Lectures du moment : Françoise Revaz, Introduction à la narratologie

Je voulais mettre à jour mes réflexions sur la narratologie, une approche que je n’aimais pas trop étant étudiante, avant de me replonger dans la lecture du dernier ouvrage de Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue, et j’avais pour cette lecture liminaire une perspective double. D’une part, consolider mes bases parce que le projet de lectures d’albums aux bébés repose quand même sur une série de réflexions sur le récit, qui méritent un soubassement théorique solide. D’autre part, essayer de trouver des éléments soigneusement mis en forme dans la perspective de mon cours de première année: avec l’espoir d’aider mes étudiants à sortir du « schéma quinaire », qu’ils appliquent sans lui trouver aucun sens. Le livre de Françoise Revaz, professeure de linguistique française à l’Université de Fribourg, pensé comme un manuel, est d’une grande clarté et a répondu à toutes mes attentes. Il a pour moi l’intérêt de s’appuyer sur la philosophie de l’action (que je ne connais guère) et surtout sur Ricœur, le grand absent de ma formation universitaire initiale – je réalise chaque fois avec stupeur que la formation que j’ai reçue était très en retard sur son époque, et je tremble à l’idée que je reproduis peut-être moi-même cette arriération… Au terme d’un parcours extrêmement clair, le livre semble déboucher « naturellement » sur l’idée de la « tension narrative » défendue par Baroni… ce qui n’est guère étonnant, puisque les deux chercheurs ont co-fondé le Réseau Romand de Narratologie et sont très actifs dans la communauté narratologique internationale.

Dans ce livre, Revaz essaie de faire le bilan des études narratologiques existantes, depuis Aristote et les rhétoriciens, mais surtout au XXe siècle. Elle part de la base, c’est-à-dire de la définition de ce qu’est une « action », élément fondamental du récit.

Pour cela, dans une première partie, elle propose un très pédagogique retour à la sémantique de l’action : d’abord en distinguant l’événement (il a une cause sans intentionnalité) et l’action (qui a un agent, et des motifs). Ce faisant, elle montre que, contre les distinctions radicales, le philosophe Paul Ricœur, auquel elle se réfère perpétuellement, plaide toujours pour la subtilité, en introduisant nuances et gradations. Par exemple ici il suggère qu’il y a une échelle de la cause au motif, comme le montrent les cas juridiques. Puis, dans le domaine de l’action, elle raffine encore en proposant de faire un distinguo entre le motif (qui déclenche l’action) et l’intention (qui suppose une projection planificatrice par l’agent). Enfin, elle rattache ces distinctions à un courant de pensée de l’Histoire : au moment où, au XIXe siècle, on cherche à faire de l’histoire une science, on la distingue des sciences de la nature en disant que les sciences naturelles relèvent de l’explication tandis que les sciences humaines seraient du côté de la compréhension (puisque les actions humaines relèvent de l’intentionnalité, on peut les comprendre). Cela conduira à l’opposition de deux courants : Marrou, Aron prétendent qu’on ne peut comprendre les hommes du passé que par  sympathie, en nous projetant dans leurs actions à partir de notre expériences humaine; Labrousse et Braudel, ainsi que toute l’histoire sociale, montrent qu’au contraire il y a aussi des mécanismes dans l’histoire humaine, et qu’on peut alors trouver des explications. Une nouvelle fois, Ricœur propose un moyen terme, suggérant qu’expliquer et comprendre seraient deux étapes du procès « d’interprétation ». Dans un dernier sous-chapitre à l’utilité problématique, Françoise Revaz revient sur le fait qu’une action se déroule dans un cadre social (que la psychologie cognitive décrit en termes de « scénarios », « scripts » ou « action frames ») et qu’elle est évaluée en fonction de codes et de lois éthiques, mais je perçois mal l’articulation avec ce qui précède, bien que ce soit intéressant.

Dans un 2e chapitre, Françoise Revaz remet en question la séparation événement/action, en montrant toutes les fois, dans la vie quotidienne ou dans la littérature (contes), où un événement est perçu comme doté d’intentionnalité (un orage, par exemple). C’est intéressant pour étudier la littérature enfantine, volontiers animiste. J’y verrai un écho, un peu plus loin, quand je me plongerai dans l’essai récent de Jean-Christophe Cavallin, Valet noir.

