États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur

Ce vendredi 31 janvier 2020 était « banalisé » dans mon université, afin que tous puissent participer aux « États généraux » mis sur pied par des collègues bien organisés. La situation, dans ma faculté, est complexe : fac d’abord occupée par des étudiants mobilisés, assez vite dépassés par des éléments incontrôlables qui ont commis d’importantes dégradations ; donc ensuite fac fermée administrativement ; et désormais, fac en réparation, jusqu’à nouvel ordre. Ce blocage, une nouvelle fois conflictuel, a contribué à brouiller, notamment à destination des étudiants, les messages que souhaitaient leur adresser tous ceux qui étaient mobilisés, étudiants comme membres du personnel. Tout le monde ne parlait que du blocage, de la tentative de déblocage par un groupuscule de petits fachos, puis de l’importance (réelle ou fantasmée) des dégâts matériels, ce qui a totalement occulté les motifs du mouvement de mobilisation en cours. Tous (collègues administratifs, enseignants et enseignants-chercheurs, étudiants) sont épuisés ; nous multiplions les réunions, les échanges de mails, les courriers aux étudiants, les efforts de mobilisation, avec parfois le sentiment que tout ceci est en pure perte. J’allais donc sans enthousiasme à ces « États généraux », épuisée par une semaine de tensions. J’y suis pourtant restée la journée entière.

Il y a d’abord le plaisir de retrouver, dans un amphi comble, des collègues de tous horizons (notre université est éclatée sur 5 quartiers de la ville, très distants les uns des autres : croiser un mathématicien, un prof de médecine ou un juriste relève de l’exploit). L’autre plaisir, c’est de se retrouver sur les mêmes bancs que les personnels administratifs avec lesquels nous travaillons au quotidien, sans que les relations soient forcément fluides. Les diverses « relocalisations »  induites par le blocage du site on contribué à accentuer les tensions entre les catégories: les administratifs, qui sont attachés à des bureaux et à des horaires, souffrent particulièrement de la pénibilité de ces déplacements et de ces installations spartiates, et ont tendance à reprocher aux enseignants-chercheurs leur « confort » de travail, eux qui n’ont ni horaires ni bureaux – donc sont facilement soupçonnables de ne rien fiche. Le déplacement d’une partie des cours sur tous les autres sites de l’université crée par ailleurs une surcharge de travail à ces mêmes administratifs, tandis que notre décision de rétention des notes leur fait augurer un rush insupportable au moment de la saisie de ces notes, quand nous aurons mis fin à cette rétention. Bref : l’incompréhension et la tension sont à leur comble, alors il est agréable de se voir, au moins pour une journée, tous réunis. Est-ce que j’ose dire que j’ai, en outre, un plaisir particulier à m’asseoir, avec mes camarades, au fond de l’amphi, moi qui peste chaque semaine contre ces promos qui utilisent les rangs les plus éloignés de mon  bureau au mépris des règles les plus élémentaires de la convivialité?…

Au-delà de ces petits plaisirs liminaires, qui ont beaucoup fait pour que la journée soit placée sous le signe de la chaleur humaine, j’ai apprécié que nous puissions, collectivement, épancher nos colères, et poser à plat nos motifs d’inquiétude, non pas en les parcellisant mais au contraire en soulignant, grâce aux synthèses proposées par les divers intervenants, la cohérence du projet de société en train de se concrétiser. Une société où comptent plus que tout l’individualité et le profit.

« On fait le contraire de ce à quoi on croit »

Nous avons passé la matinée en petits comités d’où devaient émerger les thématiques de nos réflexions. La salle où je me suis trouvée réunissait environ 25 personnes, enseignants, chercheurs, étudiants et BIATS. Le tour de table a fait émerger les raisons de la colère : concrètement, bien sûr, la LPPR en préparation, la (énième) réforme du CAPES et celle des retraites. Mais, au-delà, et pour tous, la rage de voir nos métiers changer, et perdre tout ce qui nous a fait choisir d’exercer dans la fonction publique.

