pratiques. Rayonnant principalement sur la région parisienne, l’association ACCES inspire, par ses travaux et les interventions de ses lectrices, de nombreuses actions à Paris et dans les départements limitrophes, notamment ceux qui concentrent une population massivement défavorisée, souvent d’origine étrangère.

De nombreuses associations, partout en France, se créent dans les années qui suivent: Lis avec moi en 1988,  ACCES Armor en 1992, Lire à Paris , Lire à voix haute Normandie, Livre passerelle en 1998, Trois petits tours en 2001, etc. En 2004, ces différentes associations, soutenues par la Fondation Crédit mutuel pour la lecture, décident de se fédérer sous la forme d’une agence nationale, batisée Quand les livres relient. Dommage d’ailleurs qu’on ne trouve pas, sur le site, la liste des associations fondatrices. L’objectif de ce regroupement est de donner plus de visibilité nationale à des actions menées localement ; de favoriser les échanges de pratiques ; d’impulser des projets communs de grande ampleur, comme actuellement le programme de rencontres Babil-Babel consacré au plurilinguisme. N’empêche : tout ceci reste associatif, c’est-à-dire fragile. Ces diverses associations en ont d’ailleurs durement pris conscience à l’été 2017, lorsque l’État a brutalement annoncé sa décision de mettre fin aux contrats aidés mis à disposition des associations – on se souvient que cette annonce est concomittante de la décision de supprimer l’ISF, mais évidemment cela n’a rien à voir…

Quelle conséquences sur l’efficacité des actions menées sur les divers territoires en faveur des enfants de moins de trois ans ? Tout simplement, une moindre visibilité des initiatives, un éparpillement des efforts de communication, un travail de motivation, d’information et de conviction des équipes partenaires (travailleurs sociaux, médecins de prévention, acteurs du secteur culturel) perpétuellement à revoir du fait de l’importante rotation des équipes dans le secteur social. Faute de programme national en effet, chaque association en est réduite à devoir porter à elle seule, sur son territoire, l’effort d’argumentation en faveur d’une initiation précoce aux pratiques de lecture.

Probablement conscient de cette fragilité des actions, rendue plus grande encore par la tendance ultra-libérale des politiques récentes, l’État prend alors l’initiative de fédérer les actions locales sous un même label. Ce sera Premières pages, lancé en 2009 par le ministère de la Culture et de la Communication et la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf). En 2009, c’est-à-dire 20 ans après les États-Unis, 10 ans après nos voisins italiens…  Delphine Bonvalet, conseillère technique “petite enfance” à la direction des politiques familiale et sociale de la Cnaf, en dresse un premier bilan dans la revue Informations sociales en 20124. La référence explicite du programme est Bookstart et ses développements internationaux (Corée, la Colombie, la Thaïlande, l’Allemagne, la Belgique (Flandres), l’Australie, le Canada et le Nigeria) – rien donc ni sur l’initiative liminaire de Boston, ni sur la version européenne née sous l’impulsion du professeur Tamburlini à Trieste. En revanche, il s’agit de capitaliser sur des actions publiques (et non associatives) impulsées par les conseils départementaux depuis les années 1990. En effet, le Val-de-Marne offre chaque année, depuis 1990, un livre à chaque nouveau-né du département; en Seine-Saint-Denis, c’est depuis 1994. L’initiative a impulsé quelques imitations, à Grenoble (2000), en Ardèche (2008), dans le Puy-de-Dôme (2010), etc. Premières pages vise donc, dans un premier temps, à imiter cette opération, à partir d’une expérimentation menée dans 3 départements pilotes (l’Ain, le Lot et la Seine-et-Marne), puis 4 autres l’année suivante. Un appel d’offre est lancé à l’intention des éditeurs ; un collège d’experts sélectionne les projets : Mon beau soleil de Natali Fortier en 2009 (Albin Michel), Mercredi d’Anne Bertier en 2010 (MeMo), Une Chanson d’ours de Benjamin Chaud en 2011 (Hélium). Un guide parental est réalisé, rédigé par Murielle Szac et illustré par Anne Wilsdorf. L’article de Delphine Bonvalet annonce qu’une évaluation du dispositif sera effectuée en 2012.

