Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny

Pour mon chantier sur les années 1950, j’ai été tentée de replonger dans Fernand Deligny et ses expérimentations en marge de l’anti-psychiatrie, à l’occasion de la parution de cet essai de la philosophe Catherine Perret. Je ne sors pas complètement satisfaite de cette lecture, à la fois parce que l’identité philosophique très forte de l’auteure crée souvent un obstacle pour moi, et à la fois parce que la construction de l’ouvrage, en “spirale”, invite à des redites qui m’empêchent de bien voir quand apparaissent de nouvelles idées…

Les passages les plus clairs figurent souvent en tête des chapitres, lorsque Catherine Perret s’aventure dans un nouveau domaine à propos duquel elle offre au lecteur un “état de l’art” synthétique. C’est souvent plus clair, plus pédagogique… mais j’ai été très agacée de découvrir, pour le seul chapitre où justement je n’avais pas besoin de cette mise au point informative, que sa synthèse était particulièrement fragile – elle présentait ainsi Célestin Freinet en répétant, à plusieurs reprises, qu’il “fonde en 1920 le mouvement qui s’appelle éducation nouvelle”, non-sens absolu. À la suite de cette déconvenue, je suis devenue méfiante: le même à-peu-près régnait-il dans les autres synthèses?…

L’autre défaut de cet ouvrage est son absence de prise de distance avec la langue-même dans laquelle Fernand Deligny a choisi de s’exprimer, une langue poétique, dont de très nombreuses expressions sont forgées par lui. Si je souhaitais passer par un ouvrage de synthèse et de réflexion, c’est justement parce que la lecture de Deligny me paraît obscure, difficile à comprendre, tant elle sacrifie à ce goût de la formule qui obscurcit au lieu d’éclairer la démarche. Or, dans l’essai de Catherine Perret, le processus d’élucidation que j’attendais n’a pas lieu, et on peine à sortir de la langue volontiers ésotérique de Deligny.

Je retiens toutefois de cette lecture l’effort de l’auteure pour souligner les liens (factuels, ou intellectuels) avec les grands penseurs des sciences humaines en ce milieu de siècle: Henri Wallon, qui fut l’un de ses soutiens, pour le nouveau regard porté sur l’enfance; Marcel Mauss et ses réflexions sur les techniques du corps; André Leroi-Gourhan et son anthropologie des techniques – nouvelles manières de penser, par exemple, la place de la caméra dans le “milieu” qu’il essaie d’offrir à ces enfants sans langage. On comprend, à lire Catherine Perret, que le non-conformisme quasi absolu de Deligny ne le situe pas en marge des théories de l’homme de son époque, mais en résonnance quasi perpétuelle avec les plus innovantes d’entre elles.

Par ailleurs, et c’est l’un des points qui m’intéressaient, Deligny se dit et se pense toujours communiste, comme Wallon d’ailleurs. Les jeunes adultes qui s’investissent dans les nouveaux lieux de vie qu’il fait émerger son tous issus du monde ouvrier, et l’aventure humaine dans laquelle ils s’engagent est une alternative radicale à l’usine – ce qui pourra d’ailleurs provoquer des malentendus au moment de mai 68. J’aurais sans doute, compte tenu de mes intérêts du moment, apprécié que ce point soit davantage éclairci, car il résonne avec mes interrogations sur les Communistes et les politiques de l’enfance.

L’ouvrage de Catherine Perret aura sans doute plus d’intérêt pour quelqu’un dont la culture philosophique est plus nourrie que la mienne. À mes yeux, il manque très souvent d’un rapport concret aux faits et aux démarches – sans la lecture préalable de La Vie de radeau de Jacques Lin, je n’aurais par exemple pas été en mesure de comprendre quoi que ce soit aux “lignes d’erre” qui sont si fondatrices dans l’approche nouvelle que Deligny invente à propos de ces enfants autistes. Cette question des lignes était pourtant l’un des axes qui structurait l’ordre de mes lectures de ce mois de juillet, comme on va le voir…

Catherine Perret, Le Tacite, l’humain – Anthropologie politique de Fernand Deligny, Paris, Le Seuil, 2021, 384 p.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny," in Album '50', 6 août 2021, https://album50.hypotheses.org/4563.

