Livres pour enfants & médecine: c’est fini pour cette année

J’avais prévu de rendre un compte régulier de ce cours, évoqué dans mon précédent billet, mais le temps passe trop vite. Il a fallu inventer, semaine après semaines, des manières de faire pour atteindre mes objectifs et pour enseigner avec un outil de visio peu adapté à la pédagogie (les étudiants ne peuvent ou ne veulent pas allumer leurs caméras); puis il a fallu inventer un sujet d’examen qui soit cohérent avec ce que nous avions collectivement réussi à élaborer; enfin il a fallu corriger au galop, pour que les notes soient prêtes pour les jurys. Pas trop le temps de respirer…

Isabelle Carrier, La petite casserole d’Anatole, Vineuil, Bilboquet, 2009

La bonne nouvelle, c’est que le cours a bien fonctionné. Les activités de lecture critiques imaginées pour chacune des séances ont porté leurs fruits, de même que la progression calculée pour partir des représentations qu’ont traditionnellement ces étudiants et les emmener vers de nouvelles manières d’envisager le rôle des livres pour enfants dans une pratique de soin. J’ai eu le plaisir de constater dans la dernière séance que leurs certitudes avaient vacillé (non, le livre pour enfants ne sert pas seulement à transmettre une information vulgarisée) et que des perspectives s’étaient ouvertes (tiens, on pourrait utiliser l’album autrement que dans la salle d’attente pour faire patienter les marmots). Deux étudiantes m’ont demandé de les aider dans des lectures complémentaires, parce que le cours leur avait ouvert l’appétit. L’une d’entre elles souhaite même envisager, dans un an, un master en sciences humaines. Cela concrétise le projet des Unités d’enseignement en sciences humaines pour les futurs médecins – mais il va falloir nous montrer digne de cet appétit pour les SHS que nous faisons naître au cours de ces enseignements du jeudi après-midi. Ce qui signifie, concrètement, que nous allons devoir nous battre avec les maquettes d’enseignement et les services administratifs pour créer la possibilités de ces masters pluridisciplinaires enrichissants pour de futurs praticiens de la médecine! Encore un beau défi pour les années à venir.

Image d’en-tête: Gusti , On n’est pas des anges, Alice, 2019.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Livres pour enfants & médecine: c’est fini pour cette année," in Album '50', 15 janvier 2021, https://album50.hypotheses.org/4485.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.