« Publish or perish » & mandarinat

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail adressé par un collègue étranger, me donnant des nouvelles d’un article que j’avais soumis à la revue qu’il administre il y a… presque deux ans. Ce type de délai n’est en réalité pas très étonnant, dans notre milieu. Le contenu du message de ce collègue l’est davantage.

Comme je dirige moi-même une revue, il m’arrive très souvent de devoir faire, à un auteur qui nous a soumis un texte, une réponse délicate à rédiger. Dans cette réponse, j’explique, en prenant des gants, que son texte n’a pas réussi à convaincre les évaluateurs ou les éditeurs scientifiques, qui lui ont trouvé des faiblesses dans l’argumentation, ou un rapport trop lâche avec la thématique du numéro en cours de préparation. Plus souvent encore, je dois expliquer que nos relecteurs et nos éditeurs ont bien aimé le texte, mais qu’ils soulèvent un détail qui leur paraît mal expliqué, suggèrent de raccourcir un exemple, ou invitent à reprendre la rédaction d’une partie: je demande alors à l’auteur s’il accepte de reprendre son texte, et s’il a une idée du temps que ça va lui prendre. C’est une démarche très habituelle, mais pour laquelle on prend beaucoup de précautions, parce qu’après tout, on touche au travail scientifique d’un collègue, et ça demande de manifester des égards pour une recherche qui a été soigneusement menée, même s’il reste, dans la manière dont elle est présentée, des détails que nous suggérons d’améliorer encore.

Or le courrier de ce collègue étranger est d’une nature un peu différente. Alors que j’avance dans ma lecture, ma perplexité grandit. Ce collègue me demande en effet d’ajouter à mon texte un « theoretical framework » qui ferait le lien avec la thématique du volume, et donnerait les références sur lesquelles je m’appuie pour écrire ce que j’écris. Plus précisément: il me demande de bien vouloir citer Truc et Machin, qu’il semble considérer comme les grands théoriciens de mon champ de recherche.

J’avoue que je commence à être un peu intriguée. Depuis quand impose-t-on ses cadres conceptuels à un chercheur qu’on sollicite pour un volume savant? En quoi Truc et Machin, que j’ai lus bien sûr, constitueraient-ils le cadre obligé d’une réflexion sur ce sujet, et seraient-ils plus légitimes, par exemple, que Bidule ou Chose, que j’ai lus aussi, et dont la pensée irrigue la réponse que j’apporte à la question posée par le colloque? Ah! Je vois: premier défaut, Bidule et Chose n’ont pas écrit en anglais. Et c’est bien connu: ce qui n’est pas écrit en anglais n’existe pas. Donc on ne peut pas s’appuyer dessus. Parce que ce qui s’appuie dessus est frappé de la même malédiction: ça n’existe pas.

Second défaut: Bidule et Chose, je ne les cite pas explicitement. Eh bien non: comme je ne suis plus en licence, il arrive que je me repose sur des auteurs, que j’ai beaucoup lus, dont je suis très familière, dont la pensée a irrigué ma réflexion, mais que je ne mentionne pas en ouverture de mes papiers sous la forme « cet article s’appuie sur les idées de Bidule » ou, pire encore, « cet article appliquera les concepts de Chose aux objets X ou Y ». Je ne fais pas ça, parce que je n’ai plus 22 ans. Que mes papiers ne sont jamais l’application des concepts de Bidule ou de Chose au corpus constitué de vingt-cinq X ou trois Y. Que ma pensée n’est jamais un pur décalque de celle d’un, voire de deux auteurs. C’est infiniment plus complexe que ça, plus mélangé, plus stratifié. Et puis, je n’ai pas besoin de montrer patte blanche: normalement, en me lisant, la plupart des savants voient que j’ai lu Bidule – et parfois, ils peuvent me dire « c’était pas mal, ton papier, mais connais-tu Chose? », parce qu’ils ont deviné que je n’avais pas lu Chose, de même qu’ils ont senti, à me lire, que j’avais lu et aimé Bidule. Ça s’appelle faire partie d’une communauté et c’est implicite – ou plutôt, c’est transparent pour celui qui me lit. Évidemment, pour celui qui ne me lit pas, et qui va juste contrôler la bibliographie, pour vérifier s’il y est, ou si j’ai suffisamment cité Truc et Machin, ça n’est pas assez clair, pas assez évidemment quantifiable – ce n’est pas Impact Factor compatible!