L’évaluation fut faite… et le projet abandonné5. En effet, depuis 2012, le choix est fait, dixit le site officiel, de proposer “de nouveaux contours de l’opération avec une inscription plus forte dans les territoires.” Ce qui signifie, en clair, l’abandon de tout pilotage national, pour ne garder qu’une coquille vide : une labellisation nationale d’initiatives totalement diverses, le site web servant de simple “portail” vers de rares manifestations locales – une programmation étique sans commune mesure avec la réalité de l’intense vie culturelle impulsée, dans les régions, par les associations membres de Quand les livres relient, pour ne rien dire de toutes les initiatives qui ne sont pas fédérées par QLR et qui n’ont pas attendu le faiblard “coup de projecteur” de Premières pages pour apporter le livre aux tout-petits. [suppr. 6/12/19]

Que faire de ce site si on est un jeune parent ? Eh bien, rien, parce qu’on en ignore en général l’existence, et parce que rien n’est fait pour en faciliter l’utilisation pour un visiteur novice (UX, ou “expérience de l’utilisateur”), contrairement à tous les sites que j’ai présentés dans la première partie de ce billet. Il va de soi qu’aucun pédiatre, aucun parent novice ne va se sentir concerné par ce qui se dit ici… et c’est d’autant plus dommage qu’on y trouve pourtant, si on cherche, un très bon guide adressé aux professionnels – qui n’est autre, dépouillé de sa couverture, que le guide Lire Ensemble avec les bébés réalisé par l’association ACCES; une bibliographie tout aussi bien faite, réalisé par le Centre national de la littérature  pour la jeunesse, concernant les livres adaptés aux 0-3 ans ; et le guide parental de Muriel Szac et Anne Wilsdorf, intitulé Petit Guide de voyage aux pays des histoires, qui ne brille hélas pas par sa limpidité, les auteurs ayant choisi un style métaphorique qui a tout lieu de dérouter les familles éloignés de la culture écrite. Quant à la rubrique “Actions livre et petite enfance”, elle relaie des initiatives intéressantes, mais faute de réflexion sur les destinataires du site, elle paraîtra trop confuse à des parents, hors de propos à des professionnels de la pédiatrie, et mal organisée à des médiateurs culturels. Bref : c’est un peu raté, quand même6.

Et pourtant, tout est là…

Ce ratage de l’opération Premières pages se comprend d’autant moins que le contexte, 30 ans après les initiatives pionnières de Boston, est désormais extrêmement favorable au déploiement à grande échelle de programmes incitatifs visant explicitement les jeunes parents.

Toutes les actions énumérées ci-dessous se rattachent à un ensemble d’approches de l’enfant à travers des soins de développement, que l’UNICEF regroupe sous le concept d’Early Childhood Development (ECD). Nouveauté : depuis mai 2018, ce type de programme est rattaché au Nurturing Care Framework (la version française traduit par « Soins attentifs »), nouveau concept lancé par l’Organisation mondiale de la santé (World Health Organization, WHO) en partenariat avec l’UNICEF et le Partnership for Maternal, Newborn & Child Health (PMNCH)7. C’est le Nurturing Care Framework qui lance l’idée, formidable en termes de puissance de communication, des « 1000 premiers jours » de la vie d’un enfant, déterminants pour lui permettre de trouver sa place dans la société, et pour contrecarer les déterminismes sociaux. Le professeur Tamburlini ne s’y est pas trompé : il publie immédiatement un article8 mettant en lien les préconisations de ce nouveau cadre d’action sanitaire en faveur des bébés et les actions menées sous son impulsion depuis 20 ans – en soulignant les points où l’Italie pourrait améliorer ses pratiques.

Et en France?

La France n’est pas indifférente à ces enjeux, loin s’en faut. Mais une fois de plus, il faut qu’elle prenne ses propres chemins, qui, comme dans le conte du Petit Chaperon rouge, ne sont pas forcément ceux qui mènent le plus rapidement à la maison de la mère-grand.

En juin 2018, la ministre de la Culture Françoise Nyssen donne mission à la psychologue Sophie Marinopoulos de réaliser un rapport sur l’éveil artistique et culturel du tout-petit. Ce rapport fera suite à la signature de la charte nationale pour l’accueil du jeune enfant dont le rapport de Sylviane Giampino, en 2016, avait permis l’élaboration. Mais il devra aussi s’inscrire dans le cadre de référence de “l’éducation artistique et culturelle” tel qu’il a été théorisé en 2017 par les ministères de la Culture et de la Famille. Sophie Marinopoulos rend son rapport en juin 2019 au ministre Franck Riester9. Son intitulé précis est important : Promouvoir et pérenniser l’éveil culturel et artistique de l’enfant de la naissance à 3 ans dans le lien à son parent (ECA-LEP) (c’est moi qui souligne). Il ne s’agit donc pas de décalquer la notion d’EAC, en vigueur notamment dans le secteur scolaire, à destination de la petite enfance, mais bien de souligner la spécificité de ce temps de l’enfance. À cette occasion, Sophie Marinopoulos lance l’idée de “Santé culturelle”, et parle de “malnutrition culturelle”, deux termes abondamment repris dans les médias. Ce rapport élabore une liste de 66 préconisations ; certaines seraient favorables à la mise en place, sur impulsion nationale, de programmes d’envergure autour du livre et du tout-petit.

