Livres pour enfants & médecine: c’est reparti!

Nous avions à peine digéré la mise en place de l’enseignement « semi-distanciel », qui nous avait été imposé alors que nous avions à peine digéré la rentrée en mode covid… et voilà que lundi dernier, au retour des congés de la Toussaint, nous avons dû passer à un enseignement intégralement à distance. Autrement dit, en un demi-semestre, nous avons déjà expérimenté trois nouvelles modalités d’enseignement: un enseignement dans lequel nous nous étouffons dans les masques, sans jamais pouvoir cerner sur le visage de nos étudiants de quelle manière « passe » ce que nous essayons de leur enseigner; un enseignement dans lequel nous devons faire cours (masqués) aux étudiants présents (masqués), tout en retransmettant en direct et sans assistance ce même cours aux étudiants qui sont reclus chez eux; enfin un enseignement dans lequel nous sommes, comme nos étudiants, chez nous (sans masques!), derrière des écrans d’ordinateurs. Alors qu’au printemps dernier, le premier confinement (nous l’appelions, alors, « LE confinement… ») avait surtout produit angoisse et mécontentement, celui-ci suscite une immense fatigue. Les semaines de cours écoulées depuis la rentrée ont déjà été très complexes. Les étudiants sont perturbés, ils ont donc besoin d’une vigilance particulière. Mais dans le même temps, les équipes pédagogiques sont désorientées par la nécessité de mettre en place, chaque fois dans l’urgence, des modalités inhabituelles, exigeant souvent que nous nous formions à de nouveaux outils – et bien souvent, que nous bricolions. Bien sûr, nous y sommes habitués. Mais d’ordinaire, quand nous nous lançons dans une innovation pédagogique, c’est ponctuel: pour un cours d’abord, en attendant de tirer des leçons de ce qui fonctionne et de ce qu’il faudra éviter. Là, c’est tout le monde, pour tous les cours, au même moment. Sans filet. C’est tout simplement éreintant.

Mais dans ce chaos, je crois que j’ai beaucoup de chance. Je fais partie d’une université dans laquelle on trouve toujours des équipes aidantes. Les capacités de nos serveurs ont été accrues, du matériel spécifique a été acheté (même si, pour la mise en place soudaine de l’enseignement hybride, nous aurions eu besoin d’un petit délai… hé, le ministère, vous anticipez des fois?!), et il y a toujours un ingénieur pédagogique pour répondre à nos questions de bidouille (Merci, François, Léa, Baptiste!). Reste que basculer les modalités pédagogiques d’un nouveau cours, c’est vraiment un boulot énorme. Exemple avec mon nouveau cours, « Les enjeux du récit en pédiatrie ».

Il n’est pas 100% nouveau, et j’en ai déjà parlé sur ce Carnet de recherches. Mais cette année, après plusieurs rentrées où j’hésitais, j’ai accepté d’assurer un cours entier au sein du module « Humanités en médecine » des Unités d’enseignement et de recherches en sciences humaines proposées aux étudiants de la faculté de médecine. Je n’y enseigne pas seule: après deux premières séances où j’ai invité les étudiants à traquer, dans des extraits de romans pour enfants et adolescents allant du XVIIIe au XXIe siècle, les systèmes de représentation santé/maladie « embarqués » dans les textes de fiction, mon complice Laurent Gerbier leur a parlé, pendant deux séances, de bande dessinée et de graphic medicine à partir de trois albums racontant une expérience de la pathologie pédiatrique. Je reprends la main cette semaine, avec une série de séances consacrées à l’album. Je vais tenter, précisément, d’aborder avec les étudiants la question de la transmission de connaissances, à partir d’un corpus d’albums qui, a priori, ne m’intéressent pas énormément, et qu’il va falloir aborder en nous interrogeant en profondeur sur l’adéquation entre l’objectif poursuivi et les moyens mis en œuvre.

C’est là que je réalise que je suis dans une fac assez formidable – fac de laquelle, quoi qu’HDR et deux fois qualifiée dans deux sections, je ne cherche pas à partir, tant qu’on ne m’a pas démontré, preuves à l’appui, que ça pourrait être mieux ailleurs. D’abord, on me laisse imaginer un enseignement qui correspond précisément à mes recherches actuelles – notamment celles du projet de lectures aux bébés de néonatologie, dont je reparlerai dans un prochain billet. Et ça, c’est très très stimulant: mon travail bibliographique préliminaire profite directement aux étudiants, et en retour, j’ai la possibilité de nourrir mon enseignement des expériences et des découvertes faites quasi en direct, sur le terrain. Et puis il y a à la bibliothèque une vraie volonté d’accompagner les profs dans leurs efforts pédagogiques (Merci Sandrine et Olivier!). Quand j’ai évoqué ce cours avec les collègues de la B.U. de médecine, ils ont tout de suite proposé que la bibliothèque acquière des albums pour enfants – et quand nous avons appris que le cours serait « à distance », à cause du confinement, et que la manipulation des albums en cours serait impossible, ils ont préparé de grands sacs pour que je puisse emporter tous les livres à peine débarqués de la librairie!

