Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection

Quand j’étais enfant, je fréquentais l’annexe toute neuve d’une bibliothèque municipale qui avait ouvert dans mon quartier à peu près au moment où j’apprenais à lire. J’y ai méthodiquement épuisé tous les rayonnages de la section enfantine, à l’exception de celui des albums puisque j’avais passé l’âge. C’est là-bas, je pense, que s’est construit mon rapport intime à la collection comme unité éditoriale et, à mes yeux, « littéraire ». Pour moi qui apprenais sur le tas, il était clair que si un livre m’avait plu, ceux qui lui ressemblaient allaient me promettre le même plaisir. J’avais donc un œil affuté pour repérer les signes d’appartenance à un ensemble. Une monographie parue aux éditions Michel Lagarde a fait ressurgir cette période révolue, et la joie qui s’emparait de moi lorsque j’avais détecté au milieu d’un rayon un bouquin qui promettait d’être aussi fantastique que le premier de la série, découvert par hasard…

Tout avait commencé avec Rue de la chance, de Claude Klotz, illustré par Michel Guiré-Vaka. C’est évidemment l’image de couverture qui avait, la première fois, retenu mon attention. Je n’ai pas le moindre souvenir de l’histoire (due à la plume de Claude Klotz, plus connu sous son pseudonyme Patrick Cauvin), mais le livre et l’intense émotion de lecture qu’il avait provoquée est, lui, resté profondément ancré dans ma mémoire. J’avais éclusé à peu près tout ce que la bibliothèque comptait de « séries », en particulier celles de la bibliothèque verte, notamment les séries policières burlesques bizarrement signées Alfred Hitchcock – alors que le cinéaste n’avait aucune part à leur rédaction –, et surtout les séries d’anticipation de Philippe Ebly. J’avais aussi lu tout Ségur, les Contes du chat perché, la plupart des classiques XIXe, tous les Petit Nicolas, et sans aucun doute la totalité des « Folio Junior », des « Renard poche » et des « Livres de poche jeunesse » qui en étaient alors à leurs débuts. Je n’avais, évidemment, que mépris pour les livres illustrés en grand format, qui étaient, de toute évidence, « pour les bébés ». Mais j’étais une grande lectrice de BD – seulement, à mes yeux, ça n’avait rien à voir: les BD, on restait les lire à la bibliothèque, enfoncés dans les grands fauteuils suspendus, tandis que les romans, qui « duraient » plus longtemps, on les choisissait soigneusement avant de les empiler sous le fauteuil pour les emprunter quand la bibliothécaire annoncerait qu’il fallait sortir parce qu’on fermait.

Mais voilà que j’ai croisé le regard furibond de ce gros bonhomme en imperméable luisante, voiture américaine, pompes bicolores, ce gros homme de dos coincé entre la carrosserie brillante et une étrange bouche à incendie… C’est là qu’a débuté une courte mais intense exploration du fonds de la bibliothèque, à la recherche de tous les livres qui, de près ou de loin, ressemblaient à celui-ci, et dont j’espérais qu’ils seraient à la hauteur de l’expérience de lecture que je venais de vivre.

Ce gros bonhomme, il avait été dessiné par Michel Guiré-Vaka (ce que je ne savais pas, bien sûr, à l’époque). On doit à Michel Lagarde (de la galerie-édition du même nom) et à Jean Izarn (de la Librairie Chrétien) le mérite d’avoir organisé une exposition consacrée à Michel Guiré-Vaka, en 2017-2018, exposition d’où est née l’idée de ce superbe petit livre publié aux éditions Michel Lagarde, Michel Guiré-Vaka, sculpteur d’images. M’y plonger a fait resurgir le souvenir de ces heures extraordinaires passées en compagnie des images de ces quelques livres.

Rue de la chance était publié dans la collection « éclipse » de l’éditeur Hachette – mais rien à voir avec les séries cartonnées vilainement illustrées en noir et blanc, la « rose » et la « verte » que je connaissais par cœur. Il s’agissait cette fois de grands livres, à la typographie audacieuse et aérée, aux histoires modernes, drôles et intenses, et surtout, aux abondantes et extraordinaires illustrations en couleurs, dans le texte.

Je crois que la notion de « collection » était vague dans mon esprit, mais que les apparences éditoriales, en revanche, étaient pour moi un repère clair et immédiat. Dans le cas qui m’occupe aujourd’hui, l’impression d’une unité cohérente a été facilitée par le fait que, tout près de Rue de la chance était rangé Le Mois de mai de Monsieur Dobichon: même format, même auteur, même illustrateur – mais univers visuel et narratif très différent – tout aussi fascinant. La Librairie Chrétien vend actuellement deux dessins originaux en couleurs issus de cet album.