Ce qui émergeait de tous les témoignages, c’était le sentiment que nous partagions tous des valeurs et des intérêts communs (le goût de transmettre, de former les étudiants, de partager; l’attachement aux notions de gratuité, d’égalité et d’émancipation par le savoir et l’esprit critique), et que, tous, nous étions amenés, dans l’exercice quotidien de nos missions, à bafouer ces intérêts et ces valeurs. « On fait le contraire de ce à quoi on croit » est sans doute la formule que nous avons le plus entendue. Par exemple, un directeur de département a à cœur de faire fonctionner les formations dont il a la charge. Quand il n’a pas assez de profs titulaires dans son équipe pour assurer tous les cours de sa licence ou de son master, il fait appel à des vacataires, des chargés de cours, des contractuels ceci ou cela. En le faisant, il sait qu’il est en train de donner corps à cette précarité contre laquelle, sur le plan syndical, il se bat. Il sait que ces personnels précaires seront mal payés, et mal traités. Il a le choix : soit le planning reste incomplet, et les étudiants, devant lesquels il se sent responsable, n’ont pas  la qualité de formation à laquelle ils ont légitimement droit ; soit on complète l’équipe avec des collègues non-titulaires, en fermant les yeux sur l’injustice qu’il y a à faire travailler avec nous ces collègues qu’on laissera sans perspectives, sans égards, une fois qu’on aura profité d’eux.

C’est bien la bureaucratisation effarante de nos métiers que nous avions envie de dénoncer, dans cette espèce de « thérapie de groupe » du matin. Cette bureaucratie qui est une des formes du « management » moderne des universités, avec cette frénésie de tout changer (les maquettes sont à peine entrées en vigueur qu’il faut les refaire, les logiciels avec lesquels les secrétariats pédagogiques gèrent les étudiants sont chaque fois plus complexes, les procédures semblent prises dans une sorte de danse de Saint-Gui tourbillonnante…). C’est la précarisation perpétuelle de tous : chercheurs, enseignants, docteurs, étudiants, personnels administratifs. Au-delà encore, c’est la perversion de tout par un usage abusif du langage, qui prétend faire dire au mots exactement le contraire de ce qu’ils désignent, au point qu’il devient impossible de « penser juste ».

La communauté universitaire

Des étudiants étaient présents avec nous. Des doctorants, bien sûr, dont certains, en début de thèse, découvraient la rude réalité du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur. Mais aussi de plus jeunes. Deux étudiantes de licence ont interrompu notre tour de table pour dire, avec une émotion certaine, à quel point ça leur faisait plaisir de nous entendre, les uns après les autres, exprimer notre attachement à nos missions de formation, notre inquiétude de ne pas pouvoir les exercer pleinement, notre tristesse devant les épreuves sociales que devaient traverser nos étudiants et sur lesquelles nous n’avions aucune prise, notre colère que les réformes successives ne fassent que les aggraver, sans jamais rien chercher à résoudre – ni pédagogiquement, ni socialement, ni en termes de relations humaines. Ces deux étudiantes semblaient, paradoxalement, ragaillardies d’entendre nos déplorations: « nous, on ne savait pas que vous ressentiez tout ça », « ça nous fait chaud au cœur de savoir que vous êtes soucieux de nous comme ça », « on avait l’impression qu’on était tout seuls à vivre durement la fac, et là on sent qu’on partage ça ». Ce qui s’est partagé, tout au long de cette matinée, c’était le sentiment, rendu possible par la rencontre, toujours évitée en temps ordinaire, de la communauté universitaire.

Et ça, communauté, c’est un vrai mot.

(l’illustration d’en-tête de ce billet provient du web et ne représente donc pas l’assemblée de vendredi, car nous avions convenu, pour préserver les personnels – notamment précaires –, qu’aucune photo ne serait prise)

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur," in Album '50', 2 février 2020, https://album50.hypotheses.org/4005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.