Autrement dit: universitaire, spécialiste d’un domaine que j’enseigne et étudie depuis vingt ans, je soumets un article sur mon domaine de spécialité à une revue universitaire étrangère, qui confie cet article à deux « experts ». Et ces « experts » n’ont d’autre réflexe que de rabattre un nouveau texte, une recherche inédite, sur d’anciennes références, des textes publiés considérés comme d’indépassables références, des points au-delà il est impensable d’aller penser, des mètres-étalons de la réflexion intellectuelle, les éléments d’une doxa immanente à laquelle il faut non seulement se plier, mais prêter allégeance en citant les vénérables et vénérés auteurs dont aucune pensée neuve ne saurait s’exonérer… Il aurait fallu que je prête serment à Truc, qui a publié il y a 30 ans un livre que mes travaux ne citent jamais parce qu’il ne m’a jamais été d’aucune utilité, comme je l’explique dans un récent compte-rendu. On attendait que je mentionne aussi Machin, dont j’ai pourtant montré, au cours notamment d’un séminaire, à quel point ses positions me paraissaient fragiles et sans la moindre utilité dans l’approche des objets que nous avons en commun.

À ce stade de ma lecture, je suis à deux doigts de m’agacer. Alors, certes, je pourrais composer, proposer une solution de compromis, citer le moins mauvais article de Machin et glisser le nom de Truc au détour d’une phrase. Je le ferais, si j’étais, comme beaucoup de collègues étrangers, à 49 ans, encore sans poste fixe, en attente d’une position stable dont l’obtention ne me serait garantie que par la production chaque année d’un rapport de recherche attestant de n articles parus dans des revues universitaires de rang A ou B. Or j’ai la chance infinie d’être fonctionnaire de l’État, maître de conférence dans une université qui protège ma liberté de penser et de chercher en ne m’imposant pas une logique quantitative imbécile et mortifère dans la prise en compte de ma créativité scientifique. Chercheuse en poste, je publie ce que je juge utile, profond, indispensable. Je cite les auteurs que j’estime pertinents, intéressants, novateurs. Je construis librement mon « portefeuille » d’auteurs, j’élabore librement, depuis 20 ans, mon Panthéon intellectuel personnel, et je construis mes bibliographies comme des outils pour ceux qui les liront, et qui pourront, grâce à elles, aller découvrir des auteurs qu’ils n’ont pas encore lus — je ne les construis pas comme des instruments de flicage pour la police de la pensée.

Tout ceci est dérisoire – les vrais problèmes du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur sont clairement ailleurs. Mais ce genre de péripétie absurde donne la mesure de ce que l’obsession de la publication peut produire comme mandarinat obséquieux et mécanique. J’ai évidemment indiqué à ce collègue étranger que je retirais mon texte… et je me remets à la rédaction d’articles qui servent vraiment à de vraies personnes!


6 réflexions sur « « Publish or perish » & mandarinat »

  1. Chère Cécile, On comprend votre irritation, et c’est bien de la dire. Je crois que deux thèmes se mêlent (mais logiquement) dans votre billet. Un thème que je dirais général, et un autre plus particulier. (1) Le thème général me semble être qu’on n’a pas à dicter d’allégeances à un chercheur. C’est l’évidence : si on commence à dire aux chercheurs : « bon, eh bien maintenant vous devez penser selon Aristote ou les décrets du Concile », il n’y a plus de recherche. C’est simple. Il n’y a de recherche que s’il y a – si je puis dire – création continuelle des « autorités », des gens qu’on propose à la lecture, à la réflexion. Si on les impose, autant appartenir à une secte, ce sera plus clair. (2) Le second thème est celui de l’expérience. Vous étudiez un thème passionnant depuis longtemps, vous dirigez depuis des années avec Laurent Gerbier cette collection Iconotextes, et voici que des ostrogoths viennent vous dire qu’il existe un lien entre textes et images. Je vous trouve bien placide : on comprendrait que vous soyez vraiment furieuse ! Mais l’explication est simple : ces gens-là ne vous ont pas lue, ils ne savent rien de vous, ils vous publieraient comme ils publieraient n’importe qui, avec la sérénité dangereuse des aveugles du « peer-reviewing ». Et là aussi, vous avez raison, je crois. Mais la conséquence pratique, c’est que le peer-reviewing « à l’aveugle » est absurde. Il faut savoir à qui l’on s’adresse. C’est non seulement poli, mais utile. En outre, cela contribue à élaborer une communauté scientifique de bon aloi. Amitiés, François Jacquesson.