Michel Guiré-Vaka, dessin original pour Le Mois de mai de Monsieur Dobichon, en vente à la librairie Chrétien

Ce coup de foudre a déclenché une quête frénétique dans les rayonnages: il me fallait réunir TOUS les livres de cette sorte étrange et fabuleuse, des histoires drôles et modernes illustrées aussi soigneusement que des bandes dessinées, et pas du tout pour les bébés! J’ai vite trouvé: il y en avait beaucoup.

Ça a d’abord été Les Aventures très douces de Timothée le rêveur, de Paul Fournel, avec la grosse tête de Timothée qui avait la même coupe que mes copains de classe et des lunettes rondes comme j’allais bientôt en avoir. Puis il y a eu une autre grosse tête, celle de Pirlipipi deux sirops une sorcière. Qui m’a menée, bien évidemment, sur la piste de tous les autres textes de Gripari, que je ne connaissais pas encore: L’Histoire du prince Pipo, La Sorcière et le commissaire, Le Marchand de fessées, les Contes de la Folie-Méricourt, et puis évidemment, cette fois en petit format et avec des illustrations comiques de Fernando Puig-Rosado, à tous les Contes de la rue Broca.

C’étaient bien le format (dimension « album », belle mise en page, typographie qui respire, images dans le texte) et les images (burlesque, onirisme, soin méticuleux du volume) qui faisaient l’unité, dans ma conscience de jeune lectrice. Je sentais bien, sans avoir évidemment ni les mots ni les concepts, qu’il y avait là des objets qui ne se moquaient pas de moi. Le texte, les images, le livre dans son ensemble avaient été pensés pour des enfants: on n’avait pas lésiné sur la qualité.

Ce « sentiment d’unité » s’étendait en fait bien au-delà des frontières éditoriales entre les collections. Je mettais tous ces livres dans le même sac: les récits illustrés des personnages rondouillards et chromés de Guiré-Vaka, les contes de Gripari illustrés par Lapointe, les histoires fantastiques ou policières richement illustrées dans un style nouveau, drôle et intrigant… Tous étaient différents, mais tous se ressemblaient par le souci profond d’offrir aux jeunes lecteurs une immersion simultanée dans des récits bien troussés, des textes élégants, des images soignées, le tout dans une mise en page élaborée qui s’émancipait radicalement du principe des planches hors-textes encore en vigueur dans les séries populaires.

Ce qui me saute aux yeux aujourd’hui, en « pistant » ces livres sortis de mes souvenirs, c’est qu’ils ne faisaient pas du tout partie de la même collection, en réalité… Ce qui les réunissait? De grands illustrateurs (Guiré-Vaka, Lapointe, Claverie, Jauffret, Claude et Denise Millet, Wininger…) au service de grands textes (Rodari, Gripari, Klotz, Bichonnier, Marie-Raymond Farré, Nöstlinger, Singer…). Un choix de maquette et de réalisation remarquable. Une volonté de faire sortir la littérature enfantine des sentiers battus, en investissant de nouveaux territoires: celui d’un imaginaire débridé, abordant le monde contemporain avec un humour décapant; mais aussi celui des univers « de genre », avec leur esthétique issue de collections dédiées: effroi, polar, SF et fantasy.

Qui était derrière ces publications?

Le catalogue général de la BnF permet de relier tous ces livres à deux maisons d’édition, Grasset et Hachette. Plus précisément encore: il semble que l’affaire démarre chez Grasset, autour de 1974. On sait que François Ruy-Vidal y est à cette date directeur de collection, et qu’il est l’artisan de leurs publications d’albums1. C’est lui qui décide de donner une nouvelle version du Petit Poucet de Charles Perrault, en reprenant le texte, et en confiant la « bande illustrée » à Claude Lapointe, en 1974. Il publie un premier Gripari l’année suivante, Je ne sais qui, je ne sais quoi, puis un nouveau en 1976, Histoire du prince Pipo, de Pipo le cheval et de la princesse Popi, cette fois avec une brochette d’illustrateurs (Gérard Brun, Robert Constantin, Alain Gauthier, Jean-Marie Gauthier, Bernard Giroudroux, Gérard Hauducœur, René Hausman, Claude Lapointe, Alain Letort, Jean-Claude Marol, Tito Topin, Michel Trichet, Dominique Bauerlé, Philippe Delangle, Philippe Poirier), excusez du peu. La mise en page est signée Claude Lapointe. Je me demande si ce n’est pas LE livre déclencheur du phénomène qui m’intéresse ici. Un long texte, littéraire, mais traité sur le plan matériel comme un album, avec un soin très particulier accordé à l’illustrateur, et une mise en page audacieuse. Six livres de Gripari suivront chez Grasset – alors même que Ruy-Vidal cesse sa collaboration avec l’éditeur. Cinq sont illustrés par Lapointe.