Deux préconisations font précisément le constat de la fragilité du travail mené depuis 30 ans par les associations (tout ce qui est en gras est mis en valeur par moi :

Préconisation n° 40
La mission préconise de reconnaître le rôle des associations par des actes concrets en les soulageant à l’aide de moyens techniques et financiers afin qu’elles puissent se consacrer à leur mission première en faveur des publics, en facilitant la pérennisation de leurs initiatives envers l’ECA-LEP, vecteur de Santé Culturelle.

Préconisation n° 41
La mission préconise de rassembler et numériser, pour le préserver, le patrimoine des écrits associatifs, aujourd’hui dispersés. Ils pourraient constituer une bibliothèque consultable par les étudiants, les chercheurs et les professionnels, mais aussi les élus qui souhaitent trouver des expériences ou des arguments théoriques inspirants.

D’autres préconisations semblent orienter l’action future sur une plus grande pluridisciplinarité des actions :

Préconisation n° 1
La mission préconise que les pouvoirs publics reconnaissent l’éveil culturel et artistique (ECA) de l’enfant de la naissance à 3 ans comme un axe de santé, et l’éveil culturel et artistique dans le lien enfant-parents (ECA-LEP) comme un axe de pré- vention et de soutien à la parentalité. Ainsi, la mis- sion encourage à un décloisonnement des minis- tères a n d’instaurer la plus vaste communication possible et de sensibiliser l’ensemble de la société à la place de l’enfant et à ses besoins fondamen- taux en matière d’ECA.

Préconisation n° 2
La mission préconise qu’une politique publique en faveur de l’ECA et de l’ECA-LEP soit mise en place sur tout le territoire et soit reconnue comme une priorité conforme aux droits de l’enfant. L’éveil ainsi développé pour les enfants de la naissance à 3 ans permettra que des programmes d’éducation artistique et culturelle prennent ensuite le relais. L’éveil préexiste à l’éducation.

Préconisation n° 4
La mission préconise de généraliser et pérenni-ser progressivement l’instauration de l’ECA et de l’ECA-LEP dans les lieux d’accueil de la petite enfance et les espaces familiaux — PMI, centres sociaux, RAM, LAEP — afin de pallier les effets de la malnutrition culturelle. Par cette approche, c’est l’enfant dans son « grandir », le parent dans sa transformation et le lien dans sa temporalité qui seront reconnus et pris en compte.

Préconisation n° 15
La mission préconise de diffuser le plus largement possible des messages de santé publique indiquant que la maturité langagière doit être inscrite dans les programmes de Santé Culturelle. Ces programmes doivent sensibiliser le monde de l’éducation, qui accueille de très jeunes enfants en maternelle, à cette idée : « On n’apprend pas à un enfant à parler. » Le langage s’éprouve dans la rencontre, l’ouverture au monde, les partages sensoriels et émotionnels. Parler, c’est bouger, c’est faire des expériences humanisantes qui donnent le goût des mots. Les proto-conversations sont des rythmes biologiques et sociaux associés qui fondent les premières formes de pratique culturelle.

Préconisation n° 34
La mission préconise qu’une consultation pédiatrique ou médicale dite « consultation longue » (en raison de sa durée et de la tarification correspon- dante) soit inscrite dans le suivi de l’enfant une fois par an. Elle consistera à s’assurer de la croissance globale de l’enfant en référence à sa Santé Culturelle.

Préconisation n° 44
La mission préconise de décloisonner les ministères sur les questions des besoins artistiques et culturels des tout-petits et de leurs parents. Elle appelle à mener une politique interministérielle en faveur de l’ECA-LEP.

