Boite à outil et Capucine

J’ai dit sur ce carnet de recherches tout le scepticisme que m’inspirait la « continuité pédagogique ». Par ailleurs, je n’ai cessé, au quotidien, d’alerter collègues et supérieurs des graves difficultés dans lesquelles se débattaient nos étudiants, et d’insister pour que nous mettions en place des mesures de bouclage de l’année qui n’accentuent pas de manière aveugle les déterminismes sociaux. Des semaines ont passé, et pendant ces semaines, nous n’avons pas cessé d’être profs –pas un seul instant alors même que nous sommes supposés « en vacances »! Ce qui veut dire que le souci de nos étudiants, de leurs difficultés, des nécessités de continuer à leurs apprendre des choses et de leurs apprendre à faire des choses, n’a quitté personne je pense. Ce qui finit par donner, sur le web, des propositions très intéressantes. Autant la « continuité pédagogique » à l’échelle individuelle me paraît relever du mensonge (oups… on dit « communication »), autant cette situation d’éloignement de chacun à l’égard des lieux de transmission pédagogique accélère de généreux mouvements de coopération à large échelle. Dans ce billet, je voudrais parler de La Boite à outils des historiens… et de Capucine, une fonte typographique créée par Alice Savoie.

La Boite à outil des historiens, je connais de longue date. Ce ‘carnet de recherche’ animé par Emilien Ruiz et Franziska Heimburger est une mine de conseils méthodologiques, pas seulement pour les historiens. Créé en 2009, il n’a pas cessé d’accompagner les chercheurs dans le déploiement des outils numériques pour la recherche, en histoire mais aussi au-delà, en sciences humaines. Jusqu’en décembre 2015, j’ai co-dirigé une formation dans laquelle il entrait beaucoup de numérique, le master « Patrimoine écrit & édition numérique » du CESR. Nous avions, au sein de l’équipe qui pilotait ce master, une vision du numérique qui me paraissait très proche de ce que défendait la Boite à outil des historiens. Je partageais avec grand plaisir les développements des réflexions sur ce que le numérique faisait à nos disciplines et à nos objets.

Quand les nouvelles orientations prises par le CESR ont conduit à transformer cette formation en un master « humanités numériques » dans lequel je ne reconnaissais plus rien de mes convictions, j’ai démissionné de mes fonctions, et j’ai réinvesti la formation en Lettres d’où je provenais, avec un grand bonheur. Dans ces années, j’ai notamment été chargée de la formation méthodologique des étudiants en master de Lettres. Nous apprenions à détecter ce qui faisait qu’une « problématique » était cohérente, compréhensible et bien articulée à un corpus; nous commentions des choix de plans et d’organisation de bibliographies. Nous apprenions à mettre en page un texte long, ce qui était nouveau pour mes étudiants. Il fallait aborder quelques notions de règles typographiques, mais aussi apprivoiser les interfaces de leurs divers traitements de texte, en apprendre ce qu’est un style, comment on génère une table des matières automatique. C’est à cette époque, avec mes étudiant et d’abord pour eux, que j’ai découvert Zotero – d’abord avec la Boite à outils, puis au SCD en compagnie des collègues documentalistes et conservateurs qui montaient leurs propres formations. Je ne pourrai plus m’en passer aujourd’hui, et je fais utiliser Zotero à tous mes étudiants.

Une chaîne YouTube de tutoriels

Je découvre qu’aujourd’hui, séparés de leurs propres étudiants, les infatigables animateurs de la Boite à outils ont créé une chaîne YouTube, sur laquelle ils ont publié des vidéos méthodologiques pour apprendre à leurs étudiants à apprivoiser le traitement de texte. En 4 chapitres, on apprend à se familiariser à l’interface et surtout la faire « à sa main », puis à utiliser intelligemment les styles, et à gérer sa table des matières. C’est exactement ce qu’il faut actuellement à mes propres étudiants! Et si la « continuité pédagogique », c’était à l’échelle de la communauté universitaire, et pas chacun dans son coin?

Emilien Ruiz explique, dans un billet très clair, de quelle manière il a choisi de structurer ses longs tutoriels. Ce qui est drôle, c’est qu’il va chercher ses exemples chez des littéraires, en disant simplement « bon, transposez à l’histoire, vous allez voir que ça fonctionne aussi » – eh bien, pour mes étudiants, il n’y a juste pas à transposer! Et ça fonctionne très bien…

Une police à soi

Mettre l’outil « à sa main » – ce que François Bon, dans l’article, appelle « accorder son traitement de texte », c’est quelque chose de fondamental pour ma pratique quotidienne, qui consiste à beaucoup écrire. Je SAIS, à lire Emilien Ruiz – et à la suite d’une discussion en octobre dernier sur la liste « Carnetiers » de la plateforme hypothèse, discussion qui s’est prolongée sur Twitter – qu’il va falloir un jour où l’autre que j’aille mettre mon nez dans Markdown. Mais pour l’instant, je reste attachée à un usage du traitement de texte qui « mime » l’édition papier, par choix.

Ce choix m’a même conduit à vouloir personnaliser plus encore ma pratique quotidienne de l’écriture, en me dotant une « police de labeur » par défaut qui soit lisible et élégante, mais qui en plus ne soit pas celle de tous les autres utilisateur de mac. Après avoir beaucoup cherché, mon choix s’était arrêté, de longue date, sur une fonte créée par la talentueuse Alice Savoie, Capucine. Capucine est une très élégante police destinée à l’écriture quotidienne. Distribuée par Process Type Foundry, elle dispose de toutes les variations de graisse et d’italiques, ce qui en fait un outil vraiment complet pour tous usages. Bien sûr, c’est un peu cher. Mais je me suis dit que, depuis le début de ma carrière de prof puis d’enseignant-chercheur, j’avais énormément investi: dans des livres, par milliers; hélas aussi, dans des ordinateurs innombrables, des scanners, des disques durs… Bref: j’ai enrichi tout un tas de gens que je n’avais pas forcément envie de gratifier de telles sommes. Alors, ça valait la peine, une fois, de consacrer un peu d’argent honnêtement gagné (merci Iconotextes!) à acquérir un outil de travail qui soit un régal pour l’œil et pour le cœur – une police dessinée par quelqu’un qui aime les formes et sait ce qui est bon pour le texte! C’est peut-être un peu idiot, mais quand je me mets à mon ordinateur, le matin et que j’ouvre une page de traitement de texte, la date s’écrit en Capucine, et ça me fait sourire…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.