Grasset est une maison du groupe Hachette. C’est chez Hachette qu’en 1978 est créée la première de trois collections qui me paraissent hériter directement de cette ambition. « La Bouteille à l’encre » est lancé en 1978 avec les Aventures de Timothée le rêveur de Fournel qui vient précisément de quitter la direction du secteur jeunesse, avec le Championnat dans une baignoire de Roger Wolcott Drury (traduit par le duo Marie-Raymond Farré) et La Folle Histoire de grand-mère pirate de M.-R. Farré, accompagnée d’images de Marcel Chikhanovitch, dit Chica. La collection dure 5 ans, mais ne publie en tout que 13 titres. Dès 1979, Hachette lance deux autres collections, qui me semblent parentes dans leur esprit. Pour les plus jeunes, « Tapis volant » va publier 19 titres entre 1979 et 1981. Pour les pré-adolescents, « Éclipse » publie encore moins de titres: 7 seulement, entre 1979 et 1980. C’est là que je découvre Michel Guiré-Vaka.

Tous ces livres, surtout ceux de « La Bouteille à l’encre » et d' »Éclipse », sont de singulières réalisations. Qui était le directeur ou la directrice de collection? Quel rôle y jouaient les illustrateurs? Qui assurait les maquettes? La généalogie que je crois voir se dessiner entre le duo Lapointe-Ruy-Vidal et ces collections est-elle une pure projection de mon imagination? Est-il absurde de relever les parentés fortes entre ces « iconotextes » pour enfants, et les tentatives des années 1980 pour imposer de nouvelles formes éditoriales illustrés, comme les « romans (à suivre) » chez Casterman (1982) puis les romans « Gallimard-Futuropolis » (1988), deux collections dans lesquelles s’illustre Tardi, avec Léo Malet puis Céline? De fait, bien des pages de Weininger pour Le Cristal fou rappellent par leur trait et leur atmosphère les aventures d’Adèle Blanc-sec, exactement contemporaines…

Rioux Michel, Tanugi Gilbert et Wininger Pierre, Le Cristal fou, Hachette, coll. « Eclipse », 1980.

Il y a pour moi, au tournant de ces années 1980, dans cette étroite période qui va de 1978 à 1982, une courte aventure éditoriale sur laquelle j’aimerais pouvoir en savoir plus. Parce qu’il me semble y voir se dessiner un nouveau rapport à l’iconotexte, qui n’est évidemment pas spécifique au monde de l’édition enfantine, mais qui, bien au contraire, irrigue toute la culture graphique de l’époque: presse, édition, bande dessinée, publicité. À titre personnel, c’est un moment important: c’est l’âge où je maîtrise suffisamment la lecture pour m’immerger librement dans des univers variés, et je bénéficie de l’offre abondante et récente d’une bibliothèque toute neuve. Il me semble que c’est précisément dans ces années que se construit mon rapport autonome au livre – et il s’élabore dans la conviction que le livre, c’est du texte et de l’image.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection," in Album '50', 3 mai 2020, https://album50.hypotheses.org/4254.

La dernière image extraite du Cristal fou est empruntée au libraire « La Bergerie » à Carouge, Suisse: https://www.abebooks.fr/edition-originale/Cristal-fou-Michel-Rioux-Gilbert-Tanugi/22455468044/bd

  1. Cécile Vergez-Sans, « François Ruy-Vidal : les collections en question. L’apport des archives », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 03 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.1658 []

2 réflexions sur « Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection »

  1. Tu ne parles pas de la collection des Grands textes illustrés de Gallimard qui commence en 1977. Pourtant quand je pense à ce type d’album c’est la première qui me vienne à l’esprit… ceci dit, il s’agit rarement de textes de création, à l’inverse de ce que tu commentes ici.

    1. Je n’en parle pas, parce que… je ne les connaissais pas, à l’époque. Je pense tout simplement que la bibliothèque ne les avait pas, peut-être parce qu’il s’agissait de textes du fonds Gallimard, et qu’ils étaient déjà tous présents dans les collections sous un autre format, notamment Folio junior (pour La Guerre des boutons illustré par Lapointe) ou Mille soleils (La Guerre des boutons illustré par Michel Politzer – pas mal non plus, dans son genre!). En tout cas, tous les titres de la collection, je sais que je les ai lus, mais sous un autre format: Mille soleils ou Folio Junior selon les titres – sauf peut-être le Zazie illustré par Blachon, qui me rappelle quelque chose!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.