Préconisation n° 57
La mission préconise que, à l’image du modèle anglo-saxon et en référence au Plan périnatalité, une visite hebdomadaire systématique à domicile soit instaurée pendant les six semaines qui suivent la sortie de la maternité, effectuée par un personnel formé. Durant cette visite, il sera remis aux parents un livret recensant les lieux-ressources, avec toutes les informations pratiques : PMI, lieux d’ECA-LEP, LAEP, espaces familiaux, LAEAP « Pâtes au beurre », ludothèques, médiathèques, associa- tions culturelles, etc.

Préconisation n° 60
La mission préconise que chaque PMI puisse recevoir les parents et leurs enfants avec des initiatives de lectures partagées en salle d’attente, réalisées par des professionnels du livre. Ces actions viennent répondre aux besoins d’interventions précoces et de soutien de la parentalité, deux vecteurs pour réduire les inégalités sociales de santé.

Préconisation n° 63
La mission préconise d’inscrire l’ECA-LEP dans les programmes de soutien à la parentalité, particulièrement dans les contextes de fragilisation du lien parents-enfant, en mobilisant conjointement artistes formés à la petite enfance et professionnels de l’enfance.

Par ailleurs, trois préconisations m’intéressent particulièrement, en tant qu’enseignante de lettres, spécialisée en littérature pour la jeunesse, intervenant en Faculté de médecine :

Préconisation n° 19
La mission préconise de créer un diplôme universitaire (DU) sur le livre et le tout-petit.

Préconisation n° 32
La mission préconise la mise en place dès 2019 d’un groupe d’experts pour repenser la formation des professionnels de santé sur les questions de Santé Culturelle. Un tronc commun obligatoire s’adressant à tous les professionnels de l’en- fance et de la famille, quelle que soit leur orientation (sages-femmes, médecins, pédiatres, infirmiers, généralistes, puéricultrices, éducateurs de jeunes enfants…), sera inscrit dans les formations existantes.

Préconisation n° 51
La mission préconise d’inscrire dans la formation du futur personnel de santé (médecins, spécialistes, sages-femmes, infirmières, puéricultrices, auxiliaires de puériculture) et de la petite enfance (éducateurs de jeunes enfants, éducateurs spécia- lisés, assistantes maternelles) un module obligatoire sur la Santé Culturelle avec son axe central autour de l’ECA-LEP.

Le rapport, favorablement accueilli par les professionnels de la petite enfance, suggère de renforcer le dispositif Premières pages. Soit. Mais plutôt que de réinventer l’eau tiède, ne serait-il pas plus simple de commander (à un brillant énarque qui s’ennuie?) une synthèse de tous les travaux amassés depuis 30 ans par les professionnels engagés dans les programmes que j’ai énumérés ici, et de proposer une refonte totale de Premières pages reposant sur des pratiques éprouvées, validées par des études scientifiques ? Sinon, il est possible que, comme le laisse supposer la traduction des 66 préconisations en “5 actions concrètes” (en fait, 5 axes vagues qui ne sont en rien des “actions”, ou je ne sais plus ce que veulent dire les mots), le Ministère se contente de … ne pas faire grand chose.

Ne boudons pas notre plaisir : tout ce travail va [enfin] dans le bon sens. Il devrait être poursuivi par le déploiement de la commission d’experts autour des “1000 premiers jours de la vie d’un enfant”, le concept élaboré par l’UNICEF que le Ministère des Solidarités et de la santé vient de lancer, sur une invitative qu’on prétend imputer à l’Elysée – le communiqué de presse ne mentionne même pas l’UNICEF… et UNICEF-France en a profité, quelques semaines après l’annonce, pour rappeler que la France avait été régulièrement tancée, ces dernières années, pour laisser en déshérence son réseau de consultations de PMI ! Il y a, dans cette commission, de nombreux professionnels compétents et investis. Nous sommes encore plus nombreux à compter sur eux pour qu’enfin, en France, pédiatres, puéricultrices, éducatrices de jeunes enfants, animateurs, biblothécaires travaillent main dans la main à offrir aux jeunes enfants et à leurs parents une sensibilisation précoce et généralisée à la langue de l’écrit qui se vit dans et par le livre.

Je remercie Michela Villani, sociologue et membre active de l’association suisse Arole, pour m’avoir donné les moyens de dérouler cette pelote…

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés?," in Album '50', 1 décembre 2019, https://album50.hypotheses.org/3523.