    1. Je me pose ces questions aussi en tant que responsable de la revue Strenæ. L’une des conditions du « sérieux » de la revue a été le « double blind peer reviewing »: adopter cette procédure a fait émerger notre revue dans le champ académique, elle a été identifiée comme « sérieuse ». Nous allons fêter en juin les 10 ans de la revue, et je m’interroge sur la pertinence de ce mode de tri. Je me dis que parfois il serait plus correct et plus courtois que chacun sache qui évalue, et à qui il parle. Ce serait aussi, dans certains cas, plus constructif – je me souviens avec tristesse d’un article que j’ai soumis jadis à une revue, qui me l’a renvoyé avec des commentaires très sévères de deux experts. J’ai voulu contacter l’un d’eux, parce que ses remarques étaient très intéressantes, mais un peu allusives, et je n’arrivais pas bien à m’en servir pour améliorer ma perspective. On m’a refusé d’accéder à cet « expert »… et j’ai trouvé ça absurde: comment progresser s’il est interdit de parler à celui ou celle qui juge notre travail perfectible?! Enfin, renoncer à l’expertise anonyme serait, souvent, plus courageux…

      1. Chère Cécile, Oui, c’est une question importante, parmi celles qu’on se pose pour l’avenir de la profession de (enseignant)- chercheur. Je crois que l’anonymat protège les étudiants, exactement comme pour les examens, de l’arbitraire éventuel et des réactions de complaisance mandarinale. Mais que pour les gens qui ont un poste, disons une situation universitaire officielle, l’anonymat est contre-productif, pour les raisons que nous disons. La difficulté est que, au niveau européen, très peu de gens ont des postes : en Grande-Bretagne, en Allemagne etc. l’équivalent de postes de maître de conférence n’existe pas (ce sont des CDD, en fait), et le Cnrs encore moins. Pour nos collègues des pays voisins, la peur d’être « reconnus » est donc analogue à celle que peuvent avoir les étudiants qui passent un examen… jusqu’à un âge avancé. Toutefois, cette sorte étrange d’infantilisation me semble peu compatible avec l’indépendance du chercheur, et que les périodiques français, eux au moins, doivent se reposer la question de « l’évaluation à l’aveugle ». Une solution serait peut-être de proposer à ceux qui « soumettent » des articles de décider s’ils souhaitent une évaluation anonyme ou pas anonyme ? Amitiés, François Jacquesson

        1. C’est en effet une modalité très intéressante à évoquer en comité éditorial. Il faudrait dans ce cas soumettre les experts à la même question: « acceptez-vous de réaliser cette expertise de manière officielle, dans la protection de l’anonymat? »…

  2. En ce moment je lis ça, et c’est passionnant, n’importe quel enseignant-chercheur devrait le lire: Yves Gingras, Les Dérives de l’évaluation de la recherche, Du bon usage de la bibliométrie – https://www.raisonsdagir-editions.org/catalogue/les-derives-de-levaluation-de-la-recherche/

    Dans ce contexte où la citation bibliographique augmente l’impact factor des travaux auxquels tu fais référence, même si c’est de manière fortement critique, je me suis souvent posé la question de la stratégie à adopter pour éviter cet effet d’entraînement où l’autorité s’entretient elle-même à partir du bruit qu’elle génère autour d’elle. Et ma conclusion était très simple, même si parfois difficile à mettre en œuvre: il vaut mieux ne pas citer les livres ou articles des gens dont on ne veut pas faire la pub. Soit exactement l’antithèse de ce qu’on apprend quand on commence à faire de la recherche, c’est-à-dire faire le tour (même si l’exhaustivité est rarement possible) de ce qui a été dit sur tel sujet spécifique avant d’avancer soi-même sa propre thèse.
    Certes tu n’es plus, comme tu le dis toi-même, une chercheuse débutante, et tu n’as donc pas à montrer que tu as lu Truc ou Machin, et faire le tour de l’historiographie peut se justifier dans le cadre d’un mémoire de doctorat, moins dans celui d’un article. Mais une autre stratégie que celle du passage sous silence peut être l’attaque, ou au moins l’écart liminaire. Du type: « Je ne m’appuie pas sur les travaux de Truc parce qu’ils ne me semblent pas pertinents pour l’analyse de ces objets, pour telle et telle raison, etc. » C’est un peu violent si on te demande au contraire de passer sous les fourches caudines, et surtout ça ne permettra pas de réduire l’impact factor de Truc: au final ton papier risque de ne pas être publié. Mais bon, qui sait? Certains mandarins aiment peut-être qu’on les bouscule de temps en temps?

    1. Merci de cette référence, François! Je suis souvent dans une humeur telle que j’ai envie, en effet – au moins pour mes étudiants, et certains collègues, d’écrire « je ne m’appuie par sur les travaux de Truc, parce que… ». Je l’ai d’ailleurs fait à quelques reprises. Mais à la réflexion, on a mieux à faire, et c’est plus constructif d’essayer de dire ce que certains chercheurs, souvent hors de notre « petit » champ, nous apportent. Reste le double problème de l’article en anglais: 1) si tu cites un auteur qui n’est pas traduit en anglais, alors la référence est perdue, sauf si tu prends le temps de la déployer longuement (ce qu’un article ne permet pas de faire); 2) les publications en anglais, dans certains cercles, sont aux mains d’un tout petit nombre de chercheurs, qui sélectionnent en fonction de de tes allégeances…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.