Grand écart et lectures d’été

Avoir passé la main sur l’ensemble de mes responsabilités pédagogiques au 1er juillet m’a permis de démarrer l’été l’esprit (enfin) libre. L’occasion de prendre à bras le corps la frustration d’avoir une profession intellectuelle mais de ne jamais réussir, pendant l’année universitaire, à terminer un livre un peu savant tant les sollicitations innombrables, décousues et toutes urgentes polluent l’esprit et saturent tout l’espace de la réflexion.

La collection des livres que j’avais emportés pour le mois de juillet, choisis de manière semi-erratique et semi-raisonnée, avait une cohérence sous-jacente. Il s’agissait d’essayer de combler le hiatus entre mes deux chantiers de recherche actuels, qui peuvent paraître totalement disparates au premier abord.

L’un d’eux poursuit ma réflexion sur l’histoire de l’édition pour enfants, et en particulier de l’édition d’albums, et prend actuellement la forme de ma participation au projet « L’École et la nation » coordonné par Stéphane Bonnéry. Il est notamment question, à ce stade, d’interroger le regard que les Communistes portent sur les fictions pour enfants dans les années 50. Alors qu’il en sont les principaux promoteurs, alors que c’est dans les lignes de leur revue qu’on verra apparaître les critiques les plus fines sur la littérature enfantine, sous la plume de Natha Caputo, quelle représentation ont-ils du livre, de l’écriture pour enfants, de la lecture enfantine et de ce qu’elle produit? Il s’agit avant tout d’une enquête historique, mais elle a aussi pour moi un sens critique, car il me semble que beaucoup des discours qui ont cours aujourd’hui s’enracinent, sans que leurs émetteurs en aient même conscience, dans ce qui se noue au cœur des années 1950 – et ce n’est pas sans [me] poser question.

L’autre chantier, dont j’ai beaucoup parlé cette année sur ce carnet de recherches, c’est la lecture aux bébés et à leurs parents – en l’occurrence, à des bébés accueillis à l’hôpital (en néonatologie ou en psychiatrie périnatale), mais ce détail est presque anecdotique, car ce qui m’anime est la réflexion sur ce que la littérature fait aux bébés et à leurs parents, a fortiori en contexte de souffrance ou d’angoisse. Il s’agit là d’une recherche sur les conditions du pouvoir heuristique de la littérature, pour reprendre une formule de Paul Ricœur, dont je ne suis pourtant pas une familière. Je dois rédiger, cet été, le texte de cadrage qui me permettra de répondre à un appel à projets de la Région – autour de ce que la culture fait à la santé, en très gros – et cela nécessitait que je fasse quelques lectures de mise à jour de mes réflexions dans deux ou trois domaines proches de ma réflexion, qui pourtant ne la recoupent pas entièrement. Bref, un bricolage, comme d’habitude.

Deux chantiers, donc, qui n’ont a priori pas grand chose en commun, l’un étant de nature historique et l’autre plutôt théorique (bien qu’appuyé sur de la pratique, car il s’agit d’une recherche-action). Pourtant, au fond de moi, j’ai l’intuition profonde et tenace qu’il y a un véritable lien de continuité entre ces deux manières d’aborder le phénomène « fiction publiée pour les enfants ». On va voir (j’espère!) que mes lectures de ce début d’été essaient, de manière ténue, de tresser ces liens improbables entre les deux pôles de ma réflexion. Je finirai bien par arriver quelque part…

[billet à suivre, évidemment!]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.