[image d’en-tête: Dr. Barry Zuckerman lisant à des enfants dans le cadre du lancement du programme ROR à l’hopital de Boston – https://www.reachoutandread.org/about/]

  1. Mendolsohn AL, Mogilner LN, Dreyer BP, et al. The impact of a clinic-based literacy intervention on language development in innercity preschool children. Pediatrics 2001; 107:130–134;

    Needlman R, Fried LE, Morley DS, et al. Clinic-based intervention to promote literacy: a pilot study. Am J Dis Child 1991, 145:881–884;

    High P, Hopmann M, LaGasse L, Linn H. Evaluation of a clinic-based program to promote book sharing and bedtime routines among low-income urban families with young children. Arch Pediatr Adolesc Med 1998, 152:459 – 465;

    Golova N, Alario AJ, Vivier PM, et al. Literacy promotion for Hispanic families in a primary care setting: a randomized, controlled trial. Pediatrics 1999; 103:993 – 997;

    High PC, LaGasse L, Becker S, et al. Literacy promotion in primary care pediatrics: can we make a difference? Pediatrics 2000; 105:927 – 934;

    Sanders LM, Gershon TD, Huffman LC, Mendoza FS. Prescribing books for immigrant children: a pilot study to promote emergent literacy among the children of Hispanic immigrants. Arch Pediatr Adolesc Med 2000; 154:771– 777;

    Jones VF, Franco SM, Metcalf SC, et al. The value of book distribution in a clinic-based literacy intervention program. Clin Pediatr (Phila) 2000; 39:535–541;

    Sharif I, Reiber S, Ozuah PO. Exposure to Reach Out and Read and vocabulary outcomes in inner city preschoolers. J Natl Med Assoc 2002; 94:171 – 177;

    Silverstein M, Iverson L, Lozano P. An English-language clinic-based literacy program is effective for a multilingual population. Pediatrics 2002; 109:e76;

    Theriot JA, Franco SM, Sisson BA, et al. The impact of early literacy guidance on language skills of 3-year-olds. Clin Pediatr 2003; 42:165 – 172;

    Weitzman CC, Roy L, Walls T, Tomlin R. More evidence for Reach Out and Read: a home-based study. Pediatrics 2004; 113:1248 – 1253;

    Needlman R, Toker KH, Dreyer BP, et al. Effectiveness of a primary care intervention to support reading aloud: a multicenter evaluation. Ambul Pediatr 2005; 5:209 – 215;

    Byington CL, Hobson WL, Olson L, et al. The good habit of reading (El Buen Habito de la Lectura): parental reactions to an enhanced Reach Out and Read program in a clinic for the underserved. J Healthcare Poor Underserved 2008; 19:363 – 368. []

  2. O’Hare Liam et Paul Connolly, « A Randomised Controlled Trial Evaluation of Bookstart+: A Book-Gifting Intervention for Two-Year-Old Children », 2010 (en ligne : https://pure.qub.ac.uk/en/publications/a-randomised-controlled-trial-evaluation-of-bookstart-a-book-gift ; consulté le 30 novembre 2019). []
  3. Roia Anna, Elena Paviotti, Valentina Ferluga, Marcella Montico, Lorenzo Monasta, Luca Ronfani et Giorgio Tamburlini, « Promoting effective child development practices in the first year of life: does timing make a difference? », BMC Pediatrics, vol. 14, 5 septembre 2014 (DOI : 10.1186/1471-2431-14-222  consulté le 1er décembre 2019);

    Tamburlini Giorgio, « Lettura condivisa in famiglia e sviluppo del cervello nel bambino », Medico e Bambino, vol. 34, no 8, 2015, p. 2-6;

    Tamburlini Giorgio, Anduena Alushaj, Elena Flaugnacco et Tania Gerarduzzi, « Sviluppo precoce del bambino e pediatria dello sviluppo. Cosa sa e cosa dovrebbe sapere il pediatra », Medico e Bambino, vol. 35, 2016;

    Melo E Lima Tereza Rebecca de, Paula Ferdinanda Conceição de Mascena Diniz Maia, Emanuelle Pessa Valente, Francesca Vezzini et Giorgio Tamburlini, « Effectiveness of an action-oriented educational intervention in ensuring long term improvement of knowledge, attitudes and practices of community health workers in maternal and infant health: a randomized controlled study », BMC medical education, vol. 18, no 1, 27 septembre 2018, p. 224;

    Tamburlini Giorgio, « Il Nurturing Care Framework. Implicazioni per l’Italia e per il lavoro dei servizi sanitari: i “punti di contatto” nei primi 1000 giorni », Quaderni Associazione Culturale Pediatri, vol. 3, 2019. []