4 réflexions sur « Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny »

  1. Bonjour,

    Je me permets de relever et de commenter deux points de cet article :

    « L’autre défaut de cet ouvrage est son absence de prise de distance avec la langue-même dans laquelle Fernand Deligny a choisi de s’exprimer »
    —> En quoi une prise de distance avec la langue de Deligny serait une qualité pour un ouvrage philosophique construit à partir des textes de Deligny ? La question n’est pas de « sortir de la langue » mais de voir jusqu’où on peut réfléchir avec/dans/par elle sans jamais la quitter (car Deligny comme Perret ne cessent jamais d’ « écrire »). Le livre de Catherine Perret a justement cette qualité de ne pas chercher à simplifier ou à synthétiser l’écriture et le projet poétiques de Deligny. L’ouvrage déploie magnifiquement, par/avec cette complexité de la langue « de » Deligny, la question de la parole (ou de son absence) circulant (ou pas) au sein de sujets (ou autres) humains (toujours).

    « elle présentait ainsi Célestin Freinet en répétant, à plusieurs reprises, qu’il “fonde en 1920 le mouvement qui s’appelle éducation nouvelle”, non-sens absolu. »
    —> Ce que vous mettez entre guillemets NE se trouve PAS dans le livre de Catherine Perret. « Le mouvement qui s’appelle… » : c’est moche et certainement pas écrit de la main de l’auteure. 1920 est l’année de publication d’un article de Freinet qui marque un des débuts du mouvement de l’Éducation nouvelle. Comment parler de « non-sens absolu » lorsque l’on cite mal ? Cet « à-peu-près » de la citation n’inspire que de la méfiance quant à vos qualités de lectrice et de critique.

    Bien à vous

    1. Cher Vladimir Ride,
      dans ce compte rendu qui exprime mon sentiment à la lecture de ce livre je déplore en effet que cet ouvrage expose la pensée (complexe) de Deligny dans la langue (complkexe) de Deligny: j’estime, à titre personnel, qu’il y a dans ce choix un déficit d’élucidation. Vous avez évidemment raison sur le fait qu’il est souvent nécessaire d’employer la langue d’un théoricien pour être certain de ne pas trahir sa pensée, mais dans ce cas c’est un peu le serpent qui se mord la queue: ce genre de propos exclut les profanes.
      Pour votre seconde remarque, je suis désolée de ne plus avoir l’ouvrage sous la main, et de devoir vous répondre d’après mes notes. J’avais en effet été agacée, à la lecture de la mention rapide de Freinet comme “inventeur du mouvement” de l’éducation nouvelle. Il en est, certes, l’un des éminents représentants – mais personne ne peut se targuer de l’avoir “inventé”, car il s’agit d’une nébuleuse complexe, bien antérieure aux textes que vous évoquez. Voir https://www.cairn.info/revue-les-etudes-sociales-2016-1.htm

  2. Merci pour votre commentaire! Je crois qu’il y a beaucoup d’intérêt, en effet, à s’intéresser aux alentours de cette aventure. Il serait amusant aussi de se pencher sur l’étonnante popularité de Makarenko dans les écoles normales, dans ces années 50.

  3. Merci pour ce partage de lecture. L’objet du livre, reconstituer une anthropologie politique de Deligny, n’est pas sans paradoxe, puisque l’auteure finit par conclure que sa politique est plutôt une micropolitique. Je me demande si elle ne force pas le trait en définissant le communisme de Deligny comme la reconnaissance de l’infirmité commune du sujet humain indépendamment de toute opinion politique (page 175), alors que sa pensée et sa pratique antiinstitutionnelles le met dans une posture clivante plus précise et matérialiste que cette posture idéaliste somme toute très consensuelle. L’ouvrage donne, en filigrane, des pistes pour cette question de l’influence des communistes dans le champ éducatif. C’est peut-être davantage certains compagnons de Deligny qui sont à étudier, comme Irène Lézine et d’autres passeurs de Marakenko en France, que ce soit sur le plan théorique ou pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.