La seconde partie analyse la narratologie elle-même. Dans l’Antiquité et jusqu’à Genette, on a tendance à distinguer le récit en s’appuyant sur le mode: il y a récit quand il y a narrateur. Les structuralistes seront plutôt du côté du contenu (Propp, Bremond, Todorov, Greimas – tous ceux que j’ai étudiés). Ricœur plaide, lui aussi mais différemment, pour une analyse par le contenu : un récit, c’est quand il y a agencement de faits. Enfin les sociolinguistes prétendent que le narratif relèverait avant tout de l’intentionnalité du locuteur, proposition avec laquelle Revaz n’est pas d’accord.

Elle essaie de présenter ce qui, selon les divers courants narratologiques, fait la spécificité du narratif : d’abord l’écoulement du temps (Ricœur en fait le cœur de sa pensée, ce qui l’oppose aux structuralistes purs qui avaient déchronologisé le récit en le morcelant) ; pour certains, la question de la transformation, pour d’autres, celle de la causalité; pour d’autres encore, l’idée d’un déroulement inhabituel ou imprévisible. Ces divergences se retrouvent autour de la notion de « narrabilité » : qu’est-ce qui mérite d’être raconté ?

Pas de consensus non plus sur l’unité narrative minimale: pour Genette, dès qu’il se passe quelque chose, ce que confirment tous ceux qui calquent le déroulement du récit sur celui de la phrase (empruntant les catégories du récit à celles de la syntaxe). Le récit pictural, dit Revaz, empruntant à Varga, ne serait qu’une « application narrative » à part d’un simple énoncé d’action, mais son sous-chapitre n’est guère convaincant, car elle ne parle que de la peinture, ignorant toutes les autres catégories de la représentation picturale, qui sont précisément celles qui m’intéressent. À ce sujet, peut-être faudrait-il aller voir du côté de la thèse de Klaus Speidel, Narration visuelle et récit iconique : raconter une histoire en une image? En tout cas j’ai l’impression de ne rien apprendre ici, mais c’est parce que j’ai beaucoup lu les travaux de mon ami François Jacquesson, sur ce que « raconte » une image quand elle appartient à une aire culturelle qui ne nous est pas familière1.

On s’étripe aussi sur ce que seraient les marques linguistiques spécifiques du narratif : selon le point de vue phrastique (le récit est comme une phrase) ou selon le point de vue textuel ou trans-phrastique (le récit est comme un texte, il faut réintroduire de la sémantique), on arrive à des listes d’éléments nécessaires… sans qu’ils soient pour autant spécifiques, car tout élément de langage (y compris les temps verbaux) peuvent avoir des valeurs très différentes. Tous finissent par s’accorder a minima sur l’idée qu’il y a au minimum une action, et un déroulement temporel… ce qu’on savait déjà en début de chapitre.

Françoise Revaz dénoue alors la question en proposant une subtile distinction par degrés, de la chronique (action et consécution mais sans causalité) à la  relation (action, consécution et causalité, mais sans mise en intrigue), jusqu’au récit qui cumule toutes ces fonctions. C’est la mise en intrigue qui a le plus excité les narratologues du XXe siècle, chacun proposant son schéma, souvent en 5 étapes (d’où le terme « quinaire »). Plus récemment, Baroni a plutôt insisté sur la notion de tension narrative, qui est plus intéressante pour analyser les récits qui fonctionnent bien, autour de la tension nœud/dénouement, mais sans inféodation au déroulement chronologique. Le livre de Françoise Revaz étant paru juste deux ans après celui de Baroni, on en reste là, et c’est déjà très bien!

Ai-je de quoi aider mes étudiants à mieux comprendre ce qui rend un récit intéressant? Sans doute, à la marge, mais j’ai surtout désormais une conception plus claire: je sais mieux pourquoi la narratologie qu’on m’a enseignée m’a toujours paru si insatisfaisante, et si impropre à accompagner élèves et étudiants dans leur propre approche du récit. Et j’ai rafraîchi mes idées, si bien que je peux passer à la lecture que je m’étais programmée pour la suite: un ouvrage de Jérôme Bruner dont j’ai souvent utilisé des extraits, mais dont l’idée générale m’échappait encore. À suivre donc…

Françoise Revaz, Introduction à la narratologie, De Boeck Supérieur, 2009.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lectures du moment : Françoise Revaz, Introduction à la narratologie," in Album '50', 2 août 2021, https://album50.hypotheses.org/4552.
  1. François Jacquesson, « Les images peuvent-elles raconter des histoires ? », Pour une archéologie des expressions graphiques préhistoriques. Actes de la table ronde « Pour une archéologie des images rupestres préhistoriques », C. Defrasne, F. Duquesnoy (éd.). Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, 13-14 juin 2017, publication prévue en janvier 2021, apparemment sous presse []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.