Fischer par transparence

Pendant que des policiers matraquent des manifestants, que d’autres font passer le bac, et que les universités publiques s’inquiètent, comme les hôpitaux publics et les tribunaux publics, de ce qu’on est en train de faire du modèle social de la république, des artistes publient des livres. Et des libraires les font vivre. Entre deux manifs, j’ai ainsi pu découvrir les derniers livres de Jérémie Fischer, à qui j’avais consacré un billet la première année de ce carnet de recherches. Ouvrir un livre de Jérémie Fischer, c’est s’offrir une chouette parenthèse de finesse, de beauté et de malice dans un quotidien un peu moche et inquiétant…

Ma librairie préférée avait reçu deux livres auto-édités et réalisés en sérigraphie par Jérémie Fischer: Escapade et Emplettes. On y retrouve ce que j’aime beaucoup chez Fischer: la perfection de la réalisation formelle, la simplicité graphique (fruit, évidemment, d’un beau travail d’épure), une esthétique délicate non dénuée de sens de l’humour.

Sérigraphié en rouge pur et bleu pur, Emplettes est un jeu virtuose sur les transparences, une page imprimée sur PVC cristal alternant entre deux pages de beau carton mat. De manière assez inédite, ce jeu sur les transparences ne recourt pas à l’image: c’est un dialogue dans une boutique, et la manipulation du transparent fait avancer la conversation. C’est inattendu, désarçonnant et drôle. La fascination pour la perfection de la réalisation, qui pourrait être un peu stérile, est balayée par la fantaisie tendre de cet échange autour des emplettes, plein d’esprit. Je ne veux rien dévoiler de ce dialogue: il faut aller voir!

Escapade revient à un jeu plus classique sur l’image. Nous y suivons la promenade d’un chat et les transparents, parfois successifs, explorent avec fantaisie les surprises que provoque la synthèse des couleurs. C’est fantasque et amusant. Les superpositions de caches colorés font apparaître et disparaitre les figures, et dessinent malicieusement perruque, masque et moustaches au matou!

Fischer ne publie pas beaucoup de livres. Dans l’avalanche de nouvelles parutions qui écrasent les tables des librairies chaque mois, il pourrait passer inaperçu. Il n’en est rien: ses petits livres à la facture parfaite se signalent au milieu de l’abondance, par leur attachement au beau & et au bien. On a envie d’avoir [encore] auprès de soi de petits enfants, avec qui jouer à faire apparaître et disparaître formes et lettres, et faire advenir la magie du livre!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.