Reste maintenant à imaginer comment transformer des séances qui reposaient sur les échanges directs, les questionnements, les manipulations de livres et les remises en cause des certitudes liminaires…

Pour ça, il va falloir fabriquer des succédanés de livres: tout photographier, éditer des documents assez légers pour être utilisés sur la plateforme pédagogique, filigranés pour ne pas pouvoir servir à autre chose qu’au cours et non-téléchargeables pour les mêmes raisons. Ça paraît rien, mais c’est juste des heures d’un boulot tout à fait pénible. Et quand c’est fini, tout reste à faire: quel « scénario » imaginer pour les séances? Dans un vrai cours, quand on a un peu de métier, on peut partir d’une trame lâche, et se laisser porter par la direction que les échanges donnent au cours – avec toujours la possibilité que ça ne mène nulle part, ou que ça ne « prenne » même pas, comme l’année dernière par exemple… Risques du métier! Mais dans un cours à distance, pour lequel on utilise une plateforme qui n’a pas été pensée pour faire cours (Teams), les choses ne prennent pas du tout aussi facilement: impossible de « sentir » l’ambiance d’un groupe, impossible de se fier à des échanges de regards ou à des expressions pour voir si on peut pousser dans telle direction, ou s’il faut imaginer au pied levé une activité plus cadrée, passer au tableau ou à l’inverse mettre de petits groupes au travail… Donc il faut scénariser davantage: tout pré-découper en petites bouchées – alors qu’on aime apporter tous les plats sur la table et regarder vers lequel les gourmands se tournent en premier.

Pire encore: pour chaque micro-activité pédagogique, il faut se creuser les méninges pour trouver quel « outillage » technique va produire le meilleur effet. Quand, dans un « vrai » cours, on posait tous les albums sur la table en disant « allez-y, servez-vous et lisez, on a le droit de lire à voix haute, on refait le point quand vous avez tout lu! », il faut cette fois tout contingenter. Impossible de proposer tous les livres d’un coup, et de laisser les étudiants lire « dans leur coin »: il ne me serait pas possible d’observer leurs lectures, de repérer les éclats de rire ou la désapprobation, d’écouter les échanges en petits groupes, de repérer le livre qui passe de mains en mains et celui qu’on repousse, afin d’organiser ma « reprise » une fois que tout a été lu. Il faut tout cadrer plus serré: imaginer une question liminaire, et selon la direction que prennent leurs réponses, préparer à l’avance plusieurs activités possibles (dont la plupart, donc, ne serviront pas, mais comment savoir?). Remplacer le « tout est sur la table » par une distribution anticipée: répartir le groupe, par exemple entre l’équipe « hôpital » et l’équipe « médecine de ville »; former des duos qui devront répondre collégialement (pour obliger aux échanges), en ayant préparé en amont les duos, mais en laissant aussi la possibilité qu’ils se forment spontanément; prévoir d’interrompre la « réunion Teams » pour laisser la possibilité que les étudiants s’appellent (directement sur la plateforme, ou avec l’outillage de leur choix) et confrontent leur analyse, mais bien calibrer l’heure de reprise de l’échange collectif, sans avoir les moyens d’évaluer en direct s’il faut plus de temps ou au contraire si tout le monde s’ennuie. Tout ça est fatigant, et produit une sorte d’écœurement: au lieu de l’agréable excitation que je ressens toujours, même quand c’est un cours que j’ai déjà fait 10 fois, en me demandant quelle allure ça va pouvoir prendre cette fois-ci, j’éprouve aujourd’hui une double sensation de fatigue (j’ai déjà tellement imaginé ce cours, dans toutes ses configurations imaginables, que j’ai l’impression désagréable de l’avoir déjà donné) et d’anxiété (et si ça ne « prenait » tout simplement pas? et si la plateforme ne fonctionnait pas? et si la distance m’empêchait de percevoir la manière dont les étudiants reçoivent le cours, vivent les activités que je leur propose?).

La suite dans une semaine…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.