  4. Bonvalet Delphine, « Focus — Expérimentation « Premières pages » : sensibiliser les enfants au livre dès le plus jeune âge », Informations sociales, n° 174, no 6, 2012, p. 74-77. []
  5. le Ministère de la culture me signale, le 6/12/19, qu’il ne s’agit pas d’un abandon, mais d’une reconfiguation, la CNAF décidant, après une évaluation de la première mouture, de ne pas poursuivre son engagement []
  6. cette remarque convcerne le site web de Premières pages, pas l’opération en elle-même, reposant sur les initiatives venues des territoires, note du 6/12/19 []
  7. Organisation mondiale de la Santé, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), la Banque internationale pour la reconstruction et le développement/La Banque mondiale. Soins attentifs pour le développement de la petite enfance : un cadre pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir afin de transformer la santé et le potentiel humain [Nurturing care for early childhood development: a framework for helping children survive and thrive to transform health and human potential]. Genève : Organisation mondiale de la Santé ; 2019. Licence : CC BY-NC-SA 3.0 IGO. []
  8. Tamburlini Giorgio, « Il Nurturing Care Framework. Implicazioni per l’Italia e per il lavoro dei servizi sanitari: i “punti di contatto” nei primi 1000 giorni », Quaderni Associazione Culturale Pediatri, vol. 3, 2019. []
  9. le rapport, la lettre de mission, ainsi qu’une synthèse plus brève du rapport et un film sont accessibles en ligne : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Education-artistique-et-culturelle/Eveil-artistique-et-culturel-des-jeunes-enfants/Mission-Culture-petite-enfance-et-parentalite []

3 réflexions sur « Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés? »

  1. Chère Cécile, ce n’est pas vraiment un “billet”, c’est (1) un parcours très documenté de l’histoire et de la géographie en Europe des programmes de lecture pour les tout petits, (2) un commentaire soigneux des initiatives ou tentatives françaises. L’un et l’autre sont instructifs et stimulants. Pour ma théorie ou pratique de linguiste, je note avec intérêt votre description (au début de votre article, près de l’imagette du livre de Marie Bonnafé) “les enfants ne disposent pas de la “langue du récit””. Je ne sais pas si cette expression est commune pour vous. Il est évident que ce plus-qu’un-billet a demandé une somme de travail considérable. Merci. François Jacquesson.

    1. Cher François, vous avez raison: l’expression “langue du récit” parlera à ceux qui sont déjà familiers des démarches d’ACCES et des associations qui s’en réclament, mais restera obscure aux autres. La formule, vulgarisée je crois par Marie Bonnafé dans son best-seller Les Livres, c’est bon pour les bébés, vient des fondateurs et des défenseurs de cette manière d’apporter les livres aux jeunes enfants et aux bébés.
      Ces chercheurs disent que nous parlons une langue, au quotidien, qui est souvent injonctive, qui nécessite des embrayeurs et des références extra-linguistiques (comme “regarde, !” ou “tiens, prends ça“, ou “et alors je lui ai dit”, c’est à dire des formules qu’on ne comprend pas hors contexte – mais qui sont très efficaces et économes dans la vraie vie). Cette langue fait grand usage du présent et de la forme impérative, surtout dans l’adresse à l’enfant (et surtout dans les milieux où l’attention à l’enfant est parasitée par tout un tas d’autres choses). Or quand on entre en lecture, c’est pour lire des énoncés qui n’ont rien à voir avec ce qui se dit dans cette « langue du quotidien ». Cette langue de l’écrit que certains ne découvrent qu’à l’école, ces chercheurs disent que pour les enfants elle est quasi équivalente à la « langue du récit », celle avec laquelle nous familiarisent les histoires entendues. C’est une langue qui n’est pas fondée sur le moment de l’énonciation mais qui se déploie dans le temps, avec un usage important de la variation des temps verbaux (temps du passé, présent, futur), et une forte présence de marqueurs temporels (“Autrefois”, “c’est alors que…”, “Quelques jours plus tôt”). C’est une langue qui n’utilise pas les déictiques (“ça”, “là”) mais qui nomme les choses de manière explicite, pour les faire exister dans l’esprit de cleui qui écoute ou qui lit (une petite fille dit un jour à Evelio Cabrejo Parra « je sais que les sorcières n’existent pas, mais le mot sorcière existe »: elle n’a pas besoin de “voir” une sorcière qui serait un élément vérifiable de son quotidien, mais la fiction a une force d’évocation qui lui permet de se faire une représentation mentale). Par la force des choses, cette langue-là est plus riche, plus complexe, plus structurée – et plus structurante pour l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.